SiFive va lancer une carte de développement RISC-V supportée par Linux
HiFive Unleashed est attendue dès le mois de mars

Le , par Patrick Ruiz, Chroniqueur Actualités
L’architecture RISC-V a jusqu’ici écrit ses lettres de noblesse dans le monde académique ; normal, elle a été créée pour faire de la recherche en matière d’architecture des ordinateurs. Sifive, une entreprise spécialisée dans le semi-conducteur, travaille à changer cette donne. La firme annonce la disponibilité d’une carte de développement RISC-V dans les jours à venir.

La manœuvre fait suite à la présentation, l’été dernier, de la plateforme E300 puis au lancement de la carte HiFive1. Mais ça c’était pour le développement sur les cartes à « microcontrôleurs » qui n’a que trop collé à l’architecture RISC-V. Avec HiFive Unleashed, l’entreprise a décidé d’ouvrir son projet à la sphère de développement professionnelle et ses processeurs « plus performants ».

La nouvelle carte de développement s’appuie sur le jeu de puces U540. Au mois d’octobre 2017, SiFive a procédé à la présentation du U54-MC Coreplex, un processeur RISC-V à cœurs multiples. Ce dernier est un sous-ensemble du chipset U540 qui intègre en plus d’autres composants un contrôleur de mémoire vive DDR4 64 bits et un port Gigabit Ethernet. La puce U540 est basée U500 qui compte jusqu’à huit cœurs d’application. Le nouveau jeu de puces sera doté de quatre de ces derniers accompagnés d’un cœur dit de monitoring. Chacun des cœurs dispose d’une unité de gestion de mémoire dédiée et est capable d’aller jusqu’à 1,5 GHz. Le tout est compatible Linux et fondu sur du 28nm.


Comme le précise SiFive, la carte est destinée aux développeurs et enthousiastes désireux de construire des ordinateurs architecturés autour de RISC-V, d’ajouter des fonctionnalités à Linux ou de porter des packages sur une distribution donnée. La nouvelle puce devrait hériter des outils de développement du U54-MC Coreplex. Ceux proposés sont tous disponibles sur Linux. Le développeur pourra se servir de Freedom Studio, un IDE basé sur Eclipse et livré avec une chaîne d’outils RISC-V GCC et Freedom E SDK, un dépôt GitHub avec des pilotes de prise en charge des cartes de développement et des exemples de code.


L’entreprise a présenté la carte dans le cadre de la réunion européenne des développeurs de logiciels libres et open source (FOSDEM) qui s’achève ce jour. Elle a été lancée sur la plateforme CrowdSupply avec un but de financement symbolique de 1 dollar et semble déjà connaitre un franc succès avec 19 247 $ engrangés pour une campagne qui court sur 39 jours supplémentaires. Deux périodes de disponibilité sont annoncées : mars 2018 pour les personnes à même de débourser 1250 $ et juin 2018 pour celles qui mettront 999 $. Il faudra en plus compter des frais de 40 $ pour la livraison hors du pays de l’oncle Sam.

Source

Freedom U500 brief (PDF)

CrowdSupply

Votre opinion

Quels sont d’après vous les facteurs susceptibles de provoquer une adoption ou un rejet de cette carte de développement ?

Voir aussi

SiFive lance un processeur RISC-V supporté par Linux, Unix et FreeBSD, une menace pour les architectures propriétaires comme ARM ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de - https://www.developpez.com
le 04/02/2018 à 14:45
Linux n'est rien sans les distributions Linux.

Pas de distributions, pas d'IHM, pas applications, peu d'intérêt si partir de zéro...


[...]
Le nouveau jeu de puces sera doté de 4 des ces derniers accompagnés d’un cœur dit de monitoring.
[...]
On dirait du Nvidia Tegra.
Sinon, le reste du HW est bien et modulaire sans ajout superflu.

Ordissimo, Lansay, Apple et bien d'autres pourraient bien être intéressés.
Avatar de Mickael_Istria Mickael_Istria - Membre émérite https://www.developpez.com
le 05/02/2018 à 10:02
Citation Envoyé par MikeRowSoft Voir le message
Linux n'est rien sans les distributions Linux.
Pas de distributions, pas d'IHM, pas applications, peu d'intérêt si partir de zéro...
Dans le monde embarque et IoT, il arrive souvent qu'en fait on n'ait juste besoin d'un noyau d'OS minimal, sans distribution, sans IHM, sans applications autres que la capacite d'executer un programme specifique. Donc dans ce cas, Linux est de la meilleure solution, sans chercher a utiliser une distribution.
Dire que Linux n'est rien sans les distros, je pense que c'est une remarque restreinte a Linux pour une machine de travail; mais les cas d'usage de telles cartes vont bien plus loin que ca, et dans certains cas d'applications Linux est justement superieur a tous les autres OS parce qu'il est avant tout juste un noyau que l'on peut customiser tres finement et optimiser pour l'usage final qui en sera fait.
Avatar de - https://www.developpez.com
le 05/02/2018 à 15:33
J'ai connu un brillant doctorant qui a lui même écrit un micro noyau (qui n'est pas un Linux) avec un kit de dev pour CPU ARM (pas de GPU ou mémoire vivre, que un core ARM, de l' EEPROM, de la mémoire cache, une interface série pour y brancher une interface réseau pour ne pas tout dire).

Donc, Linux apporte un monticule en plus d'un "simple" système embarqué.

Franchement, quand tu vend un PC avec OS Linux, tu crois que le client qui a eu une mauvaise expérience va juste changer de distribution ?
Si il n'y a pas de distribution pour le grand public, tu crois que les passions et les conversations vont concurrencer celles du très réputé Microsoft ?

L'espion qui n'en ait plus un devrait faire de la pub pour Linux et pas simplement une distribution...

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil