SiFive lance un processeur RISC-V supporté par Linux, Unix et FreeBSD,
Une menace pour les architectures propriétaires comme ARM ?

Le , par Patrick Ruiz, Chroniqueur Actualités
L’open source est un concept désormais bien assimilé de la plupart des parties prenantes à l’univers de l’informatique lorsqu’il s’agit du logiciel. Pour ce qui est du matériel, le concept est, d’avis d’experts, relativement nouveau. SiFive, une startup de la Silicon Valley, entend apporter sa contribution à la vulgarisation de l’open source hardware. L’entreprise procédera à la présentation du premier processeur RISC-V supporté par Linux, Unix et FreeBSD lors de l’Embedded Systems Conference qui se tiendra du 5 au 7 décembre.

En entendant d’y être, le mensuel Design News s’est fait le relais d’informations concernant la puce en question. Il s’agit du U54-MC Coreplex, un processeur RISC-V multicœurs. Le détail des caractéristiques apparaît sur la page de présentation du produit citée en source. À titre de comparaison avec le Cortex-A35 présenté par ARM comme l’un de ses meilleurs processeurs d’application, SiFive souligne qu’en plus d’un gestionnaire de mémoire (MMU) que le Cortex-A35 intègre, sa puce est dotée d’un dispositif physique de protection de la mémoire. Le U54-MC Coreplex serait aussi capable de mieux se comporter dans des applications temps réel que le Cortex-A35 d’après ce que rapporte SiFive.


SiFive fournit le nécessaire pour le développement et le débogage d’applications pour le U54-MC Coreplex. Les outils proposés sont tous disponibles sur Linux. Le développeur pourra se servir de Freedom Studio, un IDE basé sur Eclipse et livré avec une chaîne d’outils RISC-V GCC et Freedom E SDK, un dépôt GitHub avec des pilotes de prise en charge des cartes de développement et des exemples de code.

La comparaison avec le Cortex-A35 montre bien quelles sont les ambitions de SiFive. Avec les caractéristiques matérielles annoncées et l’arrivée sur Linux, Unix et FreeBSD, la puce U54-MC Coreplex se positionne comme une sérieuse alternative aux puces offertes par des constructeurs comme ARM. Les responsables de SiFive ont en effet des marchés qui ont le vent en poupe dans leur viseur : l’Internet des objets et l’intelligence artificielle.

Le monopole d’ARM sur le marché des processeurs pour smartphone est connu. Il semblerait cependant que pour ceux précités, il n’y ait pas encore d’architecture dominante. RISC (Reduced Instruction Set Computer) n’a rien de nouveau puisque les processeurs ARM sur le marché sont basés sur cette architecture. Ce qui change tout c’est le V (RISC-V) à la suite qui fait qu’on parle d’open source hardware, c’est-à-dire la possibilité pour quiconque a les moyens nécessaires de fabriquer ses propres puces et surtout de vérifier qu’il n’y a pas de porte dérobée insérée par des tiers.

Linux en est pratiquement à 5 % de parts sur le marché des systèmes d’exploitation de bureau derrière Windows XP, preuve que l’adoption de l’open source est chaque jour un peu plus forte même dans des secteurs qui semblaient réservés à des offres propriétaires. Avec l’arrivée de cette puce RISC-V sur Linux notamment, on peut entrevoir une plongée des startups du hardware dans cette brèche, avec pour effet sur le long terme de mettre de plus en plus de grands groupes comme ARM ou Intel à mal.

Source : Design News, page de présentation du U54-MC Coreplex

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Quels sont d’après vous les autres facteurs susceptibles de provoquer une adoption ou un rejet de cette puce ?

Voir aussi :

ARM annonce sa nouvelle génération de processeurs : les Cortex A75 et A55 spécifiquement prévus pour sa technologie DynamIQ


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Old Geek Old Geek - Membre habitué https://www.developpez.com
le 10/10/2017 à 10:53
Linux en est pratiquement à 5 % de parts sur le marché des systèmes d’exploitation de bureau derrière Windows XP, preuve que l’adoption de l’open source est chaque jour un peu plus forte même dans des secteurs qui semblaient réservés à des offres propriétaires.
Non, Linux n'est pas soudain devenu populaire sur PC
Chiffres : En août et septembre, les chiffres de NetMarketShare mesuraient un bond de la part de marché des PC Linux dans le monde. L'heure est-elle venue pour Linux sur PC ? En fait, non.

De nombreux articles ont été consacrés à Linux dont la part de marché mondiale aurait plus que doublé par rapport à son niveau habituel, grimpant de 1,5% à 3%, puis à 5%. Ces rapports étaient basés sur les données d'analyse de NetMarketShare. Linux bondissait de 2,5% en juillet, à près de 5% en septembre. Du jamais vu pour le pingouin. Mais malheureusement pour les partisans de Linux, ce n'est pas vrai.

L'explication n'est pas non plus à trouver du côté de Chrome OS de Google, qui a tendance à être sous-représenté dans les chiffres de NetMarketShare et StatCounter, et qui aurait pu être comptabilisé comme Linux. Ce ne serait pas si incohérent, ChromeOS étant basé sur Linux.

Une erreur et seulement une erreur
La vraie explication est beaucoup plus banale. Il semble que ce soit simplement une erreur. Vince Vizzaccaro, patron marketing de NetMarketShare m'a déclaré: "La part de Linux qui est rapportée n'est pas correcte. Nous sommes conscients de ce problème et nous l'examinons actuellement."
Avatar de GordonFreeman GordonFreeman - Membre régulier https://www.developpez.com
le 10/10/2017 à 13:12
On parle d'open source, du coup Windows ne sera pas en tête de liste.

Il ne faut pas oublier tous les dispositif mobile, Android est basé sur linux.
Tous les systèmes embarqués, voitures, frigo, industrie, etc.
Les serveurs, Linux y est quand même bien présent.
Ne pas oublier que l'OS d'Apple à une base BSD également.

Concrètement je ne sais pas si ce chip va réellement apporter quelque chose au monde de l'IT.
Mais si il est valable, ouvert et à un coût raisonnable avec de bonne performance, il à potentiellement ces chances.
Avatar de marsupial marsupial - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 10/10/2017 à 13:20
Je ne sais de quand date le projet mais il me semble optimal. J'aimerai beaucoup qu'un constructeur le delivre : j'en voudrai bien une avec un OS à la hauteur pour études et tests.
Avatar de abriotde abriotde - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 10/10/2017 à 13:39
Si la philosophie Open-Source domine aujourd'hui largement le monde du software (au moins au niveau professionnel) il a pris beaucoup de retard dans l'hardware. Néanmoins on note la percé de l'Arduino (et du Raspberry PI (Qui s'il n'est pas Open-Source s'en approche dans sa philosophie)) et la monté en puissance d'acteurs notamment Purism. Je crois qu'une porte s'ouvre alors s'il y a peu de chance que ce processeur connaisse le succès auprès du grand public il peux ouvrir la voie.
Avatar de mattdef mattdef - Membre régulier https://www.developpez.com
le 10/10/2017 à 13:42
Citation Envoyé par GordonFreeman Voir le message
Mais si il est valable, ouvert et à un coût raisonnable avec de bonne performance, il à potentiellement ces chances.
Je pense justement que c'est le fait d'être open-source qui va annihiler toutes les chances de ce CPU. A moins qu'il soit supporté par un très grand groupe de l'IT, ce qui, pour l'instant, n'est pas le cas.
Avatar de maitredede maitredede - Membre régulier https://www.developpez.com
le 10/10/2017 à 22:39
L'opensource aura toujours ses pours et ses contres. Dans ce cas, je pense que ça poura aider, ça sera juste un point marketing. Le fait de dire "être compatible linux, unix, freebsd", là aussi c'est marketing. Il suffit de passer les programmes au bon compilateur.

Ce qui peut freiner son adoption, c'est qu'il faut "encore" recompiler pour une nouvelle plateforme. Quand on regarde par exemple dotnet core et les packages nuget, on a déjà pas mal d'identifiants de plateforme à gérer si on commence à jouer avec les déploiements natifs. Par exemple, il n'y a que très récemment que je peux enfin jouer avec mes applis dotnet core sur mon raspberry pi sous linux.

Ajouter un nouveau proc à l'écosystème existant, d'accord. A voir ce qu'il apporte de plus que les autres, et si les outils de dev vont suivre...
Avatar de chrtophe chrtophe - Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
le 11/10/2017 à 7:41
Les cpu ARM sont fabriqués sous licence. Les industriels doivent donc payer des royalties. Si ils ont une solution viable pour ne plus le faire ...
Avatar de MikeRowSoft MikeRowSoft - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 12/10/2017 à 10:23
Non, pas de crainte.

Dans un vrai PC il y a un chipset. Donc quelque chose qui peut éventuellement être modulable pour l'upgrade de protocole comme Wi-Fi, Bluetooth, Wi-MAX, Ethernet ou de performance comme le DSP audio...

Un processeur peu facilement avoir un goût fade dans un mauvais environnement matériel et donc logiciels avec les firmwares, drivers et OS...
Avatar de Steinvikel Steinvikel - Membre régulier https://www.developpez.com
le 14/10/2017 à 5:11
"Ajouter un nouveau proc à l'écosystème existant, d'accord. A voir ce qu'il apporte de plus que les autres, et si les outils de dev vont suivre..."

on peut déjà citer : la sécurité et la performance.
Pour la fiabilité, la résilience, la confiance... c'est la transparence et l'assurance de celle-ci.
Il est déjà admis depuis bien longtemps dans le monde professionnel qu'en ce qui concerne la sécurité, seule la transparence de la fabrication permet l'assurance de sécurité.
Regarde les protocoles de communications sécurisé > open-source, les algorithmes de chiffrement > open-source, les OS dédié à la sécurité > open-source...
De plus, l'absence de partie superflue aide à de meilleurs performances... et le fait de pouvoir prendre connaissance de tout les rouages du code/matos y aide d'autant plus.

...reste à voir si toutes les "innovations" propriétaires garderons cet open-hardware à des lustres d'une concurrence.
Offres d'emploi IT
Responsable technique java/jee H/F
Capgemini - Midi Pyrénées - Toulouse (31000)
Développeur java H/F
Capgemini - Pays de la Loire - Nantes (44000)
IT lead développeur H/F
Capgemini - Bretagne - Rennes (35000)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil