Le CEO de DuckDuckGo dénonce l'agrégation des données par Google et Facebook
Les utilisateurs devraient-ils condamner ou encourager cette pratique ?

Le , par Olivier Famien, Chroniqueur Actualités
À l’ère du numérique, nombreuses sont les entreprises qui représentent les données comme la nouvelle richesse. Et pour cause, la majeure partie des entreprises ont bâti leurs activités autour de ces données. C’est donc en connaissance de cause que les entreprises cherchent à posséder le maximum de données sur les individus, les entreprises, les produits.

Aussi, en considérant les avantages que confèrent ces données, les entreprises n’hésitent pas à mettre en œuvre sur la toile des outils permettant de collecter un maximum de données sur les utilisateurs, ce qui ne se fait pas sans conséquence. Vu les effets induits par le désir d’acquérir le maximum d’informations sur les utilisateurs, un projet baptisé Princeton Web Transparency & Accountability Project a été initié afin de déterminer avec plus de précision quelles données les entreprises collectent, comment elles le font et ce qu’elles font avec ces données.

Pour parvenir à leurs fins, les initiateurs du projet ont utilisé l’outil OpenWPM conçu de toute pièce afin de pouvoir faciliter l’automatisation des tâches comme la simulation des actions des utilisateurs, l’enregistrement des observations et l’analyse des résultats. Et pour ces recherches, les développeurs de l’outil ont couplé OpenWPM au navigateur Firefox. Après avoir observé le fonctionnement d’environ 1 million de sites web les plus visités, l’équipe en charge du projet est parvenue à détecter un certain nombre de méthodes obscures utilisées par les entreprises pour collecter les données sur les utilisateurs. Ces méthodes incluent l’exploitation de l’empreinte digitale de navigateur ou de l’appareil de l’utilisateur comme l’utilisation abusive de l’API WebRTC, de l’API de l’état de la batterie, etc., ce qui rend les outils de protection de la vie privée désuets.


De manière globale, l’étude révèle que 76 % des sites web contiennent maintenant des trackers Google cachés contre 24 % de trackers cachés pour Facebook. En troisième position, nous avons 12 % de sites qui contiennent des trackers Twitter cachés. Cela sous-entend que lorsque vous utilisez des produits Google, Facebook ou Twitter, vous actions sont suivies par ces entreprises et lorsque vous n’utilisez pas leurs produits et que vous visitez des sites tiers, vous êtes toujours dans le champ de surveillance de ces grandes entreprises.

Selon les résultats des recherches, Google et Facebook, pour ne citer que ces deux entreprises, « ;ont accumulé d’énormes profils de données sur chaque personne, ce qui peut inclure vos intérêts, vos achats, vos recherches, votre historique de navigation et de localisation, et bien plus encore… ;». Avec ces données, ces entreprises qui occupent des places de choix dans le domaine de la publicité numérique peuvent offrir des publicités beaucoup plus ciblées que la concurrence. Si ces deux entreprises représentent à elles seules 63 % de la publicité numérique avec une courbe d’activités qui pointe vers le haut année après année (selon eMarketer), il va sans dire que les données des utilisateurs sont au fil des années collectées en grande quantité et utilisées avec plus de précision.


Selon les résultats de cette étude, Google et Facebook utilisent également les données des utilisateurs comme entrées pour leurs algorithmes d’intelligence artificielle de plus en plus sophistiqués qui placent les utilisateurs dans une bulle de filtrage — un univers numérique alternatif qui contrôle ce que les utilisateurs voient dans leurs produits, selon ce que leurs algorithmes pensent le plus probable. Dans ce sens, l’utilisateur pourrait être guidé non plus par ses propres besoins ou envies, mais plutôt par ce qui lui est présenté par l’entreprise. Et s’il ne s’agissait non pas de produit de consommation, mais plutôt d’informations sur tel ou tel sujet, les utilisateurs pourraient être orientés dans un sens qui pourrait ne pas être ce qui leur sied.


Face à ces conséquences, certaines personnes, comme le CEO du moteur de recherche DuckDuckGo, avertissent de ne pas se laisser berner par des prétentions d’autorégulation, car selon ces personnes, toute réforme utile à long terme des pratiques de Google et de Facebook en matière de protection des données s’oppose fondamentalement à leurs principaux modèles commerciaux : publicité hyper ciblée basée sur une surveillance personnelle de plus en plus intrusive. Sous cet angle, cette catégorie de personnes estime que le changement doit venir de l’extérieur.

En attendant que les gouvernements prennent des décisions contraignantes pour freiner l’intrusion dans la vie privée des utilisateurs par ces entreprises, souligne Gabriel Weinberg, CEO et fondateur de DuckDuckGo, les utilisateurs devraient prendre les choses en main. Le CEO préconise d’ores et déjà l’utilisation d’autres moteurs de recherche, tandis que d’autres mettent en avant l’utilisation d’extensions dans les navigateurs pour bloquer les trackers cachés de Google et Facebook. D’autres vont encore plus loin en soulignant que l’on devrait délaisser Google et Facebook. Est-ce possible ;? La question reste posée.

Mais tandis que de nombreuses personnes voient à travers l’utilisation de ces données de mauvaises pratiques qui tendent à mettre à mal la vie privée, la concurrence et à imposer des opinions tierces, d’autres par contre estiment que l’agrégation des données par ces entreprises contribue à offrir une expérience plus personnalisée et ne contribue aucunement à violer la vie privée. L’argument principal soutenu par ces personnes est qu’elles n’ont rien à cacher. Bien au contraire ! En exploitant leurs données, les entreprises leur fourniraient des produits beaucoup plus précis qui leur permettront d’obtenir assez rapidement ce qu’elles recherchent sur la toile.

Face à ces deux positions, pensez-vous que l’on doit agir pour mettre fin à la surveillance des utilisateurs par ces entreprises ou plutôt pensez-vous que la surveillance de masse rapportée par certaines personnes relève de la paranoïa ;?

Source : CNBC, Princeton University

Et vous ?

Selon vous, ce rapport présente-t-il de réelles menaces pour la vie privée ou est-ce de la paranoïa ;?

Que pensez-vous que les utilisateurs pourraient faire pour lutter contre l’intrusion dans leur vie privée par ces entreprises ;?

Pensez-vous que l’on puisse se passer de Google et Facebook dans cette ère numérique ;?

Voir aussi

Protection de la vie privée : UR, le navigateur français reçoit une subvention de la Commission européenne, dans le cadre du programme Horizon 2020
Internet des Objets et respect de la vie privée peuvent-ils aller de pair ? Eve Maler livre son analyse de la question
Des chercheurs mettent en lumière les risques relatifs à la vie privée lors de paiements effectués avec des monnaies électroniques sur le Web


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Namica Namica - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 04/02/2018 à 9:47

enGooglés
Cette nouvelle de Cory Doctorow est la traduction de Scroogled, récit publié en septembre 2007 par le magazine Radar.
Traduction depuis l'anglais (États-Unis) par Valérie Peugeot, Hervé Le Crosnier et Nicolas Taffin pour C & F éditions.
  • « Qu'on me donne six lignes écrites de la main du plus honnête homme,
    j'y trouverai de quoi le faire pendre » Cardinal Richelieu
  • « Nous n'en savons pas assez sur vous » Eric Schmidt, PDG de Google

https://cfeditions.com/scroogled/scroogled.html Le récit original et la traduction sont diffusés sous une licence "Creative commons by-nc-sa"

Configuring/Hardening Firefox for Security and Privacy https://gist.github.com/DeltaHeavy/c...5aaa8a6ea26b8d

Modules Firefox https://addons.mozilla.org/fr/androi...er/Langoliers/
Avatar de Madmac Madmac - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 05/02/2018 à 0:26
La collecte d'information n'est pas dans l'intérêt des utilisateurs. Mais il faudrait naïf de croire qu'ils pourraient rendre ce service sans cela.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 05/02/2018 à 10:51
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
La collecte d'information n'est pas dans l'intérêt des utilisateurs. Mais il faudrait naïf de croire qu'ils pourraient rendre ce service sans cela.
Ben en fait Google pourrait être rentable même sans vendre les informations des utilisateurs.
Normalement un site génère un profit grâce à la publicité (affichage, clique, pourcentage d'achat, inscription, etc).
Malheureusement les gens utilisent des bloqueurs de publicités ce qui est très grave pour tout ceux qui essaient de vivre grâce à internet comme les webmasters, les steamers et les youtubers.
Par conséquent ils doivent faire des placements de produits ce qui est moins simple que la pub normale.

Avec Google il y a un autre revenu, c'est que les sites paient pour être bien référencé.
Avatar de Luckyluke34 Luckyluke34 - Membre émérite https://www.developpez.com
le 05/02/2018 à 14:09
Il y a évidemment un énorme problème de collecte des données et d'effets pervers de l'utilisation qui en est faite par Google, Facebook et co. Il a fallu attendre l'élection de Trump pour que tout le monde s'en rende compte mais des associations de défense de la vie privée et des activistes tirent la sonnette d'alarme depuis longtemps.

La RGPD apporte quelques progrès en termes de consentement de l'utilisateur, d'information et d'anonymité, mais ça ne règle pas fondamentalement le souci. Il est illusoire de s'en remettre à la bonne volonté des GAFA pour faire de cette gigantesque somme de données un usage qui va dans le sens de l'intérêt général. On a besoin de concurrents, d'alternatives crédibles comme DuckDuckGo, Qwant, les clouds privés, les capsules de données...

Il faut que la frugalité des données, le respect de la vie privée et le retour à l'utilisateur du contrôle de ses propres informations redevienne un avantage compétitif. Certains ont fait croire pendant longtemps que la gratuité des services numériques n'avait pas de contrepartie ; il faut maintenant trouver le moyen de faire comprendre au grand public que ce n'est pas le seul critère et que c'est tout un modèle de société qui est en jeu. Dans une économie virtuelle globalisée, on voit mal comment cela pourrait passer par la règlementation, c'est donc aux médias et aux entreprises alternatives de faire naître cette prise de conscience.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 05/02/2018 à 14:22
Citation Envoyé par Luckyluke34 Voir le message
Il a fallu attendre l'élection de Trump pour que tout le monde s'en rende compte
Ça a plutôt commencé avec les révélations d'Edward Snowden...
C'est à partir de là qu'on savait que la NSA faisait de la surveillance de masse.
Avatar de Mc geek Mc geek - Membre régulier https://www.developpez.com
le 06/02/2018 à 23:56
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ça a plutôt commencé avec les révélations d'Edward Snowden...
C'est à partir de là qu'on savait que la NSA faisait de la surveillance de masse.
Disons plutôt que c'est à partir de ces révélations que l'on a eu des preuves de cette surveillance de masse.
Du point de vue de la NSA, cela aurait été stupide de ne pas profiter du flot immense de données dû à la présence des serveurs DNS sur le territoire américain.
On pouvait donc être quasi-sûr que la NSA interceptait les communications.

L'important est juste de ne pas se faire prendre.
Avatar de Namica Namica - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 07/02/2018 à 3:19
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ça a plutôt commencé avec les révélations d'Edward Snowden...
C'est à partir de là qu'on savait que la NSA faisait de la surveillance de masse.
Heu, qu'on en a eu la preuve. Si non, c'était déjà bien suspecté, voire démontré, avant cela avec les programmes spectre et autres joyeusetés états-uniennes.
Rien à voir avec les failles récentes spectre ou meltdown. C'est bien plus vieux que cela (et je n'ai plus les références). Les gens ont la mémoire courte.
Mais depuis, ils se sont vachement améliorés.
Un belle synthèse de ce que à quoi nous sommes soumis : https://en.wikipedia.org/wiki/Surveillance
Libre à vous de creuser un peu.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 07/02/2018 à 8:14
Citation Envoyé par Mc geek Voir le message
Disons plutôt que c'est à partir de ces révélations que l'on a eu des preuves de cette surveillance de masse.
Citation Envoyé par Namica Voir le message
Heu, qu'on en a eu la preuve.
Oui, moi tout ce que je voulais c'était répondre à Luckyluke34 pour lui dire que le problème existait bien avant Trump et qu'il n'a strictement rien à voir là dedans.

C'est comme quand on dit "Obama n'y est pour rien pour les guerres des USA elles étaient déjà commencé par Bush".
'Peace' President? How Obama came to bomb seven countries in six years
US has engaged in conflict in Iraq, Afghanistan, Pakistan, Somalia, Yemen, Libya and now Syria
Map shows where President Barack Obama dropped his 20,000 bombs


===
Donc la surveillance de masse ça n'a pas commencé sous Trump, si ça se trouve ça n'a pas commencé sous Obama non plus (mais c'est pendant ces années que c'est devenu énorme), en même temps on ne sait pas si le président à un contrôle la dessus... Il est impossible de tout micro manager, si ça se trouve il gère pas tout ce qui est NSA, FBI, CIA, etc.
Avatar de Luckyluke34 Luckyluke34 - Membre émérite https://www.developpez.com
le 07/02/2018 à 9:29
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Oui, moi tout ce que je voulais c'était répondre à Luckyluke34 pour lui dire que le problème existait bien avant Trump et qu'il n'a strictement rien à voir là dedans.
J'ai jamais dit que Trump était responsable hein

Il y a actuellement un phénomène baptisé tech backlash dû à la prise de conscience que Facebook et co ont pu jouer un rôle direct ou indirect dans son élection. Du coup tout le monde se penche sur les pratiques des géants du web, certains états essaient de légiférer, etc.

Je n'ai pas souvenir qu'il y ait eu une réaction massive des média et de l'opinion publique contre les GAFA quand l'affaire Snowden et sortie. C'est en premier lieu la NSA et la CIA qui étaient sous les feux de la rampe.

PS : la surveillance étatique de masse n'est pas le sujet de la news.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 07/02/2018 à 9:53
Citation Envoyé par Luckyluke34 Voir le message
J'ai jamais dit que Trump était responsable
Ouais "que tout le monde s'en rende compte" c'est que je voulais dire.

En fait j'avais mal lu la phrase :
Citation Envoyé par Luckyluke34 Voir le message
Il y a évidemment un énorme problème de collecte des données et d'effets pervers de l'utilisation qui en est faite par Google, Facebook et co. Il a fallu attendre l'élection de Trump pour que tout le monde s'en rende compte
Je croyais que ça parlait de collecte de données...

Citation Envoyé par Luckyluke34 Voir le message
Facebook et co ont pu jouer un rôle direct ou indirect dans son élection.
Le système n'a pas aimé que Trump emporte l’élection malgré tous les efforts qui ont été réalisé.
Le système est frustré d'avoir perdu du pouvoir de manipulation, il veut que sa propagande retrouve de l'impact.

Les étasuniens ont partagé, aimé, des discours de Trump, c'est tout.
Malgré le fait que les médias, les politiques, le showbiz étaient très anti Trump.

Trump était populaire, le peuple ne se retrouve plus dans les médias mainstreams.

Citation Envoyé par Luckyluke34 Voir le message
Du coup tout le monde se penche sur les pratiques des géants du web
Facebook et Twitter se font taper sur les doigts, parce que les gens qui aiment Trump peuvent partager des articles pro Trump.
Le système veut faire croire qu'il y a une interférence Russe... N'importe quoi...
Il y a des gens puissant qui rêvent du retour de la guerre froide.

Le discours de Trump a parlé aux étasuniens c'est tout.
Après il y a des sites d'information alternatives qui font des articles pas toujours vrais qui sont partagés sur les réseaux, mais bon les médias mainstream donnes également souvent de mauvaises informations...
Sur facebook tout et n'importe quoi est partagé.
Mais si un de vos proche partage une fausse information, vous pouvez commenter sa publication en prouvant ce qui est faux.

Aussi bien c'est la liberté, chacun est libre de partager et dire n'importe quoi sur son mur.
Tant que ce n'est pas d'incitation à la haine, t'es libre de penser ce que tu veux.
T'as le droit de penser des choses fausses.
L'humain a toujours cru en des choses fausses...
Contacter le responsable de la rubrique Accueil