La France sacrée championne d'Europe du logiciel libre et de l'open source
Devant l'Allemagne et le Royaume-Uni

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Utilisez-vous des logiciels libres ?
Chaque année, le CNLL (Conseil National du Logiciel Libre) réalise une étude visant à mettre en évidence le poids économique du libre et de l’open source, son impact sur l’ensemble de l’économie, et notamment sur l’emploi et l’innovation. Les statistiques de l’étude, qui a été réalisée par PAC-CXP et des chercheurs des universités de Valenciennes et Lyon 3 pour le compte du CNLL, ont été présentées à l’occasion du Paris Open Source Summit, organisé par le Pôle de Compétitivité Systematic Paris-Region.

La France et le marché de l’open source en Europe

Tout d’abord, l’étude a indiqué une croissance en termes de CA dans l’Hexagone. En 2017, le marché français a pesé 4462 millions d’euros, avec 4184 millions d’euros qui ont été attribués aux services IT liés à l’open source et 278 millions d’euros pour les logiciels open source.

L’étude note qu’en termes de volume, le marché est principalement généré grâce aux offres open source des prestataires de services IT, et en particulier les offres portant sur les services d’intégration de l’open source.

Mais l’étude fait également des projections. Elle estime notamment qu’en 2021, les services IT liés à l’open source représenteront la plus grande part du marché en termes de revenus, et la part des revenus liés à l’outsourcing de solutions Open Source passera de 20 à 25 %. Notons que cette tendance s’observe déjà en 2017.

Elle indique également que la croissance du marché est principalement portée par les solutions logicielles sur la période 2017/2021, voire bien plus pour les revenus SaaS avec un taux de croissance annuel moyen (CAGR17/21) de plus de 30 %.

Lorsqu’on compare la France à ses voisins, il apparaît que le marché français de l’open source est plus important en termes de volume que dans les autres pays européens majeurs, en raison d’une forte culture du développement spécifique et de l’intégration de systèmes composites, ainsi que d’un fort investissement historique des pouvoirs publics.


La France est championne d’Europe de l’open source et du numérique ouvert, devant le Royaume-Uni et l’Allemagne, à la fois en valeur absolue (France: 4.5 Mrd d’euros vs. 4.2 au UK et 4.0 Allemagne), et en part de l’open source dans le marché IT global (9.9 % FR, 6.5 % UK, 6.4 % DE). Cette position ne devrait pas changer d’ici 2021.

Le secteur du logiciel libre et open source poursuit donc sa croissance en s'appuyant sur ses positions historiques dans l'infrastructure, le middleware et le web, et trouve de nouveaux relais de croissance par son implication forte dans les nouveaux segments de marché technologiques: le Big Data et l'IA, les nouvelles générations d'outils de développement orientées DevOps, et les technologies autour du cloud.

Impact sur le recrutement

Pour les besoins de l’étude, un univers a été constitué avec des tailles d’entreprises variées pour représenter au mieux les réalités. Comme l’explique la recherche, la dimension « taille » des entreprises est importante, car les raisons d’adoption des logiciels libres et open source peuvent être différentes. La figure ci-dessous est représentative du panel


Par ailleurs, il faut noter que la majorité des répondants travaillent dans des organisations qui ciblent des clients professionnels.

À ce jour, le logiciel libre peut créer de la valeur au niveau du développement, des bases de données et des infrastructures, mais l’étude révèle que sa pénétration existe à travers tout le système d’information.


Ci-dessous, les freins au développement du Logiciel libre et open source selon les répondants :


Puis les répondants ont évoqué l’effectif annuel dans l’organisation sur le logiciel libre et open source :


Concernant les prévisions sur l’évolution des effectifs, près d’une entreprise sur deux s’attend à une croissance significative. Cette croissance attendue devrait être supérieure aux prévisions de croissance des chiffres d’affaires. Mais cette évolution des effectifs souhaitée sera bien supérieure à la réalité, car le marché fait face à une pénurie de compétences.


Les perspectives de croissance du secteur laissent prévoir un besoin de recrutement net de 4000 personnes/an d’ici à 2021, pour atteindre 56 500 ETP en 2021. Le secteur de l'open source est créateur d'emploi qualifié (formation supérieure Bac +5 à plus de 63 %) et privilégie l’emploi local, mais très localisé et de proximité avec très peu de sous-traitance et d'off shore. Nous sommes bien dans une économie de service et logiciel très « made in France ».


Les postes les plus recherchés restent les profils de développeurs, devant les chefs de projets et les administrateurs système. On voit émerger les demandes sur des profils de data scientists (spécialistes du traitement des données).


Au-delà des enjeux économiques

Les entreprises dans le secteur, en particulier les « pure players », partagent pour la plupart les valeurs de transparence, d’ouverture et de collaboration qui fondent le mouvement du logiciel libre et de l’open source.
Elles sont notamment en première ligne – à la fois en termes de vigilance et de proposition de solutions – sur les sujets suivants :
  • la souveraineté numérique de la France et de l’Europe ;
  • la neutralité du Net, l’interopérabilité ;
  • la transparence des algorithmes ;
  • la lutte contre le sexisme, pour l’inclusion numérique ;
  • le refus des brevets sur les logiciels et les méthodes d’affaires.

Source : CNLL

Et vous ?

Qu'est-ce qui peut, selon vous, expliquer ces performances ?

Voir aussi :

« De nombreux militants du logiciel libre sont juste des antisociaux qui aiment détester tout ce qui est populaire », estime le patron de Canonical
Quel type de chef de projet faut-il pour qu'un projet de logiciel libre aboutisse ? Partagez vos expériences


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de jean12 jean12 - Membre du Club https://www.developpez.com
le 05/01/2018 à 11:02
Selon moi il y a deux principales tendances en ce moment:
1- Les chercheurs et scientifiques (docteurs et plus) utilisent tous aujourd'hui des outils Open Source pour leurs recherhces et publications.
Notamment, en raison des langages évolués tels que Python (Go, R, etc.) qui permettent une liaison (intégration) facile d'autres outils puissants de traitement de données basés sur le langage C, tels que Numpy, Scipy, etc.
2- D'autre part, les développeurs auto didactes (qui sont de plus en plus nombreux) utilisent beaucoup ces outils libres pour lesquels il est facile, à condition de le désirer vraiment, de se former en ligne à travers les CLOMs (Cours Libres Ouverts Massifs).
Pour le reste, cela leur est généralement imposé durant leur formation. Et après quelques uns continuent de l'utiliser de façon diverses.

Ces facteurs qui renferment de très nombreux utilisateurs expliquent ces performances.
Une influence à ces niveaux permettrait donc, selon moi, de maintenir la performance. Et un délaissement pourrait faire regresser les choses.

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil