Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

UE : des agences de presse appellent Google et Facebook à payer des royalties pour des actualités
Qui leur font réaliser de gros bénéfices

Le , par Stéphane le calme

25PARTAGES

10  0 
Dans une tribune publiée sur le quotidien Le Monde, neuf PDG d’agences de presse européennes ont appelé mercredi les poids lourds de l'Internet à être obligés de payer des droits d'auteur pour avoir utilisé des contenus d'information sur lesquels ils réalisent de gros bénéfices.

Il s’agit notamment des PDG Emmanuel Hoog de l'AFP, Peter Kropsch de l'agence allemande DPA, Clive Marshall de l’agence britannique Press Association, Jose Antonio Vera de l’agence espagnole EFE, Giuseppe Cerbone de l’agence italienne Ansa, Jonas Eriksson de l’agence suédoise TT, également président de l’Alliance européenne des agences de presse (EANA), Clemens Pig de l’agence autrichienne APA), Marcel van Lingen de l’agence néerlandaise ANP et Patrick Lacroix de l’agence belge Belga).

L'appel intervient alors que l'UE débat sur une directive visant à faire payer Facebook, Google, Twitter et d'autres acteurs importants pour les millions d'articles qu'ils utilisent ou vers lesquels ils pointent.

Pour les PDG, « La bataille qui se livre est pourtant essentielle pour tous les citoyens européens : vont-ils pouvoir continuer ou non à l’avenir de recevoir de la part des médias une information fiable et complète ? Un enjeu majeur pour la démocratie. La plupart des consommateurs ont perdu l’habitude de payer ce qu’ils considèrent comme un droit acquis. »

Et de continuer en affirmant « Qu’aujourd’hui la plupart des consommateurs, en particulier les jeunes, ont perdu l’habitude de payer ce qu’ils considèrent comme un droit acquis. Ils consultent les réseaux sociaux sur leur téléphone portable ou leur ordinateur et ont immédiatement accès aux plus grands médias, à leurs alertes concernant les derniers flashs d’actualité comme à leurs analyses et reportages d’investigation. »

Les grandes enseignes de l'Internet dégagent « D’énormes bénéfices », soulignent les agences, qui rappellent que « Facebook a triplé ses bénéfices en 2016, avec 10 milliards de dollars de profits » et « Google affiche quelque 20 milliards de dollars de résultat sur un chiffre d'affaires de 90 », grâce essentiellement à l'afflux de la publicité au détriment des médias traditionnels.

Leur attractivité est due pour beaucoup à l'information gratuite que les consommateurs ont pris l'habitude de trouver sur le net. En effet, les agences rappellent que lire des actualités est la seconde raison pour laquelle les internautes se connectent à Facebook, juste après avoir des nouvelles de sa famille et de ses amis.


« Facebook est devenu le plus grand média du monde », ont-ils déclaré. « Pourtant ni Facebook ni Google n'ont de salle de rédaction... Ils n'ont pas de journalistes en Syrie risquant leur vie, ni de bureau au Zimbabwe enquêtant sur le départ de Mugabe, ni d'éditeurs pour vérifier et revérifier les informations envoyées par les journalistes sur le terrain. »

« L'accès à l'information gratuite est censé être l'une des grandes victoires de l'Internet, mais c'est un mythe », affirment les agences.

« À la fin de la chaîne, informer le public coûte beaucoup d'argent. »

Pourtant, ce sont les poids lourds du Net qui récoltent d'énormes bénéfices « du travail des autres » en absorbant entre 60 et 70 % des revenus publicitaires, comme Google par exemple qui a connu une croissance d'un cinquième en un an sur le domaine.

Pendant ce temps, les revenus publicitaires des médias d'information ont chuté de neuf pour cent en France seulement l'année dernière, « un désastre pour l'industrie ».

« Les années ont passé (sans que rien ne soit fait) et la collecte d’actualités gratuites et fiables est maintenant menacée parce que les médias ne pourront tout simplement plus payer », ont ajouté les agences de presse.

« Des sources d'informations diverses et fiables, pilier de la démocratie, risquent d'être minées. »

Les tentatives des médias en France, en Allemagne et en Espagne pour contraindre les géants de l'Internet à payer n'ont fait que les amener à « cracher des miettes symboliques », ont-ils ajouté.

Les agences de presse ont insisté sur le fait que certains de ces déséquilibres pourraient être corrigés si l'UE leur accordait le droit d'auteur et d'autres droits « liés aux médias ». Cependant, certains membres du Parlement européen craignent que la directive proposée menace le libre accès aux actualités pour les internautes.

Il n’en sera pas ainsi, ont insisté les agences : « Les internautes ne seraient pas touchés. Simplement, ceux qui empochent désormais une part disproportionnée des recettes publicitaires devraient en partager une partie significative avec ceux qui produisent réellement l'information. »

Source : Le Monde

Et vous ?

Que pensez-vous des revendications des médias ?
Vous semblent-elles légitimes ou exagérées ? Pourquoi ?
Partagez-vous les craintes des législateurs qui pensent que cela pourrait menacer le libre accès aux actualités pour les internautes ?

Voir aussi :

La CJUE va devoir trancher sur le litige opposant Google à la presse allemande, qui réclame une rémunération pour chaque référencement à un article

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de VivienD
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 15/12/2017 à 10:40
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
[...]

Pour les PDG, « La bataille qui se livre est pourtant essentielle pour tous les citoyens européens : vont-ils pouvoir continuer ou non à l’avenir de recevoir de la part des médias une information fiable et complète ? Un enjeu majeur pour la démocratie. la plupart des consommateurs ont perdu l’habitude de payer ce qu’ils considèrent comme un droit acquis. »

[...]
La bonne blague! Comme si les médias traditionnelles étaient des modèles de fiabilité. Rappelons-nous leur couverture des faits liés aux sciences, statistiques inclues; rappelons-nous des super lunes, du chocolat qui rendrait intelligent, des multiples sorties du système solaire de la part de Voyager 1 et 2, etc.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
[...]

Et de continuer en affirmant « Qu’aujourd’hui la plupart des consommateurs, en particulier les jeunes, ont perdu l’habitude de payer ce qu’ils considèrent comme un droit acquis. Ils consultent les réseaux sociaux sur leur téléphone portable ou leur ordinateur et ont immédiatement accès aux plus grands médias, à leurs alertes concernant les derniers flashs d’actualité comme à leurs analyses et reportages d’investigation. »

[...]
Parce que, comme tout le monde sait, l'accès à internet est gratuit. Non mais, des fois, on se demande.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
[...]

« Facebook est devenu le plus grand média du monde », ont-ils déclaré. « Pourtant ni Facebook ni Google n'ont de salle de rédaction ... Ils n'ont pas de journalistes en Syrie risquant leur vie, ni de bureau au Zimbabwe enquêtant sur le départ de Mugabe, ni d'éditeurs pour vérifier et revérifier les informations envoyées par les journalistes sur le terrain.»

[...]
Mais, lorsque les actualités ne touchent pas le monde géopolitique, on peut se dispenser de "vérifier et revérifier les informations envoyées par les journalistes", quitte à parfois piétiner certains principes judiciaires comme la présomption d'innocence. Deux poids, deux mesures...

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
[...]

« Les années ont passé (sans que rien ne soit fait) et la collecte d’actualités gratuites et fiables est maintenant menacée parce que les médias ne pourront tout simplement plus payer », ont ajouté les agences de presse.

« Des sources d'informations diverses et fiables, pilier de la démocratie, risquent d'être minées »

[...]
Mea culpa. Ce n'était pas une blague mais les prémices d'un gag récurrent.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
[...]

Les tentatives des médias en France, en Allemagne et en Espagne pour contraindre les géants de l'Internet à payer n'ont fait que les amener à « cracher des miettes symboliques », ont-ils ajouté.

Les agences de presse ont insisté sur le fait que certains de ces déséquilibres pourraient être corrigés si l'UE leur accordait le droit d'auteur et d'autres droits « liés aux médias ». Cependant, certains membres du Parlement européen craignent que la directive proposée menace le libre accès aux actualités pour les internautes.

Il n’en sera pas ainsi, ont insisté les agences : « Les internautes ne seraient pas touchés. Simplement, ceux qui empochent désormais une part disproportionnée des recettes publicitaires devraient en partager une partie significative avec ceux qui produisent réellement l'information. »

[...]
Si les géants n'obtiennent plus autant de revenus de la part des informations, alors ne serait-ce qu'une partie des ressources y étant dédiées seront redirigées vers une autre source de recettes, ce qui réduira la visibilité des informations censées être fiables. Donc, oui! Les internautes seront touchés.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous des revendications des médias ?
Il s'agit là de l'argumentaire entâché de mauvaise foi de la part d'acteurs qui n'ont toujours pas compris que leur baisse de revenus est surtout due à leur manque croissant de crédibilité (absolue ou relative), chose que leur plaidoirie n'améliore pas, loin s'en faut.
8  0 
Avatar de Grogro
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/12/2017 à 16:20
En somme, les médias traditionnels en perte de vitesse, qui touchent des centaines de millions d'euros de subventions chaque année, accusés de toute part de diffuser un flot continu d'informations plus ou moins bidons, dont le titre de chaque article déforme systématiquement le contenu du dit article, réclament des royalties pour chaque lien pointant vers des articles qui sont le plus souvent des copier-coller de dépêches AFP ou Reuters quand ils ne sont pas carrément générés automatiquement.

J'ai bon ?
6  0 
Avatar de seikida
Membre actif https://www.developpez.com
Le 15/12/2017 à 9:58
Pour moi cela depend de qui publie la news. Si celui qui publie la News est Robert car il a souhaite partager sur son mur une news qu'il a vu sur le site du Figaro ; je vois pas pourquoi Facebook devrait payer pour ca !

C'est du n'importe quoi selon moi. Car dans ce cas autant demander a tout les forums de payer. Exemple: C'est comme si on demander a developpez.net de payer Le Monde car Stéphane le calme (l'auteur de ce post) a relaye la news : http://www.lemonde.fr/idees/article/...9088_3232.html

C'est du n'importe quoi. Non?

Bon dans mon exemple, c'est un chroniqueur de developpez.net donc le Monde peut ouvrir sa bouche...
Mais si c'est un utilisateur lambda qui fait ca ... pourquoi developpez.net devrait payer ?

Expliquez moi la logique car je suis un peu stupide la (je ne comprend pas).

PS : Le cas de Google est different car c'est lui qui va chercher les news.
5  0 
Avatar de halaster08
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 15/12/2017 à 14:45
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Les sites de news dépendent plus de Google, que l'inverse...
FAUX !
Sans sites de news, Google actualité n'aurait rien a montrer donc n'existerait pas.
Les sites de news existait bien avant l'arrivé de Google actualité, comme je le disais le problème c'est que beaucoup de gens ne lisent que les titres, avant ils les lisaient directement sur les sites de ces journaux ce qui générait du trafic sur leurs sites (et donc du revenu publicitaire), maintenant ce trafic est capté par Google ce qui leur fait perdre beaucoup l'argent.
5  0 
Avatar de raphchar
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 15/12/2017 à 13:00
Négatif? Ça dépend. S'il n'y qu'un lien, non. Mais Facebook et Google extraient le contenu sans les pubs. Donc les gens ont une idée de l'info sans générer de revenus publicitaires à l'éditeur. Et la pub dans les médias il y en a un paquet.
Maintenant il est certain que Google et Facebook trouverons toujours un moyen de s'en tirer en restant gagnants.
4  0 
Avatar de Conan Lord
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 15/12/2017 à 14:17
Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
Non mais c'est une blague ? Et qui paie Youtube pour héberger gratuitement les vidéos de Norman et lui fournir une visibilité sans égal ?

Si les médias ne veulent plus que Google référence leurs articles c'est quand même simple, ya un petit fichier robots.txt dans lequel il suffit de mettre :
Oui, et quand on est mal payé, il suffit d'arrêter de travailler. Le monde est simple, finalement

Plus sérieusement, il y a une dépendance mutuelle entre l'éditeur et le créateur. Je ne reproche pas aux éditeurs de gagner de l'argent, je leur reproche de rémunérer les créateurs dans l'opacité la plus totale. Par rapport au modèle de support physique, où l'auteur, l'éditeur et le distributeur ont leur part de façon plus ou moins transparente, avec le numérique, c'est beaucoup moins évident et la position dominante des GAFA n'arrange franchement pas les choses.
4  0 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 18/12/2017 à 10:47
Citation Envoyé par Conan Lord Voir le message

Alors non, Norman ne cède pas sa propriété [j'hésite à dire intellectuelle] comme avec les éditeurs classiques, mais ce n'est pas un simple hébergeur. Tant que la vidéo est sur YouTube, elle appartient à YouTube, et c'est YouTube qui la monétise. Norman n'en conserve que la pleine propriété intellectuelle.
Attention les mots ont un sens. Norman ne cède pas ses droits, il concède des droits à Youtube (et au monde entier apparemment aussi). C'est complètement différent. Quand tu cèdes les droits ils passent de main en main, quand tu concèdes c'est une forme de GRANT. Tu donnes des droits, le seul que tu perds pour le coup c'est l'exclusivité. Il donne aussi à Youtube les droits pour GRANT d'autres personnes / entités.

Donc non, j'insiste, on ne peut décemment pas prétendre que Youtube est l'éditeur des vidéos de Norman, c'est juste factuellement faux.

Citation Envoyé par Conan Lord Voir le message

L'idée n'est pas d'écraser Google, mais Google étant le maillon intermédiaire de la chaîne (utilisateur => google => contenu), je trouve que la position financière de Google là-dedans est carrément abusée. À partir du moment où Google génère des revenus à partir du contenu propriétaire, il faudrait voir à partager le gâteau, au bout d'un moment.
Bah c'est la life du modèle économique basé sur la publicité et l'exploitation des données privées. Quand c'est gratuit c'est que le produit c'est toi. Le problème c'est que les gens veulent le beurre et l'argent du beurre. C'est comme vouloir manger des lasagnes à 3 euros la part et gueuler parce que c'est du cheval roumain. Ya un moment où il faut simplement arrêter de se comporter comme un gros con et réfléchir 5 minutes (je parle pas pour toi mais m.... au bout d'un moment).

On veut du référencement, du mail et des vidéos gratuites et on veut rien payer ? Mais faut vous réveiller les gens !?!

A noter que c'est pas tellement la vidéo en soi qui génère le revenu, mais c'est l’agrégat des données générées par le public des vidéos qui génère de la valeur. Donc c'est même pas la vidéo elle-même. Combiné au fait que Google est capable d'identifier les gens, c'est dévastateur.
4  0 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 15/12/2017 à 16:51
Citation Envoyé par Conan Lord Voir le message

Plus sérieusement, il y a une dépendance mutuelle entre l'éditeur et le créateur. Je ne reproche pas aux éditeurs de gagner de l'argent, je leur reproche de rémunérer les créateurs dans l'opacité la plus totale. Par rapport au modèle de support physique, où l'auteur, l'éditeur et le distributeur ont leur part de façon plus ou moins transparente, avec le numérique, c'est beaucoup moins évident et la position dominante des GAFA n'arrange franchement pas les choses.
Mais Google N'est PAS l'éditeur des vidéos de Norman. Il est l'hébergeur. Cela n'a rien à voir ! L'éditeur des vidéos de Norman c'est Norman lui même.

Quand aux journaux c'est encore pire, Google n'exploite pas le contenu des journaux il ne fait que les référencer. C'est grâce à ça que les gens vont sur les sites des journaux. En plus d'avoir un référencement gratuit ils voudraient être payés pour les pubs qui sont affichés sur la page de recherche de Google, mais c'est le monde à l'envers !?!

Bientôt ils vont te demander des royalties pour coller une url d'un de leurs articles sur ton blog ! Ces gens sont des malades !
3  0 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 16/12/2017 à 22:46
Citation Envoyé par Conan Lord Voir le message
Non, un éditeur perçoit ses revenus. Là, c'est Google qui perçoit les revenus générés par Norman et le rémunère dans la plus totale opacité. Si YouTube était simplement l'hébergeur de Norman, Norman perçevrait ses revenus et paierait YouTube pour l'hébergement. YouTube est de fait l'éditeur de Norman.
Je t'invite à aller lire la définition du métier d'éditeur. C'est la fabrication du livrable contenant l'oeuvre de l'auteur, c'est à dire la vidéo. Norman peut parfaitement pousser ses vidéos sur Dailymotion, ou n'importe quel autre site de streaming ou même encore sur ses propres serveurs. Youtube n'a absolument aucun droit sur les vidéos de Norman.

Youtube n'est donc pas l'éditeur de Norman mais bien son hébergeur, et c'est Norman lui-même qui a choisi d'y mettre ses vidéos.

Citation Envoyé par Conan Lord Voir le message

Google affiche des extraits de contenus propriétaires.
Gné ? Google affiche des contenus publics. Ces contenus sont publiés par les journaux à la vue de tous. C'est comme placarder les articles dans la rue. Google ne fait que dire où ils sont.

Citation Envoyé par Conan Lord Voir le message

Normalement, ça fait l'objet d'un contrat de cession de droits d'auteur ou approchant, comme les anthologies, ce genre de choses.
Non ça tombe sous le droit de citation. "Fair use" en droit américain. Il n'y a absolument aucun problème légal, et c'est bien pour cela que les journaux ne peuvent pas poursuivre Google et demandent une directive européenne.

Citation Envoyé par Conan Lord Voir le message

Si Google devait payer les journaux proportionnellement aux revenus générés par la branche Google News, ils le feraient bien sûr ! Ils ne perdraient pas d'argent, ils en gagneraient juste moins.
Et à quel moment les journaux paient Google pour tout le trafic généré par Google News chez eux ?
3  0 
Avatar de Lyons
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 17/12/2017 à 13:18
Si les journaux en question créaient du vrai contenu plutôt que copier les dépèches de l'AFP et rajouter un peu de sucre syntaxique, les gens cliqueraient peut-être sur les lien vers l'article après avoir lu le titre sur google news. Les journaux qui ont des vrais journalistes qui font de l'investigation et des recherches avant d'écrire un article intéressant n'ont pas trop de problèmes à ma connnaissance (où alors ils sont trop occupés à travailler pour avoir le temps de se plaindre de Google toutes les 2 semaines )
3  0