Mastercard dépose un brevet pour des paiements instantanés utilisant la technologie des blockchains
Qui faciliterait les opérations transfrontalières

Le , par Christian Olivier, Chroniqueur Actualités
MasterCard a récemment déposé un brevet pour des paiements instantanés utilisant la technologie des blockchains. Dans sa demande de brevet, l’entreprise américaine indique qu’elle a l’intention d’utiliser la technologie des blockchains pour créer un système permettant, par exemple, aux commerçants de recevoir des paiements instantanés garantis plutôt que d’attendre plusieurs jours avant que les transactions par carte de crédit puissent être vérifiées et payées par les émetteurs.

La blockchain est un registre électronique public décentralisé comparable à une base de données relationnelle. Elle est chiffrée et peut être partagée librement entre différents utilisateurs. Cependant, l’enregistrement des transactions dans ce système est immuable parce que chaque transaction est horodatée et liée à la précédente.

Le nouveau brevet de MasterCard est apparu, il y a quelques jours, dans la base de données de l’US Patent and Trademark Office. Il montre comment le géant des paiements par carte de crédit envisage d’utiliser la blockchain comme une base de données permettant de réduire les délais de traitement des paiements. L’adoption de cette technologie par MasterCard devrait notamment permettre de répondre aux attentes des entreprises qui souhaitent s’affranchir des problèmes liés à la rapidité, à la transparence et au coût des paiements transfrontaliers qu’elles effectuent.


De plus, les documents indiquent que la technologie pourrait aider l’entreprise à tenir un registre continu de ces transactions, en vérifiant qu’un vendeur a effectivement été payé après une vente. Les données stockées incluraient le montant de la transaction, une garantie de paiement, une confirmation du paiement et des profils de compte pour les parties concernées. Ces profils de compte stockent également les informations relatives au solde de chaque utilisateur, en fonction de l’application.

Le mois dernier, MasterCard a annoncé qu’elle ouvrait sa blockchain à certaines banques et certains commerces comme une alternative pour payer des biens et services. Elle a lancé de nouveaux outils de blockchain, des interfaces de programmation applicative connectées à son propre réseau de blockchain, afin de faciliter les transactions business-to-business (b2b). Ils devraient permettre à la société américaine d’intégrer sa technologie blockchain à son réseau de paiement existant au sein duquel interagissent déjà plus de 22 000 institutions financières. Ce réseau devrait être utilisé pour transférer les fonds engagés sur la chaîne de blocs, sans que les services financiers et les clients de la société américaine impliqués dans une transaction n’aient besoin de mettre en place leurs propres nœuds de serveur de registres distribués.

La blockchain de MasterCard est un réseau privé basé sur les permissions. De ce fait, seuls les utilisateurs autorisés à participer aux transactions peuvent consulter ces dernières. Cela devrait permettre aux utilisateurs de cartes de crédit de la marque de réaliser des transactions sécurisées et instantanées.

Comme l’a souligné MasterCard, « il est nécessaire de trouver une solution technique dans le cadre de laquelle une transaction de paiement peut être garantie d’une manière facilement vérifiable par une institution financière et/ou un commerçant, et où la garantie peut être utilisée en parallèle avec plusieurs méthodes de paiement et pour différents types de transactions, y compris les transactions du commerce électronique ».

Source : CoinDesk, US Patent and Trademark Office

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

MasterCard voudrait utiliser vos selfies comme un moyen d'authentification pour valider un paiement en ligne
Un chercheur en sécurité relève des faiblesses de l'API Payment Request implémentée dans les navigateurs pour faciliter les paiements en ligne


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil