Le Japon possèderait-il le superordinateur le plus puissant ?
Regard sur le Top 500 à la lumière du benchmark HPCG

Le , par Patrick Ruiz, Chroniqueur Actualités
Le 50e classement des 500 superordinateurs les plus rapides est disponible depuis peu. L’Empire du Milieu classe désormais 202 superordinateurs contre 143 pour les États-Unis d’Amérique. Une inversion drastique du rapport de force en faveur de la Chine puisqu’au mois de juin les États-Unis faisaient mieux avec 169 superordinateurs contre 160. Au-delà, il y a que la Chine mobilise 35,4 % de la puissance totale de calcul évaluée dans ce Top 500 contre 29,6 % pour le géant étasunien. Ce classement dont on a un récapitulatif du top 5 ci-dessous est valable du point de vue des résultats obtenus sur le benchmark LINPACK.


Pour ceux qui ne sont pas familiers à cette terminologie, un benchmark en informatique est un banc d’essai utilisé pour mesurer les performances d’un système en vue de le comparer à d’autres. Le benchmark LINPACK aide à la mesure de la performance d’un système pour la résolution de vastes systèmes linéaires d’équations, ce, dans un langage qui peut être soit Fortran ou C (pour ses versions les plus récentes). L’opération a pour but d’extraire une caractéristique de vitesse du système qui apparaît dans le classement sous la dénomination Rmax.

« Le projet de benchmark HPCG est un effort de création d’une nouvelle métrique pour le classement des calculateurs à haute performance », peut-on lire sur la page de présentation dédiée. Le benchmark High Performance Conjugate Gradient (HPCG) est présenté comme un complément au benchmark LINPACK, notamment, en ce qui concerne la prise en compte d’aspects comme la bande passante du réseau de données interne du système dans l’évaluation de sa performance sur une palette d’applications plus « large ». Plus de détails au sujet de la liste des opérations de base auxquelles on peut soumettre un système sous test sur la page de présentation du projet HPCG.

Dans les chiffres, l’utilisation du benchmark HPCG « tire les chiffres de performance vers le bas ». Plus intéressants sont les bouleversements importants sur le Top 5, tel que présenté précédemment. Le Sunway TaihuLight passe de la première à la cinquième position du classement lorsqu’on observe le système à la lumière du benchmark HPCG. Par contre, de dixième dans le classement selon le benchmark LINPACK, le K computer du constructeur japonais Fujitsu passe à la première position.


Le benchmark LINPACK demeure pour le moment le standard utilisé par l’organisation Top 500 pour la comparaison des superordinateurs. Il n’en demeure pas moins que parallèlement les résultats du benchmark HPCG sont publiés, ce qui pose une question fondamentale sur la table : lequel des deux tests est plus représentatif de la réalité ? Après, il faut se souvenir que pris indépendamment, ces résultats ne dévoilent que des chiffres qui ne sauraient à eux seuls tout révéler sur un système.

Sources

Spectrum IEEE

Page de présentation du projet HPCG

Votre avis

De ces deux benchmarks quel est selon vous celui dont les résultats collent le plus à la réalité ?

Voir aussi

Superordinateurs : la Chine en tête devant les États-Unis, regard sur le dernier classement du Top 500


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de dourouc05 dourouc05 - Responsable Qt & Livres https://www.developpez.com
le 15/11/2017 à 12:52
Il y a encore une autre manière d'évaluer la performance de calcul d'un superordinateur : le Graph500 s'oriente sur les applications qui doivent traiter beaucoup de données http://graph500.org/ (avec le Top500, c'est plutôt le nombre d'opérations à effectuer qui est importante, pas tellement le déplacement d'informations d'un processeur à l'autre). Là encore, le K est en première place.
Avatar de Anselme45 Anselme45 - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 15/11/2017 à 14:51
Je veux bien que l'on soit dans une société où il faut à tout prix prouver que l'on en a "une plus grosse que son voisin", mais en quoi cette polémique de savoir qui a "l'ordinateur le plus puissant" est d'un quelconque intérêt pour le développeur moyen?

D'autant plus que ce "classement" ne prend en compte que les ordinateurs qui sont à la connaissance du public. Avec les budgets dépensés par certains états pour la défense et autres activités d'espionnage de la planète entière (exemple USA), qu'est-ce qui prouve qu'il n'existe pas dans quelques caves de la NSA ou d'autres officines des ordinateurs plus puissants?

Perso, je limite mon intérêt à la puissance des ordinateurs que j'utilise et cela me suffit amplement... du moment que j'en ai "une plus grosse que mon voisin"
Avatar de inspirateur inspirateur - Membre actif https://www.developpez.com
le 16/11/2017 à 9:47
Je crois qu'il est quand même bon de savoir un tel classement.

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil