Intel dévoile une nouvelle puce quantique de 17 qubits
Bientôt la généralisation de systèmes quantiques ?

Le , par Coriolan, Chroniqueur Actualités
Les efforts d’Intel pour la conception de processeurs quantiques ont payé, puisque le fondeur américain a dévoilé une puce supraconductrice de 17 qubits livrée à son partenaire néerlandais QuTech. Si l’informatique quantique est encore à ses débuts, cette puce d’Intel constitue un grand pas qui nous rapproche de la conception et la livraison de systèmes quantiques au lieu d’être destinée seulement à des tests et expérimentations dans des laboratoires.

À ce stade, l’informatique quantique n’a pas encore trouvé de débouché commercial et même cette célébration d’Intel semble être arbitraire. Sa puce n’est pas spéciale au regard des autres acteurs et firmes impliqués dans le développement de systèmes quantiques. Il semble juste que le fondeur est heureux de voir que son expertise dans la conception et la fabrication de puces va servir dans une nouvelle phase de l’informatique.

Naturellement, Intel s’est appuyé sur son infrastructure pour accomplir tout le processus de design et de fabrication de la nouvelle puce expérimentale. Mais comme on parle bien d’informatique quantique, un domaine qui reste encore en grande partie théorique, le fondeur a jugé bon de s’allier à QuTech, un institut de recherche quantique, afin de mener à bien les tests sur cette nouvelle technologie à la pointe.

Après la fabrication de puces, elles sont envoyées à QuTech qui se charge d’évaluer leur performance avec les derniers algorithmes, modèles et instruments. Ça ne veut pas dire qu’Intel manque de moyens ou de cerveaux pour mener à lui seul cette tâche, mais un centre de recherche appliquée appartenant à une université donnera plus de résultats dans un travail de recherche aussi à la pointe. Une fois ces résultats remis à Intel, le fondeur prend note et commence à travailler sur une autre puce en prenant compte des recommandations de son partenaire.

Le résultat pour l’instant est que cette puce, grâce en partie à l’expertise d’Intel et le travail de Qutech, améliore considérablement la fiabilité et la performance comparées aux résultats d'il y a deux ans. Intel s’est particulièrement concentré sur l’emballage des qubits, le groupe explique en effet que « les qubits sont extrêmement fragiles : tout bruit ou toute observation involontaire peut provoquer une perte de données. Cette fragilité les oblige à opérer à environ 20 millikelvins. Cet environnement d’exploitation extrême fait de l’emballage des qubits la clé de leur performance et de leur fonction. »

Un ordinateur quantique utilise les propriétés quantiques de la matière, telles que la superposition et l'intrication afin d'effectuer des opérations sur des données. À la différence d'un ordinateur classique basé sur des transistors et qui travaille sur des données binaires (codées sur des bits, valant 0 ou 1), le calculateur quantique travaille sur des qubits dont l'état quantique peut posséder plusieurs valeurs, ce qui lui confère des capacités de calcul énormes, comparées aux machines classiques. ِC’est d’ailleurs tout l’intérêt de cette technologie pour les domaines comme la simulation et l’intelligence artificielle qui nécessitent d’énormes performances. Mais d’abord, il faudra stabiliser les qubits et régler des problèmes comme le phénomène de décohérence (perte des effets quantiques en passant à l'échelle macroscopique).

En tout cas, Intel semble bien lancé pour perfectionner cette technologie, puisque sa puce est capable de recevoir et envoyer de 10 à 100 fois plus le nombre de signaux envoyés par les puces équivalentes câblées par fil. Le fondeur et son partenaire de recherche se dirigent désormais vers deux objectifs de développement, un plan de correction d’erreur, et un “qubit logique” (important pour le stockage dans l’état quantique).

Maintenant qu’Intel a annoncé sa percée dans l’informatique quantique, le grand public s’intéresse plutôt à la prochaine génération de processeurs Intel, qui devrait être gravée à 10 nm+.

Source : Intel

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Google : les chercheurs de l'entreprise sont sur le point de construire un ordinateur quantique grâce à une nouvelle puce
Google veut livrer ses ordinateurs quantiques sous forme de services de cloud computing et encourage le développement d'applications dédiées


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de RyzenOC RyzenOC - Membre expert https://www.developpez.com
le 12/10/2017 à 19:00
article intéressant mais je comprend pas le choix que vous avez fait pour le sous titre :
Bientôt la production de systèmes quantiques pour le grand public ?
Je ne vois pas le rapport entre l'article et le grand publique.

L’intérêt d'un calculateur quantique pour le grand publique est loin d’être inintéressant mais je le verrais plus comme les gpu : un co-processeur
Un exemple qui me plait beaucoup se serait la possibilité de faire une recherche très rapide dans des listes/tableau avec l'algo de Grover par exemple.

Bref pour moi dans l'avenir pour le grand publique se serait plutot de léguer certains calcules a ces systèmes quantiques sans pour autant virer le cpu/gpu.
Cela pourrais rappeler l'arrivé des 1er GPU grand publique dans les années 90 et des 1ere voodoo

Quoiqu'il en soit il est certains que cela vas révolutionner de monde du HPC (mais qui n'a rien a voir avec le grand publique pour le coup)
Offres d'emploi IT
Développeurinformatique applications WEB & Mobile
PrestR Informatique - Alsace - Strasbourg (67000)
Analyste Assurance Qualité H/F
Michael Page - Nord Pas-de-Calais - Lille (59000)
Développeur Java jeune diplômé (H/F)
SMILE - Rhône Alpes - Grenoble (38000)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil