Google veut livrer ses ordinateurs quantiques sous forme de services de cloud computing
Et encourage le développement d'applications dédiées

Le , par Christian Olivier, Chroniqueur Actualités
Depuis des années, Google consacre du temps et d’importantes ressources financières afin de concrétiser l’un des rêves les plus ambitieux autorisés par la technologie moderne : la construction d’un ordinateur quantique viable. Grâce aux progrès qu’elle a réalisés dans ce domaine, la société envisage, désormais, les différents moyens de transformer son projet en un business rentable. Les ordinateurs quantiques sont censés résoudre des problèmes que les ordinateurs traditionnels ne peuvent pas gérer. Contrairement aux ordinateurs traditionnels, qui traitent des parties de l’information en tant que données binaires sous forme de 1 ou de 0, les ordinateurs quantiques fonctionnent avec les qubits.

D’après des données publiées par Bloomberg, Google serait sur le point de démarrer la commercialisation des ordinateurs quantiques et tout porte à croire qu’ils seront proposés sous forme de service « ;cloud computing ;» (informatique dématérialisée) extrêmement puissant. La firme de Mountain View aurait offert aux laboratoires scientifiques et aux chercheurs en intelligence artificielle un accès précoce à ses machines quantiques au travers d’Internet durant ces derniers mois. Google souhaitait ainsi encourager le développement d’outils et d’applications compatible avec sa nouvelle technologie qu’elle voudrait également transformer en un service de cloud computing plus rapide et plus puissant.


Dans son article, le média Bloomberg fait allusion à deux présentations de Google. L’une détaillerait le matériel quantique de la société, y compris le nouveau laboratoire de l’entreprise dédié à cette technologie baptisé « ;Embryonic quantum data center ;». La seconde présentation détaillerait le ProjectQ de Google qui a été mis en place afin d’inciter les développeurs à écrire du code pour son ordinateur quantique.

Fournir un accès rapide et gratuit à un matériel hautement spécialisé dérivé des technologies de pointe afin de susciter un intérêt croissant s’inscrit dans la stratégie à long terme de Google qui vise l’extension de son activité cloud. En mai, la filiale d’Alphabet a présenté une puce, appelée Cloud TPU, qu’elle compte louer à des clients à la recherche de systèmes informatiques dématérialisés. En parallèle, l’entreprise a prévu d’accorder à un nombre restreint de chercheurs universitaires l’accès gratuit aux fonctionnalités de ses nouvelles puces.

Google et un nombre croissant d’autres entreprises comme IBM, Microsoft, SoftBank Group Corp. ou Star-D-Wave Systems Inc. sont convaincues que les ordinateurs quantiques et leurs applications vont révolutionner le monde de l’informatique de demain en accélérant exponentiellement le traitement de certaines tâches importantes. Il faut rappeler que c’est en 2014 que Google fait part de ses ambitions sur le développement de ses propres ordinateurs quantiques. Plus tôt cette année, l’entreprise technologique déclarait qu’elle comptait prouver la « ;suprématie ;» des systèmes quantiques sur les superordinateurs existants d’ici la fin de 2017.

Les ordinateurs quantiques sont des machines encombrantes qui nécessitent des soins particuliers pour rester fonctionnelles comme l’usage de systèmes de refroidissement avancés. Ils sont donc plus susceptibles d’être loués et utilisés à travers Internet plutôt que d’être achetés. Le fondateur de la startup quantique Rigetti Computing, Chad Rigetti, considère cette technologie comme un élément déterminant pour l’avenir. Toutefois, il estime que « ;cette industrie en est encore à ses balbutiements ;» et que « ;personne n’a, pour l’instant, construit un ordinateur quantique qui fonctionne ;».

Source : Bloomberg

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Google confirme son intention de présenter le premier ordinateur quantique de 49 qubits au monde avant la fin de cette année
Alphabet va revendre sa filiale spécialisée en robotique Boston Dynamics au groupe japonais SoftBank


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de bathrax bathrax - Membre régulier https://www.developpez.com
le 28/07/2017 à 10:38
Tout ça c'est bien beau, du cloud, du cloud, et toujours du cloud, mais pour pouvoir utiliser du cloud, il faudrait d'abord qu'on ait des lignes de transmission valables !! Ce n'est pas avec la vitesse dérisoire en upload qu'on a ici en France qu'on peut sérieusement utiliser du cloud !!
Avatar de talon talon - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 29/07/2017 à 9:47
Peut importe que les services délivrés sur le cloud soient produits par des ordinateurs quantiques ou classiques. ATOS a récemment révélé un simulateur d'ordinateur quantique qui n'est qu'un machine bien classique mais qui pourrait préfigurer le fonctionnement d'un vrai ordinateur quantique. Des annonces, mais pas encore de démonstration sur la faisabilité de telles machines. Un cloud d'un coté, un simulateur de l'autre, mais rien de tangible.

L'ordinateur quantique repose sur le postulat qu'avant être déterminé par une mesure, un objet quantique superpose tous les états possibles qui seront révélés par la mesure. Malheureusement, ce postulat n'est pas vérifié, est basé sur une interprétation mathématique du modèle matriciel de la mécanique quantique et non pas sur un principe physique. Ce qui peut avoir du sens en mathématique peut être absurde du point de vue physique.

Les expériences d'Alain Aspect ont prouvé que les variables cachées qui pouvait expliquer l'intrication de deux particules n'existent pas. L’inexistence de ces variables cachées font fortement pencher la balance sur l'inexistence des états superposés sur un objet quantique avant interaction avec un appareil de mesure (interprétation de Copenhague). Ceci n'est pas une preuve formelle, c'est pourquoi je dis que je n'y crois pas. Et les annonces de soit-disant ordinateurs quantiques renforcent encore ma conviction.

Cette annonce, c'est juste pour vendre des services de cloud.
Avatar de deathman8683 deathman8683 - Membre averti https://www.developpez.com
le 31/07/2017 à 20:39
Ils sont sur le point de commercialiser un produit qui reste à inventer ? J'aurai tout lu.

Même après ce genre d'absurdité le consommateur lambda ira sûrement se jeter sur leur Cloud, porté par le rêve de pouvoir bientôt "contrôler" à distance un ordinateur quantique ("quantique" le mot le plus vendeur, l'industrie du divertissement l'a bien compris elle aussi). En attendant (si ce genre d'ordinateur voyait un jour le jour) il aura tout le temps pour se rendre dépendant en leur donnant leur photos de familles et fichiers confidentiels tout en augmentant encore l'impact écologique. Augmentation du besoin en matériel par utilisateur, de la bande passante, de la conso énergétique, de quoi ravir les industries concernées. Mais tout ça pour quoi ? Pour que le consommateur finisse par ne disposer que d'un simple terminal et n'ait plus jamais le contrôle sur ses données et le matériel. Je ne vois pas ce qu'il y a d'attrayant, surtout pour le bidouilleur qui a conscience de l'importance de la liberté. Alors oui, le Cloud permet de disposer de son environnement de travail en tout lieu et facilement mais à part les businessmen est-ce vraiment un besoin humain ? D'autant plus que la couverture 4G n'est toujours pas fameuse (50% du territoire Français). Les points d'accès WiFi sont de plus en plus nombreux mais rendent tellement facile une attaque "man-in-the-middle" sans compter l'exploitation possible et invisible des données par le fournisseur (client free, FAI, Macdo, SNCF, ...) et le partage de la connexion qui peut rendre le débit très faible. Malheureusement la société actuelle fait qu'on perds beaucoup de temps (trajet pour le boulot), on veut le rentabiliser en utilisant son smartphone ou ordinateur portable et dans l'idéal comme à la maison mais c'est inconfortable au vu de la taille de l'écran, de l'ergonomie, de la position. Cependant on en est là... Donc finalement dans le contexte actuel c'est peut-être un besoin humain ?

Avec la démocratisation du Cloud j'entrevois la fin du libre (logiciel mais pas que) et ça ne m'enchante pas du tout...
Heureusement que des groupes tel que Framasoft tente de rendre le cloud@home le plus accessible possible ; si vous optez pour le cloud sur un/des "mini-PC" Raspberry Pi vous consommerez sûrement moins (5-10W) qu'en exploitant un hypothétique ordinateur quantique voir même qu'un simple serveur de Google et autres. J'espère que de plus en plus de société vont proposer des solutions cloud@home clé en main et abordables genre Box (je ne me leurre pas, le consommateur ne voudra pas se le monter lui-même, même en suivant les meilleurs tuto possibles) et que les fabricants d'électroniques grand publique (de puces, pièces, etc.) ne vont pas finir par disparaître au profit des vendeurs de matériel connectés privateurs (tablettes, tel portable, TV principalement) par manque de clients car ça serai vraiment la fin de la liberté informatique.

Je vois d'ici les fournisseurs de cloud offrir prêter des supports/terminals lors de l'inscription à leur service, support qui bien sûr ne fonctionnera qu'avec leur service et pas avec celui du concurrent ou le home made (Amazon, mon grand ami, que tu m'inspires...) on entrerai dans l'ère des offres quintuplay (TEL FIXE, GSM/4G, ADSL, TV, TEL FIXE , CLOUD). Si l'hadopi stupide venait nous sucrer l'abonnement on serai bien démuni ("mince toutes mes factures sont sur le cloud..." ), heureusement que cette entité est aussi incompétente que son existence incohérente
Avatar de Jipété Jipété - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 31/07/2017 à 23:57
Citation Envoyé par deathman8683 Voir le message
[--snip--] on entrerai dans l'air des offres quintuplay (TEL FIXE, GSM/4G, ADSL, TV, TEL FIXE , CLOUD).
Histoire que les gens non nativement francophones comprennent :

on entrerait dans l'ère des ...
Avatar de Olivier Famien Olivier Famien - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 06/03/2018 à 17:45
Google présente Bristlecone, son nouveau processeur quantique de 72 qubits
avec lequel l’entreprise compte prouver la suprématie quantique

Depuis plusieurs années, Google s’est lancé dans le projet de concevoir un ordinateur quantique capable de résoudre les problèmes concrets. Pour y arriver, l’entreprise a monté de toutes pièces un laboratoire, Google Quantum AI lab, afin de pouvoir utiliser l’informatique quantique pour certains problèmes aujourd’hui difficiles à résoudre tels que ceux de l’intelligence artificielle ou encore de l’apprentissage automatique. Mais un tel projet ne peut se faire sans toutefois concilier l’informatique et la physique quantique.

La physique quantique est la base théorique du transistor, du laser et d’autres technologies qui ont permis la révolution informatique. Mais au niveau algorithmique, les machines informatiques d’aujourd’hui fonctionnent encore sur une logique booléenne « ;classique ;», et dans le cas d’espèce avec des données binaires (codées sur des bits, valant 0 ou 1). Cette caractéristique qui a permis de résoudre de nombreux problèmes présente des limites pour la résolution de certains problèmes. Avec un ordinateur quantique, le calculateur travaille sur des qubits qui peuvent prendre plusieurs états au même moment. Ses caractéristiques devraient lui permettre de décupler ses performances de calcul.

En 2015, Google a annoncé la création d’une puce à 9 qubits agencés sur une seule ligne. Avançant dans son projet de concevoir des ordinateurs quantiques à grande échelle, la firme de Mountain View a expliqué l’an dernier qu’elle travaillait déjà sur un système de calcul quantique de 20 qubits offrant une « ;fidélité sur deux qubits ;». Depuis hier, ces objectifs de 20 qubits semblent avoir été dépassés, car Google vient de présenter un nouveau processeur quantique baptisé Bristlecone. Ce nouveau processeur composé de 72 qubits aura pour but de « ;fournir un banc d’essai pour la recherche sur les taux d’erreur du système et l’évolutivité de notre technologie qubit, ainsi que des applications dans la simulation quantique, l’optimisation et l’apprentissage automatique ;», déclare l’entreprise.

Il convient de préciser que pour qu’un processeur soit capable d’exécuter des algorithmes au-delà de la portée des simulations classiques, il nécessite non seulement un nombre élevé de qubits, mais également des taux d’erreur faibles pour effectuer des opérations comme la lecture ou la logique. Selon Google, la suprématie quantique ne pourra être atteinte qu’avec une machine de 49 qubits et un taux d’erreur inférieur à 0,5 %. Concevoir donc un système de correction d’erreurs fiable est une des conditions sine qua non pour que ces processeurs quantiques puissent sortir des laboratoires et remplacer ceux des superordinateurs classiques actuels pour la résolution de certains problèmes spécifiques.


Avec le premier processeur de 9 qubits présenté par Google en 2015, l’entreprise avait atteint un taux d’erreur de 1 % en lecture, 0,1 % avec une seule porte logique quantique et 0,6 % de taux d’erreur pour les portes quantiques à deux qubits. À noter qu’une porte logique quantique est un circuit quantique basique fonctionnant sur un petit nombre de qubits. La majeure partie des portes quantiques fonctionnent sur des espaces d’un ou de deux qubits, un peu comme les portes logiques classiques le font sur un ou deux bits.


En principe, plus le nombre de qubits est ajouté à un système, plus le nombre d’erreurs pourrait croitre. Mais avec ce nouveau processeur Bristlecone de 72 qubits, les chercheurs de Google espèrent atteindre les mêmes taux d’erreur observés avec le processeur de 9 qubits tout en augmentant les performances de la puce. Google entend donc prouver avec Bristlecone qu’un ordinateur quantique peut surclasser aisément un superordinateur classique sur des problèmes informatiques bien définis.

En attendant de prouver au monde que la nouvelle révolution informatique se trouve dans les ordinateurs quantiques, et précisément avec Bristlecone, cette avancée montre déjà que la firme de Mountain View compte porter son hégémonie de la recherche sur le web dans le secteur de l’informatique quantique. IBM, le challenger, ainsi que les autres prétendants comme Microsoft et Intel pour ne citer que ceux-là devront booster leurs ingénieurs s’ils souhaitent ne pas se laisser distancer par la firme de Moutain View.

Source : Google

Et vous ?

Quel est votre avis sur les ordinateurs quantiques ? Pourront-ils révolutionner le secteur comme cela est annoncé par certains ?

Pensez-vous que le processeur quantique de 72 qubits de Google pourra établir la suprématie quantique ?

Voir aussi

Google : les chercheurs de l'entreprise sont sur le point de construire un ordinateur quantique grâce à une nouvelle puce
IBM conçoit un processeur de 50 qubits et évoque la suprématie quantique, comment se traduit ce nombre de qubits dans la réalité ?
Avatar de tmcuh tmcuh - Membre du Club https://www.developpez.com
le 06/03/2018 à 23:10
On me dit dans l'oreillette que la Chine vient de voler le schéma et annonce déjà un 85 qubits grâce à CloneValley en Chine Oriental

Comme toujours la question se pose si ils vont partagés (j'en doute) leur technologie pour faire avancer la science notamment.
Révolutionné le monde certainement, comme les ordinateurs à leur début. Maintenant les gens se disent qu'ils ont déjà des ordinateurs, mais l'ordinateur va permettre l'intégration facile de l'intelligence artificiel de façon autonome et ça change tout. Ne pas être connecté pour interagir avec nous est un vrai défi, car actuellement des assistant comme Watson de IBM ne tient pas sur une clé USB. Et il lui faut un temps d'analyse, etc.

Quand on aura un ordinateur quantique dans la voiture pour rouler tout seul, prévenir les bouchons, les accidents avant qu'ils arrivent, les enfants qui traversent,... vous me direz Tesla le fait déjà en partie, mais il lui manque quand même
beaucoup de calcul pour arriver à son dernier niveau de voiture autonome, sans chauffeur, que l'ordinateur quantique pourra combler donc
Avatar de Aiekick Aiekick - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 06/03/2018 à 23:35
vous parlez de suprématie quantique a plusieurs endroit dans votre article.

mais ça signifie quoi pour vous ??

suprématie par rapport a quoi et pour quoi ?
Avatar de captaindidou captaindidou - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 07/03/2018 à 0:45
Je ne suis pas sûr que ce soit les ingénieurs qui doivent être boostés dans un premier temps mais les chercheurs physiciens et chimistes.
Avatar de shugah shugah - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 07/03/2018 à 3:07
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
vous parlez de suprématie quantique a plusieurs endroit dans votre article.

mais ça signifie quoi pour vous ??

suprématie par rapport a quoi et pour quoi ?
La suprématie quantique c'est quand les ordinateurs quantiques seront en mesure de réaliser des tâches (sans correction d'erreur) que les ordinateurs classiques ne peuvent pas réaliser (par exemple briser un chiffrage).
Source : https://arxiv.org/abs/1608.00263

Citation Envoyé par tmcuh Voir le message
Comme toujours la question se pose si ils vont partagés (j'en doute) leur technologie pour faire avancer la science notamment.
Au moins ils publient leurs recherches sur le sujet, j'ai pu trouver 3-4 articles sur le sujet, ils sont pas si fermés que ça au contraire
Avatar de pschiit pschiit - Membre actif https://www.developpez.com
le 07/03/2018 à 10:13
Et dire que certain espèrent encore miner quelques BTC avec quelques cartes graphique.
Avec une bécane comme ça, ils vont miner les dernier BTC disponibles, et adieu l’existence même des crytomonaies
Contacter le responsable de la rubrique Accueil