Uber Tech attaqué en justice par le fournisseur de cloud Uber Operations
Pour avoir terni son image et impacté négativement ses activités

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Dans une plainte déposée mardi devant le tribunal de district américain de la Floride du Nord, un fournisseur de cloud computing et de services IT en Floride nommé Uber Operations poursuit son homonyme, la célèbre société de voiture de transport avec chauffeur (VTC).

Les deux sociétés ont demandé et ont toutes deux obtenu les marques commerciales Uber en 2011 pour leurs entreprises respectives : Uber Operations pour les services informatiques et Uber Technologies pour ses services de transport. Malheureusement, la popularité croissante d'Uber Tech a créé une confusion chez le public au sujet des deux entreprises, et sa mauvaise réputation a eu des retombées négatives pour l'activité du fournisseur de cloud.

La similitude de nom a entrainé une interruption et une distraction constantes causant une perte de temps et de productivité pour Uber Operations

Les responsables de la société Uber Operations estiment que la similitude de nom avec Uber Technologies a créé une confusion totale auprès du public. Ils disent en effet avoir reçu des milliers d'appels, emails et fax de personnes voulant se plaindre des services de la société VTC. « Il s'agit d'interruption et distraction constantes qui entrainent une perte de temps et de productivité », expliquent les avocats d'Uber Operations. L'entreprise basée en Floride a même reçu des documents de sanctions judiciaires, des amendes et ordonnances judiciaires qui étaient en fait adressées à Uber Tech.

« Même les gouvernements des États avec lesquels Uber Operations opère ont été dans la confusion avec Uber Tech. Le bureau du procureur général a envoyé des avis de justice, des ordonnances et d'autres documents judiciaires à Uber Operations, des requêtes de vérification d'emploi et d'autres documents et enregistrements importants destinés à Uber Tech », peut-on lire dans la plainte. « En raison de la nature de ces documents (qui comprennent des ordonnances et des documents du tribunal avec de potentielles amendes et autres sanctions en cas de non-réponse), Uber Operations n'a pas pu les ignorer et devait à plusieurs reprises informer les avocats et agents du gouvernement que Uber Operations n'est pas Uber Tech. »

Un impact négatif sur l'image de marque et les activités d'Uber Operations

Uber Operations affirme encore qu'à cause de la mauvaise publicité d'Uber Tech, il a reçu de mauvaises critiques et des menaces de mort de passagers pas contents des services de transport d'Uber. « Des individus ont créé des espaces de critiques sur Uber Operations sur plusieurs plateformes en ligne afin d'exprimer leur mécontentement avec l'entreprise Uber Tech. Bien sûr, cela exclut les activités potentielles d'Uber Operations. Mais pour certains clients d'Uber Operations, la première fois qu'ils ont pris contact avec la société, c'était en ligne. Il est donc extrêmement dommageable pour sa présence en ligne d'être affectée de cette manière », expliquent les avocats dans la plainte. « Le pire de tout, Uber Operations a reçu des menaces de violence et même des menaces de mort destinées à Uber Tech et à ses chauffeurs. Dans le but d'assurer la sécurité de ses employés, Uber Operations a confié ces cas de menaces aux forces de l'ordre. Le processus qui en résulte entraine une perte supplémentaire de temps et de productivité », ont-ils ajouté.

Avec tout cela, « le public est venu à penser qu’Uber Operations est réellement Uber Tech ou qu'Uber Operations est d'une certaine manière connectée à Uber Tech, et Uber Operations a donc perdu la valeur de sa marque, et le contrôle de sa bonne volonté et de sa réputation. »

La plainte stipule encore que « l'interruption constante des activités et la peur de la violence ont amené Uber Operations à supprimer des informations de son site Web, à changer son système téléphonique pour qu'il renvoie directement les appels à la messagerie vocale (de sorte que seuls les appels destinés à Uber Operations soient pris) et supprimer la signalétique et toute autre indication de l'emplacement d'Uber Operations... afin d'empêcher les chauffeurs et futurs chauffeurs, ainsi que les clients d'Uber Tech de se présenter aux bureaux d'Uber Operations. »

Vu tous ces désagréments, Uber Operations estime que l'utilisation des noms « Uber » et « Uber Xchange » par Uber Technologies contrevient à sa marque déposée. Le fournisseur de cloud accuse donc l'entreprise de VTC de violation de marque déposée et demande que la marque commerciale d'Uber Technologies soit invalidée. En plus, Uber Operations réclame des dommages pour aider à couvrir les coûts associés à la confusion qui résulte de la similitude entre les deux noms et de la mauvaise réputation de son homonyme.

Source : Plainte d’Uber Operations

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Uber soupçonné de corruption par le département américain de la Justice qui mène donc une enquête préliminaire sur l'entreprise


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de gagaches gagaches - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 31/08/2017 à 18:31
A la place de Uber Cloud, je ferais en parallèle de cette plainte, et très rapidement, un renommage de nom !
Mieux vaut ça que toute la publicité et l'image négative que le simple nom Uber porte désormais.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil