USA : un juge approuve le mandat du gouvernement pour obtenir les données d'un site Web Anti-Trump
Avec des garanties pour protéger les innocents

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Mise à jour le 25/08/2016 : Un juge approuve le mandat du gouvernement pour obtenir les données du site Web Anti-Trump

Un juge de la Cour supérieure du District de Columbia a approuvé jeudi le mandat du gouvernement visant à obtenir des données du site Web anti-Trump. Le juge en chef Robert Morin a déclaré que DreamHost doit transmettre les informations sur les visiteurs du site Web disruptj20.org. Morin supervisera toutefois l'examen des données et compte demander au gouvernement d’expliquer les protocoles qu'il utilisera pour s'assurer que les procureurs ne saisissent pas les données des « utilisateurs innocents ».

Lors d'une audience ce jeudi, le juge a reconnu l’importance de la liberté d'expression, mais aussi la nécessité de rechercher des données numériques pour fournir des preuves dans le cadre d'une enquête. Il dit donc avoir ajouté des garanties à son ordre pour équilibrer ces deux préoccupations. En plus d'examiner les protocoles de confidentialité des procureurs, Morin a également réduit la période sur laquelle les informations doivent être fournies (octobre 2016 à la Journée d'inauguration de Donald Trump). Le juge a également demandé aux procureurs d'expliquer pourquoi tout ce qu'ils veulent saisir est pertinent dans le cadre de leur enquête. Si l'avocat de DreamHost se réjouit du fait que cela limite davantage ce que le gouvernement peut faire, il explique que les préoccupations de la société demeurent et envisage donc de faire appel.

source : Reuters
23/08/2016 : Le gouvernement des États-Unis se rétracte après avoir demandé que lui soient fournies des informations personnelles d'environ 1,3 million de visiteurs d’un site Web anti-Trump. Cette décision fait suite au tollé public créé par ce qui a été largement perçu comme une chasse aux sorcières, c’est-à-dire les dissidents politiques.

Ce mardi, les procureurs fédéraux ont en effet considérablement réduit la portée d'un mandat de perquisition recherchant des informations relatives à un site Web, www.disruptj20.org, utilisé pour coordonner les manifestations lors de l'inauguration de Donald Trump. Ils avaient adressé le mandat de perquisition original à DreamHost, l’hébergeur du site Web Anti-Trump.

DreamHost, comme beaucoup de fournisseurs de services en ligne, est invité régulièrement par les forces de l'ordre à fournir des informations sur les clients qui peuvent faire l'objet d'enquêtes criminelles. Ces types de demandes ne sont pas rares, mais le département juridique de la société examine chaque demande et, le cas échéant, rejette et conteste les mandats qu’il considère vagues ou erronés. C’est ainsi que DreamHost a contesté le mandat de perquisition du département américain de la Justice (DoJ), estimant qu’il était en violation de la liberté d’expression accordée par la Constitution américaine.

La demande du DoJ exigeait en effet que DreamHost fournisse « plus de 1,3 million d'adresses IP de visiteurs, en plus des informations de contact, de contenu de courriers électroniques et des photos de milliers de personnes, afin de déterminer qui a simplement visité le site. » L’hébergeur a estimé que cette information pourrait aider à identifier les personnes qui ont utilisé le site Web enquêté « pour exercer et exprimer un discours politique protégé par le Premier Amendement de la Constitution. » Mais en plus, « cela devrait suffire à déclencher les alarmes dans l'esprit de n’importe qui. » Selon DreamHost, cela constitue une excellente illustration des abus manifestes de l'autorité gouvernementale. La société a donc contesté la validité du mandat du DoJ et tenté de faire annuler ses demandes relatives à ces informations via un processus légal.

Mais après la controverse que cela a créée quand l’affaire a été rendue publique, le gouvernement fédéral a décidé de restreindre la portée de sa requête. « Le gouvernement a maintenant retiré entièrement sa demande illégale et hautement problématique concernant les données sur les visiteurs du site et toute donnée non publiée assujettie à la Loi sur la protection de la vie privée », a déclaré Raymond Aghaian, l'avocat de DreamHost. « C'est une énorme victoire pour DreamHost, ses utilisateurs et le public », se réjouit-il.

Dans le dépôt de la Cour visant à modifier le mandat de perquisition, les procureurs fédéraux ont déclaré qu'ils ignoraient que DreamHost possédait tant d'informations lorsqu'ils ont obtenu le mandat. « Le gouvernement valorise et respecte le droit du Premier Amendement de tous les Américains de participer à des manifestations politiques pacifiques et de lire un discours politique protégé en ligne », ont déclaré les procureurs Jennifer Kerkhoff et John Borchert dans le nouveau dépôt. « Contrairement aux allégations de DreamHost, le mandat n'était pas destiné à être utilisé et ne sera pas utilisé pour identifier les dissidents politiques de l'administration actuelle », ont-ils ajouté.

Pour les défenseurs de la vie privée cependant, même si le gouvernement a décidé de réduire les informations demandées, la cible de son mandat de perquisition indique toujours une éventuelle chasse aux sorcières. « Malgré la restriction du mandat, vous ne pouvez pas vous éloigner du fait que ce que le ministère de la Justice enquête, c'est un site Web dédié à la planification et à l'organisation d'une manifestation politique », a déclaré Mark Rumold, avocat à l'Electronic Frontier Foundation. « Ils essaient toujours d'obtenir ce que je pense que la plupart des gens décriraient comme un discours protégé par le Premier Amendement ».

Source : The Guardian

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Pierre GIRARD Pierre GIRARD - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 23/08/2017 à 15:31
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Qu’en pensez-vous ?
Ils se sont probablement rendus compte qu'ils avaient juste été "Un pont trop loin" ... tient, j'ai pas encore ce DVD, il va falloir corriger ça

C'est comme pour tout, il y a toujours une frontière/limite à ne pas franchir quelque part.
Avatar de Namica Namica - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 24/08/2017 à 2:37
les procureurs fédéraux ont déclaré qu'ils ignoraient que DreamHost possédait tant d'informations
C'est là qu'est l'os, n'est-il pas ?
Avatar de psychadelic psychadelic - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 24/08/2017 à 5:27
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
Il eut été intéressant de savoir de quel site il s'agissait.

Car si le DoJ s'en mêle, il s'agit peut-être d'un groupe à tendance insurrectionnelle voir terroriste, certains étant financés par des gouvernements étrangers voir des terroristes internationaux. Et les gouvernements ont le droit de se protéger, voir de protéger leurs citoyens.
Là, l’ambiguïté de l'article fait qu'il ne veut rien dire a par chauffer le public contre la maison-blanche
Initialement la demande du DoJ ne s’intéresse qu'aux visiteurs du site...
Si le DoJ considère que le site en question représente un danger pour la sécurité des USA, alors ils devraient d'abord s'intéresser au propriétaire du site, qui logiquement devrait fournir directement sur son site un minimum d'informations légale.
S'en prendre ici directement aux internautes, c'est franchement malsain de la part du gouvernement Trompe.
L'article n'a aucune ambiguïté.

Tiens d’ailleurs comme la news suivante indique le nom du site ( http://www.disruptj20.org/ ), j'y suis allé voir... ç’a fait de moi un terroriste ?
Avatar de Pierre GIRARD Pierre GIRARD - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 24/08/2017 à 6:52
Citation Envoyé par psychadelic Voir le message
...Tiens d’ailleurs comme la news suivante indique le nom du site ( http://www.disruptj20.org/ ), j'y suis allé voir... ç’a fait de moi un terroriste ?
C'est même plus drôle, ça leur fait de la publicité et probablement battre des records d'affluence pour des tas de curieux
Offres d'emploi IT
Ingénieur développement des logiciels de supervision d'un Drone H/F
Safran - Ile de France - Éragny (95610)
Chef de Projet SSI H/F
Safran - Ile de France - Massy (91300)
Responsable Assurance Qualité des Systèmes de Navigation H/F
Safran - Ile de France - Éragny (95610)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil