Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le ministère américain de la Justice demande à un hébergeur de lui livrer des données
De tous les visiteurs d'un site Web anti-Trump

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

19  0 
Le ministère américain de la Justice a demandé des informations personnelles sur 1,3 million de visiteurs d’un site Web qui a été utilisé pour organiser des manifestations anti-Trump, selon Dreamhost, un fournisseur d'hébergement Web basé à Los Angeles.

Ce dernier a déclaré qu'il a travaillé avec le ministère de la Justice pendant plusieurs mois sur les demandes du gouvernement dans un processus légal de recherche d’information sur les sites qui figurent parmi ses clients.

« DreamHost, comme beaucoup de fournisseurs de services en ligne, est invité régulièrement par les forces de l'ordre à fournir des informations sur les clients qui peuvent faire l'objet d'enquêtes criminelles. Ces types de demandes ne sont pas rares, notre département juridique examine chaque demande et, le cas échéant, rejette et conteste les ordres vagues ou erronés », rappelle l’hébergeur.

Aussi, Chris Ghazarian, l’avocat général de DreamHost, a contesté ce mandat de recherche en particulier, estimant qu’il était hautement non ciblé au point de constituer une violation de la liberté d’expression accordée par la Constitution américaine.

« La demande du DOJ exige que DreamHost livre plus de 1,3 million d'adresses IP de visiteurs - en plus des informations de contact, du contenu du courrier électronique et des photos de milliers de personnes - afin de déterminer qui a simplement visité le site. (Notre client a également été avisé du mandat en cours sur le compte.)

« Cette information pourrait être utilisée pour identifier les personnes qui ont utilisé ce site pour exercer et exprimer un discours politique protégé par le premier amendement de la Constitution. Cela devrait suffire à déclencher les alarmes dans l'esprit de n’importe qui. »

Ceci constitue, selon DreamHost, une excellente illustration des abus manifestes de l'autorité gouvernementale.

« Comme nous le faisons dans tous les cas où la collecte de données inappropriées est concernée, nous avons contesté la validité du mandat du ministère de la Justice et avons tenté de faire annuler ses demandes relatives à ces informations via un processus légal.

« Au lieu de répondre à nos demandes concernant la suppression du mandat, le ministère de la Justice a déposé une requête à la Cour supérieure de Washington, DC, demandant une ordonnance visant à obliger DreamHost à produire les documents. »

Il faut préciser que les autorités ont déjà intenté une action en justice contre environ 200 manifestants, et ils recherchent maintenant des informations provenant de DreamHost qui leur permettraient d'identifier d'autres participants de la protestation ainsi que toute autre personne qui serait même simplement passée par le site.

DreamHost a reçu le mandat du gouvernement le 20 juillet et s'y est opposé le lendemain.

Une semaine plus tard, le gouvernement a déposé une requête pour contraindre DreamHost à coopérer, les procureurs affirmant que DreamHost ne s’appuie sur rien pour justifier que le mandat est trop large.

Désormais, DreamHost a décidé de porter la bataille juridique à la connaissance du public.

Dans la motion d’annulation du mandat, l’avocat général de l’hébergeur a fait valoir « qu’en substance, le mandat de recherche vise non seulement à identifier les dissidents politiques de l'administration actuelle, mais tente d'identifier et de comprendre le contenu de chacun de ces dissidents sur le site. »

Pour l’avocat Ken White, « Le récit de DreamHost met en exergue le problème clé suivant : le mandat de recherche est dangereusement trop large et implique la liberté d’expression. » Et de continuer en disant que « Le ministère de la Justice ne cherche pas seulement les communications des défendeurs dans son cas. Il cherche les enregistrements de chaque contact avec le site - l'adresse IP et les autres détails de tous les Américains qui sont suffisamment contre Trump pour visiter le site et explorer l’activisme politique. »

White considère que le désir du gouvernement d’entrer en possession de ces données est particulièrement troublant, car l'administration Trump a exprimé son hostilité envers les manifestants, a confondu tous les manifestants avec des auteurs de violences et a qualifié l'opposition politique d'être antiaméricaine.

L’EFF a déjà apporté son soutien et son conseil à DreamHost.

Source : DreamHost, Ken White

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Mise à jour du 12/10/2017 : Un juge estime que le gouvernement n'a pas le droit de fouiller dans les journaux d'un site Web anti-Trump

Le juge en chef Robert E. Morin a publié une ordonnance définitive dans l’affaire opposant DreamHost et les procureurs.

« Comme nous l’avons déjà observé, les tribunaux du pays ont reconnu que, dans les mandats de perquisition pour les informations stockées électroniquement, les preuves d'activité criminelle seront probablement mélangées avec des communications et d'autres documents ne relevant pas du mandat de perquisition.

« En raison de l'ampleur potentielle de l'examen du gouvernement dans cette affaire, le mandat dans son exécution peut impliquer une activité autrement inoffensive et protégée par la Constitution. Comme la Cour a déjà déclaré, bien que le gouvernement ait le droit d'exécuter son mandat, il n’a pas le droit de fouiller dans les informations contenues sur le site Web DreamHost et découvrir l'identité de personnes qui ne participent pas à des allégations d’activités criminelles, en particulier celles qui se sont livrées à des activités protégées par le premier amendement. »

L'ordre énumère ensuite une série de protocoles conçus pour protéger les internautes « afin de se conformer aux considérations du premier amendement et du quatrième amendement et d'empêcher le gouvernement d'obtenir des informations permettant d'identifier des personnes innocentes. »

Le DoJ devra préciser à la Cour ce qu'il veut chercher dans les fichiers de disruptj20.org (plutôt que de tout demander) et devra obtenir l'approbation du tribunal avant de se voir remettre ces données. De son côté, DreamHost va effectuer les recherches approuvées par la Cour et envoyer les résultats au DoJ (tout en prenant le soin d’enlever des détails d'identification personnelle de chaque utilisateur, tels que les noms et les adresses e-mail). Le DoJ va alors déposer une seconde requête auprès du tribunal indiquant les enregistrements qu'il souhaite conserver avec une explication de la façon dont ils sont pertinents à son enquête criminelle.

Le DoJ devra également justifier toute demande visant à ce que les informations relatives à des utilisateurs ne soient pas supprimées des résultats qui lui sont transmis. Ce sera alors au tribunal de décider s'il convient d'accorder cette demande en fonction de l'existence d'une preuve d'activité criminelle en utilisant la norme légale de cause probable.

En somme, c’est un jugement qui est favorable dans son essence à la protection de la vie privée. Un résultat qui est, sans surprise, salué par DreamHost.

Source : décision de justice (au format PDF)

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de nchal
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/08/2017 à 14:04
Citation Envoyé par Fleur en plastique Voir le message
Je ne vois pas de problème à cela. La rébellion à l'autorité est un crime qui doit être puni. Vous vous voyez cracher sur un policier sans conséquences ? Ben là c'est pareil, manquer de respect au Président choisi par le Peuple, c'est menacer la sécurité nationale. Ces personnes doivent impérativement être identifiées et emprisonnées pour la sécurité de tous.
Joli troll, j'avoue que je ne m'y attendais pas, surtout un mercredi
9  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 17/08/2017 à 13:56
Citation Envoyé par Claude40 Voir le message
Je ne sais à quelle question répondre, car "quelle" est au singulier et "manifestations" au pluriel. S'agit-il de la manifestation de la dérive de la Constitution ou des manifestation anti-Trump ?
De manif anti-Trump qui auraient dégénéré au point de justifier le mandat ?

Il s'agit tout de même de 1,3 millions de personnes.
On ne qualifie pas 1,3 millions de citoyens de "terroristes" sans raison qui tienne la route.

Que ce soit en France ou aux US, des mandats pour récupérer des données personnelles, il y en a des milliers chaque année.
Chaque fournisseur les étudient et contestent ceux qui sont mal formulés et/ou non justifiés (comme celui du post).
Rien de nouveau.
Le Patriot Act ne change pas grand chose sur le sujet.

Le cas de ce mandat et surtout son absurdité juridique (car très vague) et que l'administration n'essaie même pas de le corriger mais au contraire de passer en force.
Çà, c'est inédit.
7  0 
Avatar de Pierre GIRARD
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/08/2017 à 14:51
Ce que j'en dis ? et bien, c'est que c'est dommage pour les hébergeurs américains qui vont voir leurs clients les laisser tomber pour se déplacer vers des hébergeurs étrangers les mettant à l'abri de la paranoïa de Trompe. C'est d'autant plus inquiétant pour les hébergeurs que les "anti-Trompe" (malgré le résultat des élections) est majoritaire aux USA.
6  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/08/2017 à 11:55
L'administration Trump n'est plus a bourde près
4  0 
Avatar de Namica
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 22/11/2017 à 2:14
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
J'en pense que le DOJ s'y prend mal et devrait acheter ces informations pour une bouchée de pain à des boites de marketing, vu que la morale mercantile américaine considère que la vie privée doit être protégée des autorités mais pas des sociétés.
Héhé, certains y ont déjà pensé.
As-tu lu Scroogled (trad: Engooglés) de Corry Doctorw ? Disponible ici : https://cfeditions.com/scroogled/scroogled.html en licence "Creative commons by-nc-sa".
C'est une nouvelle assez courte, elle se lit en très peu de temps et est présentée comme étant de SciFi... Peut-être pas si SciFi que çà...

Elle commence par ces citations :
« Qu'on me donne six lignes écrites de la main du plus honnête homme,
j'y trouverai de quoi le faire pendre » Cardinal Richelieu
« Nous n'en savons pas assez sur vous » Eric Schmidt, PDG de Google
4  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/08/2017 à 3:29
voila ce qu'il en coute de fricoter avec l’extrême droite.
4  1 
Avatar de dubis
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 17/08/2017 à 9:46
Résultat du "Patriote Act" qui tombe dans de mauvaise main
3  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 18/08/2017 à 11:45
Citation Envoyé par Claude40 Voir le message
Je comprend encore moins la question ( Quelle manifestations) dans la mesure que cela constitue la première phrase de l'article qui a donné lieu à cette discussion.
Concernant les 1.3 millions de personnes, il est évident qu'ils ne sont pas considérés tous comme des terroristes, mais comme des terroristes potentiels (dixit Administration Trump pour justifier la demande auprès de l'hébergeur).
Je considère au contraire que le "Partriot Act" a encore augmenté les risques d'une utilisation abusive de la Constitutions par des esprits peu éclairés ou mal intentionnés.
La liberté d'expression est sacré aux USA (premier amendement de leur constitution tout de même).
Organiser des manifestations anti-Trump est parfaitement légal (Patriot Act ou pas).
De même, écrire des éditos anti-Trump est parfaitement légal (sinon on pourrait censurer l'intégralité des night-shows US...)
Bref, ces sites et forum sont légaux.

Pour contester ces sites via le Patriot Act, il faudrait que des manif anti-Trump organisées via ces sites aient dégénéré au point de provoquer un désordre public tel qu'il nuirait au fonctionnement de l'Etat.
Bref, faut y aller sacrément fort pour arriver jusqu'à un tel qualificatif.

Alors je reformule ma question : ce mandat fait-il référence à des manifestations anti-Trump qui ont menacé l'ordre public ?
Si oui, lesquelles ?

Car des manif anti-Trump, depuis janvier, il y en a eu des centaines mais elles sont parfaitement légales.
Quelles sont celles qui ont dégénérés au point de faire appel à la garde nationale et/ou à la mise en place d'un couvre feu ?
Si tu as des exemples, je suis preneur.
2  0 
Avatar de Pierre GIRARD
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 18/08/2017 à 19:23
Peut-être t'es tu mal expliqué et que je n'ai pas compris de quelle(s) manifestation(s) tu parlais. D'ailleurs, je ne sais toujours pas, car des manifestations anti-Trump, il y en a régulièrement (depuis avant même son élection). Maintenant, le sujet est : "les données de tous les visiteurs d'un site Web anti-Trump", qu'ils aient participé à une manifestation ou pas. Personnellement, c'est ça qui me choque.
2  0 
Avatar de atha2
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 12/10/2017 à 14:19
J'adore ces sites/entreprises...

Ils stockent énormément d'informations sur leurs utilisateurs (en demandant plus ou moins leurs accords), pour pouvoir ensuite les revendre à des régies publicitaires, faire du big data... Mais quand c'est le gouvernement qui vient demander l'accès aux données (gratuitement), ça se la joue défenseur des droits de l'homme et de la vie privé.

Mais de qui se moque-t'on là ?
2  0