Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'Allemagne veut punir d'une amende pouvant atteindre 50 millions € les médias sociaux
Qui tardent à retirer les fake news et les propos haineux

Le , par Stéphane le calme

161PARTAGES

8  0 
Le Parlement allemand a adopté ce vendredi 30 juin une loi prévoyant des amendes pouvant s'élever jusqu'à 50 millions d'euros pour les réseaux sociaux qui tardent à supprimer les discours haineux et les fausses informations. Pour le ministre allemand de la Justice, Heiko Maas, cette loi, qui est destinée « à mettre fin à la loi de la jungle sur internet » , ne porterait pas atteinte à la liberté d'expression.

Pour être plus clairs, dès son entrée en vigueur, qui est prévue pour le mois d’octobre, les réseaux qui comptent plus de 2 millions d’utilisateurs (comme Facebook, YouTube et d'autres plateformes) vont s’exposer à cette amende s’ils ne suppriment pas dans un délai de 24 heures les propos haineux, mais également les fake news qui sont signalées.

Néanmoins, la loi prévoit d’accorder un délai supplémentaire de 6 jours (soit 7 jours au total) pour gérer les cas les plus problématiques qui pourront nécessiter un temps de réflexion prolongé.

Par ailleurs, l’Allemagne va obliger les réseaux sociaux à dévoiler l’identité des auteurs de ces publications haineuses et pourra condamner, en cas de manquement, jusqu’à 5 millions d’euros d’amende les responsables désignés par chaque réseau social pour gérer ces plaintes.

Facebook a critiqué les pouvoirs allemands, mais a déclaré qu'il s'était engagé à s'attaquer au discours haineux sur sa plateforme : « Nous croyons que les meilleures solutions seront trouvées lorsque le gouvernement, la société civile et l'industrie travailleront ensemble et que cette loi, telle qu'elle se présente maintenant, n'améliorera pas les efforts pour s'attaquer à ce problème sociétal important », a déclaré le réseau social.

Mais le ministre allemand de la Justice, Heiko Maas, qui a présenté la loi, a affirmé que les crimes haineux numériques avaient augmenté de 300 % ces dernières années et que « personne ne devrait être au-dessus de la loi. »

« Notre expérience a montré que, malheureusement, les entreprises de médias sociaux n'améliorent pas leurs procédures sans pression politique », a-t-il fait savoir.

Les organismes de défense des droits ont critiqué la loi, l'une des plus draconiennes du monde, qui pourrait, selon eux, représenter une menace pour la liberté d'expression et transformer les entreprises de médias sociaux en « police d'opinion ».

« [Elle] ferait peser sur les réseaux sociaux la charge de déterminer, dans des délais très courts, ce qui relève de l’un ou l’autre, et d’agir en conséquence. […] RSF craint donc que cette loi mène à des dérives et à la multiplication de cas de censure dans la mesure où les réseaux sociaux pourraient être tentés de supprimer plus de contenus pour payer moins d’amendes, ce qui est bien entendu incompatible avec les textes internationaux en matière de droits de l’Homme », indiquait Reporters sans frontières au début du mois de mai par rapport à cette loi.

Le projet de loi a été rédigé après plusieurs incidents de grande envergure de fake news et de discours haineux sur les sites de médias sociaux en Allemagne.

Un cas a impliqué le ciblage du député vert Renate Kunast, avec un message qui a faussement suggéré qu'elle était sympathique à un réfugié qui avait assassiné un étudiant allemand dans la ville méridionale de Fribourg.

Pour sa part, Facebook a déclaré qu'il avait déjà fait des « progrès substantiels » dans l'élimination des contenus illégaux et a mis en doute l'efficacité de la loi. La société a récemment annoncé qu'elle avait embauché 3000 employés supplémentaires (en plus des 4500 qui constituaient déjà l’équipe) pour aider à surveiller « les millions de rapports » qui arrivent chaque semaine.

Les entreprises de médias sociaux font également état d'un récent rapport de la Commission européenne, qui a montré qu'environ 80 % de tous les contenus illégaux déclarés sont déjà supprimés en Allemagne.

Source : BBC

Et vous ?

Que pensez-vous de cette réponse face au problème que représentent les fake news et les propos haineux ?

Voir aussi :

Allemagne : un tribunal s'oppose à la future loi sur la rétention des données, qui oblige les FAI à sauvegarder les données de navigation des clients
Face à la menace terroriste, l'Allemagne envisage de surveiller les communications chiffrées et prendre les empreintes digitales des mineurs
Antivirus : Kaspersky porte plainte contre Microsoft auprès du régulateur européen et en Allemagne, pour abus de position de dominante sous Windows 10

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/01/2018 à 11:24
Facebook et Google emploient déjà des milliers de gens pour ça. Avec un turnover de plusieurs centaines de pourcent : passer sa journée à être confronté à l'atroce est un métier extrêmement pénible.
4  0 
Avatar de MiaowZedong
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/01/2018 à 12:43
Citation Envoyé par UndeadangerousK Voir le message
Comment on peut avoir plus de 100% de turnover ? C'est un peu difficile de virer deux fois un employé, non ?
Ça veut dire que sur une période, ils renouvellent plusieurs fois la totalité des effectifs. El_slapper parle de turnover à l'année sans doute (ce qui reste énorme).

Citation Envoyé par UndeadangerousK Voir le message

Oui, il y a un risque de censure, c'est même certain qu'il va y en avoir. Il faut recréer un espace neutre sur Internet, sinon, il risque d'y avoir une migration des internautes vers d'autres plateformes moins visibles, une évolution des logiciels de chiffrement, les navigations privées deviendront RÉELLEMENT privées.. Voire, pourquoi pas, des navigateurs payants qui sécuriseront au point d'être impénétrable, les informations qui transiteront.. L'avenir capitaliste est assuré grâce à leurs lois répressives.
Non. On se dirige vers le même équilibre qui existe dans l'espace physique, où les criminels sérieux utilisent des solutions underground pour échapper (mais pas à coup sûr) aux autorités, mais les utilisateurs lambda respectent la plupart des lois.
4  0 
Avatar de Père_Su
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 02/01/2018 à 18:52
L'expression « propagande de haine » (« Hetzpropaganda ») a d'abord été utilisée en Allemagne par le régime national-socialiste pour désigner la propagande antinazie.

Ainsi, en octobre 1935, l'écrivain suisse Denis de Rougemont, nommé professeur d'université en Allemagne, passe la douane allemande :

« On ouvre une malle. Posé sur des vêtements, un livre apparaît. Le douanier s'en empare :
”Est-ce de la Hetzpropaganda (1) ? Demande-t-il d'un air menaçant.
— Nous ne connaissons pas ce genre de littérature en France.
— Traduisez-moi le titre !” »

(1) « Propagande de haine » : on désigne ainsi, en Allemagne, les ouvrages anti-hitlériens. (Note de Denis de Rougemont)

(Denis de Rougemont, “Journal d'Allemagne”, I ; Éditions Gallimard, Paris, 1938, p. 11.)
4  0 
Avatar de nox1492
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 01/07/2017 à 18:41
Et pour les fake news de CNN, on fait quoi ?
http://www.voltairenet.org/article196991.html
3  1 
Avatar de hotcryx
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/07/2017 à 20:04
Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
Reste a savoir ce qui va être considéré comme fake news et propos haineux les termes étant assez vague finalement.
En gros, les journalistes diront toute la vérité et rien que la vérité et les médias alternatifs disant le contraire seront de gros menteurs.
2  0 
Avatar de nirgal76
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 30/06/2017 à 22:40
Faudra trouver la frontière entre Fake news, et vraie news (enfin, considérée comme juste par le pouvoir judiciaire, et donc politique). Pas bon tout ça...
1  0 
Avatar de Guiliguili
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 01/07/2017 à 15:24
Et concernant la press people qui abonde de c...re sur tout et n'importe quoi ?

Les condamner à de très lourdes peines pourrait effectivement leur imposer de répondre rapidement à leurs obligations...

La liberté de la press, d'opinion se doit d'être respecté tant qu'elle ne détruit pas la liberté des victimes de ces fakes news.

En gros, facebook et consor font des million grace à ces fakes. le lire, c'est accepter la pub qui est a coté, donc rémunérer les publicateurs. leur reprendre ce qu'ils ont gagné par leur mauvaises volontés c'est leur donner un peu de moralité.

Touche au porte-monnaie des société, ils réagiront. fais leur un long discourt, ils te diront "oui oui" comme dans le monde du même nom xD

Voilou
1  0 
Avatar de pierre-y
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 01/07/2017 à 18:18
Reste a savoir ce qui va être considéré comme fake news et propos haineux les termes étant assez vague finalement.
1  0 
Avatar de hotcryx
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/07/2017 à 20:01
Révéler une fake news des médias ayant pignon sur rue, sera punissable.

http://www.fawkes-news.com/2017/06/u...lifie-les.html
1  0 
Avatar de AstOz
Membre averti https://www.developpez.com
Le 02/01/2018 à 14:00
Citation Envoyé par UndeadangerousK Voir le message
Comment on peut avoir plus de 100% de turnover ? C'est un peu difficile de virer deux fois un employé, non ?

Ca me rappelle le petit scandale du droit a l'oubli sur Google...

Oui, il y a un risque de censure, c'est même certain qu'il va y en avoir. Il faut recréer un espace neutre sur Internet, sinon, il risque d'y avoir une migration des internautes vers d'autres plateformes moins visibles, une évolution des logiciels de chiffrement, les navigations privées deviendront RÉELLEMENT privées.. Voire, pourquoi pas, des navigateurs payants qui sécuriseront au point d'être impénétrable, les informations qui transiteront.. L'avenir capitaliste est assuré grâce à leurs lois répressives.
Non 100% c'est un pour un.

Côté censure, puisqu'il s'agit là de fake news et d'incitation à la haine, je pense qu'on aura pas trop de soucis. D'autant plus qu'il restera toujours des sites "no man's land" comme 4chan.org par exemple, même si la modération se fait de plus en plus fortes sur ce type de plateformes, il y a toujours des sujets qui passent au travers des mailles du filet.

Et franchement, censurer des contenus incitant à la haine, ça me pose aucun problème, rien qu'à voir la fachosphère présente sur les réseaux sociaux, c'est plus tolérables, on ne peut plus se permettre de lire des contenus horribles où des gens parlent de "race" et en font des classifications.
Puis, la majorité des fake news aide une propagande visant à distiller la haine envers l'autre. Je pense à ma génération qui a grandi une grande partie de sa vie avec le net, il fut un temps où on se moquait bien de savoir avec qui nous discutions ou qui nous aidions, sur Internet, nous étions un "utilisateur" sans distinction aucune.

Nous étions une communauté unie, notre but était de partager des connaissances.
1  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web