YouTube met à jour ses politiques d'utilisation en définissant ce qu'il entend par « discours haineux »
Qui ne sauraient plus être associés à une pub

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
En mars, le gouvernement du Royaume-Uni a été informé que certaines de ses publicités apparaissaient sur des vidéos haineuses sur YouTube, alors il a mis fin à ses dépenses publicitaires YouTube. Cela a incité d'autres entreprises à travers le monde à faire de même. Dans certains cas, certaines ont même décidé de retirer entièrement leurs publicités de la plateforme vidéo en ligne. YouTube a été contraint de mettre à jour ses outils publicitaires pour donner aux annonceurs un plus grand contrôle sur les types de contenu sur lesquels ils souhaitent que leurs publicités soient diffusées.

Depuis que YouTube a changé ses règles d'utilisation et de publicité, de nombreux créateurs de YouTube ont déclaré que leurs revenus publicitaires ont diminué de façon exponentielle en raison des vidéos démonétisées, ce qui a empiré par le manque de communication de YouTube avec les créateurs. Aussi, YouTube a engagé le dialogue avec eux.

« En mars, nous avons mis à jour les modifications que nous apportons pour répondre aux préoccupations des annonceurs quant à leur position géographique. Depuis lors, nous avons tenu des milliers de conversations productives avec les annonceurs et mis en place des contrôles supplémentaires pour restaurer la confiance des annonceurs », a annoncé YouTube en guise d’introduction.

La conséquence de ces entretiens est que « de nombreux annonceurs ont repris leurs campagnes médiatiques sur YouTube, générant des revenus créateurs pour revenir à un état meilleur et plus stable ».

YouTube note que « nous savons que les fluctuations des revenus ont été troublantes et souhaitons vous rassurer que nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires publicitaires pour nous assurer que YouTube continue d'être un endroit idéal pour les créateurs qui veulent gagner de l'argent ».


Au sein de la mise à jour des modifications apportées à sa politique d’utilisation, YouTube en a profité pour mieux définir des aspects qui ont soulevé la polémique. À ce propos, trois catégories sont classées comme étant des discours de haine, la première étant le « contenu haineux ». YouTube les définit comme étant tout contenu qui « favorise la discrimination ou dénigre ou humilie un individu ou un groupe de personnes en fonction de la race, de l’ethnie ou de l'origine ethnique, de la nationalité, de la religion, du handicap, de l'âge, du statut de vétéran, de l'orientation sexuelle, de l’identité de genre ou d’une autre caractéristique associée à une discrimination systématique ou à une marginalisation ».

La seconde catégorie est « l'utilisation inappropriée de personnages de divertissement familial ». Il est question ici de contenu qui présente des personnages de divertissement familial dans des « comportements violents, sexuels, vils ou inappropriés », peu importe si le contenu est satirique, ou une parodie. La catégorie finale est un peu plus large : « contenu incendiaire et dégradant », qui signifie pour YouTube que tout ce qui est « déraisonnable » ou honteux envers un individu ou un groupe est interdit : « Par exemple, un contenu vidéo qui utilise un langage gratuitement irrespectueux ou qui insulte un individu ou un groupe »

Les lignes directrices mises à jour sont une réponse aux créateurs demandant à YouTube de clarifier ce qui sera et ne sera pas considéré comme convivial. YouTube reconnaît que ses systèmes ne sont toujours pas parfaits, mais promet qu’il fait de son mieux pour informer les créateurs tout en maintenant le support des annonceurs. YouTube a également lancé un nouveau cours dans son Creator Academy que les créateurs peuvent suivre pour en savoir plus sur la façon de créer un « contenu attrayant pour un large éventail d'annonceurs ».

« Bien qu'il ne soit pas possible pour nous de couvrir tous les scénarios vidéo, nous espérons que cette information supplémentaire vous donnera plus de renseignements sur les types de contenu avec lesquels les marques ne souhaitent plus faire de la publicité et vous aider à créer un contenu avec plus d’informations pour prendre vos décisions », a déclaré le vice-président de la gestion des produits Ariel Bardin dans la publication du blog.

YouTube espère que ces détails sur ce que sont les discours haineux vont rendre plus clair pour les créateurs ce qu'ils peuvent et ne peuvent pas dire, sous peine de voir des marques ne pas vouloir être associées à eux.

Rappelons cependant que ces nouvelles catégories qui figurent parmi les discours haineux ne sont que quelques-uns des types de contenu que YouTube a déclaré « non admissibles à la publicité ». Probablement, la catégorie la plus nébuleuse est la « question controversée ou les événements sensibles », que YouTube définit comme « contenu vidéo qui met en vedette ou se concentre sur des sujets ou des événements sensibles, y compris, mais sans s'y limiter, la guerre, les conflits politiques, le terrorisme ou l'extrémisme, la mort et les tragédies, les abus sexuels, même si l'imagerie graphique n'est pas présentée... Par exemple, les vidéos sur les tragédies récentes, même si elles sont présentées pour des informations ou des fins documentaires, peuvent ne pas être admissibles à la publicité étant donné le sujet. »

Source : YouTube, support Google

Voir aussi :

YouTube : le boycott des annonceurs pourrait entrainer une réduction de 17 % du revenu net de Google, d'après la Royal Bank of Canada
Q1 2017 : Alphabet fait un bénéfice net de 5,43 milliards $ soit +29 % en une année, tiré principalement par la publicité sur mobiles et YouTube
Google propose en open source Grumpy, un runtime Python expérimental en Go qui vise à aider YouTube à surmonter les limitations de Python


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil