Ether, la monnaie cryptographique d'Ethereum va-t-elle détrôner le bitcoin ?
86 nouvelles entreprises rejoignent l'alliance derrière Ethereum

Le , par Michael Guilloux

96PARTAGES

11  0 
Le bitcoin est une monnaie cryptographique et un système de paiement pair-à-pair où toutes les transactions sont vérifiées par les nœuds du réseau et enregistrées dans un registre public réputé infalsifiable appelé « blockchain ». L’un des avantages indéniables de ce système, en dehors de l’aspect sécurité, est qu’il fonctionne sans autorité centrale ni administrateur unique, mais de manière décentralisée grâce au consensus de l'ensemble des nœuds du réseau.

Comme nous l’avons rapporté ces derniers mois, le bitcoin connait une forte croissance et a récemment franchi la barre des 2000 dollars US, un record historique depuis le lancement de la monnaie cryptographique en 2009. Il est de loin la plus importante cryptomonnaie décentralisée avec une capitalisation qui en ce moment même est proche des 40 milliards de dollars.

Mais à part le bitcoin, il y a d’autres monnaies cryptographiques qui font bonne impression sur le marché. C’est le cas notamment d’ether, une unité de compte utilisée par Ethereum. Pour information, Ethereum est une plateforme logicielle open source également basée sur la blockchain, mais qui contrairement au bitcoin étend l’utilisation de la technologie de blockchain. Bitcoin offre en effet une application particulière de la technologie des chaînes de blocs : un système de paiement électronique pair-à-pair qui permet des paiements en bitcoins en ligne. Alors que la chaîne de bloc Bitcoin est utilisée pour suivre la propriété de la monnaie numérique (bitcoins), la chaîne de bloc Ethereum se concentre de manière générale sur l'exécution du code de toute application décentralisée.

« Le bitcoin est avant tout une monnaie ; c’est une application particulière d'une chaîne de blocs. Cependant, c’est loin d’être la seule application », explique Gavin Wood, cofondateur d’Ethereum. « Pour prendre un exemple du passé sur une situation similaire, le courrier électronique est une utilisation particulière d'Internet, et a certainement contribué à le populariser, mais il y en a beaucoup d'autres. »

D’après ses développeurs, Ethereum fournit des outils pour permettre aux développeurs de créer et déployer des applications décentralisées, c’est-à-dire qui connectent directement les utilisateurs, sans aucun contrôle par un individu ou une entité centrale. De manière générale, Ethereum veut faire, pour les applications d’entreprise, ce que Bitcoin fait pour les paiements en ligne. Et cette ambition n’est pas passée inaperçue auprès des grandes entreprises et géants de la technologie.

En février dernier, l’on annonçait la création de l’Enterprise Ethereum Alliance (EEA), une organisation à but non lucratif qui réunit des géants de technologies comme Microsoft, Intel et Accenture, des banques comme JP Morgan Chase, Banco Santander, Crédit Suisse ou UBS et quelques start-ups comme Consensys et BlockApps. Au total, trente entreprises se sont associées pour former cette alliance, dont la mission est d’élaborer des standards pour adapter la blockchain Ethereum à leurs besoins.

Depuis son lancement officiel en 2015, le réseau Ethereum a été la cible de plusieurs piratages et vols. L’EEA va donc également travailler pour développer la sécurité et la confidentialité de la blockchain Ethereum. L’intérêt pour la plateforme ne pourra que contribuer à la valorisation de la monnaie ether, étant donné que c’est elle qui sera utilisée par les développeurs d'applications pour payer les frais de transaction et les services sur le réseau Ethereum. Aujourd’hui, Ethereum est le seul concurrent sérieux de Bitcoin sur le marché des cryptommonaies avec une capitalisation d’un peu plus de 20 milliards de dollars et une valeur de 222 $ l’unité, au moment de la rédaction de ce texte.


Coinmarketcap.com : capitalisations des monnaies cryptographiques (top 5)

Il faut également noter que récemment, 86 autres entreprises ont rejoint l’Enterprise Ethereum Alliance. On compte parmi ces nouveaux adhérents State Street, Toyota, Merck, ING, Broadridge et Rabobank. Pendant ce temps, le constructeur d'avions européen Airbus étudie la possibilité de transférer la gestion de sa chaîne logistique vers une chaîne de blocs qui repose sur Ethereum. « L'enthousiasme autour de l'EEE est remarquable », affirme Julio Faura, président de l'EEA. « Nos nouveaux membres proviennent de diverses industries telles que les pharmacies, les services mobiles, les services bancaires, l'automobile, le conseil en gestion et le hardware », a-t-il ajouté. Cet enthousiasme autour de la chaîne de bloc Ethereum va-t-il bientôt faire d’ether la monnaie cryptographique la plus importante, en détrônant le Bitcoin ?

Sources : Inc., CNBC News, Coin Market Cap

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Le cours du bitcoin dépasse la barre de 2000 dollars, un record qui n'a jamais été atteint par la cryptomonnaie depuis son lancement en 2009
Piratage de la cryptomonnaie ether : les responsables d'Ethereum proposent de recalculer le blockchain, de sorte à invalider les ethers volés
Blockchain : Microsoft, Intel et une poignée de grandes banques forment une alliance, pour adapter la blockchain Ethereum aux besoins des entreprises

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de John Bournet
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 24/05/2017 à 17:54
La plateforme Ethereum ne se pose pas en concurrent du Bitcoin, même si elle permet tout ce que propose le Bitcoin (et bien plus). Son ambition est différente : devenir le socle du "web 3" décentralisé. L'Ether n'est d'ailleurs pas définie en tant que monnaie par ses concepteurs mais en tant qu'huile/gaz/pétrole permettant de faire fonctionner cette machinerie numérique.

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web