Pour endiguer les litiges liés aux accès indirects, SAP propose une facturation tributaire du volume de données
Et non plus du nombre d'utilisateurs

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Après avoir réclamé 70 millions de dollars à la société de boissons Diageo puis 600 millions de dollars aux brasseries Anheuser-Busch pour avoir utilisé les données des applications SAP à partir d’autres logiciels, SAP a décidé de mettre à jour ses prix d'entreprise et son calendrier de licence.

Avant l'ouverture de l’édition 2017 de la conférence Sapphire Now de SAP qui se tient à Orlando du 16 au 18 mai, Hala Zeine, vice-présidente senior en charge du portefeuille de logiciels d'entreprise SAP, avait expliqué lors d’un entretien avec Computer Sweden que l’éditeur d’ERP simplifiait son mode de licence. « Tous ceux à qui l’on en parle sont d’accord pour dire que nous devons faire payer pour l’utilisation de nos logiciels. Mais nous devons clarifier certains cas d’usage pour les rendre plus prévisibles et à cet effet, nous avons procédé à quelques changements », avait-elle affirmé.

Parmi les changements dont elle a parlé figurent deux qui se démarquent :
  • lors de l'utilisation des données SAP qui comprend la coopération en dehors de l'entreprise, SAP a jusqu'à présent pris en charge le nombre d'utilisateurs. Maintenant, l’entreprise va facturer les volumes de données tels que le nombre de commandes traitées ;
  • les clients SAP pourront convertir leurs anciennes licences au nouveau modèle. Cela signifie que SAP ne pourra pas demander de coûts de licence rétroactivement. De cette façon, les clients de SAP éviteront de se voir réclamer des sommes supplémentaires comme cela s’est produit pour AB InBev et Diageo.

Bill McDermott, le PDG de SAP, a reconnu que les approches traditionnelles des entreprises sont remplacées par des méthodes plus transparentes et modernes de réflexion et d'action. Durant une keynote pendant la Sapphire Now, il a avancé que « j'entends que l'accès indirect cause de l'anxiété là-bas, alors disons-le comme ça : protéger l'IP et accommoder les moyens de faire des affaires est un équilibre délicat ».

Comme SAP a tenté de maintenir cet équilibre, McDermott a déclaré que son entreprise peut faire plus pour montrer une plus grande empathie pour ses clients. Aussi, l’une de ses décisions a été d’annoncer officiellement des modèles de tarification simplifiés. Le nouveau modèle de tarification de SAP pour les scénarios Procure-to-Pay et Order-to-Cash dans ERP - ECC ou SAP S / 4HANA - sera maintenant basé sur les commandes.

Pour être plus clair, si jusqu’à présent pour accéder aux données des applications SAP depuis l’extérieur de l’entreprise, les droits de licence à payer étaient calculés en fonction du nombre d’utilisateurs, l’entreprise a opté pour les calculer en fonction du volume de données manipulées, notamment sur le nombre de commandes.

« Les scénarios Procure-to-Pay et Order-to-Cash seront maintenant basés sur des commandes, ce qui est un résultat opérationnel mesurable pour toute entreprise », a-t-il expliqué. « En outre, l'accès statique et de lecture dans les systèmes tiers fait partie de vos données. Les concurrents vous facturent une lecture statique dans des systèmes tiers, SAP ne le fera pas ».

Essentiellement, les données dans le système SAP d'un client ne seront pas facturées à l'extérieur de SAP.

La lecture « Indirect static » est en lecture seule et n'est pas liée à une demande ou à une demande de système en temps réel et ne requiert donc aucun traitement ou informatique dans les systèmes SAP. Elle sera également incluse dans la licence de logiciel sous-jacent sans frais supplémentaires lorsqu'un client est correctement licencié, explique la société dans un billet de blog.
Néanmoins, cette formule ne fait pas encore l’unanimité. Le fournisseur de gestion de patrimoine logiciel Snow Software, qui aide les entreprises à optimiser et à contrôler les systèmes SAP, les contrats, les licences et les processus d'audit, a fait remarquer que les licences SAP sont complexes comme l’ont démontré les procès multilatéraux intentés aux courants de ces dernières années.

« La nouvelle proposition de SAP est de mesurer l'utilisation indirecte basée sur les commandes, mais il n'y a aucune indication de la valeur attribuée à ces nouvelles mesures de licence » , a déclaré Joachim Paulini, architecte technique de Snow Software SAP. « Les entreprises devraient examiner attentivement leurs propres circonstances et vérifier si la mesure proposée par SAP est une mesure de licence raisonnable aux fins de leur activité ».

Bien que disponible aux clients sans frais supplémentaires, Paulini a expliqué qu'il n'y aura aucune obligation légale de s'inscrire à de nouvelles propositions comme «  Static Read » et a averti que les entreprises doivent évaluer si elles seront financièrement meilleures ou pires en fonction de ces changements.

« Et bien sûr, l'incertitude reste liée à d'autres scénarios d'utilisation indirecte qui n'ont pas encore été abordés », a-t-il ajouté.

Source : interview Hala Zeine, communiqué de presse SAP

Voir aussi :

SAP réclame 600 millions de dollars à AB InBev pour des accès indirects à son système, après avoir obtenu 64 millions de Diageo pour une même affaire


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Offres d'emploi IT
Ingénieur Etudes et Développement PHP Drupal
Degetel - Ile de France - Boulogne Billancourt
Développeur applicatif NTIC (H/F)
Atos - Lorraine - Metz/Strasbourg
Gestionnaire projet front-office h/f
SFIL - Ile de France - Issy-les-Moulineaux (92130)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil