Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le blocage de Wikipédia en Turquie lié au refus du site de supprimer du contenu
Que le gouvernement attribue à une « campagne de salissage »

Le , par Stéphane le calme

20PARTAGES

14  0 
Turkey Blocks, une association de défense des libertés sur internet, a constaté que, sur l’étendue du territoire, l’encyclopédie en ligne Wikipédia avait été coupée dès 8 heures du matin, heure locale dans toutes ses déclinaisons (en turc, en anglais, en français, etc.). Désormais, le seul moyen d’y accéder est par l’utilisation d’un VPN.

Selon le quotidien turc Hürriyet Daily News, l'Autorité des technologies de l'information et de la communication de la Turquie (BTK) a déclaré qu'elle avait mis en œuvre l'interdiction de wikipédia.org, sans en préciser les raisons.

Les médias turcs ont déclaré que l'interdiction était imposée parce que Wikipédia n'avait pas réussi à éliminer le contenu qui faisait l’apologie du terrorisme, mais aussi qui reliait la Turquie à des groupes terroristes. Quant à savoir la période durant laquelle l’interdiction va s’étendre, aucune information n’a filtré.

La BTK a confirmé le blocage : sur son site, l’Autorité indique « qu’après une analyse technique et des considérations légales basées sur la loi n° 5651, une mesure administrative a été prise pour ce site (wikipédia.org) conformément à la décision n° 490.05.01.2017.-182198 du 29 avril 2017 ». L’autorité a cité, à l'appui de sa décision, une loi permettant de bloquer l'accès à des sites internet en vertu du maintien de l'ordre, de la sécurité nationale et du bien-être de la population.

Quand ils essaient d'accéder à la page Wikipédia via un fournisseur d'accès internet, les utilisateurs se voient signifier que le site ne peut être atteint avec un message de « connexion interrompue en raison du délai ».

Les autorités turques ces derniers mois ont été accusées de bloquer l'accès à Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux, notamment après des attentats, ou à l’occasion de grandes manifestations contre le pouvoir, entraînant l’utilisation par les utilisateurs de VPN qui permet la connexion entre ordinateurs. Mais certains utilisateurs de VNP se plaignent d’être maintenant parfois bloqués. Ces mesures ont suscité l'inquiétude d'une partie de la communauté internationale, en particulier de l'Union européenne.

D’ailleurs, dans le rapport annuel de Reporters sans frontières (RSF) sur la liberté de la presse, la Turquie est actuellement 155e sur 180 et a perdu 57 places en 12 ans. Un classement qui vient présenter la situation de ce pays plus alarmante que celle de la Russie, qui occupe la 148e place dans le rapport.

Source : Turkey Blocks, RSF, Hürriyet Daily News

Mise à jour du 30/04/2017 : le blocage de Wikipédia en Turquie lié au refus du site de supprimer du contenu

Selon le ministère turc des Transports, des Affaires maritimes et des Communications, l'accès à Wikipédia a été restreint parce que le site hébergeait des articles et des commentaires affirmant que la Turquie était en train de se coordonner avec un groupe de terroristes.

« Au lieu de se coordonner contre le terrorisme, il [Wikipédia] est devenu une source d'information qui lance une campagne de salissage contre la Turquie sur la scène internationale », a déclaré le ministère.

Par conséquent, l'agence gouvernementale a décidé d'utiliser une ordonnance administrative pour bloquer le site, en vertu de la loi 5651, qui permet au gouvernement de réglementer le contenu en ligne de la manière la plus large possible.

Wikipédia a été invité à supprimer le contenu qui a contrarié les fonctionnaires turcs, mais la société a refusé. Le cofondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, a posté sur Twitter : « L'accès à l'information est un droit humain fondamental. Peuple turc, je resterai toujours avec vous et je me battrai pour ce droit ».

Source : Anadolu Agency, Tweet Jimmy Wales

Voir aussi :

Wikipédia souhaite-t-elle concurrencer Google avec un nouveau moteur de recherche ? Une lettre explique les intentions de Wikipédia dans ce domaine
Wikipédia se tourne vers l'intelligence artificielle, pour améliorer le contrôle de la qualité des éditions et des articles

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 29/04/2017 à 19:29
La dernière fois que j'ai écrit dans ce forum que la Turquie n'avait plus rien d'une démocratie, j'ai eu droit à 4 pouces négatifs et je me suis fais traité de "nationaliste"!!!

Alors qu'en pensent ces "blaireaux" de ce nouvel exemple de la démocratie à la mode turque???
11  3 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 29/04/2017 à 22:31
Citation Envoyé par Andarus Voir le message
Je comprend pas bien du coup en quoi c'est différent maintenant?
La grosse différence est que aujourd'hui le gouvernement turque laisse passer à la tv les "Hanouna" mais ferme tout les médias qui critiquent le gouvernement et jette en prison les journalistes.

Score à la date du 31 décembre 2016: 170 organes de presse fermés, 348 journalistes placés en détention et 777 cartes de presse annulées.
7  2 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 29/04/2017 à 22:37
Citation Envoyé par Gugelhupf Voir le message
Je suis allé lire des news et commentaires du côté turc, la raison de la fermeture de Wikipedia serait dû à du contenu "assimilant la Turquie à daesh", le contenu en question ne serait pas modifiable.

@NSKis, je suppose que ta liberté de penser te donne le droit d'insulter gratuitement tous ceux qui ne sont pas du même avis que toi de "blaireaux".
Toi, si prompt à défendre la démocratie turque. Explique nous un peu l'histoire suivante:

Les deux journalistes de Cumhuriyet Can Dündar et Erdem Gül ont été respectivement condamnés à cinq ans et dix mois et à cinq ans de prison par le tribunal de Caglayan, à Istanbul, vendredi 6 mai 2016. Les deux hommes risquaient la prison à vie pour avoir divulgué dans leurs articles un trafic d’armes organisé par les services secrets turcs (MIT) à destination de la rébellion en Syrie.
Encore un délire des méchants occidentaux qui ne comprennent rien à la Turquie et à son sympahtique président, je suppose
7  2 
Avatar de MABROUKI
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 30/04/2017 à 11:33
bonjour
La Turquie n'as jamais été une démocratie,mais une dictature militaire à la "Atatürk" ou les gens marchent à la trique et au gourdin...
Elle ressemble mais en pire aux régimes de junte militaire d'Amérique du Sud...
Actuellement cette dictature militaire a change de costume: avant c'était soi-disant le paravent ou cache-misère laïc pour pomper l'argent de l'UE et USA, aujourd'hui c'est le paravent religieux pour pomper l'argent des monarchies...
Bref une caricature d'état depuis Atataturk !!!
Erdogan est capable de faire déambuler les turcs à poil !!!
6  1 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 30/04/2017 à 14:41
Citation Envoyé par emutramp Voir le message

Je n’ai aucune compassion pour ce genre de président, toutefois, il semble avoir le soutient de plus de la majorité de son peuple, le qualificatif de dictateur me semble incorrect. Tant qu’il a plus de la majorité des turques de son cote, la Turquie reste une démocratie.
Non, ce n'est pas une démocratie et il suffit de citer 2 éléments pour s'en convaincre:

1. La démocratie = liberté d'expression!!!

Il n'y a plus de liberté d'expression en Turquie. Des médias qui n'ont absolument "rien de déviant ni d'extrême" ont tout simplement été fermés et leur journalistes mis en prison parce qu'ils ont critiqué le gouvernement au pouvoir. Imaginons-nous la situation en France... Avec les critiques qu'a ramassé un François Hollande au long de son quinquenat, il n'y aurait tout simplement plus un journal, ni plus une seule chaîne de télévison en activité en France!!!

2. Non, il n'y a pas une majorité du peuple turc pour soutenir le pouvoir en place.

Lors du dernier referendum donnant plus de pouvoir au président Erdogan, l'ensemble des observateurs étrangers ont indiqué qu'il y avait eu des malversations; le gouvernement a même changé au dernier moment les règles pour que soient considérés comme valides des bulletins de vote non contre-signés par les responsables des points de vote. En conclusion, il y a eu bourrage d'urne avec des bulletins venus de l'on ne sait d'où et malgré les magouilles, le gouvernement n'a gagné qu'à 51%

Last but not the least: Le gouvernement turc a mis les communautés turques vivant à l'étranger sous pression. En Suisse, il a eu plusireurs cas d'espionnage des citoyens turcs vivant en Suisse. Le dernier cas date de cette semaine, un policier d'origine turc travaillant à Bâle a profité de sa position pour espionner la communauté turque de sa juridiction:

http://www.tdg.ch/suisse/Policier-bl...story/21847971
6  1 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/04/2017 à 13:28
Ankara franchit une étape supplémentaire dans la censure et la répression
Le gouvernement a interdit, samedi, les émissions télévisées de rencontres amoureuses et congédié près de 4 000 fonctionnaires. Le site Wikipédia était lui bloqué.



<<Le gouvernement du président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan a franchi, samedi 29 avril, une étape supplémentaire dans la censure et la répression dont sont victimes les Turcs depuis le coup d’Etat raté de juillet 2016. Il a interdit les émissions télévisées de rencontres amoureuses et congédié près de 4 000 fonctionnaires, selon deux décrets pris en vertu de l’état d’urgence imposé après la tentative de putsch.

Après les nombreuses attaques envers les médias, le chef de l’Etat, dont le pouvoir a récemment été renforcé par un référendum, a décidé de s’en prendre aux émissions de rencontres, très populaires en Turquie, en les supprimant. « A la radio et à la télévision, ce type de programmes dans lesquels les personnes sont présentées les unes aux autres pour trouver un petit ami… ne peut être autorisé », selon le décret publié samedi.

Lire aussi : Turquie : « Il n’est jamais bon qu’une Constitution soit approuvée par un maigre 51 % »

Le vice-premier ministre turc, Numan Kurtulmus, avait déclaré, en mars, que l’interdiction de ces émissions était en préparation : « Il y a des programmes étranges qui mettent à la casse l’institution de la famille et lui retirent sa noblesse et sa sainteté, avait-il dit. Si Dieu le veut, dans un proche avenir, nous allons y remédier grâce à des décrets d’urgence. »
Nouvelles arrestations

Les opposants du parti islamo-conservateur AKP (au pouvoir) expriment fréquemment la crainte que la Turquie penche vers un islam conservateur. Mais ses partisans répondent de leur côté que les émissions en question suscitent des milliers de plaintes chaque année et que l’interdiction est dans l’intérêt du public.

Parmi les 3 974 fonctionnaires révoqués, on compte un millier d’employés du ministère de la justice et un millier d’autres dépendant de l’armée, selon le décret, qui donne le nom de tous les agents de l’Etat concernés. Parmi ceux qui dépendaient de l’Armée de l’air, figurent plus de 100 pilotes. Par ailleurs, près de 500 universitaires travaillant dans les institutions officielles ont aussi été limogés

Le 26 avril, la Turquie avait procédé à l’arrestation de plus de 1 000 personnes et avait suspendu plus de 9 100 policiers dans le cadre d’une nouvelle purge contre ceux qui sont présentés comme des partisans du prédicateur réfugié aux Etats-Unis Fethullah Gülen, auquel Ankara fait porter la responsabilité du coup d’Etat avorté du 15 juillet 2016.
L’accès à Wikipédia a été coupé

Plus tôt dans la journée, c’est l’encyclopédie en ligne Wikipédia qui était inaccessible. L’organisme de surveillance en ligne Turkey Blocks a en effet relevé dans la matinée que l’accès au site avait été coupé dès 8 heures du matin, heure locale. Selon l’Agence-France-Presse, seule l’utilisation d’un accès VPN (réseau privé virtuel) permettait aux habitants d’Istanbul d’y accéder samedi matin.

Le quotidien turc Hürriyet Daily News qualifie de « pas claires » les raisons pour lesquelles l’interdiction a été ordonnée, évoquant « une décision administrative provisoire » qui nécessite d’être confirmée dans les prochains jours par une décision de justice.

Ces dernières années, les autorités turques ont bloqué temporairement à plusieurs reprises les accès à des réseaux sociaux populaires comme Facebook et Twitter, notamment à l’occasion de grandes manifestations contre le pouvoir ou d’attaques terroristes.

Depuis la mise en œuvre de l’état d’urgence, en juillet 2016, 47 000 personnes ont été arrêtées. Source >>

Ok 4000 fonctionnaires virés c'est pas très impressionnant, Fillon avait proposé d'en virer 500 000 donc Erdogan c'est vraiment un petit joueur...

Moi ce qui me choque c'est d'avoir interdit "tourner manège".

4  1 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 30/04/2017 à 14:51
Citation Envoyé par Gugelhupf Voir le message
Je ne fais que raconter mon expérience, concernant la mentalité, et le fait qu'il y a peut-être de la censure mais moins qu'avant, qu'on voit plus de choses à la télé, sans y mêler le contexte géopolitique. Toi tu reprends des choses que je dis avec un humour noir. Tu as visiblement ta propre idéologie, tu fais ta politique et insultes les gens qui ne sont pas d'accord avec toi de blaireaux.
Dis moi, les dizaines de milliers de militaires, policiers, juges, professeurs d'université, enseignants, jounalistes, avocats, etc qui ont été licencié quand ce n'est pas mis en prison dans les 24 heures après le pseudo coup d'état, c'est de l'humour noir???

Mais pourquoi s'en étonner, la Turquie, n'est-ce pas le seul pays au monde qui arrive a annoncer l'arrestation des responsables d'un attentat avant même que les victimes aient été prises en charges par les services sanitaires???

C'est ni de l'ideologie, ni de la politique... C'est juste la triste réalité d'un pays qui avait tout pour devenir une grande nation et qui va finir par devenir une Corée du Nord à la frontière de l'Europe...
4  1 
Avatar de J@ckHerror
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 30/04/2017 à 11:11
Citation Envoyé par Aeson Voir le message
oui ca s'apelle la democratie et la liberté d'expression. Et blaireaux est encore gentils.

Ca risque malheureusement de changer le 7 mai...
En plus ça sert beaucoup ton discours ! De mon point de vue les insultes arrivent lorsque l'on a plus d'argument valable.
2  1 
Avatar de Aeson
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 30/04/2017 à 11:17
De mon point de vue les insultes arrivent lorsque l'on a plus d'argument valable
C'est pas pour ca que ca doit etre interdit ou punis par la loi...
3  2 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/04/2017 à 16:02
Rigolez, ça arrive en France dans une semaine.
1  0