Canonical se prépare à changer de PDG : le retour du fondateur à la tête de l'entreprise
S'accompagnerait d'une vague de licenciements

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Actuellement aux commandes de Canonical, Jane Silber va quitter son poste de PDG de l’entreprise au mois de juillet. Elle sera remplacée par Mark Shuttleworth qui lui avait demandé de prendre sa succession à ce même poste en 2010.

« J'ai rejoint Canonical en tant que directeur des opérations en 2004, enthousiasmée par la vision d'Ubuntu et les possibilités qui pourraient découler du logiciel, la collaboration avec la communauté open source, l'énergie d'une start-up internationale et l'impact qu'elle pourrait avoir sur le monde. Lorsque Mark m'a demandé de devenir PDG en 2010, j'ai ajouté le défi de réussir commercialement dans cette liste », a expliqué Jane Silber.

Une démission qui ne relève pas de la sanction comme elle va l’expliquer par la suite. « Nous entrons maintenant dans une nouvelle phase de croissance accélérée chez Canonical, et il est temps de passer le relai aux mains chevronnées d’une nouvelle génération de leaders Canonical. Ce n'est pas une décision soudaine. J'ai d'abord accepté d'être PDG sur une durée de 5 ans et nous avons prolongé mon mandat en tant que PDG de quelques années déjà. Nous nous sommes préparés à une transition pendant un certain temps en renforçant l'équipe de direction et en portant à maturité chaque aspect de l'entreprise. Aussi, un peu plus tôt cette année, Mark et moi avons décidé que c'est le moment d'effectuer cette transition. Au cours des trois prochains mois, je vais rester chef de la direction, mais je vais commencer officiellement à faire un transfert de connaissances et de responsabilités à d'autres membres de l'équipe de direction. En juillet, Mark reprendra le rôle de PDG et je vais passer au Conseil d'administration de Canonical. Pour ce qui est d'un rôle à temps plein, je vais prendre un peu de temps pour me ressourcer puis chercher de nouveaux défis ».

Mais cette reprise de fonction de PDG par Mark Shuttleworth, le fondateur de Canonical et d'Ubuntu, pourrait s’accompagner également de licenciements. Selon des sources, plus de 80 employés seraient concernés. Une restructuration qui serait envisagée dans l’optique d’attirer des investisseurs privés. C’est dans ce cadre que des projets auraient été réduits ou arrêtés. Par exemple, la semaine dernière, Canonical a suscité l’étonnement en annonçant l’arrêt de ses efforts sur la convergence des écrans : l’entreprise voulait proposer avec son environnement Unity 8 une base commune pour tous les types d’appareils, mais ne va plus développer son projet dans ce sens.

Pendant ces changements au sommet de l’organigramme de l’entreprise, plus de 30 employés ont déjà quitté l’entreprise, des départs qui ont été confirmés par Shuttleworth à The Reg lors d’un entretien. Le quotidien confirme d’ailleurs que plus de la moitié de l’équipe travaillant sur Unity a été licenciée. Les investisseurs potentiels ont estimé que Canonical disposait d’un nombre trop important d’employés et que certains projets manquaient de direction.

Une source a confié à nos confrères que Shuttleworth aurait demandé à chaque département de l'entreprise d'envisager différents scénarios, du meilleur au plus négatif, avec à la clé des suppressions d'effectifs allant de 30 à 60 %. Canonical étant une société privée, elle ne communique pas sur ses résultats et le nombre de ses employés, mais nos confrères ont indiqué que l’entreprise emploierait près de 700 personnes. Une information que Shuttleworth s’est bien gardé de commenter.

Shuttleworth a résisté à la tentation de réduire certains départements de son entreprise parce qu'il croyait que la croissance au cours des prochains mois va leur permettre de contrebalancer ces mesures. Ceux qui ont échappé aux licenciements sont le support et le conseil, ce dernier aidant les clients à mettre en place et à exécuter des Cloud Ubuntu. Par ailleurs, l'effectif a augmenté dans la sécurité et les conteneurs, des zones à forte croissance, selon Shuttleworth, qui a déclaré que Canonical réalise des « dizaines de millions » de revenus et croît en termes de « dizaines de pourcentages ».

« Plutôt que de licencier maintenant et d'embaucher, il était logique de garder les gens maintenant », a déclaré Shuttleworth. « Si nous voulons être à la page immédiatement, nous devons faire cela. Nous allons croître et nous serons à la page en un trimestre ».

Un porte-parole de Canonical a expliqué que cette vague de licenciements sera menée différemment dans le monde entier parce que la société opère dans différents territoires avec différentes « exigences réglementaires ». L’entreprise a reconnu que cela crée une certaine incertitude pour les employés.

« Au Royaume-Uni, nous avons commencé le processus de consultation avec un groupe qui, selon les besoins, est sensiblement plus large que notre réduction réelle prévue. Ce processus permet aux individus et à l'entreprise de trouver le bon mélange de personnes et les bons objectifs pour eux, mais il crée plus d'incertitude pour un groupe plus large que le processus dans d'autres pays, qui est, dans la plupart des pays, matériellement terminé ».

Source : Ubuntu

Voir aussi :

Ubuntu 18.04 LTS sera livré avec GNOME et non Unity, le succès de l'OS dans les filières IoT et cloud expliquerait ce choix
Ubuntu : des développeurs créent un fork d'Unity 8 pour poursuivre son développement après la décision de Canonical de l'abandonner


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Offres d'emploi IT
Ingénieur de production H/F
Solutec Lyon - Rhône Alpes - Lyon (69000)
Tuning serveur d'application (h/f)
Atos Technology Services - Provence Alpes Côte d'Azur - Nice (06000)
Administrateur bases de données sql server (DBA) h/f
CetSI - Ile de France - Nanterre (92000)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil