Developpez.com

Club des développeurs et IT pro
Plus de 4 millions de visiteurs uniques par mois

France IA : le gouvernement définit une feuille de route pour développer l'IA
Et concurrencer les géants américains de la technologie

Le , par Coriolan, Chroniqueur Actualités
Face à la montée en puissance des GAFA (l’acronyme est utilisé pour « Google, Apple, Facebook, Amazon »), la France veut booster le développement des technologies IA afin de concurrencer ces sociétés technologiques américaines de premier plan et préserver sa souveraineté.

Le 20 janvier dernier, l’ex-secrétaire d’État chargée du Numérique, Axelle Lemaire, et son homologue de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Thierry Mandon, ont présenté le rapport « France IA » remis mardi à François Hollande par le robot de services Leenby, développé par la PME limousine Cybedroïd. Ce rapport est le fruit des réflexions de plus de 500 contributeurs autour de trois piliers : l’innovation, l’impact social et économique, la préparation du futur à travers la formation et la recherche.

Le gouvernement a donné sa feuille de route aux acteurs français de l’intelligence artificielle, un domaine recouvrant un potentiel quasi illimité, mais dont les applications réelles restent encore peu nombreuses. Le chef de l’État a annoncé un effort budgétaire de 1,5 milliard d’euros pour les dix prochaines années, qui s’ajouteront aux 500 millions déjà programmés.

Le rapport de synthèse FranceIA révèle des chiffres importants qui reflètent du dynamisme qui s’est créé autour de l’intelligence artificielle en France à travers un réseau de chercheurs et d’entreprises privées. Ainsi dans l’Hexagone, on compte plus de 250 équipes de R&D en IA pure, ainsi qu’en sciences humaines et sociales. On parle de 5333 chercheurs dont plus de 4000 sont en dehors de la région parisienne. La France fait partie du top 4 mondial pour la production d’articles de recherche sur l’intelligence artificielle. Selon le rapport, les domaines de recherche concernent plusieurs thématiques qui vont de l’apprentissage automatique à la robotique, en passant par l’interaction avec l’humain, l’éthique et le droit à l’intelligence artificielle.

Un investissement de 25 millions d’euros sur 5 ans dans 10 startups

Suite aux recommandations des 10 groupes de travail, la feuille de route FranceIA va lancer un programme conçu pour attirer et retenir les meilleurs talents en IA dans le cadre du Plan d'investissement d'avenir 3 (PIA3). En même temps, les secteurs privé et public vont apporter plus de 25 millions d’euros à 10 startups françaises.

Avec cette initiative, Bercy et le ministère de la Recherche cherchent à fédérer les différents acteurs de l’écosystème hexagonal de l’IA (enseignement, recherche, start-up ou moyennes et grandes entreprises) afin de valoriser un savoir reconnu de l’Hexagone, mais qui, sans réelles perspectives de développement, risque de fuir à l’étranger. « D’un côté on dispose d’un vivier de très bonnes écoles et de chercheurs réputés dans le monde entier et de l’autre de start-up, de PME et de grands groupes qui ont besoin de leurs compétences. Mais la connexion ne se fait pas naturellement entre ces deux mondes », explique-t-on à Bercy.

Les GAFA : une menace pour la souveraineté ?

Le rapport France IA rappelle que l’intelligence artificielle a le potentiel de renforcer la souveraineté du pays sur tous les niveaux. Que ce soit sur le plan économique (extraction de connaissance), environnemental (réseaux intelligents) ou sécuritaire (caractérisation de logiciels malveillants), l’IA a son mot à dire.

Il faudrait savoir que l’IA a connu un développement rapide depuis la première définition de la discipline proposée par John McCarthy en 1956. Ces dernières années, plusieurs facteurs ont favorisé et facilité la recherche menée sur l’IA. L’augmentation considérable de la puissance de calcul exponentielle des ordinateurs, la facilité d’accès aux données stockées de manière virtuelle dans le cloud et les algorithmes de plus en plus efficaces sont des facteurs entre autres qui ont rendu possible l’exploitation de l’IA dans plusieurs domaines d’activité. Il faut aussi savoir que les investisseurs et les entreprises ont un intérêt croissant pour ces technologies autonomes et prédictives. L’année 2016 aura vu 4,2 milliards de dollars d’investissements dans le domaine, un niveau record.

Lorsqu’on parle des retombées économiques et sociales, difficile d’ignorer le paramètre GAFA avec leur « pression marketing, publicitaire et commerciale », leur « domination de plus en plus accentuée en matière de flux d’échanges et de collecte de la donnée » ou leur statut de « seuls […] acteurs […] disposant d’une capacité de calcul suffisante [pour] proposer aux entreprises des services d’intelligence artificielle ». Il faudra donc fédérer les deux univers (recherche et secteur privé) pour éviter que « les GAFA partis avant tous les autres nous privent de nos meilleurs cerveaux dans ce secteur-clé pour notre souveraineté économique et technologique.»

Source : Rapport FranceIA

Et vous ?

Pensez-vous que les efforts des pouvoirs publics vont stopper l'hégémonie des géants américains de l'IT ?

Voir aussi :

IBM affiche son intention de commercialiser des systèmes informatiques quantiques universels via sa plateforme cloud


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Artemix Artemix - Membre du Club https://www.developpez.com
le 23/03/2017 à 21:33
Note: Ce serait plutôt le GAFAM, ajoutant Microsoft à la liste, surtout grâce à cet horrible contrat Microsoft <> Education Nationale.

Tant que la France sera sous tutelle américaine pour la plupart des services, on ne pourra pas s'en défaire. Par contre, c'est un bon mouvement, bien qu'un peu maladroit, d'initier un changement.
Avatar de Mrsky Mrsky - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 23/03/2017 à 21:50
C'est quand même balot de proposer ça a 1 mois du changement de gouvernement car l'initiative me semble intéressante mais risque fort de passer a la trappe du coup.
Avatar de elssar elssar - Membre actif https://www.developpez.com
le 23/03/2017 à 21:59
Inutile, ou en tout cas trop tard.
L'IA faible (machine learning) a besoin d'input sous forme de data pour être pertinente. Pourquoi les GAFA ou équivalent chinois seront toujours bien au dessus de nous ? Parce qu'il brasse des PO de data.

Il n'y a pas d'équivalent en France et plus globalement en Europe. Alors oui investir de l'argent pour la R&D sur les réseaux neuronaux/machine learning/deep learning/... c'est cool. Mais sans input même avec le meilleur algo du monde ça ne servira à rien

ça a déjà été prouvé un bon algo avec peu de data et moins efficace qu'un algo moyen et beaucoup de data dans ce domaine.

Et en plus 25m d'euro sur 5ans sur 10 entreprises ? ça fait 500k/an pour une boite. Elle fait quoi avec ça une boite ? 25m c'est le CA moyen d'une boite de 100 personne sur 1an A côté google X doit avoir plus de 20-30 si ce n'est pas 100 fois ce budget par an !
Avatar de redcurve redcurve - Membre averti https://www.developpez.com
le 23/03/2017 à 22:14
Citation Envoyé par elssar Voir le message
Inutile, ou en tout cas trop tard.
L'IA faible (machine learning) a besoin d'input sous forme de data pour être pertinente. Pourquoi les GAFA ou équivalent chinois seront toujours bien au dessus de nous ? Parce qu'il brasse des PO de data.

Il n'y a pas d'équivalent en France et plus globalement en Europe. Alors oui investir de l'argent pour la R&D sur les réseaux neuronaux/machine learning/deep learning/... c'est cool. Mais sans input même avec le meilleur algo du monde ça ne servira à rien

ça a déjà été prouvé un bon algo avec peu de data et moins efficace qu'un algo moyen et beaucoup de data dans ce domaine.

Et en plus 25m d'euro sur 5ans sur 10 entreprises ? ça fait 500k/an pour une boite. Elle fait quoi avec ça une boite ? 25m c'est le CA moyen d'une boite de 100 personne sur 1an A côté google X doit avoir plus de 20-30 si ce n'est pas 100 fois ce budget par an !
En tant que chef d'entreprise avec 500K pour dev de l'IA (qui sert à quelque chose), ça couvre à peine les salaires des ingés (le talent ça coûte cher) sur l'année et encore ... Mais ça peut voir un intérêt si on marche en mode français, donc vouloir de super ingés payés au smic avec une armée de brasseurs d'air enfin de "chefs de projet" ... pour faire bien lors des réunions inutiles avec la banque publique d'investissement dans les sociétés des copains
Avatar de melka one melka one - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 23/03/2017 à 22:51
il s'agit d'une aide pas de payé dans la totalité les salarié d'une entreprise.
Avatar de redcurve redcurve - Membre averti https://www.developpez.com
le 23/03/2017 à 22:58
Citation Envoyé par melka one Voir le message
il s'agit d'une aide pas de payé dans la totalité les salarié d'une entreprise.
Ce qui me choque s'est que l'état incapable de créer les conditions de la prospérité essai de boucher les trous que dis-je les fossés qu'il a lui même créé à coup de petites mesures sans effet ... Mais surtout en pompant encore plus les actifs pour un résultat négatif. Ce pays est devenu fou
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 24/03/2017 à 8:34
Citation Envoyé par Mrsky Voir le message
C'est quand même balot de proposer ça a 1 mois du changement de gouvernement car l'initiative me semble intéressante mais risque fort de passer a la trappe du coup.
Même avis. J'espère que c'est une mesure qui tiendra, vu que je suis directement concerné et qu'elle m'intéresse.

Citation Envoyé par elssar Voir le message
Inutile, ou en tout cas trop tard.
L'IA faible (machine learning) a besoin d'input sous forme de data pour être pertinente. Pourquoi les GAFA ou équivalent chinois seront toujours bien au dessus de nous ? Parce qu'il brasse des PO de data.
Voila un concentré de simplismes.

D'une part, ce n'est pas parce qu'on n'a rien qui fasse beaucoup de données chez nous qu'il faut considérer que ça doit rester comme ça. D'autre part, l'IA faible n'est que l'idée qu'une machine ne pourra jamais être intelligente, et donc on ne peut que simuler des processus intelligents. C'est avant tout une question de philosophie et de définition, pas de technologie.

L'IA est un domaine qui se découpe en de multiples sous-domaines transversaux : l'apprentissage automatique, les systèmes experts, le traitement du langage (écrit comme parlé), le traitement d'image et de la vidéo, les métaheuristiques, et j'en passe. Si on se focalise sur l'apprentissage automatique, on a effectivement des techniques comme les réseaux de neurones qui nécessitent des données bien calibrées pour apprendre les bonnes choses. L'histoire d'avoir beaucoup de données n'est pas que ça ne marche pas si on en a peu, mais que si le système est bien configuré pour le jeu de données à traiter (notamment en terme de complexité), plus de données augmente la qualité des résultats. Mais pour en revenir au sujet, l'IA ne se limite pas du tout à ce tout petit aspect.
Avatar de tp1024 tp1024 - Membre habitué https://www.developpez.com
le 24/03/2017 à 18:14
Je suis triste de cette nouvelle.
L'annonce est une bonne chose, mais combien d'euros arriveront a ceux qui pourront les dépenser utilement?

Je crains que comme tant d'autres aides, les fonctionnaires distribuant l'aide ne seront pas suffisamment expert en IA pour juger des projets qui seront présenté, et feront confiance au nom de la grosse société qui va faire la demande pour accorder les budgets. Budgets qui serviront encore une fois a éponger les pertes de projets sous vendus pour concurrencer les petites entreprises concurrentes, et les étouffer.

Dsl de ce passage pessimiste, mais j'aimerai tant que l'état, au delà des annonces, fasse attention à distribuer les fonds "Utilement", et que ca ne soit pas comme le CICE, Le credit impot recherche et tant d'autres!
Avatar de GeoffreyOnRails GeoffreyOnRails - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 27/03/2017 à 11:22
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
D'une part, ce n'est pas parce qu'on n'a rien qui fasse beaucoup de données chez nous qu'il faut considérer que ça doit rester comme ça.
Et pour compléter, d'autre part, des boîtes qui ont beaucoup de data, on n'en manque pas en France. Imaginez toutes les infos que peuvent avoir sur vous votre banque ou votre opérateur de téléphonie/Internet par exemple, et ce qu'ils pourraient en faire rien qu'en terme de publicité ciblée, pour pas faire preuve de trop d'imagination dans le cas d'usage...
Après est-ce que c'est souhaitable et/ou respectueux de la vie privée est clairement une autre question, mais pas différente de celle qui se pose vis à vis des géants de l'Internet.
Offres d'emploi IT
Consultants BI (H/F)
Opensourcing - Pays de la Loire - Nantes (44000)
Responsable produit H/F
Atos - Provence Alpes Côte d'Azur - Aix-en-Provence (13100)
Intégrateur Microsoft (31) (H/F)
Conserto - Midi Pyrénées - Toulouse (31000)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil