La fuite de Wikileaks montre que le chiffrement de données fonctionne
Rendant la tâche plus difficile aux agences d'espionnage

Le , par Coriolan, Chroniqueur Actualités
La semaine dernière, la plateforme Wikileaks a entrepris de publier des milliers de documents confidentiels appartenant à la CIA. Cette fuite baptisée Vault 7 a exposé les différents moyens et outils de piratage exploités par l’agence de renseignements américaine. Ces véritables cyberarmes ont permis à la CIA de créer sa propre “NSA” avec encore moins de responsabilités et d’exigences à répondre publiquement. En effet, l’agence d’espionnage dispose d’un arsenal gigantesque comprenant des logiciels malveillants, des virus, des chevaux de Troie, des exploits “zero day” armés, des systèmes de contrôle à distance des logiciels malveillants et la documentation associée. Bref, aucun appareil électronique n'est à l'abri de l’agence d'espionnage américaine.

Mais l’industrie de l’IT a tiré une autre conclusion des révélations de Wikileaks, c’est que le chiffrement de données marche et que l’industrie doit en recourir davantage. Des documents apparemment exposant le programme de surveillance de la CIA suggèrent que les agents du service d’espionnage s’efforcent de contourner le chiffrement qu’ils ne peuvent pas casser. Dans beaucoup de cas, la présence physique d’un agent est requise pour mener des attaques ciblées.

« Nous vivons dans un monde dans lequel le gouvernement américain veut avoir vos données, ils ne peuvent pas espérer casser le chiffrement, » a dit Nicholas Weaver, qui enseigne le networking et la sécurité à l’Université de Californie, Berkley. « Ils doivent se tourner vers des attaques ciblées, et c’est coûteux, dangereux, et le genre de choses que vous faites seulement avec les cibles qui vous intéressent. Voir la CIA agir de la sorte doit réassurer les activistes pour les libertés individuelles que la situation est meilleure maintenant qu’elle a été avant quatre ans. »

Plus de chiffrement

Justement il y a quatre ans, l’ancien employé de la NSA Edward Snowden avait révélé des informations classées tops secrètes de la NSA concernant la captation des métadonnées des appels téléphoniques aux États-Unis, ainsi que les systèmes d’écoute sur internet des programmes de surveillance PRISM, XKeyscore, Boundless Informant et Bullrun du gouvernement américain et les programmes de surveillance Tempora, Muscular et Optic Nerve du gouvernement britannique. Pour contrecarrer ses programmes de surveillance généralisée, l’industrie a entrepris d’étendre l’usage du chiffrement des données pour les emails et les applications de messagerie, un processus qui permet de rendre leur contenu illisible et indéchiffrable sans les clés nécessaires.

Les révélations de Snowden ont brisé les hypothèses antérieures suggérant qu’il a été presque impossible d’intercepter les données sur Internet pour des besoins de surveillance, a dit Lorenzo Hall, technologue en chef du groupe Center for Democracy & Technology. Cela a été dû au fait que chaque message sur Internet était divisé en plusieurs paquets, et chaque paquet suivait son propre chemin à travers le réseau jusqu’à arriver à sa destination.

La révélation que les agences d’espionnages ont réussi à contourner ce problème a poussé les acteurs à doubler d’efforts pour mieux protéger les données sur Internet. Des services comme WhatsApp et Apple iMessage ont eu recours au chiffrement du bout en bout, que même WhatsApp et Apple ne peuvent pas casser.

Le chiffrement de bout en bout de WhatsApp garantit que seuls vous et la personne avec qui vous communiquez pouvez lire ce qui est envoyé ; il n'y a donc pas d'intermédiaires, pas même WhatsApp. Vos messages sont protégés avec un cadenas, et seuls le destinataire et vous avez la clé spéciale qui permet de débloquer et lire votre message. Afin d'assurer une protection supplémentaire, chaque message que vous envoyez a son propre cadenas unique et sa clé unique. Tout cela est automatique : vous n'avez pas besoin de quelconques paramètres ni de créer des discussions secrètes pour protéger vos messages, » indique WhatsApp sur son site officiel.

Un défi pour les autorités

Durant le passé, les agences d’espionnage comme la CIA pouvaient pirater les serveurs de WhatsApp et les autres services similaires pour capturer les échanges des utilisateurs. Mais avec le chiffrement du bout en bout, cette possibilité a été rendue plus difficile. C’est pourquoi la CIA doit désormais retourner aux méthodes classiques comme les écoutes téléphoniques et l’interception des données avant leur chiffrement. « C’est comme lors des bons vieux jours lorsqu’ils devaient s’infiltrer dans une maison et planter un microphone, » a dit Steven Bellovin, professeur à l’Université de Columbia qui a longtemps étudié les questions de cybersécurité.

Le chiffrement s’est tellement imposé que même le FBI a voulu l’année dernière qu’Apple déverrouille l’iPhone utilisé par l’un des attaquants de San Bernardino. Apple a refusé de répondre à cette requête et le FBI a finalement réussi à déverrouiller le téléphone à l’aide d’un outil de piratage vraisemblablement similaire aux outils faisant partie de l’arsenal de la CIA.

Le directeur du FBI James Comey a reconnu le défi que présente le chiffrement. Il a indiqué qu’il devrait y avoir une balance entre la confidentialité et la capacité du FBI à accéder légalement aux données. Il a également dit que le FBI doit chercher à recruter des informaticiens talentueux avant qu’ils ne finissent dans les rangs d’Apple ou Google.

Les responsables des gouvernements ont longtemps voulu forcer les entreprises à installer des backdoors dans leurs appareils pour que les autorités puissent décoder les messages avec un mandat. Mais les experts de sécurité ont alerté que cette démarche pourrait gravement mettre en péril la sécurité et la confidentialité de tout le monde. Un avis que le PDG d’Apple a partagé lorsqu’il a indiqué qu’une telle mesure servirait également à l’intérêt des mauvaises personnes.

Le chiffrement : encore une solution de patchwork

Pour le moment, les services qui ont appliqué le chiffrement du bout en bout comme iMessage et WhatsApp se comptent au bout des doigts. Bien que le chiffrement est largement plus utilisé aujourd’hui, plusieurs entreprises continuent à encoder leurs données dans des façons qui leurs permettent de les lire et les scanner. Les autorités peuvent alors forcer ces entreprises à divulguer le contenu des messages avec des mandats ou des ordres juridiques. Avec le chiffrement du bout en bout, les entreprises ne seront pas capables de répondre à cet ordre car elles n’auront pas les clés nécessaires.

Mais étendre l’usage du chiffrement de bout en bout présente aussi des défis d’ordre technique. Ce chiffrement rend difficile les recherches sur des emails datant de plusieurs années pour les mentions d’un terme spécifique. Google a annoncé en 2014 qu’il travaillait sur le chiffrement du bout en bout pour l’email, mais aucune solution ne s’est matérialisée. Google chiffre pour le moment les messages en transit, mais cette solution n’est possible que lorsque le service utilisé par le destinataire adopte la même solution.

Les documents de la CIA publiés par Wikileaks suggèrent que l’agence est capable d’exploiter des vulnérabilités dans les téléphones et les logiciels pour capturer les messages quand il n’y a pas de chiffrement. Même si Apple, Google et Microsoft disent qu’ils ont réparé beaucoup de ces vulnérabilités, personne ne connait encore combien sont encore ouvertes.

« Il y a différents niveaux d’attaque, » a dit Daniel Castro, vice-président de la information Technology and Innovation Foundation. « Nous avons peut-être sécurisé un niveau (avec le chiffrement, mais il y a encore des faiblesses sur lesquelles on devrait se concentrer. »

Cohen préconise également que les gens doivent utiliser le chiffrement, malgré les techniques et l’arsenal de cyberarmes des agences d’espionnage « c’est mieux que rien. »

Source : The New York Times

Et vous ?

Pensez-vous que l'implémentation du chiffrement de bout en bout de WhatsApp et iMessage est sûre ?
Pensez-vous que le chiffrement de données aujourd'hui est menacé par le développement d'ordinateurs quantiques ?

Voir aussi :

Vault 7 : Wikileaks dévoile l'arsenal informatique de la CIA, l'agence est capable de contourner le chiffrement de WhatsApp
WikiLeaks va partager le code de la CIA avec les entreprises IT, quand la CIA dit continuer à collecter agressivement des renseignements à l'étranger


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de TallyHo TallyHo - Membre averti https://www.developpez.com
le 13/03/2017 à 11:14
Le chiffrement ne doit pas encore totalement bloquer les services d'espionnage... Sinon on aurait déjà eu des lois pour le limiter (ou il y a des magouilles non découvertes encore)
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 13/03/2017 à 12:24
Ce n'est pas si facile. Sans cryptage (mot parfaitement accepté en langue française. Puisque certains voudraient imposer qu'on ne l'utilise pas, je n'utilise plus que ça. Non mais.), plus de commerce électronique, et ça, c'est des centaines de milliards de big business, de nos jours.
Avatar de Capitaine_aizen Capitaine_aizen - Membre du Club https://www.developpez.com
le 13/03/2017 à 14:49
Il semblerait que les agences de renseignements évitent d'attaquer directement la partie crypto (certaine pour des raisons de business comme évoqué par Traroth2 mais pas que), au contraire elles préfèrent essayer de contourner en passant au dessous (avant l'opération de chiffrement) ou au dessus (après déchiffrement), mais certainement pas au milieu.

Cependant, on sait que certains choix ont été fait pour la crypto. Concours AES, on préfère Rijndael à Serpent, car Serpent semblait plus coriace. On retrouve également un petit scandale avec les courbes elliptiques du NIST avec la présence de backdoor de la NSA. (https://www.wired.com/threatlevel/20...nsa-algorithm/, http://csrc.nist.gov/publications/Pu...%20B%20and%20C, http://it.slashdot.org/firehose.pl?o.../09/11/1224252, https://en.wikipedia.org/wiki/Curve25519). On a également dans la documentation du NIST des valeurs utilisées dans le calcul des courbes qui tombent du ciel. (Probablement laché par un aigle).

Bref, la question est assez complexe car on des intérêts nationaux (déchiffrage cryptographique pour la sécurité du pays) avec des enjeux mondiale (e-commerce, données sensibles et autres) et affaiblir la crypto risquerait de mettre en péril l'un des plus gros business du monde. Et n'oublions pas que les USA qui sont l'un des plus gros exportateur d'arme dans le monde, et ils ont sûrement intérêt à ce que certains échanges reste bien chiffré.
En revanche, (et sauf erreur de ma part), toutes ces techniques modernes de crypto (superieur à Cesar et autres variantes) s'appuient sur l'utilisation de nombre aléatoire (clé asymétrique, vecteur d'initialisation...). Or les processeurs ne génèrent pas un véritable aléatoire (au sens physique quantique du terme), mais obtenu par une série de calcul à partir d'une source plus ou moins aléatoire et entropique. (Cf instruction RDRAND et RDSEED chez Intel). Il est donc possible, par affaiblissement du générateur (backdoor, générateur entropique volontairement plus ou moins prédictible), d'affaiblir la qualité du chiffrement, lequel peut alors être plus facilement cassé. En revanche, même avec un affaiblissement, la puissance de calcul doit rester assez conséquente, de sorte à généraliser le truc pour tout le monde, mais seulement éclater la crypto pour des cibles d’intérêt. De sorte à assurer la sécurité des données des entreprises contre un espionnage industrille, mais pas contre une agence de renseignement avec des moyens techniques et humains conséquents.
Avatar de LSMetag LSMetag - Membre expert https://www.developpez.com
le 13/03/2017 à 17:09
Ce que j'aimerais vraiment savoir, c'est : est-ce que les institutions étatiques, critiques et publiques appliquent le chiffrement de bout en bout ? Dans le cas contraire, pourquoi ne le feraient-elles pas ?
Avatar de marsupial marsupial - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 13/03/2017 à 17:48
Quand tu vois que Trump a viré le conseiller en sécurité de la Maison Blanche sans le remplacer, que les principaux départements du gouvernement sont en MS Windows server 2003, ça donne une idée du niveau d'obsolescence en matière de technologies. La NASA fonctionne encore avec du matériel moins performant qu'un smartphone et des boutons poussoirs des années 60/70 datant de l'âge d'or de la conquête spatiale. Alors même que les Etats-Unis sont à la pointe, le gouvernement US claque des dizaines de milliards dans l'espionnage sans penser une seule seconde à protéger leur propre SI.

Depuis l'ouverture du protocole RTC, au moins les conversations du téléphone rouge depuis le bureau ovale sont indéchiffrables. Mais je crois que cela se limite à cela. Il existe certainement d'autres protocoles de sécurité mais bien en deça de ce qu'ils devraient être pour un pays qui dispose d'une dissuasion capable de détruire 100 ou 1000 fois la planète.

Pour parler de la France, je vais livrer du semi-confidentiel mais suite à un audit offensif, seuls les administrateurs du ministère de la Défense et de l'Intérieur ont réagi respectivement par une colique néphrétique et des pleurs. Le reste de l'administration n'a pas bronché. Le président de la République a reçu notre rapport au petit matin et s'est fendu d'un message qui en dit long : " Lui je le félicite mais alors vous..."

Depuis ce 29 janvier, notre solution de sécurité, qualifiée de forteresse par nos admins, et une part de nos serveurs avec outils confidentiels de réplique, sont à disposition de l'Etat. Et il ne s'agit vraiment pas de luxe lorsque les politiques prennent la décision de mettre en place le mégafichier TES. Au moins gouv.fr est en https

Donc je pense que les communications entre chefs d'Etat et de gouvernements sont sécurisées ( chiffrées ). En dessous et dès lors qu'on utilise autre chose que le téléphone fixe, j'ai de gros doutes sur le niveau de sécurité déployé.
Avatar de wznnn wznnn - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 14/03/2017 à 13:24
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
Ce n'est pas si facile. Sans cryptage (mot parfaitement accepté en langue française. Puisque certains voudraient imposer qu'on ne l'utilise pas, je n'utilise plus que ça. Non mais.), plus de commerce électronique, et ça, c'est des centaines de milliards de big business, de nos jours.
chiffre = chiffrer, ça me fait mal a la tête a chaque fois que quelqu'un utilise cryptage, je ne suis pas patriotique mais quand même un peu de respect pour notre langue si vous êtes conscient de ce que vous faites
dîtes chiffrer ça ira mieux pour tout le monde

Crypter est un terme qualifié d’incorrect par l’Académie française ainsi que le Référentiel Général de Sécurité de l’ANSSI mais est reconnu par l’Office québécois de la langue française.
Avatar de TiranusKBX TiranusKBX - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 14/03/2017 à 13:49
@wznnn
le chiffrage est un encodage via des méthodes numérique
le cryptage est un encodage par substitution de symboles/mots/phrases
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 14/03/2017 à 14:01
Citation Envoyé par TiranusKBX Voir le message
@wznnn
le chiffrage est un encodage via des méthodes numérique
le cryptage est un encodage pas substitution de symboles/mots/phrases
Selon quelle source ?

Edit: Ah ça y est j'ai trouvé ! Le dictionnaire ! C'est vrai que ça fait sens.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre expert https://www.developpez.com
le 14/03/2017 à 14:02
"En tant que développeurs, mathématiciens et autres, nous souhaitons que vous compreniez pourquoi on dit "chiffrer", mais pas "crypter". Partout, dans les médias classiques et sur Internet, les gens se trompent. Il est temps d'informer. D'ailleurs, merci Canal+ de parler de chaines cryptées, ça n'aide pas notre cause."
Source : ON DIT CHIFFRER, ET PAS CRYPTER. :-)

Les vocables « crypter » et « cryptages » sont employés à tort par tous, y compris par la presse et même par certains magazines spécialisés ô_O’. Seulement voilà, il s’agit d’horribles abus de langage qui n’ont même pas de sens d’un point de vue cryptologique.
Source : Les mots « crypter » et « cryptage » n’existent pas !

"Le cryptage, barbarisme de chiffrage".
Source : Crypter ses données

Du point de vue de la cryptanalyse, le terme crypter est contesté car ce n’est qu’un faux anglicisme de chiffrer alors que le terme décrypter, quant à lui, signifie « déchiffrer sans posséder la clé secrète ».
De plus, le synonyme classique chiffrer prévaut, pour certains, sur le faux anglicisme crypter.
Le dictionnaire de l'Académie de la langue française (éditions 8 et 9) et le Trésor de la Langue Française informatisé n’incluent pas crypter.
Le Grand Dictionnaire terminologique indique chiffrer traduction de l'anglais encrypt[2].
Source : crypter

Je suis pour respecter les gars de la sécurité qui insistent bien sur le fait que le mot "crypter" ne fonctionne pas dans ce cas.
Avatar de TallyHo TallyHo - Membre averti https://www.developpez.com
le 14/03/2017 à 14:05
Hocus Pocus ! J'invoque l'esprit malin Jipété pour rétablir la vérité linguistique !
Avatar de ZenZiTone ZenZiTone - Membre émérite https://www.developpez.com
le 14/03/2017 à 17:07
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
La NASA fonctionne encore avec du matériel moins performant qu'un smartphone et des boutons poussoirs des années 60/70 datant de l'âge d'or de la conquête spatiale. Alors même que les Etats-Unis sont à la pointe, le gouvernement US claque des dizaines de milliards dans l'espionnage sans penser une seule seconde à protéger leur propre SI.
Au bout de 6 mois d'utilisation, ton smartphone a grandement perdu en performances et est obsolète par rapport aux nouveaux venus. Eux, leur système fonctionne toujours. De même, ces vieux systèmes sont moins vulnérables que les nouveaux s'ils ont la main sur le matériel et le logiciel (ce qui n'est plus vraiment le cas avec les nouveaux systèmes..).

Pour ce qui est de la protection de leur SI, ça m'étonnerait qu'ils y investissent moins que dans l'espionnage.
Avatar de marsupial marsupial - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 14/03/2017 à 18:32
Trump a demandé un inventaire des failles ( source Ars Technica ) lors de son investiture. Le journaliste Sean Gallagher, ancien du génie de la marine ayant contribué à plusieurs systèmes, évoque en terme de délai l'unité du siècle pour toutes les combler. Les Etats-Unis disposent de 4 millions d'espions répartis dans les différentes agences. Dis moi qu'il y a 4 millions de personnes affectés aux Etats-Unis à la sécurité de leur SI. En terme de budget, la seule NSA dispose de 75 milliards de dollars annuel. Dis moi s'il y a autant affecté à la sécurité de leur SI.

Je crains que tu te trompes lourdement. Je ne dis pas que le Pentagone est moins sécurisé que les impôts dont le système coûte excessivement cher en maintenance car date des années 70 mais cela n'a pas empêché la fuite de l'intégralité de la base des personnels employés par le gouvernement y compris toutes les informations confidentielles des affectations des 4 millions d'espions, des militaires, des diplomates, etc... entraînant l'évacuation d'urgence de Chine de l'ensemble des agents de la CIA infiltrés. Toujours source Ars Technica.

Les Etats-Unis sous couvert de 11 septembre ont mis un place un système ultra offensif en négligeant le côté défensif. Les révélations de Wikileaks ne font que confirmer cet état de faits.

La mentalité qui prévaut encore et toujours depuis 40 ans : tu détectes une faille, tu es un pirate. Pour preuve, Sophos a mené un audit du Pentagone. Le rapport est purement et simplement parti aux oubliettes. Source Ziff Davis.

edit : et tu verras, cette mentalité d'exploiter les failles en lieu et place de les signaler afin d'être corrigées va nous retomber sur le coin de la figure maintenant que leurs outils sont dans la nature. Parce que wikileaks détient une grande partie mais pas l'intégralité des outils donc toutes ne seront pas colmatées.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre expert https://www.developpez.com
le 15/03/2017 à 8:18
Selon Assange, la CIA espionne massivement les entreprises françaises
Le lanceur d'alerte affirme que l'un des objectifs de la CIA est d'obtenir l'intégralité des contrats des entreprises françaises qui dépassent les 200 millions de dollars afin de fournir de précieuses informations à leurs concurrents américains.
Avatar de TiranusKBX TiranusKBX - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 15/03/2017 à 9:40
ça na pas empêché EADS de rafler la mise avec le marché des gros transporteurs de l'US ARMY
Avatar de emutramp emutramp - Membre habitué https://www.developpez.com
le 15/03/2017 à 18:29
Citation Envoyé par TiranusKBX Voir le message
@wznnn
le chiffrage est un encodage via des méthodes numérique
le cryptage est un encodage par substitution de symboles/mots/phrases
Si je ne me trompe pas, ce que tu entends par cryptage est incorrect*: dans le cas que tu décris, le message n’est pas crypté/chiffré mais codé. (exemple*: «*chiffrements de césar*»)

Crypt est le mot anglophone de chiffrer, étonnamment, LibreOffice inclus le mot crypté dans son dictionnaire français, serait-ce une bourde*?

Selon Assange, la CIA espionne massivement les entreprises françaises
Je suis complètement abasourdi par cette nouvelle*! Obama nous aurait donc menti*?

http://www.dailymail.co.uk/news/arti...p-Britain.html

</ironie>
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 24/03/2017 à 13:20
La CIA aurait-elle installé des implants sur les iPhone depuis la chaîne d’approvisionnement ?
C'est ce que pense WikiLeaks

Il y a deux semaines, WikiLeaks a publié des documents relatifs aux techniques et exploits utilisés par la CIA pour pirater les produits des entreprises de technologie. Dans les heures suivant la divulgation des secrets de piratage de l’agence américaine, plusieurs fournisseurs ont réagi pour tenter de rassurer leurs utilisateurs. Apple a pour sa part déclaré que son analyse des documents de la CIA lui permet de dire que la plupart des failles de sécurité dans son système d’exploitation mobile ont déjà été corrigées dans la dernière version d’iOS. Mais, Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, a averti que les fichiers publiés ne représentaient qu’une petite fraction des documents de la CIA qu’il a en sa possession, en promettant que les autres seront divulgués progressivement.

La deuxième vague de documents vient d’être publiée. Il s’agit juste d’une dizaine de documents, la plupart, montrant comment la CIA aurait piraté les produits d’Apple, Mac et iPhone. Les documents mettent en évidence des techniques utilisées par la CIA pour infecter de manière persistante les appareils d’Apple.

Des projets de la CIA permettent par exemple de compromettre le firmware des Mac, de sorte que les infections persistent même si le système d’exploitation est réinstallé. C’est le cas par exemple du projet « Sonic Screwdriver » qui, comme l'explique la CIA, est un « mécanisme d'exécution de code sur des périphériques pendant qu'un ordinateur portable ou un ordinateur de bureau Mac démarre ». Il permet à un attaquant de démarrer son logiciel d'attaque à partir d'une clé USB par exemple, « même lorsqu'un mot de passe est activé sur le firmware ». Bien d’autres attaques ciblent également le firmware des appareils d’Apple.

Un autre document daté de 2008 montre également que la CIA avait mis au point un implant malveillant pour l'iPhone qui aurait pu être physiquement installé sur des iPhone neufs depuis la chaîne d’approvisionnement, explique WikiLeaks dans un communiqué de presse.

L'outil baptisé NightSkies (NS) fonctionne en arrière-plan et est doté de capacités qui permettent de télécharger des fichiers depuis l'appareil, mais également d'installer et d'exécuter des fichiers sur le dispositif. « NightSkies est installé via un accès physique à l'appareil », indiquent les documents de la CIA. NS restera ensuite « endormi » jusqu'à ce qu'une activité soit détectée sur l’appareil.

Lorsque l'activité de l'utilisateur est détectée, NS tentera d'interroger un « Listenning Post » préconfiguré pour récupérer certaines tâches et exécuter des instructions. Précisons que le Listenning Post est une station d’interception de communications électroniques. Les documents de la CIA révèlent que l'activité de l'utilisateur est détectée en surveillant des répertoires spécifiques sur le téléphone, tels que le fichier d'historique du navigateur, le cache vidéo YouTube, le cache de fichiers cartographiques ou les métadonnées des fichiers de messagerie.

Parmi les fonctionnalités de NS, on peut citer entre autres la possibilité de récupérer des fichiers depuis l'iPhone, y compris le carnet d'adresses, les SMS, les journaux d'appels (lorsqu'ils sont disponibles), etc. NS télécharge également des fichiers et des binaires, comme de futurs outils, sur l'iPhone. Il exécute des commandes arbitraires sur le dispositif et donne à la CIA un contrôle total de l'appareil à distance. Le tout est détaillé dans un guide utilisateur qui fournit des instructions pour configurer et installer NS sur un nouveau périphérique d'usine. Le guide comprend également des instructions sur la façon de créer et de maintenir le Listenning Post.

D'après WikiLeaks, il est probable que de nombreuses attaques d'accès physique de la CIA aient infecté la chaîne d'approvisionnement de la société. « Notons que NightSkies a atteint sa version 1.2 en 2008, et est expressément conçu pour être physiquement installé sur les iPhone neufs d'usine », souligne WikiLeaks, qui ajoute que « cela signifie que la CIA infecte la chaîne d'approvisionnement en iPhone de ses cibles depuis au moins 2008 ».

Ce qui est intéressant à noter, c’est que la plupart des documents de la CIA datent de près d’une décennie, à part deux de 2012 et 2013. Sachant par exemple qu’Apple a lancé son iPhone en 2007, la CIA a-t-elle une longueur d'avance dans la mise en place de certaines attaques contre les produits d’Apple ? C’est ce que suggère en effet cette nouvelle vague de documents. C’est également ce que pense Pedro Vilaca, un chercheur de sécurité qui étudie les ordinateurs Apple depuis des années.

D’après Vilaca, les documents montrent que la CIA était peut-être en avance dans la recherche de nouvelles façons de pirater et compromettre les Macs. « Il est intéressant de voir le décalage [temporel] entre le développement des outils de la CIA et la publication de recherches » sur des outils similaires, dit-il. À titre d’exemple, il explique que le Sonic Screwdriver de la CIA semble être la même attaque qu’une autre présentée à la fin de l’année 2014, et surnommée Thunderstrike. L’attaque de la CIA date toutefois de l’année 2012 au moins, d’après sa documentation divulguée par WikiLeaks.

Vilaca ne semble toutefois pas surpris par l’intérêt apparent de la CIA pour les produits d’Apple. Cela se justifie selon lui par la catégorie d’utilisateurs des produits d’Apple. « On dirait que la CIA est très intéressée par les cibles Mac / iOS, ce qui est logique puisque des cibles de grande valeur aiment les utiliser », explique Vilaca.

Sources : WikiLeaks, Vice

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Avatar de sbeex sbeex - Membre habitué https://www.developpez.com
le 24/03/2017 à 14:14
Haha si tel est le cas ils ont fait très fort !

Je possède un iphone et... je m'en fiche en fait tant qu'il marche pas moins bien qu'avant !
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre expert https://www.developpez.com
le 24/03/2017 à 14:24
Comme quoi les russes ont raison de se méfier des produits américains...
Avatar de nirgal76 nirgal76 - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 24/03/2017 à 14:37
Que ces activités soient vraies ou fausses, c'est en tout cas un article bourré de conditionnel, d'incertitude et de supputation (et ça date en plus). Du coup, ça rends pas crédibles des faits qui le sont sûrement.
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 24/03/2017 à 15:38
Il y aura toujours des gens qui n'y croieront pas, même avec la preuve sous le nez.
Avatar de Beanux Beanux - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 24/03/2017 à 16:10
Citation Envoyé par nirgal76 Voir le message
Que ces activités soient vraies ou fausses, c'est en tout cas un article bourré de conditionnel, d'incertitude et de supputation (et ça date en plus). Du coup, ça rends pas crédibles des faits qui le sont sûrement.
C'est une question d’éthique.
La 2eme diffusion de wikileaks n'a ni été infirmé ni confirmé. Elle date d'hier. Donc difficile d'avoir déjà une confirmation des données fournies. Donc conditionnel.
A supposer que l'information n'eusse pas été aussi récente, les informations n'auraient peut être pas été confirmé (toujours vulnérable par exemple), donc l'emploi du conditionnel est nécessaire.

Je crois en la véracité de ces infos, mais le conditionnel est nécessaire.
Avatar de DonQuiche DonQuiche - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 24/03/2017 à 17:50
Citation Envoyé par Beanux Voir le message
A supposer que l'information n'eusse pas été aussi récente
Je ne te reprends là-dessus que parce que tu sembles prêter attention à ces questions et pourrais donc accueillir ma remarque d'un bon oeil. Tu as commis deux fautes :
* Tu as utilisé la conjugaison à la première personne (eusse été) au lieu de la troisième (eût été).
* Tu as utilisé le plus-que-parfait du subjonctif alors qu'il fallait ici utiliser le passé (ait été) puisque tu débats de faits passés par rapport au contexte présent.

Concordance des temps :
* Contexte présent -> subjonctif présent (il soit), ou subjonctif passé pour une action antérieure (il ait été).
* Contexte passé -> subjonctif imparfait (il fût), ou subjonctif plus-que-parfait pour une action antérieure (il eût été).

Que cela ne te freine pas dans ton effort d'usage du subjonctif, que je salue.
Avatar de NSKis NSKis - Membre émérite https://www.developpez.com
le 25/03/2017 à 15:48
Citation Envoyé par sbeex Voir le message
Haha si tel est le cas ils ont fait très fort !

Je possède un iphone et... je m'en fiche en fait tant qu'il marche pas moins bien qu'avant !
Et bien voilà la réponse typique de tous les "neuneu" de notre société de consommation: "Euh! Je m'en fiche d'être espionné, j'ai rien à cacher!"

C'est grâce à ce genre de réponse que la société actuelle se transforme en une immense prison à ciel ouvert où le moindre comportement du citoyen est scruté, analysé, enregistré...

Et est-ce que le "Euh! Je m'en fiche d'être espionné, j'ai rien à cacher!" imagine ce qu'il pourrait advenir de ses données dans les mains d'un gouvernement un "peu particulier", style Erdogan en Turquie (qui fait la chasse aux opposants), style Kim Jong-Un en Corée du Nord, style Khmers Rouge au Cambodge qui ont fait la chasse aux intellectuels allant jusqu'à tuer 21% de la population du pays en 4 ans???

Et est-ce que le "Euh! Je m'en fiche d'être espionné, j'ai rien à cacher!" se souvient qu'il y a moins de 80 ans un taré arrivé au pouvoir en Allemagne a éliminé physiquement 5 millions de personnes juste parce qu'elles étaient de confession juive, 300.000 personnes handicapées mentales ou physiques en Allemagne, entre 300'000 et 500'000 tziganes à travers l'Europe occupée, environ 10'000 homosexuels??? Quel aurait été le bilan si le gouvernement nazi avait disposé à l'époque d'internet et avait eu accès à toutes les données collectées auprès des "Euh! Je m'en fiche d'être espionné, j'ai rien à cacher!"???
Avatar de nirgal76 nirgal76 - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 27/03/2017 à 10:20
Point godwin pour toi. Bravo !

Citation Envoyé par Beanux Voir le message
C'est une question d’éthique.
La 2eme diffusion de wikileaks n'a ni été infirmé ni confirmé. Elle date d'hier. Donc difficile d'avoir déjà une confirmation des données fournies. Donc conditionnel.
A supposer que l'information n'eusse pas été aussi récente, les informations n'auraient peut être pas été confirmé (toujours vulnérable par exemple), donc l'emploi du conditionnel est nécessaire.

Je crois en la véracité de ces infos, mais le conditionnel est nécessaire.
Une informations non vérifiée n'est pas une information, c'est une rumeur.
(même si je crois aussi à ces révélations moi aussi)
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre expert https://www.developpez.com
le 27/03/2017 à 10:38
Citation Envoyé par NSKis Voir le message
Quel aurait été le bilan si le gouvernement nazi avait disposé à l'époque d'internet et avait eu accès à toutes les données collectées
Aucun régime au monde n'a jamais autant surveillé son propre peuple que les USA dans la période actuelle.
C'est même pire que la plus dystopique des œuvres de science fictions.

D'abord on a accepté qu'il y ait une webcam et un micro dans les pc portables (beaucoup de gens cachent la webcam, c'est obligatoire dans plein d'entreprises).
Mais c'est devenu pire avec les smartphones qui sont équipé d'un micro, 2 caméras, un capteur GPS et son en permanence connecté à internet.
Les gens étalent leur vie sur les réseaux sociaux.
On fait tout pour rendre facile la récolte de nos données.



Sauf qu'on est dans l'idéologie du bien, les gens se disent "nous sommes en état d'urgence", "c'est pour lutter contre le terrorisme", etc.
Alors que c'est pour récolter le plus d'informations personnelles pour les revendre à des entreprises.

Si n'importe quel pays au monde avait fait le millième de ce que font les USA, ça ne passerait pas si facilement...
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 27/03/2017 à 12:01
Vault 7 : Apple affirme que les documents de la CIA sont dépassés
et que les vulnérabilités censées affecter ses produits ont déjà été corrigées

Juste avant le weekend, WikiLeaks a publié une nouvelle série de documents dans le cadre de son opération Vault 7 visant à révéler les techniques et outils de piratage de la CIA. Dans cette nouvelle vague baptisée DarkMatter, ce sont les produits d’Apple qui étaient concernés. Il s’agissait en effet d’une dizaine de documents mettant en évidence les techniques de la CIA pour pirater les produits d’Apple, Mac et iPhone.

Des projets de la CIA permettaient par exemple de compromettre le firmware des Mac, de sorte que les infections persistent même si le système d’exploitation est réinstallé. Un autre document daté de 2008 montrait également que la CIA avait mis au point un implant malveillant pour l'iPhone ; lequel implant aurait pu physiquement être installé sur de nouveaux iPhone depuis la chaîne d’approvisionnement.

Comme lors de la première vague de documents publiés, il a fallu juste quelques heures à Apple pour réagir. Et encore une nouvelle fois, la firme de Cupertino assure que ses utilisateurs sont déjà protégés de ces vulnérabilités. Dans un communiqué, Apple a en effet fait savoir que les documents de la CIA publiés par WikiLeaks sont vieux et que les failles décrites dans ses produits ont été corrigées depuis bien longtemps : depuis 2009 pour la vulnérabilité affectant les iPhone et à partir de 2013 pour les Mac. Dans chacun des cas, il faut cependant passer aux produits plus récents d’Apple pour être protégé.

« D'après notre première analyse [des révélations de WikiLeaks], la prétendue vulnérabilité de l'iPhone n'a affecté que l'iPhone 3G et a été corrigée en 2009 lorsque l'iPhone 3GS a été lancé. Notre analyse préliminaire montre encore que les prétendues vulnérabilités affectant les Mac ont été corrigées dans tous les Mac lancés après 2013 », affirme Apple. Cela sous-entend que les utilisateurs des Mac lancés jusqu’en 2013 ne seraient pas protégés. Vu que les produits d’Apple sont associés à des consommateurs nantis, doit-on donc espérer qu’en 2017, la plupart ont abandonné les Mac datant d’avant 2013 ?

Quoi qu’il en soit, Apple ne semble pas apprécier la manière dont WikiLeaks coordonne la divulgation des documents de la CIA. L’organisation non gouvernementale avait promis de partager les documents et le code de la CIA avec les grandes entreprises de l’IT, afin de leur permettre de corriger les problèmes dans les produits avant que les détails ne soient portés à la connaissance du public. Certaines entreprises avaient salué cette initiative. C’est le cas de Microsoft qui a également indiqué que sa « méthode préférée pour toute personne connaissant des problèmes de sécurité, y compris la CIA ou WikiLeaks, est de soumettre des détails à secure@microsoft.com » afin que la firme puisse examiner les informations et prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger ses clients. Mais, à entendre Apple, il semble que WikiLeaks s’attende à une collaboration spéciale avec les entreprises dans cette affaire, plutôt que de soumettre ces informations via le processus normal.

« Nous n'avons pas négocié d'information avec WikiLeaks. Nous leur avons donné des instructions pour soumettre toutes les informations qu'ils souhaitent à travers notre processus normal selon nos termes standards. Jusqu'à présent, nous n'avons reçu aucune information de leur part qui ne soit pas du domaine public », a déclaré Apple. Pour sa part, le fabricant d’iPhone ne semble pas non plus ouvert à entamer une collaboration spéciale avec WikiLeaks, en dehors de son processus standard. « Nous sommes des défenseurs infatigables de la sécurité et de la confidentialité de nos utilisateurs, mais nous ne tolérons pas le vol et ne collaborons pas avec ceux qui menacent de nuire à nos utilisateurs », a ajouté Apple.

Rappelons qu’après la publication des premiers documents de la CIA, Mozilla s’était également plaint de WikiLeaks en l’accusant de mettre en péril la sécurité de l’Internet : « Si les informations publiées dans les rapports sont exactes, alors cela prouve que la CIA porte atteinte à la sécurité de l'internet - et WikiLeaks aussi », avait affirmé Heather West, Senior Policy Manager chez Mozilla. Il accusait WikiLeaks de ne pas divulguer ces vulnérabilités aux entreprises affectées pour leur permettre de les corriger et protéger les utilisateurs, avant de les mettre à la disposition du public.

Source : Mac Rumors

Et vous ?

Que pensez-vous du communiqué d’Apple ?
Que pensez-vous de la manière dont WikiLeaks divulgue ces informations ?
Avatar de SkyZoThreaD SkyZoThreaD - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 27/03/2017 à 12:46
Comment ils sont mad Apple qu'on dévoile leurs failles
Surtout qu'ils se ventent dans leurs pubs aux US d'avoir des produits sécurisés contrairement à la concurence.

WikiLeaks
Avatar de Lcf.vs Lcf.vs - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 27/03/2017 à 14:21
Pub déguisée, basée sur la peur, de la part d'Apple? culpabilisation des gens n'ayant pas changé d'appareil depuis 2013?
Avatar de Beanux Beanux - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 27/03/2017 à 14:36
Citation Envoyé par nirgal76 Voir le message
Une informations non vérifiée n'est pas une information, c'est une rumeur.
(même si je crois aussi à ces révélations moi aussi)
Elle est vérifié dans le sens ou elle a été déclarée par le biais de documents et autre. Mais non corroboré, et c’est la que la nuance doit se faire
Avatar de Felykanku Felykanku - Membre régulier https://www.developpez.com
le 29/03/2017 à 0:27
Ils sont champion en piratage, ça du moins c'est une évidence. Mais que dire de la presidentielle passée ? Un pirate piraté ?
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 01/04/2017 à 17:35
Vault 7 : la CIA a développé un outil pour masquer ses traces
et orienter les chercheurs en sécurité vers des attaquants chinois ou russes

WikiLeaks publie une troisième vague de documents dans le cadre de son opération Vault 7, visant à divulguer les techniques et outils de piratage utilisés par la CIA. L’opération a été lancée le 7 mars avec de nombreux fichiers décrivant des failles de sécurité exploitées pour compromettre des PC Windows, des Mac, des appareils Android et iOS, mais également les smart TV de Samsung, entre autres dispositifs. Deux semaines plus tard, de nouveaux documents ont été publiés. Ces dernières révélations montraient que la CIA avait installé des implants malveillants sur les iPhone depuis la chaîne d'approvisionnement, mais était également capable d'infecter les iPhone et Mac d'Apple de manière persistante.

Dans ce nouvel épisode de l’opération de WikiLeaks, ce sont près de 700 fichiers de code source d’un framework baptisé Marble qui ont été publiés. Il s’agit d’un outil utilisé par la CIA pour brouiller les pistes après une attaque de ses agents. D’après WikiLeaks, Marble est en effet « utilisé pour empêcher les enquêteurs et les sociétés d’antivirus d'attribuer des virus, des chevaux de Troie et des attaques à la CIA. » Marble fait cela en appliquant des techniques d’obscurcissement sur les fragments de texte utilisés dans les logiciels malveillants de la CIA. Marble a été développé pour « permettre un obscurcissement flexible et facile à utiliser », car « les algorithmes d’obscurcissement de chaîne (en particulier ceux qui sont uniques) sont souvent utilisés pour lier des logiciels malveillants à un développeur ou une société de développement spécifique ».

L’une des particularités de cet outil est qu’il pourrait permettre à la CIA de déguiser son code pour faire croire aux chercheurs en sécurité qu’il provient d’un autre pays. Le code source fourni par WikiLeaks contient des exemples en chinois, russe, coréen, arabe et farsi (principale langue parlée en Iran). « Cela peut amener les enquêteurs à attribuer le code à d'autres [attaquants], par exemple en considérant que la langue du créateur du logiciel malveillant n'est pas l'anglais, mais le chinois », affirme WikiLeaks.


L’existence d’un tel outil devrait amener les chercheurs en sécurité à rouvrir certains dossiers pour une analyse plus éclairée prenant en compte les nouvelles données. C’est d’ailleurs ce que souhaite WikiLeaks. La version 1.0 de Marble a en effet été sortie en 2015 et l’outil a été utilisé l’an dernier. Il est donc possible que certaines enquêtes sur des attaques ayant utilisé Marble n’aient pas pu être résolues et aient débouché sur de fausses pistes.

Pour aider les enquêteurs, WikiLeaks a donc publié un outil inclus dans les fichiers de la CIA. L'outil a été conçu par les espions américains pour inverser l’obscurcissement dans leurs logiciels malveillants. Combiné avec les techniques d’obscurcissement de la CIA qui ont été révélées, WikiLeaks pense qu’un modèle ou une signature pourrait émerger, ce qui peut aider les enquêteurs à attribuer des attaques et des logiciels malveillants découverts précédemment à la CIA.

Source : WikiLeaks

Et vous ?

Que pensez-vous de ces nouvelles révélations de WikiLeaks ?
Avatar de TiranusKBX TiranusKBX - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 01/04/2017 à 18:25
Je paris que l'on vas aussi découvrir plus tard que certaines attaques sur des sociétés aux USA on été faites par la CIA, le tout couvert par ce merveilleux Framework!
Avatar de Aiekick Aiekick - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 01/04/2017 à 21:06
drole d'idée mais ca ne prouve pas grande chose.

mettre des commentaire dans du code c’est aberrant pour un virus qui doit être discret, donc des charactere chinois qui prenne une place folle, c'est débile.

moi je met tout mes com en anglais pourtant je code tout seul, et suis francais.. donc bon faut etre bete pour penser que le com indique l'origine du soft
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre expert https://www.developpez.com
le 03/04/2017 à 8:52
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
faut etre bete pour penser que le com indique l'origine du soft
C'est triste mais certaines personne pense que c'est une preuve suffisante.
Alors qu'à chaque fois c'est une attaque sous faux drapeau...
Les personnes qui développent ce genre d'outils font en sorte de ne pas être retracé, par conséquent ils écrivent tout en anglais...

Aujourd'hui on nous fait croire que les ennemis sont la Russie, la Chine, l'Iran, la Corée du Nord, la Syrie, etc.
Alors que l'ennemi c'est les USA.
C'est eux qui espionnent le monde entier.

Si des enquêteurs trouve du texte en Russe dans un programme malveillant, ils vont tout de suite croire que ça vient de Russie, alors que ça vient de la CIA.
Les médias nous conditionnent à avoir une pensée manichéenne : Les USA sont nos gentils copains, la Russie, la Chine, sont nos méchant ennemis.
Du coup dès qu'il y a le moindre truc en rapport avec ces pays soit disant ennemi, ça suffit, on ne cherche pas plus.
Une entreprise américaine qui se fait pirater aura plus de faciliter à croire que le piratage vient de Russie plutôt qu'il ne vient de la CIA...
Avatar de emutramp emutramp - Membre habitué https://www.developpez.com
le 03/04/2017 à 21:45
Même sans la moindre preuve, répéter une information fausse ou invérifiable devient après un savant mélange des médias traditionnels voir spécialisé IT grand publique par devenir dans la tête du français (ou pays aux ordres des US), une vérité. Un agent du FBI l’a d’ailleurs très bien résume en assumant récemment «*Le piratage du parti démocrate pendant l’élection US est d’origine russe, ce n’est même plus a démontrer*» alors que jusqu’ici, aucune preuve vérifiable par le publique n’est disponible.

C’est comme Yahoo et ses 500 millions de comptes compromis*:

http://www.lemonde.fr/pixels/article...7_4408996.html (ou autres media traditionnel, voir même oriente IT tech)

Alors que, précisément*:

http://thehackernews.com/2017/03/yah...each-hack.html

En résumé*: Vérifiez l’information donné par n’importe quel media, via plusieurs sources et ne jamais considéré comme vrai ce qui est relate dans les médias a première lecture ou sans approfondir le sujet et connaître exactement les détails qui ne sont pas relaté.
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 09/04/2017 à 1:25
Vault 7 : WikiLeaks dévoile les outils utilisés par la CIA pour infecter les PC Windows
et échapper à la détection des logiciels de sécurité

Le 7 mars, WikiLeaks a lancé l’opération Vault 7 visant à divulguer les techniques et outils de piratage utilisés par la CIA. Les premiers fichiers divulgués par l’organisation non gouvernementale décrivaient des failles de sécurité exploitées pour compromettre des PC Windows, des Mac, des appareils Android et iOS, mais également les smart TV de Samsung, entre autres dispositifs.

Après cette première vague, ce sont d’autres documents qui montraient que la CIA avait installé des implants malveillants sur les iPhone depuis la chaîne d'approvisionnement, mais était également capable d'infecter les iPhone et Mac d'Apple de manière persistante. Il y a eu ensuite un nouvel épisode où près de 700 fichiers de code source d’un framework baptisé Marble ont été publiés. Il s’agit d’un outil utilisé par la CIA pour brouiller les pistes après une attaque de ses agents. Marble permet par exemple à la CIA de déguiser son code pour orienter les chercheurs en sécurité vers de fausses pistes, en particulier vers des attaquants russes, chinois et coréens, entre autres.

WikiLeaks vient de publier un nouveau lot de documents appartenant à la CIA ; et cette fois, ils décrivent des outils utilisés par l’agence d’espionnage pour infecter les PC Windows. Cette nouvelle fuite est baptisée Grasshopper, du nom d’un ensemble d'outils logiciels utilisés pour créer des logiciels malveillants personnalisés pour les ordinateurs Windows. « Grasshopper est un outil logiciel utilisé pour créer des installateurs personnalisés pour les ordinateurs cibles exécutant le système d'exploitation Microsoft Windows », est-il expliqué dans le guide utilisateur de la CIA.

Grasshopper est doté d'une variété de modules qui peuvent être utilisés par un opérateur de la CIA comme des blocs pour construire un implant personnalisé qui se comportera différemment en fonction de l’ordinateur ciblé. D’après les documents de la CIA, il serait possible pour un opérateur de personnaliser son malware de sorte que son installation dépende de l’évaluation de l’environnement cible. Les conditions cibles à vérifier sont décrites à l'aide d'un langage de règle personnalisé. D’après WikiLeaks, ce langage, qui serait d’ailleurs très flexible, permet de définir des règles qui sont utilisées pour faire une évaluation du terrain avant l’installation de la charge utile sur le périphérique. Cela « permet de s’assurer que la charge utile ne sera installée que si la cible a la bonne configuration », explique le lanceur d’alerte. « Grâce à ce langage, les opérateurs de la CIA sont capables […] de vérifier par exemple si le périphérique cible exécute une version spécifique de Microsoft Windows ou si un produit antivirus particulier est en cours d'exécution ou non », dit-il.

Grasshopper implémente des techniques pour éviter d’être détecté par les antivirus sur l'ordinateur spécifique ciblé. D’après WikiLeaks, il est en effet susceptible de ne pas être détecté par les produits de sécurité comme Kaspersky Internet Security Suite, Microsoft Security Essentials, Rising Internet Security et Symantec End Point Protection.

L’outil de la CIA utilise également divers mécanismes de persistance, y compris Stolen Goods 2.0. Les documents publiés par WikiLeaks le décrivent comme « un module de persistance pour Grasshopper, basé sur des composants d’un logiciel malveillant tiers ». Ce logiciel malveillant tiers en question n’est rien d’autre que Carberp, un trojan bancaire attribué aux Russes et dont le code source a été publié en ligne en 2013. La CIA a emprunté des composants de ce trojan qu’elle a ensuite modifiés pour ses propres opérations de piratage. « Les composants [de Stolen Goods 2.0] ont été prélevés sur un logiciel malveillant connu sous le nom de Carberp, un rootkit suspecté d'appartenir à des Russes », est-il indiqué dans les documents de la CIA. Et d’ajouter : « Le code source de Carberp a été publié en ligne et a permis [à nos équipes] d'emprunter facilement des composants du malware. » Cela confirme, comme le cas du botnet Mirai, que lorsque le code d’un malware est publié en ligne, cela peut-être très dangereux pour la sécurité des systèmes informatiques.

La CIA explique toutefois dans les documents publiés par WikiLeaks que la plupart des composants de Carberp n'étaient pas utilisés dans Stolen Goods 2.0. Seuls le module de persistance et les parties de l'installateur ont été pris et modifiés pour répondre à ses besoins. « Une grande majorité du code Carberp d'origine utilisé a été fortement modifiée. Très peu de morceaux du code original existent sous une forme non modifiée ». La CIA assure également qu’avant de les utiliser, « tous les composants pris en charge par Carberp ont été soigneusement analysés pour chercher des fonctionnalités cachées, backdoors, vulnérabilités, etc.

WikiLeaks explique que les 27 documents publiés dans cette nouvelle vague donnent un aperçu de la façon dont la CIA maintient la persistance sur les ordinateurs Windows infectés ; ce qui devrait, selon le lanceur d’alerte, donner des directives à ceux qui cherchent à défendre leurs systèmes, pour identifier tout compromis existant.

Sources : Communiqué de WikiLeaks, Grasshopper v2 (guide d’utilisateur), Stolen Goods 2.0 (manuel d’utilisateur)

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Avatar de Pierre GIRARD Pierre GIRARD - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 12/04/2017 à 17:29
Ça fait un argument de plus pour les Chinois et les Russes de fuir les produits "Made In USA". Pendant ce temps là l'Europe, dont la France, continue à investir massivement dans les PC à base de Windows.
Avatar de Bam92 Bam92 - Membre régulier https://www.developpez.com
le 14/04/2017 à 14:29
Je ne sais pas si j'ai bien lu, mais il me semble que GNU/Linux n'est pas la cible. Merci mon Debian.
Aux autres j'en appelle à l'adoption de la culture libre (vivre la transparance)
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 24/04/2017 à 10:04
Weeping Angel : WikiLeaks publie le guide utilisateur de l'implant de la CIA
pour transformer les smart TV de Samsung en dispositifs d’écoute

Weeping Angel faisait partie de la première vague de documents de la CIA qui ont été publiés par WikiLeaks, dans son opération baptisée Vault 7. Développé en collaboration avec le MI5, le service de la sécurité intérieure britannique, l’outil aurait permis à la CIA de pirater des smart TV de Samsung et les transformer en dispositifs d’écoute des conversations privées des utilisateurs. Il s’agit en effet d’un implant conçu pour enregistrer les bruits aux alentours de la smart TV grâce à son microphone intégré. Les données audio sont ensuite exfiltrées ou stockées sur l’appareil pour une récupération ultérieure.

Dans le guide utilisateur publié ce weekend, WikiLeaks fournit des détails sur les principales fonctionnalités de l’implant. Le document décrit toutefois une des premières versions de l’outil, celle initialement développée par le MI5, avant que la CIA ne l’adapte pour ses propres besoins. Cette version baptisée « EXTENDING » dans le guide utilisateur a été conçue pour les téléviseurs intelligents Samsung F Series.

L’implant EXTENDING peut être installé à l'aide d'une méthode d'accès physique. Son programme d'installation est chargé sur une clé USB qui doit être ensuite insérée dans le téléviseur cible pour être exécuté. Le programme d'installation va déployer l'implant sur l’appareil avec un fichier de configuration qui sera utile pour diverses opérations, telles que l’exfiltration des enregistrements, l’écoute des enregistrements en direct ou encore la désinstallation du programme malveillant. Une fois installé sur le téléviseur, EXTENDING va attendre le prochain démarrage de l’appareil pour commencer à opérer.

Il y a deux manières possibles d’exfiltrer les données enregistrées. La première consiste à les récupérer en ayant un accès physique à la smart TV. Pour exfiltrer des fichiers par accès physique, une clé USB doit être insérée sur l’appareil. La clé USB contient un certain fichier avec une certaine chaine telle que définie dans le fichier de configuration, lui-même déjà copié sur le téléviseur pendant l’installation. Lorsqu’elle est insérée dans le téléviseur, les fichiers sont automatiquement copiés sur la clé USB.

Il est également possible de récupérer le fichier audio à distance, via un point d’accès WI-FI. Pour exfiltrer les fichiers sur un point d'accès Wi-Fi, le point d'accès doit être configuré dans la portée du téléviseur avec un SSID préconfiguré, tel que défini dans le fichier de configuration installé sur l’appareil. Les fichiers sont ensuite exfiltrés sur ce réseau Wi-Fi vers un serveur tel que configuré dans le fichier de configuration. Grâce à un outil baptisé Live Listening Tool, l’implant permet d’écouter l’enregistrement en direct, alors qu'il est exfiltré sur le point d’accès WI-FI.

L’une des fonctionnalités les plus importantes de l’outil est le mode « Fake-off » qui permet d’enregistrer les conversations, même quand les utilisateurs croient avoir éteint leur téléviseur. EXTENDING est capable d’intercepter la commande qui permet d’éteindre le téléviseur, et dès qu'il intercepte, il éteint plutôt l'écran du téléviseur en laissant son processeur en marche ; ce qui lui permet de continuer à enregistrer. L'implant peut également être désinstallé en insérant une clé USB avec un fichier contenant une certaine chaine telle que définie dans le fichier de configuration. Lorsque cette clé USB est insérée dans le téléviseur, l'implant se désinstalle. Il est aussi possible de définir dans le fichier de configuration une date et une heure à laquelle l’implant doit se désinstaller automatiquement.

L’installation de l’implant EXTENDING se faisant par un accès physique, la menace est donc très limitée et plutôt ciblée. On ne peut toutefois pas en dire autant pour Weeping Angel, qui est une version améliorée par la CIA pour répondre à des besoins plus exigeants. Lors de la première vague de documents de la série Vault 7, les documents publiés par WikiLeaks (datant de 2014) ont révélé encore que dans une version future, il serait prévu d’étendre les fonctionnalités de Weeping Angel, pour permettre l'enregistrement d'images et de vidéos, pour les smart TV avec une caméra intégrée.

Source : WikiLeaks, Guide utilisateur EXTENDING

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 08/05/2017 à 13:20
Archimedes : WikiLeaks publie un outil de la CIA pour mener des attaques man-in-the-middle
au sein des réseaux locaux d'entreprise

WikiLeaks continue de déballer le lot de documents et outils de piratage de la CIA qui est en sa possession ; lequel a commencé à être publié le 7 mars à travers l’opération baptisée Vault 7. Pratiquement chaque semaine, le lanceur d’alertes a mis en ligne, vague après vague, de nombreux manuels utilisateur et des bouts de code de certains outils de l’arsenal de l’agence américaine. La liste est longue et l'on peut citer l’outil Weeping Angel, un implant pour transformer les smart TV de Samsung en dispositifs d’écoute, ou encore Marble, qui permet à la CIA de masquer ses traces après ses attaques et orienter les chercheurs en sécurité sur des pistes de hackers chinois ou russes. L’un des derniers que nous avons signalés était Grasshopper, un outil pour développer des malwares personnalisés ciblant les PC Windows, mais également échapper à la détection des antivirus.

Ce weekend, WikiLeaks a révélé l’existence d’un autre outil baptisé Archimedes, qui lui-même était une mise à jour d’un autre outil de la CIA, baptisé Fulcrum. Ce dernier vise à attaquer un réseau LAN distant et d'après le guide utilisateur publié par WikiLeaks, Fulcrum « facilite l'utilisation d'une machine contrôlée [par la CIA] pour pivoter vers une autre machine cible non compromise qui se trouve sur le même LAN. L'application effectuera une attaque man-in-the-middle sur l'ordinateur cible. L'application va surveiller ensuite le trafic HTTP de la machine cible et rediriger la cible vers l'URL fournie lorsque les conditions appropriées sont respectées. »

Avant d’aller plus loin, rappelons qu’un réseau local ou LAN (Local Area Network) est un réseau informatique à travers lequel les terminaux qui y participent s'envoient des trames au niveau de la couche de liaison sans utiliser d’accès à internet, ce qui permet notamment de limiter les risques d’attaques informatiques. L’attaque de la CIA repose donc sur une « machine pivot », une machine contrôlée sur laquelle Fulcrum est exécutée.

« Fulcrum n'est pas un exploit ou un ver », est-il précisé dans le guide utilisateur. « Il ne fera pas d'exécution de code arbitraire sur une machine distante et ne créera pas d'escalade de privilège sur la machine pivot. Il n'affectera pas les applications ou les systèmes d'exploitation sur les machines pivots ou cibles. Fulcrum ne va pas se répliquer ou cibler automatiquement les machines sur un réseau local ... Fulcrum dirigera le trafic HTTP d'une machine cible vers l'URL de choix de l'attaquant ».

L’attaque de la CIA est une attaque main-in-the-middle basée sur l’ARP spoofing. Pour information, l’Address Resolution Protocol (ARP, protocole de résolution d’adresse) est un protocole effectuant la traduction d’une adresse de protocole de couche réseau (typiquement une adresse IPv4) en une adresse MAC (typiquement une adresse Éthernet), ou même de tout matériel de couche de liaison. Il se situe à l’interface entre la couche réseau et la couche de liaison. Fulcrum se concentre uniquement sur l'environnement IPv4 et Ethernet ; la combinaison d'IPv4 et Ethernet représentant l'écrasante majorité des réseaux locaux (LAN), est-il indiqué dans le manuel utilisateur.

La technique ARP Spoofing est utilisée sur un réseau local pour permettre à une machine contrôlée par un attaquant d'intercepter des trames de données de machines du réseau, allant vers d'autres destinations. Cela place la machine de l'attaquant au milieu de tout trafic de la machine de la cible vers une autre destination.

La CIA explique dans son manuel que « l'ARP Spoofing compromet la traduction d'adresse IPv4 des machines cibles en adresses MAC en envoyant des paquets ARP falsifiés qui associent l'adresse MAC de l'attaquant à l'adresse IP d'un autre hôte (par exemple, la passerelle par défaut). Tout le trafic destiné à cette adresse IP serait donc envoyé par erreur à l'attaquant », comme vous pouvez le voir sur la figure suivante.


Fulcrum utilise l'ARP spoofing pour se placer entre la machine cible et la passerelle par défaut sur le réseau local afin qu'il puisse surveiller tout le trafic quittant la machine cible. Une fois que tout le trafic réseau de la machine cible est acheminé vers la machine pivot, Fulcrum surveille des messages HTTP spécifiques. Connaissant l'activité de la machine cible, la CIA peut créer une fausse page Web identique à un site visité par la machine cible. Et quand la victime tentera d’accéder à ce site, Archimedes va la piéger en ouvrant la copie, par exemple pour récupérer des informations, des identifiants, etc. Ce logiciel a été spécialement conçu pour les environnements Windows XP, Vista et Seven.

Sources : Communiqué de WikiLeaks, Guide utilisateur Archimedes, Guide utilisateur Fulcrum
Avatar de Lyons Lyons - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 08/05/2017 à 17:20
Mouais c'est pas la révélation du siècle non plus. L'ARP spoofing est vraiment une technique de base, y'a pléthore d'outil gratuits et opensource pour faire des ARP spoofing et tout ce qui s'en suit (spying, DNS spoofing, DoS...).
Avatar de Aiekick Aiekick - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 09/05/2017 à 3:00
pourquoi wikileaks diffuse des outils de piratage ? pour avoir plus de documents envoyés ? ou pour faire chier les particuliers ?
Avatar de domi65 domi65 - Membre actif https://www.developpez.com
le 12/05/2017 à 11:20
Marble, qui permet à la CIA de masquer ses traces après ses attaques et orienter les chercheurs en sécurité sur des pistes de hackers chinois ou russes.
Je me disais aussi, « sont cons ces hackers russes, supposés ultra performants, à se laisser gauler aussi facilement !»
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 20/05/2017 à 7:57
Vault 7 : WikiLeaks révèle que le logiciel Athena, utilisé dans les opérations d'espionnage de la CIA,
peut infecter toutes les versions de Windows

WikiLeaks a publié le dernier numéro de sa série de fuites Vault 7, qui propose au public d’avoir des informations sur certains des outils de piratage de la CIA. Cette fois-ci, WikiLeaks a divulgué des informations sur un outil appelé Athena.

Selon les documents divulgués, WikiLeaks a indiqué qu’Athena est un implant (un terme technique de la CIA pour désigner les « logiciels malveillants ») qui peut cibler et infecter tout système Windows, de Windows XP à Windows 10, la dernière version du système d'exploitation de Microsoft.

Les documents qui ont filtré hier comportent des dates qui vont de septembre 2015 à février 2016, montrant que la CIA avait la possibilité de pirater Windows 10 quelques mois après son lancement, malgré le fait que Microsoft mettait fièrement en avant la difficulté de pirater son nouveau système d'exploitation.

Sur le plan technique, Athena n'est pas si spécial en comparaison aux autres logiciels malveillants développés pour les opérations d'espionnage numérique de l’agence. Selon les documents, un agent de la CIA dispose d'un constructeur avec des options pour générer une charge utile du malware Athena. Cette charge utile peut être spécifiquement assemblée pour fonctionner avec un serveur C&C en ligne, hors ligne ou en mode RAM uniquement (également connu sous le nom de mode sans disque/sans fichier).

Pour l'installation d'Athena, les opérateurs disposent de différentes méthodes allant des méthodes de livraison classiques à la compromission de la chaîne d'approvisionnement, et même via un opérateur sur le terrain, si cela devait s’avérer nécessaire.

Une fois sur le PC d'une cible, Athena communique avec un serveur C&C d'où il reçoit des instructions ou des charges utiles supplémentaires qu'il faudrait installer sur l'ordinateur de sa victime. Le malware fournit une capacité de balisage (y compris la configuration et la gestion des tâches), le chargement/déchargement de la mémoire de charges utiles malveillantes pour des tâches spécifiques et la livraison et la récupération de fichiers vers/depuis un répertoire spécifié sur le système cible. Il permet à l'opérateur de configurer les paramètres pendant l'exécution (pendant que l'implant est sur la cible) pour le personnaliser à une opération.

Ce qui est plus intéressant, c'est que les documents révèlent que la CIA a été épaulée par un entrepreneur non gouvernemental lors du développement du logiciel malveillant : l’entreprise Siege Technologies. Cette dernière est une société de cybersécurité basée dans le New Hampshire, qui a été acquise le 15 novembre 2016 par Nehemiah Security, une autre société américaine basée à Tysons, en Virginie, à la périphérie de Washington et près du quartier général de la CIA. Une zone qui regorge de divers entrepreneurs militaires et de la défense.


Dans un courriel, Jason Syversen, fondateur de Siege Technologies qui a des antécédents en cryptographie et en hacking, a déclaré que son entreprise envisage des améliorations qui fourniraient en temps réel des commentaires sur la question de savoir si un exploit a réellement atteint sa cible. Les commandants militaires « veulent un cratère fumant pour prouver une attaque ayant réussi », a-t-il dit, tout en rappelant que « Nous n'avons pas cela dans le numérique. »

Syversen a expliqué qu'il avait l'intention de créer l'équivalent des soi-disant métriques militaires de probabilité de tuer, une analyse statistique pour savoir si une attaque est susceptible de réussir. « Je me sens plus à l'aise en travaillant sur la guerre électronique », a-t-il affirmé, « C'est un peu différent des bombes et des armes nucléaires – c'est un domaine moralement complexe. Ici, au lieu de bombarder des choses et d'avoir des dommages collatéraux, vous pouvez réellement réduire les victimes civiles, ce qui est une victoire pour tout le monde. »

Depuis mars, WikiLeaks a fait neuf publications relatives à « Vault 7 », qui comprennent notamment (en dehors de cette publication) :
  • AfterMidnight - permet aux opérateurs de charger et d'exécuter dynamiquement les charges utiles des logiciels malveillants sur une machine cible ;
  • Archimedes - un outil d'attaque MitM prétendument créé par la CIA pour cibler les ordinateurs à l'intérieur d'un réseau local (LAN) ;
  • Scribbles - un logiciel prétendument conçu pour intégrer des « balises web » dans des documents confidentiels, permettant à l'agence de suivre les initiés et les dénonciateurs ;
  • Grasshopper - un framework qui a permis à l'agence de créer facilement des logiciels malveillants personnalisés pour entrer dans Microsoft Windows et contourner la protection antivirus ;
  • Marbre - a révélé le code source d'un cadre anti-forensique secret, fondamentalement un obscurcisseur ou un emballeur utilisé par la CIA pour masquer la source réelle de ses logiciels malveillants ;
  • Dark Matter - axé sur les exploits de piratage de l'agence conçus pour cibler des iPhones et des Macs ;
  • Weeping Angel - outil d'espionnage utilisé par l'agence pour infiltrer les téléviseurs intelligents, en les transformant en micros secrets ;
  • Year Zero - des exploits de piratage de la CIA pour infiltrer du matériel et des logiciels populaires.

Source : WikiLeaks
Avatar de mh-cbon mh-cbon - Membre habitué https://www.developpez.com
le 20/05/2017 à 10:41
EDIT:
Roh lol j'ai répondu à un post de la première page.
Y'a un truc qui ne fonctionne pas bien dans la nav, des fois j'arrive à la dernière page, des fois à la première.

M'enfin bon, pas très grave, le post reste d'une actualité tout à fait brûlante,
en fait

___________________________________________

Citation Envoyé par emutramp Voir le message
Merci pour cet article très intéressant

Si il était évident que les agences gouvernemental se donnait a cœur joie d’insérer des backdoor / exploiter des vulnérabilités / espionner a grande échelle… sur les smartphone / objets connectés / ordinateurs ayant une parti (voir intégralement) un code source fermé (malheureusement, la politique / intégrité des ces organisations est loin de ce qu’ils affirment / devraient être), j’ai lu sur un autre site que les systèmes Linux était également visé.

Sans être dans l’illusion qu’un système complètement open source est synonyme de secu "bulletproof" (complet jusqu’au drivers de la carte graphique par exemple, nouveau pour les cartes nvidia et non le drivers propriétaire…), il serait intéressant de savoir jusqu’à ou ils ont poussé pour s’introduire sur ces OS.

Est-ce qu’un kernel utilisant le patch grsecurity, sur un système hardened comme Gentoo voir openBSD, avec des applications sandboxed, IDS… ont pu être bypass permettant un remote accès ou autre «*security leaks*»*?
Ne te berces pas trop d'illusions, amha, tous les systèmes sont trouées par la nsa, souviens toi de l'iran avec son système scada qui s'est fait bouffer à coups de clefs usb interposés.

Faut être réaliste nux n'est meilleur qu'en cela que les scripts kiddies et autres mangeurs d'argent nous foutent la paix avec leurs vers.

Citation Envoyé par emutramp Voir le message
Une hypothèse qui pourrait se confirmer avec cette affaire, sont les services de VPN (torguard / ivpn...) offrant, de ce qu’ils affirment, un non log de l’activité du trafic, vie privée etc etc pour quelques euros par mois, tout en proposant leurs logiciels vpn au code source fermé et arguant qu’openvpn peut être utilisé.
</hypothèse>
J'utilise un VPN, par contre, faudrait être stupide, ou naïf de croire que cela protège véritablement.
Je le vois plutôt ainsi, mieux vaut qu'une société privé sans droit particulier puisse voir mes logs sentencieux, et le cas échéant me promette de tout supprimer, qu'un état pourvu du droit de sentence.
Dans le même ordre d'idée, prendre un vpn dans un état non-otan, non-ue c'est encore mieux, c'est comme lorsque tu joues à l'évasion fiscale, tu installes des barrières entre ton pognon et ton administration, parce qu'au fond, tout pourrait se savoir très très très facilement.

Au sujet de la news,
il n'y a que cette tournure qui me chiffonnes,
en anglais ça sonne bien "the shoot to kill metric",
en français ça demande plus d'effort,
des idées?

Syversen a expliqué qu'il avait l'intention de créer l'équivalent
des soi-disant métriques militaires de probabilité de tuer métrique
Avatar de marsupial marsupial - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 20/05/2017 à 14:11
« Je me sens plus à l'aise en travaillant sur la guerre électronique », a-t-il affirmé, « C'est un peu différent des bombes et des armes nucléaires – c'est un domaine moralement complexe. Ici, au lieu de bombarder des choses et d'avoir des dommages collatéraux, vous pouvez réellement réduire les victimes civiles, ce qui est une victoire pour tout le monde. »

Euh...
Les avis divergent...

Je ne saurai dire pourquoi, mais fichtrement vraiment pas pourquoi, j'ai comme l'impression que le NHS et plus de 300.000 victimes à travers plus de 150 pays ont un profond désaccord au sujet de cette opinion.

Mais je peux me tromper
Avatar de Battant Battant - Membre actif https://www.developpez.com
le 25/05/2017 à 20:58
Bonjour,

On dirait le film traque sur internet ou les prétoires pourrait être non seulement la NSA, CIA comme commandants et autre mais également Facebook Google amazone pour la publicité

Normalement, si un système comme Linux et free-bsd sont open source, ils sont expertisables

A quand les antivirus qui enlève ces programmes pour éviter de participer à une guerre numériques ?

A quand des expertises indépendantes mêmes des programmées propriété pour savoir ce que font réellement nos ordinateurs tant du point de vu logiciel que matérielle ?

A quand le développement de matériels libres ?
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Mat%C3%A9riel_libre

https://korben.info/wiki/materiel_libre

Si vous pouviez voter pour un parti qui s'occupe de ces questions seriez-vous prêt à voter pour le parti pirate ?
Suisse
https://www.partipirate.ch/le-parti/

France
https://partipirate.org/

Que pensez-vous ?

Salutations
Offres d'emploi IT
Architecte / concepteur électronique numérique H/F
Safran - Ile de France - Éragny (95610)
Ingénieur moa logiciel H/F
Safran - Ile de France - Villaroche
Expert Technico Fonctionnel Sharepoint H/F
Safran - Ile de France - Corbeil (91)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil