La NASA rend disponible sous plusieurs licences un catalogue d'applications aux développeurs
Articulées autour de 15 catégories

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
La NASA donne aux développeurs la possibilité d'exploiter leurs outils et technologies dans leurs applications et solutions. L'agence spatiale a annoncé la disponibilité du catalogue de logiciel 2017-2018, qui fournit gratuitement une suite de produits logiciels pour une variété d'applications techniques.

« Le catalogue de logiciels est notre façon de soutenir l'économie de l'innovation en donnant accès aux outils utilisés par les meilleurs professionnels de l'aérospatiale d'aujourd'hui aux entrepreneurs, aux petites entreprises, aux universités et à l'industrie », a déclaré Steve Jurczyk, administrateur associé de la NASA Space Technology Mission Directorate (STMD). Et de continuer en disant que « l'accès à ces codes logiciels a le potentiel de générer des avantages tangibles qui créent des emplois, génèrent des revenus et sauvent des vies ».

Il s’agit de la troisième initiative de ce type faite par la NASA. L’agence a livré ses catalogues avec des codes qui définissent les exigences et les restrictions en matière d’accès :
  • General Public Release : pour les codes à large diffusion ne disposant d’aucune restriction de divulgation ou de contrôle des exportations ;
  • Open Source Release : dans l’optique de collaboration afin que les développeurs améliorent les codes initialement développés par la NASA et partagent les changements ;
  • U.S Release Only : pour les codes disponibles pour les citoyens américains seulement, avec la restriction de transférer le logiciel sans l'autorisation écrite préalable de la NASA ;
  • U.S. and Foreign Release : pour les codes disponibles aux citoyens américains et (dans des circonstances spéciales) à des personnes à l’extérieur des États-Unis ;
  • U.S. Government Purpose Release : pour les codes qui doivent être utilisés pour le compte du gouvernement des États-Unis :
    • Project Release : pour une utilisation en vertu d'un contrat, d'une subvention ou d'un accord avec le gouvernement,
    • Interagency Release : pour utilisation par les organismes gouvernementaux des États-Unis,
    • NASA Release : pour une utilisation réservée aux personnel et contractuels de la NASA.

Au total, le catalogue est réparti en 15 catégories, notamment :
  • Systèmes d'affaires et gestion de projet ;
  • Test de système ;
  • Opérations ;
  • Outils de conception et d'intégration ;
  • Gestion des véhicules ;
  • Gestion et traitement des serveurs de données ;
  • Propulsion ;
  • Structure et mécanismes ;
  • Équipage et soutien vital ;
  • Traitement des données et des images ;
  • Matériaux et procédés ;
  • Puissance électronique et électrique ;
  • Sciences de l'environnement ;
  • Systèmes autonomes ;
  • Aéronautiques.



Dans la catégorie Systèmes d’affaires et gestion de projets, nous pouvons citer Athena, qui arbore le code « Open Source» . « L’une des forces de la NASA est l'observation de la planète Terre depuis l'espace. Le changement climatique mondial est un excellent exemple. Le fait d'étendre Athena, du niveau du comté au niveau mondial, va apporter un outil de simulation pour examiner comment les populations et les pays pourraient répondre au changement climatique global ou aux nouvelles politiques liées au contrôle du changement climatique ».

Customer Survey, qui est un outil également disponible dans cette catégorie, est décrit comme étant un « outil d'enquête générique qui permet de concevoir, d'envoyer par courriel et de gérer des sondages. Les frais généraux de l'enquête auprès des clients sont extrêmement faibles, car l'outil existe sur un serveur virtuel ». Customer Survey dispose du code U.S. Government Purpose Release.

Dans la catégorie Gestion et traitement des serveurs de données, figure l’outil Application Research Toolbox (ART). À ce propos, la NASA avance qu’ART est « une collection de programmes informatiques qui mettent en œuvre des algorithmes et des modèles mathématiques paramétriques pour simuler des systèmes de télédétection, développés dans MATLAB ».

« ART est destiné à être particulièrement utile pour effectuer des études de compromis et des analyses statistiques pour soutenir le développement rationnel des exigences de conception pour les systèmes d'imagerie multispectrale ». ART est disponible en General Public Release, pèse 3,66 Mo et requiert la version 6.5 de MATLAB.

Source : NASA

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative ? Quelle est la catégorie qui est le plus susceptible de vous intéresser ?
Avez-vous repéré une ou plusieurs applications qui vous interpellent le plus ? Lesquelles ?

Voir aussi :

Les grandes enseignes à l'instar de la NASA ou Google s'intéressent de plus en plus à l'externalisation des services informatiques
NASA : lancement d'un concours pour l'amélioration logicielle du robot Valkyrie, les gagnants recevront 1 million $


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de LapinGarou LapinGarou - Membre averti https://www.developpez.com
le 07/03/2017 à 10:14
C'est bon ça Merci pour l'info
Avatar de psychadelic psychadelic - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 07/03/2017 à 14:50
D'un autre coté, ils n'ont pas pas vraiment d'autre choix.

La maîtrise de toutes leurs systèmes passe forcément par des technos et des logiciels qu'il ont souvent du créer de toutes pièces, par leurs seules équipes capable de les maîtriser, et elles ne sont pas éternelles.
La seule issue pour ne perdre ce savoir, c'est de le partager et d'espérer que les générations futures le trouveront à leur goût, et permettant ainsi de le perpétuer, et d'avoir une continuité dans leur savoir faire.

Pour mémo, en 2013 la NASA c'était rendu compte qu'elle était en train de perdre son savoir faire sur le moteur F1 de la fusée Saturn V. => https://arstechnica.com/science/2013...-back-to-life/

Les plan initiaux étaient bien sur toujours la sous format papier calque et peu manipulables, sans oublier qu'a l'époque déjà la réalisation matérielle ne leur correspondait pas, car de multiples ajustement avaient été réalisés sans correction sur les plans.
Et il y a aussi les savoirs faire techniques des hommes de l'époque et qu'on ne sait plus reproduire aujourd'hui, par manque de formation sur les soudures par exemple.

Bref, la NASA ne serait plus capable de réveiller le programme Apollo sans avoir à devoir réétudier des problématiques pourtant déjà résolues dans les années 60.

Ce type de problème toute les sociétés technologiques le rencontreront tôt ou tard.
Par exemple je n'ose pas imaginer les millions de lignes de codes utile à la réalisation d'un logiciel comme Excel, et à ce qui se passera quand les équipes de Microsoft finiront par en perdre la maîtrise car cela demande une TMA sans fin.
A une époque Microsoft avait lâché la suite office sur Mac, et quelque part, si Apple n'était pas passé sur processeurs Intel, elle aurait pu complètement disparaître des Macs.

On à eu l'exemple avec Lotus Improv sur Next, c'était un logiciel de tableur extrêmement abouti avec des fonctionnalités dépassant Excel à la fois en simplicité et en puissance. Qu'importe que ce soit pour des raisons commerciales, ce savoir faire est aujourd'hui perdu.
Avatar de philippeblanc philippeblanc - Futur Membre du Club https://www.developpez.com
le 10/03/2017 à 9:11
Bien que les logiciels proposés soient en "Open Source", la procedure pour les obtenir est assez décourageante :
Inscription (passe encore)
Formulaire de coordonnées avec adresse, tel...
+ Questionnaire à remplir sur l'usage qui sera fait du logiciel et qui va l'utiliser
+ Captcha
… Cela va au delà de ma curiosité.
Offres d'emploi IT
Chef projet big data - pse flotte H/F
Safran - Ile de France - Évry (91090)
Architecte sécurité des systèmes d'information embarqués H/F
Safran - Ile de France - 100 rue de Paris 91300 MASSY
Data scientist senior H/F
Safran - Ile de France - Magny-les-Hameaux (Saclay)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil