Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les grandes enseignes à l'instar de la NASA ou Google s'intéressent de plus en plus
à l'externalisation des services informatiques

Le , par Stéphane le calme

40PARTAGES

7  0 
Anton Bredikhin est un développeur ukrainien qui travaille en freelance. Il y a quelques mois, il a réalisé un de ses rêves d’enfant : mener à bien un projet pour la NASA. Si cela ne représentait qu’un petit pas pour le freelance, cela représentait un pas de géant pour cet écosystème auquel plusieurs grandes enseignes ont commencé à s’intéresser comme la NASA ou même Google.

Qu’a-t-il réalisé ? En l’espace de 80 jours, il a conçu une démo d’application pour montre connectée qui permet aux astronautes de recevoir des informations critiques sur leur montre en temps réel pour pouvoir rester en sécurité. La NASA lui a donné la somme prévue pour ce budget, soit 2529 dollars. « C’était une grosse opportunité pour moi et je suis content », s’est il confié.


Il s’agit là de la plus grande réalisation de Bredikhin en tant que freelance, une carrière qu’il a commencée il y a 8 ans tandis qu’il vivait à Kharkiv (Nord-Est de l’Ukraine). La plupart de ses projets ont été menés sur la plateforme de freelance où il a été contacté par la NASA.

Pour les techniciens basés en Europe de l'Est, une région où il y a moins de projets palpitants de technologie disponibles et où la vie coûte beaucoup moins chère qu’en Europe de l’Ouest ou aux États-Unis, le travail à distance peut vite être perçu comme étant le jackpot, explique Bredikhin.

« Si vous êtes un développeur expérimenté avec un bon portfolio, vous pouvez certainement gagner deux fois plus que ce que vous auriez obtenu dans un travail technique régulé en Ukraine », a-t-il affirmé. Bredikhin a presque doublé son revenu en tant que freelance, revenu auquel est associée une rémunération d’un emploi régulier.

Si, il y a quelques années, de telles plateformes n’intéressaient que des petites et moyennes entreprises, aujourd’hui les enseignes comme la NASA ou même Google ont compris l’importance ainsi que les coûts du travail effectué à distance.

Bien entendu, le développement ne représente qu’une catégorie sur les 950 disponibles sur la plateforme. Au total, elle compte 140 000 freelances enregistrés en Ukraine et 200 000 enregistrés en Roumanie. « Le freelancing gagne en popularité et s’approprie progressivement de la confiance de grandes entreprises et organisations », a indiqué Joe Griston, le directeur de Freelance.com. « Il y a beaucoup de compétition. Alors oui, tout le monde se donne à fond sur la plateforme », a-t-il continué.

Pour lui, trouver du travail est possible pour les développeurs, indépendamment de leur situation géographique ou de leur nationalité : « l’aspect fantastique du marché c’est qu’indépendamment de l’endroit où vous vous trouvez, de votre background ou de votre identité culturelle, vous pouvez faire des offres et gagner des marchés proposés par n’importe quel employeur ».

L’expérience gagnée en tant que freelance pour des entreprises américaines lui a permis de trouver du travail à San Francisco où il vit actuellement. Cependant, il continue de parcourir la plateforme à la recherche de projets qui pourraient lui sembler intéressants.

Pour lui, l’un des ennemis de ce genre d’activité c’est la mauvaise estimation du temps dont vous avez besoin pour finaliser un projet : « les délais et les mauvaises estimations sont vos pires ennemis. Parce que non seulement vous aurez des difficultés à vous faire embaucher à nouveau par la même personne, mais en plus ces personnes peuvent faire de mauvais commentaires sur vous qui vont faire fuir les clients potentiels que vous pourrez avoir dans le futur ».

Quoiqu’il en soit, le travail à distance propose des avantages comme la possibilité de définir soit-même son planning de travail.

Source : Freelancer, Freelancers (total Ukraine), Freelancers (total Roumanie)

Voir aussi :

Externaliser les services informatiques détruit-il l'emploi ? Un promoteur de l'offshore réfute tous les griefs portés contre cette pratique

L'offshore, menace à l'emploi IT en Europe ? Une étude prévoit qu'il tuera 1,5 million de postes IT d'ici 2017

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 20/10/2016 à 12:31
Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah! Mais quel pied cette mondialisation!

Vive l'externalisation pour ne pas dire dire "délocalisation"... Ils sont génial ces informaticiens indiens, polonais ou roumains!!! Les grands managers parlent officiellement de leurs "grandes qualités techniques" et se frottent les mains jusqu'à la brûlure lorsqu'ils regardent leurs coûts au bas de la fiche Excel

Et ce qui est génial... C'est sans fin. Il y a toujours un pays avec des salaires de misère: Dernier grand "hit"? La Bulgarie, membre de l'Union Européenne, avec un salaire moyen de... (attention roulement de tambour)............. 194 euro/mois!!!

Petit moment de "suissitude":

Pensée émue pour la Zürich Assurance qui a viré 300 informaticiens en Suisse pour délocaliser son informatique à... Bratislava et à la Poste Suisse qui a délocalisé son contrôle des adresses au... Vietnam (1'200 vietnamiens les remercient)

Mention spéciale à la Croix Rouge Suisse qui est financée en grande partie par le pays et qui a décidé de délocaliser son informatique à Budapest en Hongrie juste après avoir reçu 60 millions de l'Etat pour se construire un nouveau bâtiment. Quand on pense qu'il s'agit de 15 informaticiens, on se demande si la décision me mérite pas tout simplement le prix Nobel
10  0 
Avatar de Marco46
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 20/10/2016 à 10:18
C'est 5 jours de travail facturé pour un développeur en région parisienne.

Vous imaginez le délire au niveau de la concurrence ?
8  0 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 21/10/2016 à 9:39
Citation Envoyé par a028762 Voir le message
A côté de ce dumping social,
la télé vous affirme qu'à Pole Emploi, ils recherchent des informaticiens.
Une rangaine que j'entends depuis 40 ans.
Mais s'agit-il de développeurs ?
Il n'y a pas que la télé pour affirmer qu'il manque des bateaux entiers d'informaticiens dans tous les pays européens (par exemple, il en manquerait 30'000 en Suisse), les seuls à ne pas le voir sont... Ben mince alors... Justement les informaticiens!!!

Le problème est que ces chiffres reposent sur le décomptage des offres d'emploi publiées... Hors, petit problème, si autrefois pour publier une offre d'emploi dans la presse, il fallait débourser plusieurs milliers d'euro, aujourd'hui il suffit de s'abonner à un site de job en ligne pour quelques centaines d'euro annuels pour publier un nombre infini d'offre...

Et là, les SSII ne se privent pas, la majorité des offres sont "bidons" avec:

1. Les annonces sans poste à pourvoir, juste histoire pour la SSII de compléter sa collection de profils au cas où

2. Les annonces publiées par 50 SSII différentes pour un même poste ouvert (les célèbres "Nous cherchons pour l'un de nos clients..." alors que le "client" n'en est pas vraiment un, la SSII ne fait que chercher un candidat pour le proposer et le client final en choisira 1 seul sur les offres proposées par les 50 SSII)

3. Les annonces sans réelle recherche de candidat, juste histoire de faire de la pub pour sa SSII

4. etc...

Au final, il suffit de se rappeler que l'informaticien, c'est comme les tomates en hiver. Ce qui est rare est cher!!!

Comme aucun informaticien n'a jamais vu son salaire doubler ou tripler, je laisse à tous conclure de la véracité de ce manque chronique et catastrophique de personnel qualifié
8  0 
Avatar de Exosta
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 20/10/2016 à 9:20
Developpez.com, promoteur du dumping social depuis 1664.
10  3 
Avatar de ArchiTech
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 20/10/2016 à 9:56
2529 dollars pour 80 jours de boulot (sans doute pas 80 jours en charge, mais plutôt délai), ca ne fait pas beaucoup (pour un américain ou un français).
Certes en Ukraine le salaire moyen tourne à 330 dollars/mois brut, c'est sans doute rentable pour eux, mais pour un développeur d'un pays occidental c'est moins sûr.
7  0 
Avatar de Carhiboux
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 21/10/2016 à 14:11
Je peux pas dire comment ça sera dans 10 ou 15 ans, mais à l'heure actuelle, aucun grand groupe dont le coeur de métier dépends directement de l'outil informatique ne peut externaliser complètement son informatique ne serait-ce que parce que le fonctionnel et le technique sont souvent très (trop!) liés.

Que ce soit une banque, un assureur, une chaine de supermarchés, un marchand en ligne, dès que cela devient une grosse activité, il y a un parc applicatif "custom".

La généricité à ses limites, donc on aura encore pour longtemps du travail.

Pour à peu près les mêmes raisons, la prestation informatique n'est pas facile à délocaliser. Les équipes externes en place ont souvent autant, si ce n'est plus souvent, de connaissances du SI que les internes. Donc là encore, c'est compliqué de délocaliser. Je suppose que des tentatives ont déjà du avoir lieu, mais cela n'a pas du être une franche réussite, parce que je n'ai pas connaissance d'aucune grosse boite qui s'en soit vantée.
6  0 
Avatar de Carhiboux
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 20/10/2016 à 11:39
Bah, il y a des limites à l'outsourcing.

Sans compter que finalement, ce qui est gagné sur le dev est perdu sur le suivi de projet ou la recette.

Ici, on a un projet qui visiblement s'est bien passé. Mais qu'en sera t'il sur un projet qui se passera mal?

De même, est-ce que la NASA va sous-traiter les systèmes critiques?

On connait des SS2I qui ont essayé l'outsourcing en Inde. Elles se sont pris des vestes et ont compris que tous les projets n'étaient pas externalisables. Et je passe sur les problèmes d'horaires en commun. La France et l'Inde, on est à peu près à l'opposé du globe, donc quand il faut jour chez nous il fait nuit chez eux et vice versa. Or, on ne peut pas fonctionner que par mail ou par ticket. Cela génère trop de malentendus.

Maintenant, bien sur que l'on va avoir de plus en plus de concurrence venant des pays en voie de développement. C'est le jeu. On est content d'avoir nos fringues pas chères des Philipines, nos PC qui viennent de Chine, nos fruits et légumes qui viennent de l'autre bout du monde, etc...
5  0 
Avatar de rawsrc
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 20/10/2016 à 13:39
Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
Vous imaginez le délire au niveau de la concurrence ?
Ah ça, c'est carrément jouissif pour certains...
Sur un projet franco-français, je me suis retrouvé à voir un pingouin (manager, directeur tout le toutim) à comparer mon devis avec un devis polonais qui culminait à 1 000 € le temps plein mensuel. Texto, il s'est tourné vers moi et m'a décoché un magnifique "c'est pas de la balle ?", tout sourire. Puis il m'a donné congé. Un gag comme dans un mauvais nanar !

Régulièrement maintenant, tu vois passer des devis en provenance des pays de l'Est et du Maghreb, comment veux-tu t'aligner ? Ben tu te recycles comme tu peux.
5  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 20/10/2016 à 14:39
Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
Ah ça, c'est carrément jouissif pour certains...
Sur un projet franco-français, je me suis retrouvé à voir un pingouin (manager, directeur tout le toutim) à comparer mon devis avec un devis polonais qui culminait à 1 000 € le temps plein mensuel. Texto, il s'est tourné vers moi et m'a décoché un magnifique "c'est pas de la balle ?", tout sourire. Puis il m'a donné congé. Un gag comme dans un mauvais nanar !

Régulièrement maintenant, tu vois passer des devis en provenance des pays de l'Est et du Maghreb, comment veux-tu t'aligner ? Ben tu te recycles comme tu peux.
Les Polonais ne sont pas meilleurs que les indiens(les Français non plus, d'ailleurs), mais ils sont dans le même créneau horaire, et il y en a dans le tas qui parlent Français. Et c'est une culture plus proche, la communication est plus facile. J'ai vu des délocalisation en Pologne bien fonctionner(notamment pour des tâches système). Par contre, les prix montent en flèche, là-bas(en tous cas dans les zones attractives, la cambrousse reste assez en arrière, mais on y trouve aucune compétence délocalisable). Je ne suis pas sur que dans 10/15 ans, ça sera rentable d'y aller.
5  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 21/10/2016 à 10:50
Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
(.../...)L'aspect économique c'est une chose , le gros risque c'est de pouvoir rationnaliser et mutualiser les projets informatiques de manière optimale et à l'extrême....(.../...)
Je ne sais pas. Parceque bon, les ERP, c'est bien gentil, mais nous on en vend un(dans le médical), et nos clients passent leur temps à gueuler qu'ils n'ont pas exactement ce qu'ils veulent. Et ils gueulent tous pour des choses différentes. On pourrait croire que 20 hôpitaux publics se ressembleraient beaucoup, mais c'est bourré de finesses, de variations culturelles, et les paramétreurs "métiers"(médecins, infirmières, pharmaciens...) ne suffisent pas quand on a besoin de javascript pour des bidouilles personnalisées.

Dans des domaines plus mainstream, paramétrer un SAP, ça se compte en millions d'euros, souvent en dizaines, et ça n'est pas un hasard. C'est hyperdur.

Donc, je crois qu'on aura toujours des forces contraires : d'un coté une tendance - réelle - à l'uniformisation pour rationaliser les coûts. De l'autre, la tentation de faire mieux que les autres, et d'avoir un avantage compétitif. Et suivant les tendances du moment, plus ou moins de chômage en informatique. Mais l'imagination et les besoins des clients sont sans limites.
4  0