Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le manifeste de Zuckerberg pour la construction d'une communauté informée, une menace pour le journalisme ?
Oui, selon certains médias

Le , par Stéphane le calme

11PARTAGES

9  0 
Pensez-vous que ce manifeste est une menace pour le journalisme ?
Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, a publié un manifeste intitulé « construire une communauté mondiale » dans lequel il a insisté sur l’importance d’une « industrie forte de l’actualité ». Estimant que l’actualité est « critique pour la construction d’une communauté informée », Zuckerberg a assuré que Facebook va faire plus pour « s'assurer que cette fonction sociale vitale est pérenne ».

Il est revenu sur les deux problèmes majeurs qui ont suscité le plus de discussions concernant les actualités, notamment « la diversité des points de vue (bulles de filtrage) et l'exactitude de l'information (fausses actualités) » : « cela me préoccupe et nous les avons beaucoup étudiés, mais je crains aussi qu'il y ait des effets encore plus puissants que nous devons atténuer autour du sensationnalisme et de la polarisation conduisant à une perte de compréhension commune ».

« L’exactitude de l’information est très importante. Nous avons progressé en luttant contre les canulars de la façon dont nous luttons contre le spam, mais nous avons encore du travail à faire. Nous procédons avec prudence parce qu'il n'y a pas toujours une ligne claire entre les canulars, la satire et l'opinion. Dans une société libre, il est important que les gens aient le pouvoir de partager leur opinion, même si d'autres pensent qu'ils ont tort. Notre approche va moins se concentrer sur l'interdiction de la désinformation, mais plus sur la mise en évidence de perspectives et d'informations supplémentaires, par exemple avec le fact-checking pour contester ou non l'exactitude d'un élément ».

Pour Zuckerberg, les médias sociaux offrent déjà des points de vue plus diversifiés que les médias traditionnels : « même si la plupart de nos amis sont comme nous, nous connaissons tous des personnes ayant des intérêts, des croyances et des antécédents différents qui nous exposent à des perspectives différentes ».

Le PDG assure que l’objectif de Facebook concernant les actualités est d’aider les utilisateurs à voir le tableau dans son ensemble. «  Nous devons faire attention à ce que nous faisons. Selon une recherche, certaines des idées les plus évidentes, comme montrer aux gens un article d’une perspective opposée, approfondissent la polarisation en encadrant d'autres perspectives comme étant étrangères. Une approche plus efficace est de montrer une gamme de perspectives, de laisser les gens voir sur quel spectre se situent leurs points de vue, et de parvenir à une conclusion sur ce qu'ils pensent être juste. Au fil du temps, notre communauté déterminera quelles sources fournissent un éventail complet de perspectives de sorte que le contenu sera naturellement plus en surface ».

Son manifeste n’a pas été unanimement bien accueilli par toute cette « industrie de l’actualité ». Pour le quotidien The Atlantic par exemple, les journalistes doivent être en alerte parce que ce manifeste est une menace pour eux. « La menace actuelle de Facebook pour le journalisme est bien établie. Il s'agit, à la base, du flux de dollars publicitaires sur lesquels les organismes d’actualités ont jadis compté. De cette façon, le rôle de Facebook est une continuation de ce qui a commencé en 1995, lorsque Craigslist a été fondée. Son fondateur, Craig Newmark, n'a pas activement visé à décimer les journaux, mais Craigslist a encore éviscéré un flux de revenus crucial pour l'impression quand les gens ont cessé d'acheter des annonces classées dans les journaux ».

« Le manifeste de Zuckerberg décrit un plan pour la prochaine phase de ce dégroupage [des services d’actualité en ligne] et il représente une expansion de la menace existante de Facebook pour l'industrie des actualités. Facebook a déjà l'argent [...] maintenant Zuckerberg indique clairement qu'il veut que Facebook prenne en charge bon nombre des fonctions réelles que les entreprises traditionnelles d’actualités avaient autrefois ».

« Zuckerberg utilise un langage abstrait dans son manifeste - il veut que Facebook développe “l'infrastructure sociale pour la communauté”, comme il l’écrit. Mais ce qu'il décrit, c'est la construction d'une entreprise médiatique avec des objectifs journalistiques classiques : le Facebook de l'avenir “pour nous garder en sécurité, pour nous informer, pour l'engagement civique et pour l'inclusion de tous” », a déploré The Atlantic.

De son côté, Mark Zuckerberg a tenu à rappeler que, malgré le fait que des actualités sont diffusées sur la plateforme, « la grande majorité des conversations sur Facebook sont d’ordre social, pas idéologique. Il s’agit d’amis partageant des plaisanteries et des familles qui restent en contact tout en étant dans des villes différentes. Il s’agit de personnes qui trouvent des groupes, qu'ils soient de nouveaux parents qui élèvent des enfants ou des patients nouvellement diagnostiqués souffrant d'une maladie. Parfois, c'est juste pour le plaisir d’échanger sur la religion ou le sport. Il arrive que ce soit une question de survie, comme les réfugiés qui communiquent pour trouver un abri ».

Source : manifeste de Mark Zuckerberg, The Atlantic

Et vous ?

Pensez-vous que ce manifeste est une menace pour le journalisme ? Pour quelles raisons ?

Voir aussi :

Facebook estime avoir le droit d'envoyer des SMS à ses utilisateurs contre leur consentement, au nom de la liberté d'expression

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 20/02/2017 à 19:41
Oui, c'est une menace pour le journalisme...

Mais est-ce que la pire menace du journalisme n'est pas le journaliste lui-même???

A force de fricotter avec les politiques et les puissants, d'être "cul et chemise" avec les élites et les privilégiés, de passer son temps à fournir une information orientée "politiquement correcte" quand ce n'est pas tout simplement de l'information manipulée, le journaliste n'est plus crédible auprès de la population... Cela va pas être facile de trouver des gens prêts à les défendre...

Cela s'appèle "se tirer une balle dans le pied"
10  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/02/2017 à 17:55
Je trouve que le Decodex du Monde est de la propagande, ce n'est pas pour le remplacer par une autre initiative du même tonneau de la part de Facebook. Ce n'est pas au Monde de décider ce qui serait des "fake news" ou pas, et ce n'est pas à Facebook, Google ou au Capitaine Kangourou non plus !
9  1 
Avatar de Heliogabale
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 20/02/2017 à 16:46
C'est surtout une menace pour la liberté de la presse et pour objectivité des informations distillées via son joujou
7  1 
Avatar de MineElectricity
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 25/02/2017 à 1:50
Le point le plus négatif est que les 3/4 de la population ne vont lire que sur cette plateforme, donc toutes les infos pouvant nuire à facebook ou au "capitalisme" relié à celui ci pourraient être modérées d'une façon ou d'une autre augmentant encore plus emprise de facebook ..

C'est exactement comme si l'entreprise de Trump ou de bouygues telecom ou sfr possédait des médias... Dans ce cas on devrait encore plus se révolter que pour des magouilles financières directes.
6  0 
Avatar de vohufr
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 21/02/2017 à 15:04
hotcryx > toi t'as envie de faire un petit calin à Péné non ???

En tous cas, la liberté de la presse est indispensable à notre société, et je suis bien content que certains médias aillent fouiller dans la m***e. Le problème de la presse, c'est ceux qui la lisent et qui l'utilisent. Il tient à chacun de faire la part des choses et de réfléchir à ce qu'il lit/entend.
4  1 
Avatar de Heliogabale
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 20/02/2017 à 19:55
Toute presse est propagande et recherche de profit quand il y a conflit d'intérêt avec des groupes financiers (la grande majorité, en somme).

Il reste néanmoins des médias qui mettent un point d'honneur à parler de la réalité, même si il sont hors du circuit habituel : Le Monde, Libération, Marianne (que j'ai copieusement arrosé), Le Figaro (!!)..... et Facebook.
M. Z. recherche un semblant légitimité, tout en gonflant son chiffre d'affaire (connecting people.....).

En vérité je m'en tape, je sais comment m'informer et je me faire mon opinion moi même, pas un truc prédigéré et facile à lire et à comprendre.
2  0 
Avatar de domi65
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 25/02/2017 à 18:07
Bonjour à tous.
Je dois être complètement à la ramasse, un vrai has been de chez has been parce que je ne comprends pas qu'on puisse prendre facebook comme une source de renseignements. Autrefois, on allait au bistrot du coin et on y rencontrait ces potes. Le « mur » était formé des quatre murs de l'établissement. Ce qui s'y disait n'était pas toujours déclaré sans influence éthylique et on le savait. Pour s'informer, on lisait la presse, qui à l'époque diffusait une pluralité d'opinion. Il est vrai que cette pluralité n'existe plus beaucoup en ce qui concerne les journaux, mais les médias alternatifs existent toujours. Il est du reste devenu très facile de les connaitre, il suffit de disposer des listes rouge et orange du déconex du Monde.
2  0 
Avatar de _skip
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 27/02/2017 à 9:18
Citation Envoyé par JPLAROCHE Voir le message
je trouve cela comme une excellente idée, de protéger l'information conte de l'intox.
les journalistes aujourd'hui défende un parti et sont parti pris , nous n'avons plus d'information objective. dommage.
La question serait alors, est-ce que tu fais confiance à facebook pour filtrer? Perso j'aurai du mal à faire confiance à une multinationale vorace dont l'activité consiste à livrer sur un plateau les données personnelles de ses membres à des annonceurs.

Actuellement on vit un phénomène étonnant, les gens deviennent critiques sur l'information qu'on leur sert alors qu'il y a encore quelques années, si c'était écrit dans le journal alors c'était la vérité seule et entière.
Les journaux ne réflètent que le point de vue des gens qui les détiennent ou les subventionnent, et c'est en croisant l'information de différentes sources qu'on arrive à peu près à un compromis. Et ça, sitôt qu'on délègue ce travail à quelqu'un d'autre ben, on s'expose au risque de se faire servir la soupe idéologique de ce quelqu'un.

La personne vraiment désireuse de s'informer doit faire le travail elle-même, seule et avec son esprit critique en alerte.
2  0 
Avatar de hotcryx
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/02/2017 à 17:05
La presse est à l'agonie et c'est une bonne chose.
Quand on voit ce qu'ils racontent (niveau politique, géopolitique, économie, people) et qu'ils se nomment journalistes, c'est une honte.
C'est le retour du rateau.
7  6 
Avatar de petitours
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 23/02/2017 à 14:18
Version optimiste : ça s'appelle radio bistrot ce qu'il veut faire. On raconte tout et n'importe quoi, surtout ce qui permet de se défouler

Version objective : Faire vivre la pompe à fric facebook. Le populisme et la démagogie peuvent participer activement à l'objet de Facebook à savoir enfermer les gens dans les niveaux 3 et 4 (amour et estime) de la pyramide de Maslow. Populisme et démagogie qui n'a pas besoin d’êtres politique comme c'est le cas chez nos extrêmes de droite et de gauche.

Oui le média est en danger avec ce genre de "truc". Mais en même temps la liberté de la presse a bon dos en ce moment avec la qualité de ce qu'on nous propose ;avec ces médias (tous) qui racontent que les horreurs ou ce qui concerne des "peoples" ou pire encore qui orchestrent les buzz en mettant en lumière des choses pile poil au moment inapproprié (le canard...) on est plus trop dans le journalisme non plus. Par rapport à ce genre de "prouesses" journalistiques facebook ne ferait pas pire. Il ferait même attention à ne pas devenir politique logiquement, vu qu'il a vocation à faire pompe à fric avec tout le monde.
1  1