Vos recrutements informatiques

700 000 développeurs, chefs de projets, ingénieurs, informaticiens...

Contactez notre équipe spécialiste en recrutement

Lovelace 2.0 : un nouveau test d'intelligence artificielle
Qui se positionne comme une alternative au test de Turing

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Nombreux sont les tests d’intelligence artificielle (IA) qui définissent à quelles conditions l’intelligence d’une machine peut être comparée à celle d’un humain.

Parmi ces tests, on note le test de Turing. L’idée de ce test est de mettre en conversation, pendant 5 minutes, un homme avec une entité cachée qui peut être un autre homme ou une machine. Si l’homme est en conversation avec la machine et qu’il ne s’en rend pas compte pendant plus de 30 % du temps, alors la machine a réussi le test.

En Juin 2014, un programme informatique, appelé Eugene Goostman, a réussi le test de Turing. Mais certains experts ont contesté son succès, parce que le programme a dupé ses interlocuteurs en se faisant passer pour un garçon de 13 ans. Ce qui a amené ses interlocuteurs à tolérer son manque de connaissance et sa personnalité maladroite, sans qu’ils puissent se douter qu’il s’agisse d’une machine.

Pour régler la question, un professeur américain, Mark Riedl du Georgia Institute of Technology, propose une nouvelle façon de tester si l’IA est sur un pied d'égalité avec l’intelligence des humains.

Ce nouveau test, appelé Lovelace 2.0, est une itération d’un précédent test Lovelace, proposé en 2001. Dans la version originale du test, un agent artificiel programmé par un humain réussit le test s’il arrive à produire un résultat qui ne peut pas être expliqué par son programmeur.

Lovelace 2.0 est basé sur la créativité et vient montrer les insuffisances du test de Turing. L’hypothèse du test est que l’homme se distingue des machines par la créativité. Alors, le chercheur affirme que l’intelligence d’un agent artificiel est déterminée par sa capacité à répondre lorsqu’il est pris par surprise.

« L'agent artificiel réussit le test s’il développe un artefact créatif à partir d'un sous-ensemble de genres artistiques nécessitant une intelligence humaine, et l'artefact répond à certaines contraintes créatives données par un évaluateur humain», a expliqué le professeur Riedl.

Pour ce dernier, « La créativité n’est pas unique à l'intelligence humaine, mais c’est l'une des caractéristiques de l'intelligence humaine » et même si des algorithmes ont déjà créé des histoires, « il n’existe pas de système générateur d’histoire qui puisse réussir le test Lovelace 2.0 ».

Les experts ont des sentiments mitigés au sujet de la qualité d'un tel test.
Prof Alan Woodward, un expert en informatique de l'Université de Surrey, pense que cela pourrait aider à faire une distinction essentielle: « Je pense que ce nouveau test montre que nous reconnaissons tous maintenant que les humains sont plus que des machines très avancées et que la créativité est une de ces caractéristiques qui nous sépare de l'informatique - pour le moment ».

Mais pour les futuristes de Londres, c’est seulement une question de temps avant qu’on puisse avoir des machines aussi intelligentes que l’humain.

Source : Lovelace 2.0 Test

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Theta Theta - Membre confirmé http://www.developpez.com
le 28/11/2014 à 9:19
Qu'en est il des algorithmes génétiques avec ce test? Ils sont capables de trouver des solutions à des problèmes, solutions qu'un humain ne pourrait pas trouver autrement. On peut sans doute parler de créativité.
Avatar de LittleWhite LittleWhite - Responsable 2D/3D/Jeux http://www.developpez.com
le 28/11/2014 à 9:49
Bonjour,

L'algorithme génétique ne crée pas. En effet, il faut une forme d'évaluation (scoring) du résultat, avant d'avoir une bonne solution. Si on prend une histoire, même un humain ne donnerai pas nécessairement le même score devant l'histoire.
Alors, oui, on pourrait évaluer de multiples points : l'originalité, la consistance, la formulation, mais il faudrait de très nombreuses itérations pour que cela marche, notamment car on génère les solutions aléatoirement, ou semi aléatoirement. Pour une histoire et la génération de phrases, ça va être compliqué.
Finalement, même si le GA y arrive, il va juste atteindre une solution, qui sera juste, mais ne sera pas vraiment capable de créer une autre solution (sans refaire l'étape d'évaluation). Donc, il n'y a pas de réelle création, ou alors, il faut l'assister.
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent http://www.developpez.com
le 28/11/2014 à 10:33
L'actualité sur l'IA est riche en ce moment
A chaque fois, on en finit toujours sur la même question : qu'est-ce que l'intelligence ?
Là, on se rend compte que personne n'en a la même définition, preuve que c'est un sujet loin d'être trivial

Du coup, j'en viens à penser qu'on ne peut pas avoir une définition simple de l'intelligence et que cela va aboutir à une succession de propriétés et donc, que pour déterminer sur un programme est réellement intelligent, il devra répondre à l'ensemble de ces propriétés qui ne pourront pas être validées avec un seul test.

Je pense donc qu'on pourra définir un programme comme réellement intelligent quand il sera en mesure de passer à la fois le test de Turing, le test Lovelace 2.0 ainsi qu'une dizaine d'autres.
Avatar de conagui conagui - Membre à l'essai http://www.developpez.com
le 28/11/2014 à 13:09
Les algorithmes exécutés par ces robots sont bien créé (écrit) par les humains.
je suis de ceux qui pense qu'un robot n'a aucune intelligence
Avatar de lilalex lilalex - Membre habitué http://www.developpez.com
le 29/11/2014 à 1:05
Tu penserais peut-être différemment si tu avais travaillé avec les réseaux de neurones artificiels
Avatar de xetqL xetqL - Membre du Club http://www.developpez.com
le 09/12/2014 à 16:40
Les réseaux de neurones artificiels utilisent des méthodes mathématiques afin d'optimiser un ensemble de paramètres en fonction d'antécédents. Aucune once d'intelligence la dedans.

Ps : je parle la uniquement d'un seul domaine d'utilisation des RNA
Avatar de lilalex lilalex - Membre habitué http://www.developpez.com
le 11/12/2014 à 13:19
Les réseaux de neurones artificiels utilisent des méthodes mathématiques afin d'optimiser un ensemble de paramètres en fonction d'antécédents

Ce n'est pas tout à fait vrai. Un réseau de neurones artificiels, indépendamment de tout contexte, est un modèle qui crée des catégories.
Un réseau de neurones artificiels s'éduque via une méthode d'apprentissage, elle peut-être mathématique ... ou pas.

Aucune once d'intelligence la dedans.

Je suis entièrement d'accord avec toi, un réseau de neurones artificiels tout seul c'est "bête et méchant".

Maintenant, que ce passe t'il si l'on change la méthode d'apprentissage, si par exemple on met un simple apprentissage par algorithme génétique.
La première chose qui surprend est que le RNA apprend à réaliser une tâche mais plus important, on ne sait pas comment !
Mais là encore, il n'y a pas d'intelligence, mais déjà on a passé la première étape qui est de s'abstraire d'un quelconque algorithme (si ce n'est la détermination du score).

Poussons encore plus loin, voyons comment fonctionne le cerveau humain, ou plus généralement le cerveau des mammifères et les reptiles.
Tout animal, sans exception, recherche la survie. Le corps indique ce qui est mauvais pour la survie par un afflux de cortisol, c'est vrai chez les reptiles, les mammifères et donc chez nous aussi.
Le chemin parcouru par les neurones pour déclencher cet afflux de cortisol s'inscrit de manière plus ou moins durable dans la mémoire à long termes selon l'intensité de cortisol. On se souvient bien de ce qui est dangereux dans notre environnement.
Pour contrecarrer le cortisol, les mammifères ont développé les "hormones" du bonheur qui sont :
- la dopamine : lorsque l'on accomplie quelque chose
- l'endorphine : suite à une douleur
- l'ocytocine : la sécurité du groupe
- la sérotonine : le sentiment de supériorité, de respect

Là où le cortisol indique ce qui est mauvais pour la survie, ces quatres hormones indiquent à l'inverse ce qui est bon pour elle.

Ce qui va différencier principalement le mammifère en général de l'homme, c'est le cortex de ce dernier qui est bien plus développé. Celui-ci nous permet d'analyser et non de seulement subir les afflux de cortisol et d'hormones du bonheur.
Le cortex nous permet aussi de nous projeter dans le futur, dans un monde imaginaire, un futur souhaité.

Ce qui est intéressant ici, c'est comment le cerveau humain va faire ses choix fonction de ce que je viens de décrire ici.
Il va mesurer l'apport possible de chacun des choix en cortisol et hormones du bonheur et estimer ce qui est le mieux pour sa survie.

Est-ce qu'un réseau neuronal peut créer l'intelligence ? Non, par contre donne lui la bonne méthode d'apprentissage et il serait capable de te surprendre ^^.
Avatar de clorr clorr - Membre à l'essai http://www.developpez.com
le 25/08/2015 à 10:12
un agent artificiel programmé par un humain réussit le test s’il arrive à produire un résultat qui ne peut pas être expliqué par son programmeur.

Oh my god ! Je crée des programmes intelligents tous les jours !
Avatar de - http://www.developpez.com
le 25/08/2015 à 23:43
Bonjour,

De ce point de vue je dirais que la créativité est à l'origine de l'intelligence.
C'est bateau à dire mais...

Ainsi pour moi la créativité est d'abord dans les éléments naturels, et l'homme fait des relation avec l'ingéniosité originelle dont il a été pourvu.

Vais-je être saisi.
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent http://www.developpez.com
le 27/08/2015 à 16:44
Citation Envoyé par jovalise  Voir le message
Vais-je être saisi.

Non
Offres d'emploi IT
Analyste développeur
LITOO - Ile de France - Bois-Colombes (92270)
CDI Mantes la Jolie 78 Ingenieur dev LABVIEW confirmé
SETRI - Ile de France - Mantes la Jolie 78200
Consultant bi datastage (h/f)
Atos Technology Services - Ile de France - Bezons (95870)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil