Apple serait prêt à modifier ses conditions de développement
Pour éviter une plainte d'antitrust

Le , par Katleen Erna, Expert éminent sénior
Mise à jour du 06.07.2010 par Katleen
La commission européenne à deux doigts de lancer une procédure d'antitrust contre Apple, le manque d'interopérabilité de l'AppStore en ligne de mire


Apple semble bien parti pour passer un été 2010 orageux. Non pas que le temps ne soit pas au beau fixe à Cupertino, mais la firme voit planer au dessus d'elle plusieurs gros nuages. Déjà, il y a l'enquête préliminaire par les autorités anti-trust (initiée à la demande d'Adobe) aux USA.

Puis, il y a les problèmes d'antenne de l'iPhone 4 qui font les gros titres de l'actualité depuis une bonne semaine.

Enfin, il y a les dernières déclarations de Neelie Kroes, la Commissaire européenne à la concurrence. Les constructeurs «ne peuvent choisir d’ignorer l’interopérabilité dans leurs produits », prévient-elle.

Sa cible ? Le modèle fermé de l'AppStore. La Commissaire souhaiterait plus de choix (en logiciel et en matériel) pour les consommateurs : « C’est particulièrement important quand il n’existe pas de standards… Et il ne s’agit pas seulement de Microsoft ou d’autres grosses entreprises comme Apple, IBM ou Intel », tempère-t-elle.

Mais Apple semble être dans sa ligne de mire car des rumeurs évoquent une enquête de la Commission Européenne à son sujet (notamment du fait du boycott de l'outil de développement Flash).

Neelie Kroes n'est pas une tendre. Elle a par exemple fait condamner Intel à hauteur de plus d'un milliard de dollars en 2009, elle a aussi infligé une amende de 1.4 milliard de dollars à Microsoft pour "manque d'ouverture de logiciels".

La question qu'elle se pose actuellement est : "est-ce que les vendeurs de smartphones appliquent les lois européennes d'interopérabilité ?".

Dans ce questionnement, elle a explicitement cité Apple comme exemple d'environnement fermé. Preuve que la firme à la pomme devrait se tenir sur ses gardes...

Source : Déclarations de Neelie Kroes

Pensez-vous que la Commission Européenne pourrait forcer Apple à autoriser les développeurs à écrire des applications sans utiliser Xcode, et en faisant fi du processus de validation -plusieurs fois accusé de censure- de la firme ?

Mise à jour du 05.05.2010 par Katleen
Apple serait prêt à modifier ses conditions de développement, pour éviter une plainte d'antitrust


Quelques heures seulement après l'annonce officieuse d'une volonté des autorités américaines de se pencher sur le cas Apple, la firme en question pourrait assouplir sa très rigide politique de développement pour l'iPhone et l'iPad, afin de mettre un peu d'eau dans le vin.

La version 4.0 de son SDK apportait en effet des changements très critiqués depuis : de nouvelles règles préconisant un usage exclusif d'APIs, de langages et de compilers approuvés par Apple.

Cette mesure fut vite renommée la "No Adobe clause" par les bloggeurs, tandis que de son côté, Google s'attelle à prendre Flash en charge sur son produit rival : Android.

Bref, le brouhaha fait par les concurrents d'Apple ainsi que par les développeurs d'applications mobiles poussent les régulateurs de l'antitrust à étudier l'affaire.

D'autant plus que l'iPad se serait déjà vendu à près de 50 millions d'exemplaires.

Pour éviter une plainte pour anti-compétitivité, Apple serait donc prêt (d'après certaines sources proches de l'affaire) à revoir les modalités de son developper agreement.

On ne sait pas encore exactement quelles parties en seraient revisitées, mais le bouche à oreille évoque une révision du programme de publicité iAd, de même que des changements dans le rejet des applications cross-platform (avec en ligne de mire les problèmes concernant Adobe Flash Professional CS5).

Source : le Wall Street Journal

Apple pourrait écoper d'une plainte d'antitrust, une conséquence de son opposition à Flash ?

Des informations assez sérieuses circulent et laissent entendre que les autorités américaines s'intéresseraient de près à Apple et envisageraient d'ouvrir une enquête pour abus de position dominante d'ici quelques jours. La Federal Trade Commission et le département de la Justice se disputeraient l'honneur de débuter la procédure. Il est important de ne pas oublier que l'ouverture d'une enquête n'implique pas forcément une condamnation.

Comment Apple en est donc arrivé là ?

Il y a d'abord eu la modification de sa politique de développement il y a quelques semaines, qui oblige désormais tous les programmeurs pour iPhone/iPad à utiliser des outils imposés par la firme. De plus, exit les applications Flash pour ces professionnels.

Gartner indique aussi, selon ses dernières estimations, que 99.4% des applications mobiles payantes sont vendues sur l'app store.

Maintenant qu'on susurre l'éventualité d'une plainte antitrust contre Apple, certaines personnes pensent que le long pamphlet de Steve Jobs à propos de Flash était un prémices à sa défense. Car en cas de plainte, l'entreprise devra justifier sa conduite sur de nombreux points.

Apple pèse aujourd'hui 245 milliards de dollars en bourse. Microsoft : 270 milliards. L'ancienne petite entreprise victime du grand méchant Bill Gates s'est bien remplumée.

Source : Le New York Post


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de kromarius kromarius - Membre à l'essai http://www.developpez.com
le 07/07/2010 à 10:39
Apple (de mon avis) fait de beaux produits et tout à fait adaptés à leur segment - simple d’utilisation et fashion (bien que pour l’iPhone4, je ne trouve pas particulièrement, mais la effectivement c'est une question de goût). Cependant il suit un effet de mode viral dangereux pour la diversité.
Citation Envoyé par m.klaury  Voir le message
Les inconditionnels du Mac achèteront un Mac. Si tu veux autre chose, tu achètes autre chose.
La polémique n'a pas lieu d'être ... à part faire vendre du papier et fournir un sujet de discussion à certains.

Je trouve ça très drôle moi les Apple-boys qui défendent la marque comme s'ils étaient payés par Steeve Jobs. Je pense qu’ils souffrent d’un attardement d’opinion en restant sur l’image du pauvre Apple trompé par Microsoft. Mais il serait tant qu’ils ouvrent les yeux, affirment leur personne et voient le pouvoir qu’a Apple aujourd’hui et ce que ça implique quant à la diversité du marché. Comment obtenir des produits meilleurs pour le consommateur (c'est-à-dire pour vous, à moins que vous ne soyez Apple) si nous sommes sous la domination d’un monopole.
Citation Envoyé par umeboshi  Voir le message
A moins que la commission européenne soit aux US et pas à Bruxelles ?

Je pense au contraire que la commission Européenne a autant voir plus de poids sur Apple que les USA pour régler la question. Je rappel l’état du marché mobile aujourd’hui (au T1-2010):
  • Nombre d’abonnés en Europe occidentale : 510 millions avec un taux de pénétration de 125% (un marché beaucoup plus mature et donc naturellement plus de clients orientés sur le haut de gamme).
  • Nombre d’abonnés en Amérique du Nord : 317 millions avec un taux de pénétration de 92%.

(Source : Ericsson)

Avatar de JackDaniels93 JackDaniels93 - Membre du Club http://www.developpez.com
le 07/07/2010 à 12:00
Citation Envoyé par umeboshi  Voir le message
Comme tu le dis si bien ça fait plus d'un siècle que cette loi anti-trust existe, et ça fait des siècles que les consommateurs sont pris pour des cons

Je suis d'accord que les histoires de gros sous provoquent des problèmes dans certains milieux de l'économie. La corruption existe depuis toujours et on est pas prêt d'en voir la fin. Mais ça ne veut pas dire qu'il faille tout laisser passer.

Citation Envoyé par umeboshi  Voir le message
alors en effet sans ça pourrait être pire, mais dire que c'est pour la protection des consommateurs est hypocrite.

Ce n'est pas hypocrite, car l'enquête va sûrement mettre le doigt sur le fait que Saint Jobs est seul maître à bord pour dire qui peut vivre et qui doit mourir. Si tu soumets une application à la validation de l'AppStore, et que tonton Steve n'aime pas ta tronche, ton appli est invalidée ! Je rappelle que les conditions générales de l'AppStore précisent bien qu'une application peut être refusée pour N'IMPORTE QUEL MOTIF. C'est absolument aberrant.
À mon sens, les seules motifs valables d'un refus de validation devrait être :
- application dangereuse pour l'utilisateur (car elle est vérolée ou s'apparente à un spyware)
- pose des problèmes de morale (pas pour Steve Jobs hein, au niveau légal, du genre racisme, etc ...)

Enfin voilà, j'en ai fini de débattre de ce sujet, car c'est toujours le même problème. Un dialogue de sourds s'instaure entre les partisans d'Apple qui défende Steve Jobs en le positionnant en victime du système, que dis-je, en martyre, et ceux qui en on assez de toutes ses pratiques "royalistes" (même si je reconnais que les produits sont bons, c'est la politique qui est un problème).

À bon entendeur ...
Avatar de umeboshi umeboshi - Membre habitué http://www.developpez.com
le 07/07/2010 à 17:42
Citation Envoyé par LeSmurf  Voir le message
On rigole, on rigole, mais en attendant tu ne peux installer que ce que le Vieux a validé à ta place et tu es obligé d'acheter tes applications auprès d'un seul fournisseur.

Comme si, en tant que locataire/propriétaire d'une maison, tu étais tenu de faire tes courses dans la supérette en bas de chez toi. Mais bon, le magasin est très agréable, c'est très pratique, tu ne peux acheter que les articles sélectionnés par la Vieille mais ça te suffit, tu ne te sens pas du tout enfermé.

Si ça te convient tant mieux, tout le monde n'a pas le même niveau d'exigence envers ses produits. En revanche, Apple a ouvert la boite de Pandore et maintenant Microsoft veut faire la même chose avec Windows Seven Mobile. J'espère juste qu'ils ne vont pas tous s'y mettre, Palm, Google et les autres.

ne confonds pas caprice matérialiste et privation de liberté.
si tu veux faire tout ce que tu veux avec un iphone, tu le jailbreak,mais c'est illégal, si tu veux être dans la légalité tu ne peux pas faire tout ce que tu veux, si tu veux les deux, tu prends un autre téléphone.
Avatar de JeitEmgie JeitEmgie - Membre expert http://www.developpez.com
le 07/07/2010 à 19:25
Citation Envoyé par JackDaniels93  Voir le message
Je rappelle que les conditions générales de l'AppStore précisent bien qu'une application peut être refusée pour N'IMPORTE QUEL MOTIF. C'est absolument aberrant.

c'est exactement le même genre de clauses que l'on trouve dans d'autres contrats B2B comme par exemple ceux de Google quant à l'utilisation de certains de leurs services…

la question qui reste toujours en suspens est sur quoi, juridiquement parlant, devrait-on se baser pour
1. imposer à une entreprise la direction de sa politique commerciale et la gestion de son image ?
2. obliger le concepteur d'un gadget à modifier son concept marketing alors que par les lois naturelles du marché (offre et demande, concurrence, …) sont censées "réguler" le phénomène ?

que la Commission s'occupe des pressions sur les diffuseurs de contenu qui conduisent à spolier le consommateur, des conditions douteuses dans les clauses de garantie, des refus abusifs d'application de celle-ci, des facturations non conformes aux codes TVA de l'UE, et autres abus auxquels nombre de sociétés - et en particulier celles des USA - opérant en UE ne se privent pas de s'adonner… (… et pas seulement Apple…) … c'est normal et hautement souhaitable… et on peut même dire qu'il est urgent de s'y atteler avec plus de sérieux…

mais se mêler d'aspects qui relèvent de la liberté d'entreprendre et de créer pour faire le jeu de concurrents dépassés par l'innovation d'un acteur du marché ne l'est pas du tout…
rentrer dans ce jeu-là poserait immédiatement la question des limites d'application : jusqu'où peut-on aller ce genre de contrôle, pourquoi contraindre un tel et pas tel autre, …

quant aux aspects qui ne concernent que des relations B2B (clauses comme celle ci dessus, imposition des outils et plate-formes de développement, tarification de ceux-ci, …) elle a encore moins de raisons de s'en occuper… elle a déjà assez à faire avec la protection du consommateur sans devoir faire du baby sitting auprès de quelques professionnels frustrés et immatures…
Avatar de LeSmurf LeSmurf - Membre expérimenté http://www.developpez.com
le 08/07/2010 à 1:28
Citation Envoyé par umeboshi  Voir le message
ne confonds pas caprice matérialiste et privation de liberté.
si tu veux faire tout ce que tu veux avec un iphone, tu le jailbreak,mais c'est illégal, si tu veux être dans la légalité tu ne peux pas faire tout ce que tu veux, si tu veux les deux, tu prends un autre téléphone.

Mais je ne confonds absolument rien. Je sais parfaitement que toutes les lois, règlements et autres contrats se contournent. Mais il y a alors un coût, ce n'est pas sans contrepartie.

Par exemple, si l'appareil tombe en panne, la garantie peut se révéler hasardeuse. Les forums sont pleins de messages de détresse de propriétaires d'Iphones jailbreakés qui sont tombés en panne, mais ils ont peur de ramener l'Iphone chez Apple parce que le SAV se rendrait alors compte que etc etc. Dans ces cas, il faut Restaurer, mon bon monsieur. Sauf que si l'Iphone a besoin de revenir en SAV, il n'est pas dit qu'il soit en état d'être restauré. On peut aussi citer les risques de sécurité, les mises à jour qui demandent plus d'attention, etc.

Tout ça pour dire que ma remarque précédente se situait bien sûr dans un contexte d'utilisation légale, où là, je le répète, tu n'as que la liberté que t'accorde le Vieux.
Avatar de Louis Griffont Louis Griffont - Inactif http://www.developpez.com
le 08/07/2010 à 8:50
Citation Envoyé par JeitEmgie  Voir le message
c'est exactement le même genre de clauses que l'on trouve dans d'autres contrats B2B comme par exemple ceux de Google quant à l'utilisation de certains de leurs services…

la question qui reste toujours en suspens est sur quoi, juridiquement parlant, devrait-on se baser pour
1. imposer à une entreprise la direction de sa politique commerciale et la gestion de son image ?
2. obliger le concepteur d'un gadget à modifier son concept marketing alors que par les lois naturelles du marché (offre et demande, concurrence, …) sont censées "réguler" le phénomène ?

que la Commission s'occupe des pressions sur les diffuseurs de contenu qui conduisent à spolier le consommateur, des conditions douteuses dans les clauses de garantie, des refus abusifs d'application de celle-ci, des facturations non conformes aux codes TVA de l'UE, et autres abus auxquels nombre de sociétés - et en particulier celles des USA - opérant en UE ne se privent pas de s'adonner… (… et pas seulement Apple…) … c'est normal et hautement souhaitable… et on peut même dire qu'il est urgent de s'y atteler avec plus de sérieux…

Mais se mêler d'aspects qui relèvent de la liberté d'entreprendre et de créer pour faire le jeu de concurrents dépassés par l'innovation d'un acteur du marché ne l'est pas du tout…
rentrer dans ce jeu-là poserait immédiatement la question des limites d'application : jusqu'où peut-on aller ce genre de contrôle, pourquoi contraindre un tel et pas tel autre, …

Quant aux aspects qui ne concernent que des relations B2B (clauses comme celle ci dessus, imposition des outils et plate-formes de développement, tarification de ceux-ci, …) elle a encore moins de raisons de s'en occuper… elle a déjà assez à faire avec la protection du consommateur sans devoir faire du baby sitting auprès de quelques professionnels frustrés et immatures…

Je pense que tu confonds deux choses complètement différentes en comparant ce que fait Apple avec son iPhone (et iPad) et Google avec ses services.
Pour ce qui est de Google, ce n'est pas à proprement parler un contrat, puisqu'il n'y a pas de vente. Les services sont «offerts» par Google sous certaines conditions, libre à chacun d'accepter ou pas ces conditions.
Pour Apple, c'est différent, puisqu'il y a vente d'un matériel, et qu'en arrière plan, Apple bride ce même matériel sans que ce soit indiqué dans le contrat de vente ! La différence est énorme !
Avatar de JeitEmgie JeitEmgie - Membre expert http://www.developpez.com
le 08/07/2010 à 9:37
Citation Envoyé par Louis Griffont  Voir le message
Je pense que tu confonds deux choses complètement différentes en comparant ce que fait Apple avec son iPhone (et iPad) et Google avec ses services.
Pour ce qui est de Google, ce n'est pas à proprement parler un contrat, puisqu'il n'y a pas de vente. Les services sont «offerts» par Google sous certaines conditions, libre à chacun d'accepter ou pas ces conditions.
Pour Apple, c'est différent, puisqu'il y a vente d'un matériel, et qu'en arrière plan, Apple bride ce même matériel sans que ce soit indiqué dans le contrat de vente ! La différence est énorme !

Je ne confonds rien du tout : Google a des services payants et leurs clauses sont du même genre…
Google s'arroge tous les droits… y compris de juger si l'utilisation que vous faites des dits services est conforme à leur politique, s'il entre plus ou moins en concurrence avec d'autres de leur services et de vous en couper l'accès sans préavis ni compensation si tel est leur bon plaisir…

(et un document papier qui doit être signé entre 2 parties identifiées officiellement, çà s'appelle un "contrat" en bon français… je ne parle pas de services sur le Web qui s'activent en cliquant "J'ai lu et j'accepte les conditions" …)

Quant à "Apple bride ce même matériel sans que ce soit indiqué dans le contrat de vente" :
c'est vous qui mélangez tout en remettant sur la table des aspects qui concernent le droit du consommateur… alors que la remarque sur les contrats concernaient la publication sur l'AppStore, donc le B2B…
et les relations B2B ne sont pas couvertes par le droit du consommateur…

Reste le problème général : toutes ces entreprises US tentent d'imposer le droit américain dans toutes leurs relations au mépris de toute réglementation locale…
Avatar de Louis Griffont Louis Griffont - Inactif http://www.developpez.com
le 08/07/2010 à 9:50
Citation Envoyé par JeitEmgie  Voir le message
Je ne confonds rien du tout : Google a des services payants et leurs clauses sont du même genre…
Google s'arroge tous les droits… y compris de juger si l'utilisation que vous faites des dits services est conforme à leur politique, s'il entre plus ou moins en concurrence avec d'autres de leur services et de vous en couper l'accès sans préavis ni compensation si tel est leur bon plaisir…

(et un document papier qui doit être signé entre 2 parties identifiées officiellement, çà s'appelle un "contrat" en bon français… je ne parle pas de services sur le Web qui s'activent en cliquant "J'ai lu et j'accepte les conditions" …)

Quant à "Apple bride ce même matériel sans que ce soit indiqué dans le contrat de vente" :
c'est vous qui mélangez tout en remettant sur la table des aspects qui concernent le droit du consommateur… alors que la remarque sur les contrats concernaient la publication sur l'AppStore, donc le B2B…
et les relations B2B ne sont pas couvertes par le droit du consommateur…

Reste le problème général : toutes ces entreprises US tentent d'imposer le droit américain dans toutes leurs relations au mépris de toute réglementation locale…

Je me suis visiblement mal exprimé. D'un coté on a un service de l'autre un matériel. Et ce n'est pas la même chose !
A moins que l'iPhone ne soit que loué et non acheté, alors, une fois le matériel vendu, le constructeur ne devrait pas pouvoir limiter son usage selon son bon plaisir. C'est ce qui me choque. Pour Google, c'est différent, on loue des services selon des conditions.
Avatar de JeitEmgie JeitEmgie - Membre expert http://www.developpez.com
le 08/07/2010 à 11:07
Citation Envoyé par Louis Griffont  Voir le message
Je me suis visiblement mal exprimé. D'un coté on a un service de l'autre un matériel. Et ce n'est pas la même chose !
A moins que l'iPhone ne soit que loué et non acheté, alors, une fois le matériel vendu, le constructeur ne devrait pas pouvoir limiter son usage selon son bon plaisir. C'est ce qui me choque. Pour Google, c'est différent, on loue des services selon des conditions.

Dans quelle langue faut-il le dire ?!

j'ai posté une réponse concernant les conditions de refus des applications sur l'AppStore auxquelles je compare les conditions de Google dans ses contrats B2B : et la publication des applications sur l'AppStore est aussi un service B2B… pas une vente au consommateur…

mon propos ne concerne pas du tous les conditions de vente et d'utilisation de l'iPhone… avec laquelle vous revenez sans cesse… et qui sont une autre problématique… plus complexe d'ailleurs car il y non seulement l'appareil mais aussi le contrat avec l'opérateur de téléphonie…

côté consommateur, quand vous achetez un iPhone, la disponibilité ou non d'une application ne fait pas partie explicite du contrat même si pour certains elle fait partie de la motivation d'achat parfois même plus importante que la fonction principale de l'appareil… qui n'est quand même qu'un téléphone… (donc l'aspect principal du "contrat" c'est qu'il fonctionne comme téléphone avec les performances annoncées… les motivations cachées du consommateur ne sont pas contractuelles pour le vendeur…)

mais si les gadgets du gadget deviennent plus importants que le gadget lui-même… il s'agit quand même là d'une dérive dans l'argumentation et le comportement du consommateur… alors mieux vaut laisser la place aux psys et sociologues…
Avatar de Louis Griffont Louis Griffont - Inactif http://www.developpez.com
le 08/07/2010 à 11:12
Citation Envoyé par JeitEmgie  Voir le message
Dans quelle langue faut-il le dire ?!

j'ai posté une réponse concernant les conditions de refus des applications sur l'AppStore auxquelles je compare les conditions de Google dans ses contrats B2B : et la publication des applications sur l'AppStore est aussi un service B2B… pas une vente au consommateur…

mon propos ne concerne pas du tout les conditions de vente et d'utilisation de l'iPhone… avec laquelle vous revenez sans cesse… et qui sont une autre problématique… plus complexe d'ailleurs car il y non seulement l'appareil mais aussi le contrat avec l'opérateur de téléphonie…

côté consommateur, quand vous achetez un iPhone, la disponibilité ou non d'une application ne fait pas partie explicite du contrat même si pour certains elle fait partie de la motivation d'achat parfois même plus importante que la fonction principale de l'appareil… qui n'est quand même qu'un téléphone… (donc l'aspect principal du "contrat" c'est qu'il fonctionne comme téléphone avec les performances annoncées… les motivations cachées du consommateur ne sont pas contractuelles pour le vendeur…)

mais si les gadgets du gadget deviennent plus importants que le gadget lui-même… il s'agit quand même là d'une dérive dans l'argumentation et le comportement du consommateur… alors mieux vaut laisser la place aux psys et sociologues…

On n'est visiblement pas sur la même longueur d'onde. Je laisse tomber.
Avatar de lilington lilington - Membre expérimenté http://www.developpez.com
le 08/07/2010 à 18:58
trop chic, j'ai tout lu de la première à la dernier page et...
constat vous avez arrête de parler du sujet essentiel.
on devrait écrire un livre sur les deviations de sujet dans les forum

sinon je suis content que même si quelques fois linux ait été cité, le troll n'ait pas été lancé avec linux c'etait surtout ce que je cherchais en lisant.

de mon point de vu pour en revenir au sujet). je n'ai pas d'iphone (j'en ai eu un à ses debuts) car etant developpeur je me suis rendu compte que je ne pouvais pas mettre dans mon propre téléphone un logiciel que je programme pour moi et moi seul, et ça je trouve que ce materiel ne me convient pas. Je pense pas que ce soit utile de les poursuivres pour ça. Je pense que la meilleur punition devrait venir des developpeurs, à savoir ne rien developper pour apple est allé chez le concurent. Si ceci est fait, faites-moi confiance Iphone/Ipad perdent tout du jour au lendemain car le concurent à toutes les applications et eux n'ont rien.
en gros une loi c'est bien mais le boycotte c'est mieux.

Je precise au passage que je suis un linux fanboy, j'ai rien d'autre chez moi que tu linux(2 laptops et un pc) Mais faut reconnaitre que je préfère avoir du MS que du apple car honnêment même et étant moins libre que sous linux je suis 1000 fois plus libre de faire ce que je veux de mon materiel ET de mon SE que sous Apple.
je dis ça mais je suis pas Mr Michu je parle en tant que developpeur.

Pour exemple j'avais eu un temps un PDA windows mobile 5 et j'avais developpé un petit soft pour gérer les tournois de Pro evolution soccer que nous faisions tous les week-ends (PES Manager sur c#france.com si ça vous intérresse) et j'ai pas eu besoin de passer par une approbation d'un quelconque store pour l'utiliser sur MON telephone. Oui je suis pro linux mais faut être honête MS c'est fermé mais on est plus libre de faire des choses. je pense que la politique c'est "tu es libre dans notre prison de faire ce que tu veux meme d'installer des virus" chez Apple c'est: "tu es libre de choisir les distractions de notre prison, si elles ne te suffisent pas, proposes-nous en et si ça nous chante on ajoute sinon va voir ailleurs".
Entre les deux prisons le choix est vite fait, je préfère un enclos ou au moins je suis libre de tout mouvement (tant que je reste dans l'enclos) qu'un autre ou je suis libre de faire que ce qu'on me dit.
Offres d'emploi IT
Administrateur système et réseaux h/f
Urban Linker - Ile de France - Paris (75000)
(H/F) CHEF DE PROJET SIRH CHEZ EDITEUR
STUDIO RH - Ile de France - Paris - 1er arrondissement
Chef de projet Fonctionnel Retail Chine H/F
ADEPI JOB - Nord Pas-de-Calais - Lille

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil