Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Entretien sur Cloud Temple : les entreprises feront le pas vers le « vrai » Cloud
S'il se développe des offres alliant sécurité et élasticité

Le , par Michael Guilloux

42PARTAGES

6  0 
Le monde de l’IT subit actuellement une importante transformation numérique, et le cloud est sans doute l'une des technologies les plus en vue qui alimentent cette transformation. Si certaines entreprises y voient de nombreux avantages, pour d'autres, les inconvénients peuvent peser un peu lourd dans la balance, ce qui donne une image mitigée à cette technologie.

L'année dernière, l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) a publié une étude réalisée en 2014 sur le marché du cloud français. Dans le rapport de l'étude, l'INSEE a noté une « timide émergence » du cloud computing dans les entreprises françaises en 2014. Les raisons sont multiples, mais les risques de sécurité sont les plus cités. Il est donc important pour les fournisseurs d'offrir des solutions sécurisées pour encourager et accélérer le mouvement vers le cloud.

Parmi les acteurs du marché français, Dragonfly (anciennement Intrinsec) s’est inscrit dans cette vision en mettant la sécurité au cœur de son offre Cloud Temple. La rédaction de Developpez.com est donc allée à la rencontre de Pierre Schaller, Directeur général délégué du groupe Dragonfly, pour revenir en détail sur la plateforme Cloud Temple et ce qu’elle offre aux développeurs et entreprises.


Pierre Schaller, Directeur général délégué du groupe Dragonfly


Question 1 : Pouvez-vous brièvement nous présenter votre plateforme Cloud Temple ? Sur quelles technologies est-elle construite ? Quels sont les services qu’elle propose ?

Pierre Schaller : Cloud Temple propose un modèle d’hébergement innovant, alliant les bénéfices du cloud privé (ressources dédiées, sécurisation avancée) et du cloud public (élasticité, paiement à l’usage). Cette plateforme, connue dans la littérature sous la dénomination Software Defined Datacenter, est basée sur un ensemble de technologies avancées (Juniper pour le réseau, Arbor pour la plateforme anti ddos, Cisco pour les lames serveurs, IBM pour le stockage, VMWare pour la virtualisation), intégré par les équipes techniques Cloud Temple. Cloud Temple dispose de 6 datacenters en France et deux autres en Afrique du Nord, avec plus de 2000 lames serveurs et 12 Po de stockage en ligne. Nous louons à nos clients une partie de ces ressources, qui leur sont accessibles sous forme d’un datacenter virtuel sécurisé. Libre à eux, ensuite, de définir dans ce datacenter virtuel les ressources dont ils ont besoin (VM, LAN, firewall, etc.).

Cloud Temple propose également les services permettant d’utiliser au mieux cette infrastructure :

  • transformation des SI vers le cloud : audit du SI existant du client et définition du projet de migration ;
  • infogérance sur infrastructures cloud


Question 2 : Dragonfly est à l'origine un cabinet de conseil en sécurité des systèmes d'information. Comment cela est-il mis à profit dans la proposition de votre offre Cloud Temple ?

Pierre Schaller : L’ADN sécurité est au cœur de notre offre d’hébergement, tant d’un point de vue des technologies intégrées à la plateforme (firewalling avancé, filtrage anti ddos, SOC intégré), que d’un point de vue des services associés (équipes d’audit de risques cyber, équipes conseil sur les Plans de Reprise/Plans de continuité d’activité, équipes CERT formées à réagir aux attaques). Ceci nous permet de nous positionner comme un acteur cloud particulièrement adapté aux clients sensibles (défense, énergie, etc.).

Question 3 : Cloud Temple met en avant une offre IaaS. Votre plateforme permet-elle également de faire du développement ? Si oui, quels sont les langages et technologies supportés par Cloud Temple ? Sinon, pourquoi ? Envisagez-vous d'offrir ces services aux développeurs ?

Pierre Schaller : Nous nous focalisons sur nos métiers d’hébergement Iaas et d’infogérance (« faire peu, mais le faire bien »). Nous répondons aux besoins de développement de nos clients avec différents partenaires métier spécialisés dans les différents domaines du développement (développement d’applications mobiles, intégration continue/Devops, Big Data notamment). L’infrastructure Cloud Temple n’impose en rien les solutions PaaS utilisées. Bien évidemment, s’agissant d’une vraie offre IaaS, nous pouvons exécuter tout type de services, y compris des environnements de développement (plateformes de développement, recette, pré-prod, usine d’intégration et de déploiement continu, etc.).

Question 4 : Quel est le positionnement de votre plateforme sur le marché français ? Qu'est-ce qui différencie Cloud Temple de la concurrence ?

Pierre Schaller : Nous nous positionnons comme l’acteur de référence pour l’hébergement/infogérance de SI critiques (perte de CA, perte d’image en cas d’incident).
Notre différence est triple :

  • modèle d’hébergement innovant, offrant le meilleur des deux mondes cloud public/cloud privé ;
  • sécurisation avancée intégrée à nos solutions ;
  • mix hébergement et services (transformation et infogérance)


Question 5 : Qu’en est-il de l’adoption de Cloud Temple ? Avez-vous quelques chiffres à partager avec nous ?

Pierre Schaller : L’offre rencontre son marché. Des acteurs majeurs des secteurs bancaires, industriels, utilities nous ont fait confiance. Nous avons une croissance annuelle à deux chiffres (25 % de croissance en 2015, avec un chiffre d’affaires sur nos activités Cloud de 32 M €). Nous sommes le second acteur français, derrière OVH et devant AWS.

Question 6 : Pensez-vous donc que votre plateforme connaît du succès sur le marché français ? Si oui, quels sont les catalyseurs de son adoption en France ? Sinon, quels en sont les freins ?

Pierre Schaller : Les entreprises françaises sont en majorité convaincues des atouts du cloud (flexibilité, paiement à l’usage, etc.). Elles cherchent par contre, pour leurs données sensibles ou leur SI critique, des partenaires qui peuvent leur garantir sécurité et souveraineté des données, à des tarifs compétitifs. Elles cherchent également des partenaires capables de les accompagner vers le cloud modifiant en profondeur la manière d’appréhender l’IT. Le mix sécurité/souveraineté/services offert par Cloud Temple en fait un interlocuteur intéressant.

Question 7 : Qu'en est-il de la tarification de la plateforme ?

Pierre Schaller : La tarification de Cloud Temple a les caractéristiques des plateformes cloud : modèle locatif et paiement à l’usage. Nos clients peuvent demander à rajouter ou enlever des ressources selon les fluctuations de leurs besoins (exemple des e-commerçants, dont l’activité en période de fin d’année ou de soldes est souvent 3 à 5 fois plus importante que le reste de l’année). La tarification se base, de manière très simple, sur un catalogue d’Unités d’Œuvres décrivant les ressources utilisées : un socle associant lames serveurs, To de stockage, Gb réseau, complété d’Unités Œuvres de fonctions ou services à valeur ajoutée complémentaires (load balancers, filtrage anti ddos, SOC, etc.).

Question 8 : Quelle est votre analyse du marché du cloud français ? Quel est son potentiel ?

Pierre Schaller : Le marché du cloud français devrait croitre encore significativement dans les cinq années qui viennent. En effet, si les atouts du cloud sont bien compris des entreprises françaises, la majorité d’entre elles ne l’utilisent que pour des usages marginaux (environnements de développement ou de test, sites internet à faible criticité, etc.). Une majorité des grandes entreprises s’appuient encore sur des ressources en propre (« on premise »), souvent virtualisées pour gagner en agilité. Cette approche de « cloud privé » n’est cependant pas du cloud : l’élasticité passe nécessairement par de nouveaux investissements, l’adaptation à la baisse n’est pas possible. Nous faisons donc le pari qu’à mesure que des offres comme celles de Cloud Temple, alliant sécurité et élasticité, vont se développer, ces entreprises feront le pas vers le « vrai » cloud.

Enfin, on peut faire le constat que ce marché est animé par un nombre encore très important d’acteurs de toutes tailles (de quelques M € de chiffre d’affaires à plusieurs centaines de M €). Il est donc fort probable que ce marché se consolide dans les trois à cinq ans, du fait des niveaux d’investissement et efforts de R&D nécessaires pour développer des infrastructures répondant efficacement aux besoins du marché. On peut ici faire le parallèle avec le marché des FAI, basé sur des business models assez similaires, et qui a connu une consolidation forte dans le milieu des années 2000.

Question 9 : Quelles sont les prochaines étapes pour Cloud Temple (produits, technologies, services, datacenters, etc.) ?

Pierre Schaller : En industriel des infrastructures IT, Cloud Temple poursuit ses investissements dans sa plateforme IaaS, avec comme objectif de continuer à optimiser le ratio qualité de service/prix proposé à nos clients. Deux axes principaux de travail :

  1. pilotage d’un cycle de renouvellement de nos matériels pour n’avoir jamais plus de deux générations de matériels dans nos salles ; pour cela, nous ouvrons tous les neuf mois une nouvelle salle, migrons les clients hébergés sur la salle la plus ancienne et fermons cette dernière ; ceci évite tout foisonnement technologique et permet aux équipes d’infogérance d’être particulièrement efficaces, car évoluant dans un contexte technologique maîtrisé ;
  2. R&D sur des fonctions de supervision, maintenance corrective et maintenance prédictive avancées : nous investissons dans des approches en rupture, utilisant les dernières techniques (knowledge management, Big Data, IA) pour être en mesure d’automatiser le plus possible la supervision, et la maintenance de cet ensemble de plusieurs dizaines de milliers d’équipements IP qui forment notre plateforme IaaS ; ceci au service de nos équipes d’infogérance, qui voient l’efficacité de leurs interventions maximisée.


En savoir plus sur l'offre Cloud Temple

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de alves1993
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/05/2016 à 12:29
Citation Envoyé par NSKis Voir le message
Encore une fois, l'intérêt de la technologie "Cloud" peut se discuter mais pour une entreprise, confier ses données à une société tierce, c'est juste une hérésie... Et une preuve de la naïveté de sa direction!!!
Je ne suis pas trop d'accord avec vous, prenons le cas des start-up qui n'ont pas les moyens de s'offrir une infrastructure interne. Comment feront-ils ?
Leur seule solution (pour ma part) est de passer par une société tierce.
3  1 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 30/05/2016 à 15:29
Citation Envoyé par alves1993 Voir le message
Je ne suis pas trop d'accord avec vous, prenons le cas des start-up qui n'ont pas les moyens de s'offrir une infrastructure interne. Comment feront-ils ?
Leur seule solution (pour ma part) est de passer par une société tierce.
J'ai un scoop pour vous: Les startups ont existé, se sont développées et certaines sont même devenues des succès mondiaux... avant même que le Cloud existe et surtout avant même que la mode soit aux prestataires externes proposant le hosting de données!!!

D'autre part, la problèmatique d'une startup est justement d'avoir "inventé" quelque chose et de vouloir commercialiser l'idée (ou la technologie) avant que des concurrents occupent le terrain... Il est dès lors d'autant plus important de préserver l'intégrité de ses données (quelles soient technologiques ou commerciales)
1  0 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 30/05/2016 à 18:04
Citation Envoyé par alves1993 Voir le message
Oui ce que vous dites est vrai d'une part. Mais prenons le cas où elle n'a pas les moyens d'héberger ses données en local (au sein de la start-up) pas faute de moyens, elle opte pour quelles solutions alors ?
Je pose un exemple :
Une start-up a une technologie (ou un algorithme) qui crypte des données de sorte qu'il soit inviolable. Son service consiste à récupérer et a encodé les données de ses clients.Par manque de moyen elle ne peut pas s'offrir une infrastructure assez robuste et sécurisée pour la sauvegarde des données pour l'hébergement de son service et la sauvegarde des données des clients.

Mr Quelle solution proposée vous a cette start-up.
Je ne voudrai pas monopoliser ce forum mais puisque vous me posez la question, je me dois de réagir à votre commentaire:

1. Le business model même d'une startup est d'avoir trouvé le financement pour développer son idée et, que je sache, disposer d'un serveur et des ressources nécessaires pour l'exploiter ne nécessitent pas un budget stratosphérique!!!

2.

Vous écrivez "...qui crypte des données de sorte qu'il soit inviolable". Sachez que RIEN n'est inviolable!

Si vous en doutez, prennez la peine de regarder les médias qui vous donnent une multitude d'exemples de sites inviolables qui ont été visité par des indésirables (Je pense notamment à l'affaire des hackers israéliens jugés aux USA pour avoir accéder à plus de 80 millions de comptes bancaires gérés par JP Morgan / voir: http://www.lemonde.fr/entreprises/ar...9_1656994.html)

Je suis sûr que les "experts" de la 1ère banque des USA pensaient aussi avoir un système inviolable

3. Une startup qui vend de la sécurité à ses clients mais qui est incapable de s'équiper et doit sous-traiter le travail, cela s'appèle "mentir sur la marchandise" et cela s'apparente à de l'escroquerie par métier
1  0 
Avatar de RyzenOC
Inactif https://www.developpez.com
Le 30/05/2016 à 10:28
un danger aussi c'est d’être enfermé lentement mais surement chez un fournisseur, jusqu’à ce qu'il vous tienne par les cou*****

Il faut pouvoir changer de crèmerie facilement.
0  0 
Avatar de alves1993
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/05/2016 à 15:58
Citation Envoyé par NSKis Voir le message
J'ai un scoop pour vous: Les startups ont existé, se sont développées et certaines sont même devenues des succès mondiaux... avant même que le Cloud existe et surtout avant même que la mode soit aux prestataires externes proposant le hosting de données!!!

D'autre part, la problèmatique d'une startup est justement d'avoir "inventé" quelque chose et de vouloir commercialiser l'idée (ou la technologie) avant que des concurrents occupent le terrain... Il est dès lors d'autant plus important de préserver l'intégrité de ses données (quelles soient technologiques ou commerciales)
Oui ce que vous dites est vrai d'une part. Mais prenons le cas où elle n'a pas les moyens d'héberger ses données en local (au sein de la start-up) pas faute de moyens, elle opte pour quelles solutions alors ?
Je pose un exemple :
Une start-up a une technologie (ou un algorithme) qui crypte des données de sorte qu'il soit inviolable. Son service consiste à récupérer et a encodé les données de ses clients.Par manque de moyen elle ne peut pas s'offrir une infrastructure assez robuste et sécurisée pour la sauvegarde des données pour l'hébergement de son service et la sauvegarde des données des clients.

Mr
NSKis
Quelle solution proposée vous a cette start-up.
0  0 
Avatar de alves1993
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/05/2016 à 18:20
qui crypte des données de sorte qu'il soit inviolable". Sachez que RIEN n'est inviolable!
Une startup qui vend de la sécurité à ses clients mais qui est incapable de s'équiper et doit sous-traiter le travail, cela s'appèle "mentir sur la marchandise" et cela s'apparente à de l'escroquerie par métier
Ceci est simple exemple, et je n'ai jamais affirmé que toute sécurité était inviolable ceci est une utopie.
Le business model même d'une startup est d'avoir trouvé le financement pour développer son idée et, que je sache, disposer d'un serveur et des ressources nécessaires pour l'exploiter ne nécessitent pas un budget stratosphérique!!!
Pour information il existe des start-up qui dispose de ressources, mais qui préfèrent investir dans des ingénieurs chevronnés et d'autres choses.
0  0 
Avatar de alves1993
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/05/2016 à 18:37
Encore une fois, l'intérêt de la technologie "Cloud" peut se discuter mais pour une entreprise, confier ses données à une société tierce, c'est juste une hérésie... Et une preuve de la naïveté de sa direction!!!
Je pense bien que vous devez être un peu indulgent et essayer (je dis bien essayer) d'admettre que le cloud pour une entreprise ce n'est pas de la naïveté, mais un gain énorme de temps et d'argent même si ce n'est pas toujours vrai .
Bref comme je dis tout le temps chacun son avis.
0  0 
Avatar de Aeson
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 30/05/2016 à 10:45
ENCORE une fois le cloud c'est pas en endroit (chez un fournisseur) c'est un modele d'architecture qui comprend un 'Fabric'. Il est relativement facile d'avoir un Cloud sécurise en interne. Un Private Cloud. Les technos sont la depuis pas mal de temp. Encore faut il les connaitres et savoir les utiliser. Cet article est plus une pub qu'autre chose....
0  2 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 30/05/2016 à 12:03
Encore une fois, l'intérêt de la technologie "Cloud" peut se discuter mais pour une entreprise, confier ses données à une société tierce, c'est juste une hérésie... Et une preuve de la naïveté de sa direction!!!

Quelles que soient les promesses du fournisseur, quel que soit le sérieux de l'interlocuteur qui vous propose d'accueillir vos données, vous ne contrôllez plus les données de votre entreprise!!!

Rien n'est gravé dans le marbre, même si aujourd'hui votre prestataire Cloud semble offrir toutes les garanties, demain il peut faire faillite, changer de stratégie suite à un changement à sa direction (et migrer vos données hors du pays vers des cieux moins respectueux de vos données), etc...
1  5