« Nous avons besoin d'un autre Firefox ! » : l'EFF espère voir un navigateur capable de s'ériger contre la DCMA
Qui lèse l'utilisateur final

0PARTAGES

13  0 
L’EFF (Electronic Frontier Fondation), l’organisation non gouvernementale dont l’objectif principal est la défense de la liberté d’expression sur internet, exhorte les éditeurs de navigateurs internet de ne pas oublier de mettre l’utilisateur final au centre de leur décision et non pas les grosses entreprises.

« Il était une fois, deux principaux navigateurs que tout le monde utilisait virtuellement : Netscape et Internet Explorer, enfermés dans une bataille à mort pour le futur du web. Ils sont allés dans des extrêmes pour forcer les éditeurs de sites à optimiser leurs sites afin qu’ils fonctionnent au mieux dans leurs fenêtres, en espérant que les utilisateurs suivent », a raconté l’organisation.

« Puis vint un nouvel entrant qui allait modifier les règles du jeu : le navigateur libre et à but non lucratif de Mozilla, issu de Netscape, qui avait pour mission de mettre les utilisateurs au premier plan et non les éditeurs. Mozilla a bloqué par défaut les annonces de type pop-up, le fléau du début du web. Il s’agissait d’une ligne qu’aucun principal navigateur ne pouvait se permettre de franchir, parce que les éditeurs étaient convaincus qu’ils seraient vite sur la paille sans eux. Aussi, toute entreprise dont le navigateur bloquait par défaut les pop-ups voyait s’éloigner les éditeurs qui se tournaient alors vers la concurrence », a rappelé l’EFF.

Ironie du sort ou lancement d’une nouvelle culture ? Un peu plus d’une décennie plus tard, le navigateur de Mozilla qui est devenu Firefox continue de bloquer les pop-ups par défaut, de même que le navigateur Internet Explorer devenu Edge, le navigateur Safari d’Apple, mais également le navigateur Chrome de Google.

Si l’EFF remarque que l’écosystème des navigateurs web a changé, précisant qu’aucun des incontournables d’autrefois n’est encore autant utilisé qu’avant, l’organisation note que cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de compétition : « il y en a, et une compétition plus féroce que jamais. C’est désormais un combat stratégique pour plaire à la fois aux éditeurs et aux utilisateurs dont les intérêts ne sont pas toujours les mêmes. Les éditeurs veulent collecter le plus d’informations sur les éditeurs tandis que les utilisateurs veulent garder leur vie numérique privée. Les éditeurs veulent garder le contrôle sur l’expérience de navigation des utilisateurs tandis que les utilisateurs veulent s’asseoir sur le siège du conducteur ».

Pour l’organisation, il est primordial d’entretenir l’idée selon laquelle un nouvel entrant dans cet écosystème puisse venir bouleverser les habitudes « afin de s’assurer que tous les navigateurs ne partent pas d’une position où ils recherchent la satisfaction de l’utilisateur final à une position où ils recherchent la satisfaction de gros bonnets industriels qui dominent le web. Parce qu’il y a toujours une grosse pression qui incite à le faire, et si tous les navigateurs finissent par céder, les utilisateurs seront TOUJOURS les perdants ».

« Nous avons besoin de plus de Firefox », a alors revendiqué l’EFF, qui reconnaît quand même qu’il sera difficile d’en voir un autre défier les habitudes prises au sein de cet écosystème. « Nous avons besoin de plus de navigateurs qui traitent les utilisateurs, et non les éditeurs de sites, comme leurs clients. C’est le cycle naturel de concentration - perturbation - renouvellement qui a gardé le web dynamique pendant près de 20 ans ».

Pourquoi cette tirade sur les valeurs défendues par les navigateurs ? Le World Wide Web Consortium (W3C), ou plus exactement une décision prise par le consortium.

Tout d’abord l’EFF dénonce une trahison des valeurs défendues par le W3C :« le World Wide Web Consortium (W3C), auparavant une force pour les standards ouverts qui permettaient aux navigateurs de circonscrire les éditeurs à leurs capacités de propriétaires, a changé sa mission. Depuis 2013, l’organisation a ouvert un forum où les entreprises derrière les navigateurs dominants actuellement et les entreprises dominantes dans le domaine du divertissement peuvent collaborer sur un système pour laisser les navigateurs contrôler notre comportement au lieu de l’inverse ».

L’EFF explique que le système Encrypted Media Extensions se sert du code standardisé pour faire passer des vidéos dans un container propriétaire appelé Content Decryption Module (CDM). « Pour qu’un nouveau navigateur prenne en charge ce nouveau standard de format vidéo, que les principaux studios de productions ainsi que les opérateurs de câble défendent, il devrait convaincre ces entreprises de divertissement ou l’un de leurs partenaires de les laisser avoir un CDM ou alors cette partie du web “ouvert” ne s’affichera pas dans leur navigateur ».

L’EFF note que c’est un cheminement qui s’oppose à tous les standards de la W3C : ce qu’il fallait pour afficher un contenu envoyé par un serveur était de suivre la norme, en aucun cas d’obtenir une permission. Et l’EFF renvoie la problématique actuelle au temps de « rébellion » de Mozilla, estimant que Mozilla n’aurait pas courbé l’échine au vu de son comportement face aux pop-ups imposés.

« Aucun droit d'auteur ne soutient que faire une vidéo vous donne le droit de dicter aux gens qui la regardent légalement la façon dont ils doivent configurer leur équipement. Mais à cause de la conception d’EME, les détenteurs de droits d'auteur SERONT en mesure d'utiliser la loi pour faire fermer tout nouveau navigateur qui tente d’afficher la vidéo SANS leur permission.», a insisté l’EFF.

L’EFF note que la situation peut prendre plus d’ampleur étant donné qu’elle ne sera pas limitée aux États-Unis  : la DMCA devrait s’appliquer virtuellement à tous les pays qui font des affaires avec les États-Unis. Elle est également utilisée par certaines entreprises pour menacer et réduire au silence les chercheurs en sécurité qui trouvent des failles embarrassantes dans leurs produits. La W3C n’a pas exigé de ses membres de protéger les chercheurs en sécurité qui découvrent des failles dans EME.

« Nous avons proposé que la W3C protège les nouveaux navigateurs en faisant que ses membres promettent de ne pas se servir de la DCMA pour attaquer les nouveaux entrants dans le marché, une idée qui a eu le soutien de plusieurs membres de la W3C, mais les responsables W3C ont décidé que le travail irait de l'avant sans garanties pour les futurs compétiteurs ».

Source : EFF

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 17/05/2016 à 0:01
Pourquoi pas Vivaldi qui laisse une liberté totale de personnalisation à son utilisateur ?
0  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 17/05/2016 à 11:12
Citation Envoyé par air-dex Voir le message
Pourquoi pas Vivaldi qui laisse une liberté totale de personnalisation à son utilisateur ?
Car ce n'est pas qu'un problème de personnalisation ?

Si ton navigateur ne peut plus lire les conteneurs vidéos ou autres, vu que c'est un format propriétaire, il n'y a aura pas de plug-in pour cela, donc tu ne seras pas plus avancé malgré ton navigateur personnalisable.

La question ce n'est pas de dire si tel ou tel navigateur est mieux, ou qu'il vaut mieux utiliser celui-ci plutôt que celui-là, mais plutôt faire en sorte que les sites et autres diffuseurs, restent sur des formats ouverts pour que n'importe quel navigateur (même le tien développé dans ta chambre) puisse lire n'importe quel contenu.
2  0 
Avatar de Paul_Le_Heros
Membre actif https://www.developpez.com
Le 19/05/2016 à 0:07
Pour les motivations, c’est un Hadopi américain (bien revisité), et donc mondial. Et ils leur faudra bien savoir ce que chacun regarde…
Internet est bien le reflet des hommes, et là, plus de philosophie (voir de politique) : place à la seule finance, sans aucun respect des droits de l’utilisateur. Notre motion de censure à ce 49.3 ? un autre fureteur, chevalier blanc qui ne se laisserait pas influencé par les lobbies, lui…
Sur Internet aussi, nous sommes des "sans-dents"!
0  0 
Avatar de HerveRenault
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 19/05/2016 à 9:07
Vu comme tout le monde est en train de passer à Chrome sans se poser la moindre question, on peut malheureusement dire que tout le monde s'en fout
2  1 
Avatar de domi65
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 21/05/2016 à 14:16
Quelquefois les intérêts divers peuvent se rejoindre et pourtant la situation reste inchangée.
Le JPEG 2000 satisferait aussi bien les concepteurs de sites que les hébergeurs et les utilisateurs (surtout à l'heure du smartphone), mais depuis quinze ans, aucun navigateur ne le supporte, alors que c'est un format ouvert et bourré d'avantages par rapport au jpeg. Faire de la philosophie c'est bien, mais on passe à côté des trucs basiques.
Y'a aussi un autre truc que j'aimerais bien que mon FF chéri implémente : c'est la possibilité d'éditer le CSS d'un site et de conserver les modifs pour les autres visites. (Les outils existent déjà, sauf la partie mémorisation.) Il y a tellement de sites qui sont mal foutus que ce serait une bénédiction. En même temps, cela conduirait des tas d'utilisateurs à s'intéresser aux feuilles de style.
0  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web