Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

France : le format ODF recommandé par l'État pour les documents bureautiques révisables
Le format Office Open XML de Microsoft est « en observation »

Le , par Michael Guilloux

67PARTAGES

13  0 
Dans un arrêté publié le 20 avril dernier, le Premier ministre français a approuvé et donc officialisé la version 2.0 du Référentiel Général d'Interopérabilité (RGI). Le RGI est un document décrivant un ensemble de normes et bonnes pratiques communes aux administrations publiques françaises dans le domaine informatique. L'élaboration du RGI a commencé en janvier 2006 et a été conduite par la Direction générale de la modernisation de l'État (DGME). Mais depuis 2011, son évolution est confiée à la direction interministérielle des systèmes d'information et de communication (DISIC) qui est devenue la direction interministérielle du numérique et du système d'information et de communication de l'État (DINSIC).

Parmi les changements notables dans cette nouvelle version par rapport à la version 1 de 2009, le format Open Document (ODF) devient le seul format recommandé pour échanger des documents bureautiques révisables. Ce statut signifie que le format de fichier ouvert conçu pour les applications bureautiques répond à tous les critères de sélection, et est aligné avec la stratégie de transformation et de modernisation du système d’information et de communication de l’État. Par conséquent, il doit être respecté et appliqué par tous.

En ce qui concerne le format Office Open XML (OOXML) de Microsoft, il lui a été assigné le statut « en observation ». Cela signifie que « son application est à prendre avec précaution, et seulement après une phase de tests et d’expérimentations qu’il conviendra de partager avec la communauté », peut-on lire dans le RGI. « Dans le cas où les expérimentations seraient probantes, il passerait dans une version suivante du RGI au statut "recommandé", dans le cas contraire il serait retiré du référentiel », est-il précisé.

La version 2 du RGI justifie le nouveau statut du format de Microsoft par sa complexité et son manque d’ouverture notamment dans la gouvernance de la norme. Selon le document, seule la suite d'Office à partir de la version 2013 est complètement compatible avec la norme. Si cela a probablement joué en faveur du format Office Open XML pour son maintien dans le RGI, la DINSIC voit surtout le format OOXML comme une alternative pour échanger des informations sous forme de tableaux, notamment si ces documents embarquent du code. Ci-dessous, le commentaire fait par la DINSIC dans le RGI :

« Office Open XML est une norme ISO/CEI 29500 créée par Microsoft, destinée à répondre à la demande d’interopérabilité dans les environnements de bureautique. Ce format (dont les suffixes sont .docx, .xlsx, .pptx...) est utilisé à partir de Microsoft Office 2007, en remplacement des précédents formats Microsoft (reconnus à leurs suffixes tels que : .doc, .xls, .ppt), il est toutefois légèrement différent, pour ces versions d'Office, de la norme ISO définitive, qui a tenu compte des remarques des membres de l'organisme normalisateur. Seule la suite Office à partir de la version 2013 est totalement compatible avec la norme (en lecture et en écriture). Le standard est conservé dans le RGI au statut "en observation". Sa complexité, son manque d’ouverture (notamment dans la gouvernance de la norme) et le strict respect tardif de la norme par Microsoft même n’ont pas permis de réviser son statut. Pour des besoins d’échanges d’informations sous forme de tableaux qui notamment embarqueraient du code, l’utilisation d’OOXML peut être une alternative. C’est toutefois une pratique à encadrer. »

Après la vague de critiques qu’a soulevée le partenariat entre Microsoft et l’Éducation nationale en novembre dernier, l’April, une association française pour la promotion et la défense du logiciel libre salue le travail de la direction interministérielle du numérique. En juillet dernier, l’April avait en effet dénoncé un lobbying exercé par la firme de Redmond pour intégrer le format Office Open XML dans le RGI, alors qu'il ne figurait plus dans le référentiel, dans la version 1.9.7 de mars 2015. L’association pour le logiciel libre se réjouit donc du fait que Microsoft n’aura pas plus que le statut « en observation » pour son format pour les documents bureautiques.

Mais quelles pourraient être les implications d'une telle mesure ? En dehors des considérations open source et propriétaires, vu leur popularité, peut-on vraiment écarter les formats de Microsoft dans l'échange de documents bureautiques révisables ? Cette mesure est-elle viable dans la pratique ?

Version 2.0 du Référentiel Général d’Interopérabilité (pdf)

Sources : Arrêté portant approbation du RGI, April

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Accord Microsoft - Éducation nationale : des défenseurs du Libre protestent et menacent de porter plainte contre la ministre

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de archqt
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 26/04/2016 à 12:59
Bonjour,
travaillant dans une université, tous les documents qui transitent sont au format Microsoft. Et toutes les formations en bureautique sont sur le PackOffice.
Avec ce genre de chose, cela n'est pas gagné de faire appliquer le texte. Je suis pour mais il faut croire que les finances des universités permettent de payer MicroSoft.
Bonne fin de journée
5  0 
Avatar de AoCannaille
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 27/04/2016 à 17:34
Citation Envoyé par MikeRowSoft Voir le message
Puisque tu as les outils sous la main, avec un mot de passe (pour la lecture) sa donne quoi?
Lol, "Les outils" comme s'il s'agissait de truc de hacker... 7zip et notepad++!

Avec un mot de passe, le contenu n’apparaît plus aussi évidement. Une recherche de "Hello" Ne renvoie pas au texte du document. Contrairement à sans mot de passe.


Enfin bon, je suis persuadé que les formats libres peuvent aussi être chiffré directement depuis libre office.
3  0 
Avatar de AoCannaille
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 26/04/2016 à 17:16
Citation Envoyé par MichaelREMY Voir le message

Pour des documents d'état ou d'administration, j'aurai préféré un format sécurisé ou un minima crypté (comme le binaire) plutôt que ouvert et déchiffrable par n'importe qui sans barrière juridique ou législative.
Je t'encourage à ouvrir un .doc ou un .docx avec 7zip ou wirar pour constater que le format binaire apparent n'est vraiment qu'un tout petit voile à peine opaque qui permet de cacher le fonctionnement du fichier seulement aux moins curieux.

Ce qui doit être sécurisé, c'est le stockage (dossiers / partitions chiffrés ) et le transit (https, SCP etc...), pas le format en lui même.
2  0 
Avatar de RyzenOC
Inactif https://www.developpez.com
Le 27/04/2016 à 13:37
Alors qu'avec un fichier en open format où tout est ouvert, tout est montré, tout est diffusé, bun les risques sont aux plus haut niveaux.

Attention, je n'ai pas dit qu'un fichier binaire permettait de se protéger, j'ai dit qu'un fichier binaire/privé permet d'éviter plus de risque et surtout de se prémunir de responsabilité.

J'ai jamais entendu un tel ramassis de bêtises
Les logiciels open source n'ont pas plus de failles que les soft proprio (linux-windows par exemple)
Quasi tous les algorithmes de chiffrements sont open source, au mon dieu sa veut dire qu’ils sont pas efficaces ?!

Et enfin et le plus drôle, un fichier binaire ou pas tu sait sa résisteras pas aux hacker très longtemps...
Si il y'en as par rétro-engineering arrive à trouvé des failles dans le sgbd oracle database, je crois pas qu'un simple fichier docx offre la moindre protection supplémentaire par rapport à une archive zip.

imagines que tu transmets un fichier open (reprenons notre ODF) à un collègue d'une autre entreprise dont la messagerie affiche un aperçu par défaut.
Bah la sa veut dire que c'est le viewer qui a une faille de sécurité.
Windows media player avait/as ? des failles de sécurités, il y'a 10ans ouvrire un fichier wmv pouvait t'installer un virus, la faute c'est du au format wmv ou à windows media player ?
2  0 
Avatar de Conan Lord
Membre expert https://www.developpez.com
Le 27/04/2016 à 14:37
Citation Envoyé par MichaelREMY Voir le message
Ainsi ,en cherchant dans Google, tu trouves des résultats du type "c:\mairieXX\mesdocument\projet\listesdespayeur.odt" et là tu vois bien entendu le contenu du fichier qui est référencé alors que ça ne devrait pas. Biensur tu vas me dire que c'est la faute de l'architecture, sauf qu'avec un fichier au format binaire non-textuel, et bien cela n'arrive pas.
Je ne comprend pas. Désolée si c'est dû à mes connaissances techniques limitées, mais pourquoi pourrait-on trouver "c:\mairieXX\mesdocument\projet\listesdespayeur.odt", mais pas "c:\mairieXX\mesdocument\projet\listesdespayeur.doc" ?

EDIT : Je viens de comprendre. Tu veux dire qu'en recherchant un terme du contenu du fichier, dans le premier cas, tu peux trouver le fichier, mais pas dans le deuxième. C'est ça ? Mais dans les deux cas, le fichier est disponible sur Google et téléchargeable. Si ce sont des données sensibles, c'est juste une catastrophe, fichier binaire ou fichier texte.

Je trouve assez dangereux de dire que si les protocoles de sécurité concernant les données sensibles ne sont pas respectés, c'est moins grave du moment qu'on utilise un format binaire. En tout cas, c'est le genre de réflexion que je n'aimerais pas entendre de la part de ma mairie.

EDIT : Par contre, à partir du moment où les fichiers transitent correctement, les formats ouverts permettent en théorie une rationalisation des coûts (qui peuvent par exemple compenser les frais liés à la sécurité des données).
2  0 
Avatar de AoCannaille
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 27/04/2016 à 16:43
Citation Envoyé par Conan Lord Voir le message
Avec le point .doc aussi ? Autant avec le .docx je le fais régulièrement pour pouvoir exploiter le texte avec mes outils de traduction, autant avec les .doc je n'y suis jamais arrivée de manière satisfaisante. De même qu'avec les pdf d'ailleurs.
Tout à fait.
Exemple avec un fichier word avec "Hello World" inscrit dedans :


On voit bien la partie binaire et la partie texte.

Alors effectivement, pour travailler, ce n'est pas satisfaisant. par contre, pour briser la confidentialité, c'est laaaargement suffisant.


Mais de toute façon, utiliser le .doc aurait tout un tas d'inconvénients aussi. J'ai eu beaucoup de problèmes de corruption de données par exemple. En plus, ce format a été abandonné par MS, non ?
yep, abandonné par MS. D'ailleurs, LibreOffice gère mieux certains vieux .doc de ma boite que Office 2013. La vie est belle non?
2  0 
Avatar de elj4DelphPascal
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 28/04/2016 à 10:39
Quels sont les enjeux et objectifs visés , pour les DI/DSI, pour l'état:
- Interopérabilité
- indépendance (pas de captivité avec un acteur commercial)
- coûts faibles ou nuls (licences)
- ouverture du/des formats
- support, communauté vivante
- sécurité (pas de surprises cachées…)
- communication éventuelle à des tiers sans imposer d'acquisition supplémentaire à ceux-ci (exemple : communiquer tout document [information, jugement, extrait,…] par voie électronique, …)
- bibliothèques communes de fichiers de base, formulaires
- simplification de la formation
- interchangeabilité meilleure des 'utilisateurs' et des 'développeurs'
- développements communs (macros ou plus)
L'idée d'utiliser un ensemble de formats communs (et logiciels) permet de faire circuler les personnels tous formés sur les mêmes choses entre des administrations diverses.

Après, ce sont toujours des compromis : non pas le meilleur produit pour telle ou telle chose, mais le produit , le format permettant de résoudre au mieux l'ensemble des pre requisit.
Un format ouvert/libre, gratuit, suffisamment répandu est une réponse qui élimine toute dépendance envers un acteur du marché.
Note : il s'agit avant tout de documents révisables.

Ensuite, si on veut rajouter de la sécurité (au sens large) - que ce soit au sens confidentialité, non répudiation, garantie de 'conformité' à l'original,… on utilise les moyens nécessaires supplémentaires pour chiffrer, conserver dans des endroits sûrs, accompagner d'une signature, transmettre via des canaux sûrs,… tous les moyens qui peuvent s'appliquer par dessus le format d'échange choisi.

Quand il s'agit d'un état, un autre devoir : gérer à coût minimum.

Et une fois les choix faits, on généralise, impose, quitte à - pour des utilisations vraiment spécifiques - gérer quelques rares exceptions à ce qui devient une norme d'utilisation.
2  0 
Avatar de yokosano
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 28/04/2016 à 16:09
Citation Envoyé par MichaelREMY Voir le message
un format binaire et plus particulièrement sous licence (doc, docs par exemple), est plus avantageux sur le plan sécuritaire et législatif car on n'a pas le droit de l'étudier, le décortiquer, ni le craquer sans autorisation.
Alors que le format ODT, open xml est ouvert à tous et tout le monde a le droit d'en chercher les failles ou sources de fuite.

Même si on le sait, les deux courants (privé et open) sont piratables, n'empêche qu'une barrière juridique aide à se protéger des intrusions ou des dégâts, en tout cas ça permet de pointer les intentions et les responsabilités en cas de fuite d'information.
Désolé, mais la sécurité par l'obscurantisme ne marche pas.

Bien cordialement
2  0 
Avatar de MichaelREMY
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 26/04/2016 à 15:54
avant que tout le monde ne commente, sachez que "recommander" ne veut pas dire que c'est le meilleur format.
donc pas de débat sur qui est le mieux ou moins bon des formats.
La question est plutôt "un format ouvert" (ODF) ou "privé-licencié" (microsoft).

Pour des documents d'état ou d'administration, j'aurai préféré un format sécurisé ou un minima crypté (comme le binaire) plutôt que ouvert et déchiffrable par n'importe qui sans barrière juridique ou législative.

Préferiez-vous qu'un fichier contenent des infos sensibles vous concernant soit en ODT ou pas ?
1  0 
Avatar de bcag2
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 26/04/2016 à 17:33
Cela a au moins l'avantage de permettre à ceux qui utilisent ces formats libre d'avoir une justification irréfutable.
La mairie de Lyon accepte par exemple les lettres de motivation et CV en .odt.

Et si de plus en plus de personne fournissent leurs fichier en ODF, les "autres" devront bien les relire
1  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web