Antitrust : Bruxelles estime que Google abuse de sa position dominante avec Android
Dans la conclusion préliminaire de son enquête

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Ce mercredi 20 avril, la Commission européenne a informé Google de sa conclusion préliminaire selon laquelle la société a, en violation des règles de concurrence de l’UE, abusé de sa position dominante en imposant des restrictions aux fabricants d'appareils Android et aux opérateurs de réseaux mobiles.

Pour rappel, une enquête formelle sur Android a été ouverte il y a un an, le 15 avril 2015, le jour où Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la concurrence, annonçait l’envoi d’un premier acte d’accusation contre Google Shopping, le moteur de shopping de Google.

Pour les besoins de son enquête, la Commission a pris en considération un certain nombre de facteurs, entre autres :
  • des services de recherche générale sur l'internet : Google détient des parts de marché d'au moins 90 % dans la plupart des États membres ;
  • des systèmes d’exploitation mobiles intelligents sous licence :
    • les parts de marché de Google dans l'EEE concernant les systèmes d'exploitation mobiles sous licence dépassent les 90 %. Android est utilisé sur presque tous les téléphones intelligents et les tablettes d'entrée de gamme, c'est-à-dire ceux qu'achètent la majorité des clients,
    • diverses barrières à l'entrée protègent la position de Google, dont les «effets de réseaux» (plus les consommateurs qui adoptent un système d'exploitation sont nombreux, plus les développeurs écrivent des applications pour ce système),
    • enfin, les utilisateurs d'Android qui souhaitent changer de système d'exploitation devraient supporter des coûts d'adaptation importants, comme la perte de leurs applications, données et contacts ;
  • des boutiques d'applications en ligne pour le système d'exploitation mobile Android :
    • plus de 90 % des applications téléchargées sur des appareils Android dans l'EEE le sont via Google Play Store,
    • les fabricants estiment qu'il est commercialement important de préinstaller Google Play Store sur leurs appareils. Celui-ci est préinstallé sur la grande majorité des appareils Android dans l'EEE et il n'est pas téléchargeable par l'utilisateur final. Ces derniers ne peuvent pas non plus télécharger d'autres boutiques d'applications à partir de Google Play Store,
    • en règle générale, les utilisateurs d'Android ne se tournent pas vers des boutiques d'applications liées à d'autres systèmes d'exploitation, car ils devraient acheter un nouvel appareil et seraient confrontés à des frais d'adaptation importants.


La Commission soutient que son enquête a démontré que les fabricants qui souhaitent préinstaller Google Play Store, la boutique d'applications de Google pour Android, sur leurs appareils sont forcés par Google de préinstaller également Google Search et d'en faire leur moteur de recherche par défaut sur ces appareils. En outre, les fabricants qui souhaitent préinstaller Google Play Store ou Google Search doivent aussi préinstaller le navigateur Chrome de Google. De cette manière, Google a fait en sorte que son moteur de recherche et son navigateur soient préinstallés sur la grande majorité des appareils vendus dans l’EEE.

La Commission conclut à titre préliminaire qu'en imposant les conditions mentionnées ci-dessus aux fabricants, Google limite leur liberté de choisir les meilleures applications à préinstaller. Selon la Commission, cette stratégie protège et renforce la position dominante de Google en matière de recherche générale sur l'internet et fausse la concurrence sur le marché des navigateurs mobiles. Elle explique que selon une de ses analyses, les consommateurs téléchargent rarement des applications qui offriraient la même fonctionnalité qu'une application déjà préinstallée (sauf quand l'application préinstallée est d'une qualité particulièrement médiocre). Aussi, la Commission entend veiller à ce que les fabricants soient libres de choisir les applications qu'ils préinstallent sur leurs appareils. Ce qui est d’autant plus urgent que Bruxelles soutient détenir des éléments prouvant que les fabricants de téléphones intelligents souhaiteraient acquérir au moins une partie des applications qu'ils préinstallent auprès de fournisseurs autres que Google.

Source : Europa


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de esperanto esperanto - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 8:22
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
[*]les parts de marché de Google dans l'EEE concernant les systèmes d'exploitation mobiles sous licence dépassent les 90 %. Android est utilisé sur presque tous les téléphones intelligents et les tablettes d'entrée de gamme, c'est-à-dire ceux qu'achètent la majorité des clients,
Notez les termes "sous licence" et "entrée de gamme", soigneusement choisis pour exclure de fait un OS sans lequel on ne pourrait jamais atteindre 90 % du marché.

Alors même qu'en entreprise, quand tu veux faire du développement pour mobile, on te dit qu'il est impératif de le faire pour les "deux marchés".
A croire que la Commission ne condamne les "monopoles" que quand ils ont des avantages (vous avez envie, vous, de refaire la même appli pour 5 OS différents?)

[*]enfin, les utilisateurs d'Android qui souhaitent changer de système d'exploitation devraient supporter des coûts d'adaptation importants, comme la perte de leurs applications, données et contacts ;[/LIST]
On compare avec les contraintes artificielles posées par Microsoft, genre le "secure" boot?

[*]les fabricants estiment qu'il est commercialement important de préinstaller Google Play Store sur leurs appareils. Celui-ci est préinstallé sur la grande majorité des appareils Android dans l'EEE et il n'est pas téléchargeable par l'utilisateur final. Ces derniers ne peuvent pas non plus télécharger d'autres boutiques d'applications à partir de Google Play Store,
Ma première tablette était très "bas de gamme" (à l'époque je ne voulais pas trop investir dans un outil dont l'utilité suscitait le doute) et elle était sous Android mais sans accès à "Android Market" (nom ancien de Google Play).
La nouvelle dispose de Google Play ET d'une autre boutique gérée par le constructeur.
Alors la phrase "les fabriquants estiment..." me paraît plus que subjective. Je crois surtout qu'ils estiment que dépenser temps et argent dans le développement d'une boutique potable est incompatible avec de bonnes marges.

La Commission soutient que son enquête a démontré que les fabricants qui souhaitent préinstaller Google Play Store, la boutique d'applications de Google pour Android, sur leurs appareils sont forcés par Google de préinstaller également Google Search et d'en faire leur moteur de recherche par défaut sur ces appareils. En outre, les fabricants qui souhaitent préinstaller Google Play Store ou Google Search doivent aussi préinstaller le navigateur Chrome de Google. De cette manière, Google a fait en sorte que son moteur de recherche et son navigateur soient préinstallés sur la grande majorité des appareils vendus dans l’EEE.
Donc, après avoir prétendu que l'installation d'un outil est obligatoire alors qu'objectivement il n'en est rien, la Commission reproche à l'éditeur d'imposer des conditions à cette installation. Cherchez l'erreur.
Avatar de Flow_75 Flow_75 - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 10:38
Pour moi , Android, c'est un peu comme si une entreprise sponsorise une équipe de sport.
Elle "impose" le flocage des maillots avec son logo.

Là c'est pareil, Google donne un os pré-fait aux constructeurs et donc, à mon sens, peut se permettre d'obliger l'installation de certains logiciels.

Si l'UE se permet de forcer Google à ne pas installer ses applications. Les constructeurs n'ont pas plus le droit d'installer les leurs.
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 11:00
@esperanto : j'ajouterais, pour le point 3, que concernant iOS, c'est 100% des applications téléchargées qui le sont depuis l'AppStore, pas 90%.

Non pas que je ne trouve pas Google critiquable, mais effectivement, la formulation est biaisée. Et on laisse toujours Apple tranquille, alors que souvent, ils font pire. C'était déjà comme ça avec Microsoft.
Avatar de TiranusKBX TiranusKBX - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 11:14
on peut aussi demander à ce que les opérateurs ne mettent plus leurs surcouches et applis foireuses mais installent juste une appli pour configurer la connexion ? ça m'éviterait la tonne d'applis que je suis obligé de désinstaller après avoir rooté mon téléphone
Avatar de solstyce39 solstyce39 - Membre habitué https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 11:20
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
@esperanto : j'ajouterais, pour le point 3, que concernant iOS, c'est 100% des applications téléchargées qui le sont depuis l'AppStore, pas 90%.

Non pas que je ne trouve pas Google critiquable, mais effectivement, la formulation est biaisée. Et on laisse toujours Apple tranquille, alors que souvent, ils font pire. C'était déjà comme ça avec Microsoft.
Bonjour,

Apple a la main sur tout la chaîne, du matériel au logiciel, heureusement qu'ils font ce qu'ils veulent de leurs produits...
Avatar de esperanto esperanto - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 13:20
Citation Envoyé par solstyce39 Voir le message
Apple a la main sur tout la chaîne, du matériel au logiciel, heureusement qu'ils font ce qu'ils veulent de leurs produits...
C'est au consommateur de faire ce qu'il veut des produits qu'il achète.
Quand tu achètes un meuble en kit, le fait de remplacer une pièce au moment du montage ne te rend pas coupable d'une violation de conditions de licence. Au pire c'est l'exclusion de garantie.
Alors que dans le monde du logiciel...
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre émérite https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 14:06
Citation Envoyé par esperanto Voir le message
C'est au consommateur de faire ce qu'il veut des produits qu'il achète.
Quand tu achètes un meuble en kit, le fait de remplacer une pièce au moment du montage ne te rend pas coupable d'une violation de conditions de licence. Au pire c'est l'exclusion de garantie.
Alors que dans le monde du logiciel...
Ça, c'est le problème du DMCA. Les entreprises ne font qu'en profiter joyeusement (Google autant que les autres).
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 14:37
Citation Envoyé par Conan Lord Voir le message
Ça, c'est le problème du DMCA. Les entreprises ne font qu'en profiter joyeusement (Google autant que les autres).
Ben... non. Il n'y a qu'une entreprise qu'on laisse tranquille, en réalité. Apple.

Si la commission européenne trouve anormal que Google Play soit en position de monopole pour télécharger des applis Android, comment peuvent-ils ne rien dire concernant AppStore ?
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 14:39
Citation Envoyé par solstyce39 Voir le message
Bonjour,

Apple a la main sur tout la chaîne, du matériel au logiciel, heureusement qu'ils font ce qu'ils veulent de leurs produits...
Quand j'achète quelque chose, c'est à moi. Si j'achète un iPhone, c'est MON iPhone, pas celui d'Apple.

Et pourquoi "heureusement", au fait ?
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre émérite https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 15:09
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
Ben... non. Il n'y a qu'une entreprise qu'on laisse tranquille, en réalité. Apple.

Si la commission européenne trouve anormal que Google Play soit en position de monopole pour télécharger des applis Android, comment peuvent-ils ne rien dire concernant AppStore ?
Il s'agit de deux problèmes différents. Ici, d'après l'article (je n'ai pas poussé plus loin), Google est accusé d'imposer aux fabricants un certain nombre de contraintes (ce qui est interdit par les lois antitrust). Apple ne peut pas être accusé de faire de même s'il est lui-même le fabricant. C'est un problème de lois, pas de favoritisme de la part de la CE.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil