Antitrust : Bruxelles estime que Google abuse de sa position dominante avec Android
Dans la conclusion préliminaire de son enquête

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Ce mercredi 20 avril, la Commission européenne a informé Google de sa conclusion préliminaire selon laquelle la société a, en violation des règles de concurrence de l’UE, abusé de sa position dominante en imposant des restrictions aux fabricants d'appareils Android et aux opérateurs de réseaux mobiles.

Pour rappel, une enquête formelle sur Android a été ouverte il y a un an, le 15 avril 2015, le jour où Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la concurrence, annonçait l’envoi d’un premier acte d’accusation contre Google Shopping, le moteur de shopping de Google.

Pour les besoins de son enquête, la Commission a pris en considération un certain nombre de facteurs, entre autres :
  • des services de recherche générale sur l'internet : Google détient des parts de marché d'au moins 90 % dans la plupart des États membres ;
  • des systèmes d’exploitation mobiles intelligents sous licence :
    • les parts de marché de Google dans l'EEE concernant les systèmes d'exploitation mobiles sous licence dépassent les 90 %. Android est utilisé sur presque tous les téléphones intelligents et les tablettes d'entrée de gamme, c'est-à-dire ceux qu'achètent la majorité des clients,
    • diverses barrières à l'entrée protègent la position de Google, dont les «effets de réseaux» (plus les consommateurs qui adoptent un système d'exploitation sont nombreux, plus les développeurs écrivent des applications pour ce système),
    • enfin, les utilisateurs d'Android qui souhaitent changer de système d'exploitation devraient supporter des coûts d'adaptation importants, comme la perte de leurs applications, données et contacts ;
  • des boutiques d'applications en ligne pour le système d'exploitation mobile Android :
    • plus de 90 % des applications téléchargées sur des appareils Android dans l'EEE le sont via Google Play Store,
    • les fabricants estiment qu'il est commercialement important de préinstaller Google Play Store sur leurs appareils. Celui-ci est préinstallé sur la grande majorité des appareils Android dans l'EEE et il n'est pas téléchargeable par l'utilisateur final. Ces derniers ne peuvent pas non plus télécharger d'autres boutiques d'applications à partir de Google Play Store,
    • en règle générale, les utilisateurs d'Android ne se tournent pas vers des boutiques d'applications liées à d'autres systèmes d'exploitation, car ils devraient acheter un nouvel appareil et seraient confrontés à des frais d'adaptation importants.


La Commission soutient que son enquête a démontré que les fabricants qui souhaitent préinstaller Google Play Store, la boutique d'applications de Google pour Android, sur leurs appareils sont forcés par Google de préinstaller également Google Search et d'en faire leur moteur de recherche par défaut sur ces appareils. En outre, les fabricants qui souhaitent préinstaller Google Play Store ou Google Search doivent aussi préinstaller le navigateur Chrome de Google. De cette manière, Google a fait en sorte que son moteur de recherche et son navigateur soient préinstallés sur la grande majorité des appareils vendus dans l’EEE.

La Commission conclut à titre préliminaire qu'en imposant les conditions mentionnées ci-dessus aux fabricants, Google limite leur liberté de choisir les meilleures applications à préinstaller. Selon la Commission, cette stratégie protège et renforce la position dominante de Google en matière de recherche générale sur l'internet et fausse la concurrence sur le marché des navigateurs mobiles. Elle explique que selon une de ses analyses, les consommateurs téléchargent rarement des applications qui offriraient la même fonctionnalité qu'une application déjà préinstallée (sauf quand l'application préinstallée est d'une qualité particulièrement médiocre). Aussi, la Commission entend veiller à ce que les fabricants soient libres de choisir les applications qu'ils préinstallent sur leurs appareils. Ce qui est d’autant plus urgent que Bruxelles soutient détenir des éléments prouvant que les fabricants de téléphones intelligents souhaiteraient acquérir au moins une partie des applications qu'ils préinstallent auprès de fournisseurs autres que Google.

Source : Europa


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de esperanto esperanto - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 8:22
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
[*]les parts de marché de Google dans l'EEE concernant les systèmes d'exploitation mobiles sous licence dépassent les 90 %. Android est utilisé sur presque tous les téléphones intelligents et les tablettes d'entrée de gamme, c'est-à-dire ceux qu'achètent la majorité des clients,
Notez les termes "sous licence" et "entrée de gamme", soigneusement choisis pour exclure de fait un OS sans lequel on ne pourrait jamais atteindre 90 % du marché.

Alors même qu'en entreprise, quand tu veux faire du développement pour mobile, on te dit qu'il est impératif de le faire pour les "deux marchés".
A croire que la Commission ne condamne les "monopoles" que quand ils ont des avantages (vous avez envie, vous, de refaire la même appli pour 5 OS différents?)

[*]enfin, les utilisateurs d'Android qui souhaitent changer de système d'exploitation devraient supporter des coûts d'adaptation importants, comme la perte de leurs applications, données et contacts ;[/LIST]
On compare avec les contraintes artificielles posées par Microsoft, genre le "secure" boot?

[*]les fabricants estiment qu'il est commercialement important de préinstaller Google Play Store sur leurs appareils. Celui-ci est préinstallé sur la grande majorité des appareils Android dans l'EEE et il n'est pas téléchargeable par l'utilisateur final. Ces derniers ne peuvent pas non plus télécharger d'autres boutiques d'applications à partir de Google Play Store,
Ma première tablette était très "bas de gamme" (à l'époque je ne voulais pas trop investir dans un outil dont l'utilité suscitait le doute) et elle était sous Android mais sans accès à "Android Market" (nom ancien de Google Play).
La nouvelle dispose de Google Play ET d'une autre boutique gérée par le constructeur.
Alors la phrase "les fabriquants estiment..." me paraît plus que subjective. Je crois surtout qu'ils estiment que dépenser temps et argent dans le développement d'une boutique potable est incompatible avec de bonnes marges.

La Commission soutient que son enquête a démontré que les fabricants qui souhaitent préinstaller Google Play Store, la boutique d'applications de Google pour Android, sur leurs appareils sont forcés par Google de préinstaller également Google Search et d'en faire leur moteur de recherche par défaut sur ces appareils. En outre, les fabricants qui souhaitent préinstaller Google Play Store ou Google Search doivent aussi préinstaller le navigateur Chrome de Google. De cette manière, Google a fait en sorte que son moteur de recherche et son navigateur soient préinstallés sur la grande majorité des appareils vendus dans l’EEE.
Donc, après avoir prétendu que l'installation d'un outil est obligatoire alors qu'objectivement il n'en est rien, la Commission reproche à l'éditeur d'imposer des conditions à cette installation. Cherchez l'erreur.
Avatar de Flow_75 Flow_75 - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 10:38
Pour moi , Android, c'est un peu comme si une entreprise sponsorise une équipe de sport.
Elle "impose" le flocage des maillots avec son logo.

Là c'est pareil, Google donne un os pré-fait aux constructeurs et donc, à mon sens, peut se permettre d'obliger l'installation de certains logiciels.

Si l'UE se permet de forcer Google à ne pas installer ses applications. Les constructeurs n'ont pas plus le droit d'installer les leurs.
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 11:00
@esperanto : j'ajouterais, pour le point 3, que concernant iOS, c'est 100% des applications téléchargées qui le sont depuis l'AppStore, pas 90%.

Non pas que je ne trouve pas Google critiquable, mais effectivement, la formulation est biaisée. Et on laisse toujours Apple tranquille, alors que souvent, ils font pire. C'était déjà comme ça avec Microsoft.
Avatar de TiranusKBX TiranusKBX - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 11:14
on peut aussi demander à ce que les opérateurs ne mettent plus leurs surcouches et applis foireuses mais installent juste une appli pour configurer la connexion ? ça m'éviterait la tonne d'applis que je suis obligé de désinstaller après avoir rooté mon téléphone
Avatar de solstyce39 solstyce39 - Membre habitué https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 11:20
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
@esperanto : j'ajouterais, pour le point 3, que concernant iOS, c'est 100% des applications téléchargées qui le sont depuis l'AppStore, pas 90%.

Non pas que je ne trouve pas Google critiquable, mais effectivement, la formulation est biaisée. Et on laisse toujours Apple tranquille, alors que souvent, ils font pire. C'était déjà comme ça avec Microsoft.
Bonjour,

Apple a la main sur tout la chaîne, du matériel au logiciel, heureusement qu'ils font ce qu'ils veulent de leurs produits...
Avatar de esperanto esperanto - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 13:20
Citation Envoyé par solstyce39 Voir le message
Apple a la main sur tout la chaîne, du matériel au logiciel, heureusement qu'ils font ce qu'ils veulent de leurs produits...
C'est au consommateur de faire ce qu'il veut des produits qu'il achète.
Quand tu achètes un meuble en kit, le fait de remplacer une pièce au moment du montage ne te rend pas coupable d'une violation de conditions de licence. Au pire c'est l'exclusion de garantie.
Alors que dans le monde du logiciel...
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 14:06
Citation Envoyé par esperanto Voir le message
C'est au consommateur de faire ce qu'il veut des produits qu'il achète.
Quand tu achètes un meuble en kit, le fait de remplacer une pièce au moment du montage ne te rend pas coupable d'une violation de conditions de licence. Au pire c'est l'exclusion de garantie.
Alors que dans le monde du logiciel...
Ça, c'est le problème du DMCA. Les entreprises ne font qu'en profiter joyeusement (Google autant que les autres).
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 14:37
Citation Envoyé par Conan Lord Voir le message
Ça, c'est le problème du DMCA. Les entreprises ne font qu'en profiter joyeusement (Google autant que les autres).
Ben... non. Il n'y a qu'une entreprise qu'on laisse tranquille, en réalité. Apple.

Si la commission européenne trouve anormal que Google Play soit en position de monopole pour télécharger des applis Android, comment peuvent-ils ne rien dire concernant AppStore ?
Avatar de Traroth2 Traroth2 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 14:39
Citation Envoyé par solstyce39 Voir le message
Bonjour,

Apple a la main sur tout la chaîne, du matériel au logiciel, heureusement qu'ils font ce qu'ils veulent de leurs produits...
Quand j'achète quelque chose, c'est à moi. Si j'achète un iPhone, c'est MON iPhone, pas celui d'Apple.

Et pourquoi "heureusement", au fait ?
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 15:09
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
Ben... non. Il n'y a qu'une entreprise qu'on laisse tranquille, en réalité. Apple.

Si la commission européenne trouve anormal que Google Play soit en position de monopole pour télécharger des applis Android, comment peuvent-ils ne rien dire concernant AppStore ?
Il s'agit de deux problèmes différents. Ici, d'après l'article (je n'ai pas poussé plus loin), Google est accusé d'imposer aux fabricants un certain nombre de contraintes (ce qui est interdit par les lois antitrust). Apple ne peut pas être accusé de faire de même s'il est lui-même le fabricant. C'est un problème de lois, pas de favoritisme de la part de la CE.
Avatar de _skip _skip - Expert éminent https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 15:47
C'est clair que si samsung vend des périphériques sous Android, il doit composer avec le lien étroit qui existe entre ces OS et la stack google (généralement le compte gmail associé etc...). C'est vrai qu il y a un canal pour se procurer des applications qui est préinstallé mais ça contribue aussi à l'aspect "out of the box" d'un smartphone. Puis d'une manière ça a un intérêt d'avoir accès à un gros store global plutôt qu'à 50 ersatz de store managés par les fabricants. On peut peut être se poser la question pour savoir si ce lien entre android et les services google est nécessaire ou artificiel, mais ce qui est sûr c'est que si on souhaite ne rien avoir à faire avec google et son écosystème, ce serait un peu con d'acheter un téléphone Android.

Puis de toutes façons c'est Bruxelles quoi, l'institution dont tous les bureaux sur un rayon de 1km à la ronde sont occupés par des lobbyistes. Mais à part ça le problème majeur c'est clairement l'app market de google.
Avatar de Carhiboux Carhiboux - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 17:47
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Google détient des parts de marché d'au moins 90 % dans la plupart des États membres
Oui et? Ils ont été les premiers à proposer un service de recherche innovant. Et tant qu'un concurrent n'aura pas proposé quelque chose d'encore plus innovant, je ne vois pas ce que gagneraient les utilisateurs à changer leurs habitudes.

S'agit-il de sanctionner le succès?

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
les parts de marché de Google dans l'EEE concernant les systèmes d'exploitation mobiles sous licence dépassent les 90 %. Android est utilisé sur presque tous les téléphones intelligents et les tablettes d'entrée de gamme, c'est-à-dire ceux qu'achètent la majorité des clients,
Encore une fois, avoir du succès est-il devenu un crime?

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
diverses barrières à l'entrée protègent la position de Google, dont les «effets de réseaux» (plus les consommateurs qui adoptent un système d'exploitation sont nombreux, plus les développeurs écrivent des applications pour ce système),
Ben oui, ça semble plutôt évident, et là encore, je ne vois pas le problème. Le marché, c'est plus fort que toi.

Est-ce que la Commission s’interroge sur pourquoi les jeux vidéo AAA sont développés pour les PS4 et les XBOX One plutôt que pour la PS1 et la SuperNes?

Est-ce que la commission européenne se demande pourquoi les éditeurs français éditent des livres en français et pas en hindi ou en swahili en France?

Est-ce que la Commission s’interroge sur le fait que Danone fait des yaourts à la fraise et pas des yaourts gout vomi?

Les acteurs du marché vont là où sont les opportunités. Encore une fois, s'agit-il de punir le succès?

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
les utilisateurs d'Android qui souhaitent changer de système d'exploitation devraient supporter des coûts d'adaptation importants, comme la perte de leurs applications, données et contacts
Et donc, ce n'est pas le cas avec d'autres OS mobiles? Pour WindowsPhone ou pour IPhone?

Ce n'est pas le cas pour les PC? Passer de Windows au monde unix/linux ou au monde Mac c'est pas évident. Pas les mêmes logiciels, pas les mêmes façons de faire, etc... Est-ce que bientôt Google va devoir aussi développer une appli pour transformer son téléphone en Windows Phone ou en Iphone?

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
plus de 90 % des applications téléchargées sur des appareils Android dans l'EEE le sont via Google Play Store, les fabricants estiment qu'il est commercialement important de préinstaller Google Play Store sur leurs appareils. Celui-ci est préinstallé sur la grande majorité des appareils Android dans l'EEE et il n'est pas téléchargeable par l'utilisateur final. Ces derniers ne peuvent pas non plus télécharger d'autres boutiques d'applications à partir de Google Play Store,
Alors là, c'est la seule critique que je trouve un peu pertinente. C'est vrai que Google fait clairement exprès de compliquer l'accès à d'autres stores. Maintenant... c'est contestable quand même. Est-ce qu'on demande à Danone de mettre des yaourts d'un concurrent dans ses packs de yaourt? Est-ce qu'on demande à Renault de faire des pubs pour PSA dans leurs concessions? C'est leur OS, ils en profitent... tant mieux pour eux, non?

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
en règle générale, les utilisateurs d'Android ne se tournent pas vers des boutiques d'applications liées à d'autres systèmes d'exploitation, car ils devraient acheter un nouvel appareil et seraient confrontés à des frais d'adaptation importants.
Heu c'est surtout que ça leur servirait à quoi de télécharger une appli qu'ils ne pourraient pas utiliser? Et oui, le changement à un cout. C'est pas une nouveauté, et c'est pas spécifique à Google ou à Android.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
La Commission soutient que son enquête a démontré que les fabricants qui souhaitent préinstaller Google Play Store, la boutique d'applications de Google pour Android, sur leurs appareils sont forcés par Google de préinstaller également Google Search et d'en faire leur moteur de recherche par défaut sur ces appareils. En outre, les fabricants qui souhaitent préinstaller Google Play Store ou Google Search doivent aussi préinstaller le navigateur Chrome de Google. De cette manière, Google a fait en sorte que son moteur de recherche et son navigateur soient préinstallés sur la grande majorité des appareils vendus dans l’EEE.
Dans le même genre, c'est scandaleux, Velux à des formats spécifique rien qu'à eux. Donc quand je leur achète une fenêtre, si je veux un store, je suis obligé de passer par eux. Mais que fait la Commission européenne??? NON à l'abus de position dominante de Velux!

Bref, ça me fait toujours doucement rire ces charges contre Google.

Alors, c'est quoi le fin mot de l'histoire? Il y a une entreprise européenne qui se fait maltraiter aux USA? Il y a un traité en cours de négociation?

Ou alors on est toujours dans le douce illusion que Google est un service public style ONG qui n'est là que pour satisfaire le bien être de ses concurrents et de ses clients et pas le porte-feuille de ses actionnaires?

En fait, je crois que le tort de Google sur ce coup là, c'est de ne pas faire payer de licence pour son OS. Il serait payant, les gens auraient une autre représentation de Google. Alors que là, il y a comme une confusion avec un espèce de "super service public" qui devrait suivre les règles d'un service public, à savoir neutralité, impartialité, et primauté des intérêts des usagers (enfin on est d'accord, c'est de la théorie, en pratique, je vous défie de trouver un service public en Europe qui réponde à ces critères!).
Avatar de Placide Avorton Placide Avorton - Membre habitué https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 19:03
En 2010 Microsoft a dû diffuser une mise à jour Windows permettant à l’utilisateur de choisir son navigateur internet. Suite à un épinglage de la part de la commission européenne.

L’icône Internet Explorer était retirée de la barre des taches sans préavis. Et l'utilisateur peu aguerrit devait faire face à un popup lui demandant de faire un choix entre IE, Firefox, Opera, Chrome et Safari (sic). Le choix de procéder à cette manipulation pouvait toutefois être fait ultérieurement.

Pour les mêmes motifs une version dite «*N*» de Windows 7 a été déployée pour le marché Européen (OEM ou non). Version dépourvue de Media Player, de l'utilitaire de gravure de DVD et du Media center.

Là encore je pense que le simple utilisateur c'est retrouvé plus embêté qu'autre chose, à devoir chercher part lui-même un soft permettant de lire un simple DVD vidéo.

Je suis un libriste convaincu et apprécie la démarche. Par exemple Firefox a longtemps tenu la tête du podium en Europe et cette initiative n'y est peut être pas étrangère.

Mais je sais aussi par mon boulot que beaucoup d'utilisateurs sont réellement déstabilisés par des modifications même mineures de leurs habitudes numériques.

A quoi s’ajoute le risque d'installer un soft bancal, voir vérolé, pour remplacer une fonctionnalité dont MS avait prévu l’intégration a son système.

Je pense que le peuple vote (et a fortiori aux Européennes) avec des préoccupations plus fondamentales.

Edit: Les fonctionnalités antitrust sus-citées n'ont pas étés reconduites sous MS 8 & 10. De là à dire qu'un coup de règle sur les doigts des géants de l'IT ne rime à rien... Il n'y a qu'un pas.
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 21:04
Antitrust : Google répond à Bruxelles qui l'accuse d'abus de position dominante sur Android
ses arguments sont-ils convaincants ?

Hier, la Commission européenne a livré la conclusion préliminaire de son enquête selon laquelle Google a, en violation des règles de concurrence de l’UE, abusé de sa position dominante en imposant des restrictions aux fabricants d'appareils Android et aux opérateurs de réseaux mobiles.

Pour Bruxelles, en imposant certaines conditions aux constructeurs, Google limite leur liberté de choisir les meilleures applications à préinstaller. D’ailleurs la Commission estime que cette stratégie protège et renforce la position dominante de Google en matière de recherche générale sur l'internet et fausse la concurrence sur le marché des navigateurs mobiles.

Google n’a pas tardé à réagir. Par le biais de Kent Walker, avocat général de Google, l’entreprise a rappelé que « nous avons publié le système d’exploitation Android en 2007. Un système d’exploitation libre et open source, supportés par de nombreux partenaires constructeurs, le modèle n’était aucunement comme aucun autre avant lui. Le premier dispositif ne laissait pas envisager le succès futur d’Android ».

« Nous prenons ces inquiétudes très au sérieux. Mais nous estimons également que notre modèle économique permet de maintenir des coûts faibles et une grande flexibilité pour les constructeurs, tout en offrant aux utilisateurs un contrôle sans précédent sur leurs appareils mobiles » a-t-il indiqué. Mais quels sont les éléments qui constituent ce modèle ?

  • Nos accords de partenariat sont entièrement issus d’un volontariat : tout le monde peut utiliser Android sans Google. Essayez et vous pourrez télécharger le système d'exploitation en entier gratuitement, modifiez-le comme bon vous semble et concevez votre téléphone. D’ailleurs de grandes entreprises comme Amazon le font déjà.
  • Les constructeurs qui souhaitent participer à l'écosystème Android s’engagent à tester et certifier que leurs appareils prennent en charge les applications Android. Sans ce système, les applications ne fonctionneraient pas d'un appareil Android à l'autre. Imaginez la frustration qui en résulterait si une application téléchargée sur un téléphone Android ne fonctionne pas sur votre téléphone Android de remplacement du même constructeur.
  • Tout constructeur peut alors décider d’installer la suite d'applications Google sur sa gamme d’appareils et être libre d’y ajouter d'autres applications. Par exemple, les téléphones d'aujourd'hui viennent avec de nombreuses applications préinstallées (de Microsoft, Facebook, Amazon, Google, des opérateurs mobiles, et plus encore).
  • Bien sûr, tandis que l’utilisation d’Android est gratuite pour les constructeurs, il est coûteux de le développer, de l’améliorer, de le garder sécurisé et de le protéger contre les poursuites de brevets. Nous fournissons Android gratuitement, et compensons nos coûts grâce aux revenus que nous générons sur nos applications et services Google que nous distribuons via Android.
  • De plus, il est simple et facile pour les utilisateurs de personnaliser leurs appareils et télécharger leurs propres applications — y compris les applications qui sont en concurrence directe avec les nôtres. La popularité des applications comme Spotify, WhatsApp, Angry Birds, Instagram, Snapchat et beaucoup d'autres montrent combien il est facile pour les consommateurs d'utiliser de nouvelles applications qu'ils aiment. Plus de 50 milliards d'applications ont été téléchargées sur Android.


Ces arguments répondent-ils aux reproches formulés par la Commission européenne ?

Source : blog Android
Avatar de RyzenOC RyzenOC - Membre expert https://www.developpez.com
le 21/04/2016 à 22:52
ces arguments sont convainquant mais

Il y'a un truc qu'ils oublient de dire:
sur mon smartphone je suis confronté à ce problème, certaines applications pré-installer ne peuvent pas être désinstaller. Pourquoi ? le coupable n'est pas forcément google, dans mon cas c'est l'application orange map, donc orange est le responsable.
C'est le seul reproche que je fais à android.

Sinon, n'importe qui peut faire son android custom et le vendre. MS pourrait très bien vendre une version d'android avec leurs produits de pré-installer, et avec une ihm ressemblant a windows phone.

Je pense que plutôt que de critiquer android, la commission européenne devrait forcer les constructeurs a ouvrir leurs hardware, car sur un pc on peut installer l'os que l'on veut, sur smartphone non, on peut pas installer par exemple une ubuntu arm. Tous sa parce que les constructeur ferme au maximum leurs device.

Et que dire d'apple ? dans le monde pc la commission européenne a fait que de geuler sur microsoft, mais apple jamais parce qu’il installait d'office quicktime et safarie.
Et pour les iphone pareil, Apple mets ces propres soft et impose sont store. Mais la pareil, la commission européenne ne dit rien a apple.
Avatar de NaSa NaSa - Membre du Club https://www.developpez.com
le 22/04/2016 à 6:42
iOs est fourni d'office avec Safari et les navigateurs tiers sont obligés d'utiliser Safari.
Sur Windows Phone. pas le choix on a Internet Explorer et OneDrive.
Quand à Android, il y a de nombreuses version sans Chrome, sans Gmail. Tu peux au pire le desinstaller ou le désactiver( ce qui n'est pas possible sur iOs)
Si la commission veut chercher Google sur un abus de position dominante ce n'est certainement pas sur la plate-forme Android.
Cela doit être encore un lobbying d'Oracle
Sérieusement je pense qu'il y a des choses bien plus importantes à traiter aujourd'hui.
Avatar de Haseo86 Haseo86 - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 22/04/2016 à 8:59
@NaSa : d'autres choses à traiter sans doute, plus importante dans ce domaine ça reste à voir. Pour ma part je trouve très important de lutter contre l'apparition d'amalgames du genre "Internet = Google", et je suis farouchement opposé à la plupart des arguments donnés par Google. En particulier sur la gratuité, il essaient de se poser pratiquement en victime, pourtant s'ils proposent Android gratuitement c'est bien parce qu'au final pouvoir imposer leur présence dans les esprits et les habitudes des utilisateurs est bien plus lucratif que la valeur marchande d'Android. C'est exactement le système Facebook ou Amazon, peu importe que la rentabilité du produit ou du service en lui-même ne soit pas bonne : en s'intégrant pratiquement comme un réflexe auprès des utilisateurs, il y a beaucoup, beaucoup plus de fric à se faire sur le long terme, et c'est moralement beaucoup plus discutable. Pour moi c'est bien contre ça que la Comission Européenne tente de se battre, et c'est à la fois une bonne chose et quelque chose d'important.
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 22/04/2016 à 9:14
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
« Nous prenons ces inquiétudes très au sérieux. Mais nous estimons également que notre modèle économique permet de maintenir des coûts faibles et une grande flexibilité pour les constructeurs, tout en offrant aux utilisateurs un contrôle sans précédent sur leurs appareils mobiles » a-t-il indiqué. Mais quels sont les éléments qui constituent ce modèle ?
Si je comprend bien, Google estime qu'en imposant ses conditions aux fabricants, il permet de maintenir un prix faible. Si je suis une startup qui espère vendre un OS*pour smartphone, ça me fait une belle jambe.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Nos accords de partenariat sont entièrement issus d’un volontariat : tout le monde peut utiliser Android sans Google. Essayez et vous pourrez télécharger le système d'exploitation en entier gratuitement, modifiez-le comme bon vous semble et concevez votre téléphone. D’ailleurs de grandes entreprises comme Amazon le font déjà.
Oui, sauf qu'Amazon est déjà en position suffisamment dominante pour imposer ses conditions. D'ailleurs, cette société fabrique elle-même ses appareils il me semble. Quant au « concevez votre téléphone », encore faudrait-il qu'on ait le droit d'installer un autre système sur un appareil vendu dans le commerce. Ce qui n'est pas le cas.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
De plus, il est simple et facile pour les utilisateurs de personnaliser leurs appareils et télécharger leurs propres applications — y compris les applications qui sont en concurrence directe avec les nôtres. La popularité des applications comme Spotify, WhatsApp, Angry Birds, Instagram, Snapchat et beaucoup d'autres montrent combien il est facile pour les consommateurs d'utiliser de nouvelles applications qu'ils aiment.
C'est loin de l'idée que je me fais de la personnalisation.
Avatar de seblutfr seblutfr - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 22/04/2016 à 9:58
Citation Envoyé par Carhiboux Voir le message
Oui et? Ils ont été les premiers à proposer un service de recherche innovant. Et tant qu'un concurrent n'aura pas proposé quelque chose d'encore plus innovant, je ne vois pas ce que gagneraient les utilisateurs à changer leurs habitudes.

S'agit-il de sanctionner le succès?

Encore une fois, avoir du succès est-il devenu un crime?

Ben oui, ça semble plutôt évident, et là encore, je ne vois pas le problème. Le marché, c'est plus fort que toi.

Est-ce que la Commission s’interroge sur pourquoi les jeux vidéo AAA sont développés pour les PS4 et les XBOX One plutôt que pour la PS1 et la SuperNes?

Est-ce que la commission européenne se demande pourquoi les éditeurs français éditent des livres en français et pas en hindi ou en swahili en France?

Est-ce que la Commission s’interroge sur le fait que Danone fait des yaourts à la fraise et pas des yaourts gout vomi?

Les acteurs du marché vont là où sont les opportunités. Encore une fois, s'agit-il de punir le succès?

Et donc, ce n'est pas le cas avec d'autres OS mobiles? Pour WindowsPhone ou pour IPhone?

Ce n'est pas le cas pour les PC? Passer de Windows au monde unix/linux ou au monde Mac c'est pas évident. Pas les mêmes logiciels, pas les mêmes façons de faire, etc... Est-ce que bientôt Google va devoir aussi développer une appli pour transformer son téléphone en Windows Phone ou en Iphone?

Alors là, c'est la seule critique que je trouve un peu pertinente. C'est vrai que Google fait clairement exprès de compliquer l'accès à d'autres stores. Maintenant... c'est contestable quand même. Est-ce qu'on demande à Danone de mettre des yaourts d'un concurrent dans ses packs de yaourt? Est-ce qu'on demande à Renault de faire des pubs pour PSA dans leurs concessions? C'est leur OS, ils en profitent... tant mieux pour eux, non?

Heu c'est surtout que ça leur servirait à quoi de télécharger une appli qu'ils ne pourraient pas utiliser? Et oui, le changement à un cout. C'est pas une nouveauté, et c'est pas spécifique à Google ou à Android.

Dans le même genre, c'est scandaleux, Velux à des formats spécifique rien qu'à eux. Donc quand je leur achète une fenêtre, si je veux un store, je suis obligé de passer par eux. Mais que fait la Commission européenne??? NON à l'abus de position dominante de Velux!

Bref, ça me fait toujours doucement rire ces charges contre Google.

Alors, c'est quoi le fin mot de l'histoire? Il y a une entreprise européenne qui se fait maltraiter aux USA? Il y a un traité en cours de négociation?

Ou alors on est toujours dans le douce illusion que Google est un service public style ONG qui n'est là que pour satisfaire le bien être de ses concurrents et de ses clients et pas le porte-feuille de ses actionnaires?

En fait, je crois que le tort de Google sur ce coup là, c'est de ne pas faire payer de licence pour son OS. Il serait payant, les gens auraient une autre représentation de Google. Alors que là, il y a comme une confusion avec un espèce de "super service public" qui devrait suivre les règles d'un service public, à savoir neutralité, impartialité, et primauté des intérêts des usagers (enfin on est d'accord, c'est de la théorie, en pratique, je vous défie de trouver un service public en Europe qui réponde à ces critères!).
Encore une fois, ne pas confondre Position dominante et abus de position dominante.
Tu ne peux pas dire qu'"avoir du succès est devenu un crime", il n'est pas reproché à Google d'avoir une position dominante avec Android.
Il est reproché à Google d'abuser de cette position dominante pour tenter d'écraser la concurrence sur d'autres segments de marché où ils ne sont pas en position dominante (et ainsi fausser une concurrence qui, même elle était meilleure, ne pourrait pas exister parce que Google fausse la donne).
Il n'est donc pas interdit d'avoir du succès, mais d'en profiter pour éliminer la concurrence sur d'autres secteurs.
Pour forcer le trait, c'est un peu comme si Google voulait vendre des fringues, et que pour ça il retirait de Google Search les pages des autres marchands de fringues (ou plus exactement, qu'il mettait en tête ses propres résultats avant de reléguer les autres commerces en bas de page de résultat). On n'interdit pas à Google d'être champion des moteurs de recherche, mais d'abuser de ça pour écraser d'autres marchés.
Offres d'emploi IT
IAM quality assurance (H/F)
Atos - Ile de France - Les Clayes-sous-Bois (78340)
(H/F) INGENIEURS ETUDES ET DEVELOPPEMENT CHEZ EDITEUR
STUDIO RH - Ile de France - Paris - 1er arrondissement
Développeur intégrateur web
HURRYMAN - Ile de France - Paris (75009)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil