Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les médias US fustigent l'ancien PDG de Mozilla Brendan Eich pour son navigateur antipub
Et dénoncent son modèle d'affaires « manifestement illégal »

Le , par Michael Guilloux

21PARTAGES

11  0 
Au cours du mois de janvier, Brave Software Inc., la startup fondée par le créateur de JavaScript et ancien CEO de Mozilla, Brendan Eich, a dévoilé un nouveau navigateur web. Baptisé Brave, le navigateur disponible pour les plateformes iOS, Android, et OS X / Windows / Linux, implémente une fonctionnalité qui bloque par défaut les annonces intrusives, le traçage ou encore les scripts d’analyse qui peuvent vous ralentir sur le web.

Brave ne vise toutefois pas à éliminer la publicité. D’après Brendan Eich, il bloque par défaut les annonces tierces, et les remplace par ses propres annonces qui se chargent plus vite et « protègent la souveraineté des données et l’anonymat » des utilisateurs en bloquant les traqueurs. Brave est toujours en développement et doit encore conquérir une certaine part de marché, mais l’industrie de la publicité en ligne le voit déjà comme une menace sérieuse.

En janvier, lors d’une conférence US sur la publicité en ligne, le directeur général de l'Interactive Advertising Bureau, Randall Rothenberg, s'en est pris à Brave et à son modèle d’affaires qui « non seulement enlève les annonces des pages des éditeurs, mais les remplace par ses propres annonces à but lucratif ». « C'est le vrai visage du blocage des publicités », a-t-il dit. Randall Rothenberg dénonce le fait que les bloqueurs de publicité se cachent derrière des expressions telles que « publicité raisonnable », « publicité responsable » et « publicité acceptable », « pour construire des sociétés à but lucratif dont les modèles économiques reposent sur l'entrave de la communication entre et parmi les producteurs et les consommateurs ».

Dans une lettre envoyée à l’ex-PDG de Mozilla, un groupe des plus grands éditeurs de journaux américains, y compris Dow Jones, le Washington Post et le New York Times, a également fustigé Brave Software, en évoquant un modèle d’affaires « manifestement illégal ». Ces éditeurs estiment que leurs droits sont violés par Brave Software et qu’ils ont l’intention de les faire pleinement respecter. Entre autres irrégularités relevées dans l’activité de la startup, les éditeurs notent que :

  • Brave Software a l’intention d’exploiter le contenu de tous les éditeurs sur le Web pour vendre sa propre publicité. Et pour ces derniers, cela est comparable à voler leur contenu pour le publier sur son propre site. Ils considèrent cela comme de la republication non autorisée de leur contenu protégé et rappellent que cela est en violation de la loi sur les droits d'auteur et d'autres lois ;
  • Brendan Eich n’est pas autorisé à utiliser leurs noms, marques et logos de quelque manière que ce soit dans le cadre de la promotion ou de l'exploitation de son entreprise. Ils estiment que cela « va dérouter les consommateurs, porter atteinte aux droits exclusifs des éditeurs dans leurs marques », mais également porter atteinte à leurs marques « très distinctives ».

Ces éditeurs estiment donc qu’avec son plan de remplacement des publicités, Brave se fait responsable d’accès non autorisés à leurs sites web, de concurrence déloyale, entre autres. Ils affirment encore que le projet de Brave d’essayer de leur reverser une part de son chiffre d’affaires ne peut pas les indemniser pour la perte de leur capacité à financer leur travail en affichant leur propre publicité. Ils déclinent alors la compensation que Brave prévoit de leur offrir en exprimant leur intention de faire respecter tous leurs droits légaux pour protéger leurs marques et contenus.

En guise de réponse, Brendan Eich essaie avant tout d’abord de recadrer les assertions des médias qu’il n’estime pas tout à fait correctes. Il rejette d’abord l’affirmation selon laquelle tout navigateur qui bloque et remplace les annonces sur l’appareil de l'utilisateur du navigateur effectue de la « republication non autorisée » de contenu Web. Au contraire, il affirme que « les navigateurs peuvent bloquer, réorganiser et faire tout autre usage de tout contenu de toute source », en précisant que si Brave fait de la republication, alors « il en est de même avec le mode Lecteur de Safari, et la même chose est valable pour tout navigateur équipé d’un bloqueur de publicité, ou avec les lecteurs d’écran pour les malvoyants ».

Dans leur lettre, les médias US ont également critiqué le fait que le modèle d’affaires de Brave Software ne donne aucune précision sur le pourcentage du chiffre d’affaires qui leur reviendrait. L’ex-PDG de Mozilla revient donc sur ce point pour rappeler que dès le lancement de Brave en janvier dernier, l’entreprise a clairement indiqué que la « part du lion », c’est-à-dire 70 % des revenus, allait être reversée aux sites web (éditeurs et partenaires de publicité), alors qu’elle ne garde que 15 %. Les 15 % restants représentent la part des utilisateurs. Brendan Eich considère donc que la solution Brave peut être gagnant-gagnant. Raison pour laquelle, il a précisé avant de commencer que « Brave est la solution, pas l’ennemi. »

Il évoque aussi des attaques de malvertising sur les sites du New York Times et la BBC, dues à leur écosystème de publicité basé sur les traqueurs. Brendan Eich estime que le système de Brave permet de « réparer les dommages que les éditeurs ont de manière négligente permis à leurs partenaires de publicité de faire à leurs marques » avant de lancer un appel aux médias à s’asseoir et à discuter de la solution Brave.

Source : Business Insider

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Des médias membres du groupe GESTE passent à l'offensive contre les bloqueurs de pubs pour sensibiliser les utilisateurs sur l'importance de la pub

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de zecreator
Membre expert https://www.developpez.com
Le 15/04/2016 à 11:08
Nous sommes tous d'accord sur un point. La pub fait vivre les sites. Sans pub, pas de site. Ce qu'il faut combattre c'est le coté intrusif de la pub sur le net, le pistage, le traçage... Ceux sont des méthodes de voyous, comme le pied du VRP qui bloque ta porte pour te vendre une encyclopédie. C'est le sentiment de harcèlement permanent qui est néfaste et dont les internautes ne veulent plus. Certains sites refusent carrément de fonctionner si ils détectent un bloqueur de pub. C'est un peu de la vente forcée.

Supprimer le pub n'est pas la solution, mais la limitée et garder le contrôle de sa diffusion me semble une bonne idée.

Zecreator
10  1 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 12/04/2016 à 15:11
Cette histoire est dangereuse. Derrière Brave (qui ne bloque donc pas la pub, si on regarde de près), il s'agit de criminaliser les bloqueurs de pub. Si ces sociétés arrivent à faire condamner Brave, elles n'en resteront pas là.

J'en viens à me demander quels sont les motivations de Eich. Son logiciel est une véritable provocation, dont les utilisateurs ne tirent aucun bénéfice (il y a toujours de la pub) et que les éditeurs de site et les publicitaires ne peuvent tout simplement pas laisser passer. Il est presque en train de supplier qu'on l'attaque en justice, là...
4  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 16/04/2016 à 2:24
Citation Envoyé par MichaelREMY Voir le message
trouvez-vous normal qu'un directeur de pub d'un journal soit plus payé qu'un journaliste (dans le cadre d'un site de média).
Tu as entendu parler d'un truc qui s'appelle "l'offre et la demande" ?
On ne trouve pas de commerciaux parce que c'est un job de merde, car le job consiste à lécher le cul des clients.
Par contre journaliste tous le monde veux faire ça, même gratuitement (voir sur le net des centaines de millions de blogs faits par des "journalistes" bénévoles auto proclamés).
Donc pour avoir un commercial dans un service pub ou partout ailleurs il faut le payer un max pour qu'il accepte de faire un travail aussi merdique, c'est pas spécifique à l'informatique.
Si tu es frustré parce que tu penses être sous payé tu as qu'à le faire le job de commercial, il doit y avoir 100 000 postes à pouvoir, rien que dans le secteur informatique, si tu avais des c...

Citation Envoyé par MichaelREMY Voir le message
La pub ne fait pas vivre un site, elle fait augmenter les bénéfices des dirigeants et les salaires des personnes dispensables à l'activité principale d'un site ou d'une entreprise.
Tu as pas l'air au courant que la presse web contrairement à la presse écrite n'est pas subventionnée, que contrairement à la presse écrite elle à pas de taux de tva réduite, et que plus de 90% de sites avec de vrais journalistes (qui coutent très chers avec les charges) sont en déficit et qu'une flopée de sites à déjà déposé le bilan...
Ceux qui ont du fric c'est des sites de merde gérés par des régies genre webédia, donc avec 90% de pubs intrusives et le reste des pubs déguisées, mais dans ce genre de sites il n'y à même plus de vrais journalistes...
Ecrire "pub = Bénéfices" est une affirmation totalement grotesque, par exemple si un site à 20 journalistes, ça va couter environ 120 000 euros par mois avec les charges, et avec tous les autres couts (services rh, juridique, compta, pub, informatique, direction, actionnaires, emprunts, ...) généralement le cout des sites arrivent à plus de 200 000 euros par mois, et le site doit faire passer une belle tonne de pub intrusive avant d’être capable de payer une somme aussi colossale. Donc pour finir le cours de rattrapage en économie : Le bénef il y en à seulement quand tu as payé tous les couts (dont généralement plus de 50% de charges, taxes et impôts divers à l'état, c'est en fait l'état le plus grand "bénéficiaires" du travail entreprises privées...). Hors c'est bien de "jalouser" quelques réussites "hou le vilain directeur du service pub il reçois un salaire c'est une honte !", mais personne ne parles des centaines de milliers de sites ou de startups qui déposent le bilan...
5  1 
Avatar de damien27000
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 12/04/2016 à 14:33
il bloque par défaut les annonces tierces, et les remplace par ses propres annonces
Donc ça ne supprime pas vraiment la pub, ça la remplace.

alors qu’elle ne gardait que 15%
Mais sur les 15 % elle est à la fois régie et annonceur, un peu comme le moteur de recherche Google

Les 15% restants représentent la part des utilisateurs.
Ca me rappelle les "médiabarres" de l'époque de l'internet 56K

Bref un navigateur "antipub" basé sur le business model de la pub, un peu bizarre comme concept^^
3  0 
Avatar de BugFactory
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 12/04/2016 à 15:43
Question subsidiaire : qui va installer Brave dans ces conditions?
3  0 
Avatar de Kirisute Gomen
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 12/04/2016 à 19:49
Citation Envoyé par abriotde Voir le message
Le côté immoral de rajouter sa pub est certes contestable mais c est le capitlisme.
Le capitalisme n'autorise pas le vol (ou le viol de la propriété intellectuelle). Là, ce que fait Brave, c'est comme télécharger une vidéo youtube existante pour la ré-uploader sur sa chaine avec sa pub. Non seulement c'est immoral, mais en plus c'est illégal, peu importe que l'auteur original soit crédité ou non. C'est là le problème.
2  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 13/04/2016 à 10:48
Citation Envoyé par Beanux Voir le message
Je ne suis pas tout a fait d'accord, s'il se contentait de bloquer les publicité, il n'y aurait pas autant de remous. C’est surtout le fait de bloquer et d'ajouter ses propres publicité qui créé le litige.
Mouais. Je pense plutôt qu'un cas d'école comme ça offre un angle d'attaque idéal contre les bloqueurs. Une fois cette bataille facile remportée, les éditeurs de contenu vont utiliser ce précédent pour expliquer que, dans le principe, les bloqueurs de pub modifient leurs précieuses pages de la même manière et ils essaieront d'obtenir leur interdiction.
2  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 13/04/2016 à 11:58
La question c'est qu'est ce qu'apporte Brave de nouveau a part un modèle publicitaire controversé. Pour ce qui est de la vitesse, l'argument ne tient pas vraiment car il restera plus lent qu'un navigateur équivalent avec un bloqueur de publicité.

Par contre l'aspect rémunération est pour le coup un vrai problème. Brave détourne les publicités et promet de reverser une part au site, sauf que c'est un intermédiaire qui s'impose de force avec ces propres conditions. Bref c'est juste un nouvel Adblock Plus.
2  0 
Avatar de Carhiboux
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 13/04/2016 à 15:54
Citation Envoyé par Uther Voir le message
Mais de toute façon la question c'est comment sont rétribués les sites. Les gens de Brave ne vont pas pouvoir créditer automatiquement le compte en banque des propriétaires de site. C'est eux qui vont devoir réclamer a Brave les revenus qui leurs reviennent (ils ne précisent pas d'ailleurs ce qu'il advient de l'argent non réclamé). Inutile de dire que si ce genre d'initiative se multiplie, ça devient juste ingérable.
C'est le modèle même de la publicité sur internet qui est ingérable. Si tu as du contenu de qualité, tu fais payer. La gratuité est une illusion qui ne durera qu'un temps.

Citation Envoyé par Uther Voir le message
Mais sans aller jusque la c'est juste malsain car si Brave réussi son pari, il devient un partenaire publicitaire non choisi avec qui s'impose de force qu'on en veuille ou non.
N'est-ce pas déjà ce que font toutes les régies publicitaires lorsque tu vas consulter une page pleine de pub qui s'imposent de force si on n'a pas de bloqueur de pub? La seule différence, c'est qu'il y a un mec plus malin que les gens qui ont pensé à mettre les pubs dans les sites webs en mettant les pubs encore plus près de l'utilisateur, dans son navigateur.

Et je ne vois pas ce qu'il y a d'illégal là dedans dans l'absolu. D'ailleurs, on suppose que des juristes ont du étudier la question avant de rendre le produit disponible.

Sauf, bien sur, à décréter qu'on doit afficher et lire TOUT le site web, mais ca serait un peu comme si on obligeait l'acheteur d'un journal papier à lire TOUTES les pubs de son journal avant de lire le moindre article (à ce propos, lors d'un récent week end chez mes parents, j'ai été assez choqué par le JDD, en page 2 et 3, une belle double page de pub avant même le moindre article! alors que le lecteur à payé!). Bien sur que ce n'est pas plausible. Chaque lecteur est libre de lire ou regarder tout ou partie du journal. Avec ou sans les pubs. Donc pourquoi un navigateur ne pourrait pas faire de même? Surtout qu'il ne s'en cache pas.
3  1 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 12/04/2016 à 15:11
Lors de l'annonce de Brave, j'étais très surpris que personne ne semble relever ce détournement manifeste de revenus publicitaires, alors qu'ils ne s'en cachaient pas vraiment. Il semble que les gens commencent à s'en rendre compte seulement maintenant.

Le business model de la société est clairement douteux pour moi.
1  0