Les médias US fustigent l'ancien PDG de Mozilla Brendan Eich pour son navigateur antipub
Et dénoncent son modèle d'affaires « manifestement illégal »

Le , par Michael Guilloux

21PARTAGES

11  0 
Au cours du mois de janvier, Brave Software Inc., la startup fondée par le créateur de JavaScript et ancien CEO de Mozilla, Brendan Eich, a dévoilé un nouveau navigateur web. Baptisé Brave, le navigateur disponible pour les plateformes iOS, Android, et OS X / Windows / Linux, implémente une fonctionnalité qui bloque par défaut les annonces intrusives, le traçage ou encore les scripts d’analyse qui peuvent vous ralentir sur le web.

Brave ne vise toutefois pas à éliminer la publicité. D’après Brendan Eich, il bloque par défaut les annonces tierces, et les remplace par ses propres annonces qui se chargent plus vite et « protègent la souveraineté des données et l’anonymat » des utilisateurs en bloquant les traqueurs. Brave est toujours en développement et doit encore conquérir une certaine part de marché, mais l’industrie de la publicité en ligne le voit déjà comme une menace sérieuse.

En janvier, lors d’une conférence US sur la publicité en ligne, le directeur général de l'Interactive Advertising Bureau, Randall Rothenberg, s'en est pris à Brave et à son modèle d’affaires qui « non seulement enlève les annonces des pages des éditeurs, mais les remplace par ses propres annonces à but lucratif ». « C'est le vrai visage du blocage des publicités », a-t-il dit. Randall Rothenberg dénonce le fait que les bloqueurs de publicité se cachent derrière des expressions telles que « publicité raisonnable », « publicité responsable » et « publicité acceptable », « pour construire des sociétés à but lucratif dont les modèles économiques reposent sur l'entrave de la communication entre et parmi les producteurs et les consommateurs ».

Dans une lettre envoyée à l’ex-PDG de Mozilla, un groupe des plus grands éditeurs de journaux américains, y compris Dow Jones, le Washington Post et le New York Times, a également fustigé Brave Software, en évoquant un modèle d’affaires « manifestement illégal ». Ces éditeurs estiment que leurs droits sont violés par Brave Software et qu’ils ont l’intention de les faire pleinement respecter. Entre autres irrégularités relevées dans l’activité de la startup, les éditeurs notent que :

  • Brave Software a l’intention d’exploiter le contenu de tous les éditeurs sur le Web pour vendre sa propre publicité. Et pour ces derniers, cela est comparable à voler leur contenu pour le publier sur son propre site. Ils considèrent cela comme de la republication non autorisée de leur contenu protégé et rappellent que cela est en violation de la loi sur les droits d'auteur et d'autres lois ;
  • Brendan Eich n’est pas autorisé à utiliser leurs noms, marques et logos de quelque manière que ce soit dans le cadre de la promotion ou de l'exploitation de son entreprise. Ils estiment que cela « va dérouter les consommateurs, porter atteinte aux droits exclusifs des éditeurs dans leurs marques », mais également porter atteinte à leurs marques « très distinctives ».

Ces éditeurs estiment donc qu’avec son plan de remplacement des publicités, Brave se fait responsable d’accès non autorisés à leurs sites web, de concurrence déloyale, entre autres. Ils affirment encore que le projet de Brave d’essayer de leur reverser une part de son chiffre d’affaires ne peut pas les indemniser pour la perte de leur capacité à financer leur travail en affichant leur propre publicité. Ils déclinent alors la compensation que Brave prévoit de leur offrir en exprimant leur intention de faire respecter tous leurs droits légaux pour protéger leurs marques et contenus.

En guise de réponse, Brendan Eich essaie avant tout d’abord de recadrer les assertions des médias qu’il n’estime pas tout à fait correctes. Il rejette d’abord l’affirmation selon laquelle tout navigateur qui bloque et remplace les annonces sur l’appareil de l'utilisateur du navigateur effectue de la « republication non autorisée » de contenu Web. Au contraire, il affirme que « les navigateurs peuvent bloquer, réorganiser et faire tout autre usage de tout contenu de toute source », en précisant que si Brave fait de la republication, alors « il en est de même avec le mode Lecteur de Safari, et la même chose est valable pour tout navigateur équipé d’un bloqueur de publicité, ou avec les lecteurs d’écran pour les malvoyants ».

Dans leur lettre, les médias US ont également critiqué le fait que le modèle d’affaires de Brave Software ne donne aucune précision sur le pourcentage du chiffre d’affaires qui leur reviendrait. L’ex-PDG de Mozilla revient donc sur ce point pour rappeler que dès le lancement de Brave en janvier dernier, l’entreprise a clairement indiqué que la « part du lion », c’est-à-dire 70 % des revenus, allait être reversée aux sites web (éditeurs et partenaires de publicité), alors qu’elle ne garde que 15 %. Les 15 % restants représentent la part des utilisateurs. Brendan Eich considère donc que la solution Brave peut être gagnant-gagnant. Raison pour laquelle, il a précisé avant de commencer que « Brave est la solution, pas l’ennemi. »

Il évoque aussi des attaques de malvertising sur les sites du New York Times et la BBC, dues à leur écosystème de publicité basé sur les traqueurs. Brendan Eich estime que le système de Brave permet de « réparer les dommages que les éditeurs ont de manière négligente permis à leurs partenaires de publicité de faire à leurs marques » avant de lancer un appel aux médias à s’asseoir et à discuter de la solution Brave.

Source : Business Insider

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Des médias membres du groupe GESTE passent à l'offensive contre les bloqueurs de pubs pour sensibiliser les utilisateurs sur l'importance de la pub

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de damien27000
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 12/04/2016 à 14:33
il bloque par défaut les annonces tierces, et les remplace par ses propres annonces
Donc ça ne supprime pas vraiment la pub, ça la remplace.

alors qu’elle ne gardait que 15%
Mais sur les 15 % elle est à la fois régie et annonceur, un peu comme le moteur de recherche Google

Les 15% restants représentent la part des utilisateurs.
Ca me rappelle les "médiabarres" de l'époque de l'internet 56K

Bref un navigateur "antipub" basé sur le business model de la pub, un peu bizarre comme concept^^
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 12/04/2016 à 15:11
Lors de l'annonce de Brave, j'étais très surpris que personne ne semble relever ce détournement manifeste de revenus publicitaires, alors qu'ils ne s'en cachaient pas vraiment. Il semble que les gens commencent à s'en rendre compte seulement maintenant.

Le business model de la société est clairement douteux pour moi.
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 12/04/2016 à 15:11
Cette histoire est dangereuse. Derrière Brave (qui ne bloque donc pas la pub, si on regarde de près), il s'agit de criminaliser les bloqueurs de pub. Si ces sociétés arrivent à faire condamner Brave, elles n'en resteront pas là.

J'en viens à me demander quels sont les motivations de Eich. Son logiciel est une véritable provocation, dont les utilisateurs ne tirent aucun bénéfice (il y a toujours de la pub) et que les éditeurs de site et les publicitaires ne peuvent tout simplement pas laisser passer. Il est presque en train de supplier qu'on l'attaque en justice, là...
Avatar de BugFactory
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 12/04/2016 à 15:43
Question subsidiaire : qui va installer Brave dans ces conditions?
Avatar de damien27000
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 12/04/2016 à 16:22
Question subsidiaire : qui va installer Brave dans ces conditions?
Je vois 2 profils
- Le néophyte qui cherche le Graal sécuritaire (pas de publicité invasives, malware etc...) de manière native et simple
- L'optimise qui va penser gagner de l'argent à l'utiliser (15% de rétributions)

Bref pas vraiment le public de developpez.com
Avatar de Beanux
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 12/04/2016 à 16:56
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
Cette histoire est dangereuse. Derrière Brave (qui ne bloque donc pas la pub, si on regarde de près), il s'agit de criminaliser les bloqueurs de pub
Je ne suis pas tout a fait d'accord, s'il se contentait de bloquer les publicité, il n'y aurait pas autant de remous. C’est surtout le fait de bloquer et d'ajouter ses propres publicité qui créé le litige.
C’est surtout le détournement de flux publicitaire a son propre profit. Ou plutôt, vu qu'il compte leur reverser de l'argent, les déposséder de leur capacité décisionnel vis à vis de leur flux publicitaire.

D'autant que jusqu’à maintenant, ce qui se permettait d'ajouter des publicité en prime sur un navigateur, c’était des PUPs, donc l’association est vite faite.
Avatar de Aurelien.Regat-Barrel
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 12/04/2016 à 18:12
Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
Cette histoire est dangereuse. Derrière Brave (qui ne bloque donc pas la pub, si on regarde de près), il s'agit de criminaliser les bloqueurs de pub.
Je me demande aussi dans quelle mesure la propriété intellectuelle peut être revendiquée pour une page web. Pourrait-on voir dans quelques années des pages web "propriétaire" qu'il est interdit de modifier / "décompiler" / analyser comme pour les logiciels propriétaires?

Citation Envoyé par BugFactory Voir le message
Question subsidiaire : qui va installer Brave dans ces conditions?
Moi ! Je viens d'essayer sur mon PC Le look est vraiment... sommaire. Je suis allé sur le Figaro pour voir : il me détecte bien un bloqueur de pub et m'invite à le désactiver. Chose étrange : le texte est flouté certes mais moins qu'avec mon Chome + AdBlock !?
Avatar de abriotde
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 12/04/2016 à 19:15
Le but est d alléger le chargement de la page. Exp : Les pubs de Google ne sont pas intrusivent a l inverse Yahoo surcharge sa page. Il y a d nombreux sites que je ne fréquente plus a cause de la lourdeur.

Le côté immoral de rajouter sa pub est certes contestable mais c est le capitlisme. La logique voudrait qu il epure simplement la pub. Mais alors les sites ne feraient aucun effort. Le deal est allègez votre site ou les internautes choisiront Brave.
Avatar de Kirisute Gomen
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 12/04/2016 à 19:49
Citation Envoyé par abriotde Voir le message
Le côté immoral de rajouter sa pub est certes contestable mais c est le capitlisme.
Le capitalisme n'autorise pas le vol (ou le viol de la propriété intellectuelle). Là, ce que fait Brave, c'est comme télécharger une vidéo youtube existante pour la ré-uploader sur sa chaine avec sa pub. Non seulement c'est immoral, mais en plus c'est illégal, peu importe que l'auteur original soit crédité ou non. C'est là le problème.
Avatar de MichaelREMY
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 13/04/2016 à 10:13
c'est encore le monde à l'envers.

j'ai l'impression de lire qu'un groupe est mécontent parce que les associations préservent les citoyens de fumer....

bientôt, un OS sera montré du doigt quand il aura un antivirus efficace gratuit intégré dans l'OS.
bientôt les vêtements non salissables (nettoyables juste à l'eau) seront interdits pour préserver le business des lessives.
bientôt on interdira aussi les disques durs afin d'obliger les gens à stocker leurs données dans un cloud (espionnable) et permettre au business du cloud de durer.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web