Apple répond au FBI suite à l'abandon des poursuites
L'entreprise se dit déterminée à améliorer la sécurité de ses produits

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Le gouvernement a officiellement décidé d’abandonner l’affaire qui l’opposait à Apple étant donné que le FBI a réussi à contourner le dispositif de sécurité mis en place par Apple sur un de ses dispositifs qui a été utilisé par l’un des auteurs de l’attentat de San Bernardino. Apple a fait la déclaration suivante après l’annonce du FBI :

« Depuis le début, nous nous sommes opposés à la demande du FBI qui a attendu d’Apple la conception d’une porte dérobée dans l’iPhone parce que nous croyons que cela est mal et va créer un dangereux précédent. Suite à ce refus de coopérer, rien de cela ne s’est produit. Cette affaire n’aurait jamais dû avoir lieu.

Nous continuerons d’aider les forces de l’ordre durant leurs enquêtes, comme nous l’avons fait jusqu’ici, et nous continuerons d’améliorer la sécurité de nos produits étant donné que les menaces et les attaques sur nos données deviennent de plus en plus fréquentes et de plus en plus sophistiquées.

Apple est persuadé que les citoyens aux États-Unis et de par le monde méritent de voir leurs données protégées, ont droit à la sécurité, mais également à une vie privée. Sacrifier l’un de ces éléments se traduirait par exposer des gens, voire des pays, à de plus grands risques.

Ce cas a soulevé des problèmes qui nécessitent un dialogue national sur nos libertés civiles, ainsi que sur la sécurité collective et la vie privée. Apple demeure prêt à participer à ce débat ».

Si l’entreprise ne l’a pas rappelé dans sa déclaration, il faut se souvenir que ses avocats ont précédemment indiqué que l’entreprise souhaite connaître la procédure qui a été utilisée pour déverrouiller son dispositif dans l’optique de colmater la faille dont s’est servi le FBI.

Des sources proches du sujet avancent qu’Apple ambitionne de développer un iPhone hacker-proof qui ne permettrait pas à un logiciel personnalisé d’être installé sur le dispositif par exemple pour le déverrouiller.

Comme le suggère l’Electronic Frontier Foundation qui a d’abord manifesté sa joie de voir le gouvernement arrêter les poursuites contre Apple, « cette nouvelle méthode pour avoir accès au téléphone soulève de nombreuses questions sur l’utilisation apparente d’une vulnérabilité iOS faite par le gouvernement et s’il va tenir Apple informé de ces vulnérabilités. Comme un panel d’experts choisis par la Maison-Blanche ont reconnu, toute décision de retenir une vulnérabilité pour des besoins de surveillance laisse les utilisateurs ordinaires devant des risques de voir des utilisateurs tiers se servir de ces failles. Grâce à une action en justice initiée par l’EFF, le gouvernement a publié sa politique officielle pour déterminer quand divulguer une vulnérabilité de sécurité, le Vulnerabilities Equities Process (VEP) ».

Et de poursuivre en disant « si le FBI a utilisé une vulnérabilité iOS pour se rendre dans l’iPhone pour le cas de San Bernardino, le VEP doit être appliqué. Ce qui signifie que les pronostics seront en faveur d’Apple qui aura alors une forte chance d’avoir des informations sur la vulnérabilité. Ce qui permettra à Apple de colmater la faille et de protéger la sécurité de tous ses utilisateurs. »

Source : EFF


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de secuexpert secuexpert - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 29/03/2016 à 21:41
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Le FBI a officiellement réussi à contourner la sécurité de l'iPhone du terroriste de San Bernardino,
sans l'aide d'Apple

Le FBI a annoncé avoir réussi à entrer dans l’iPhone appartenant à l’un des auteurs de l’attentat de San Bernardino, confirmant ainsi qu’il veut abandonner les poursuites contre Apple : « nous avons pu avoir accès aux données contenues dans l’iPhone de Farook et, par conséquent, n’avons plus besoin de l’aide d’Apple ».
Quelles poursuites?

Source : New York Times
Quelle est la source qui dit "le FBI arrête les poursuites" ?
Avatar de Gabin F Gabin F - Membre du Club https://www.developpez.com
le 29/03/2016 à 22:09
Citation Envoyé par secuexpert Voir le message
Quelles poursuites?

Quelle est la source qui dit "le FBI arrête les poursuites" ?
Bonsoir,

si vous aviez parcouru la source fournie de prime abord, vous auriez lu dès le premier paragraphe
Citation Envoyé par New York Times
The Justice Department said on Monday that it had found a way to unlock an iPhone without help from Apple,allowing the agency to withdraw its legal effort to compel the tech company to assist in a mass-shooting investigation.
.

Ce qui est encore appuyé au second paragraphe
Citation Envoyé par New York Times
The decision to drop the case — which involved demanding Apple’s help to open an iPhone used by Syed Rizwan Farook, a gunman in the December shooting in San Bernardino, Calif., that killed 14 people — ends a legal standoff between the government and the world’s most valuable public company.
Avatar de secuexpert secuexpert - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 29/03/2016 à 22:24
Citation Envoyé par Gabin F Voir le message
Bonsoir,

si vous aviez parcouru la source fournie de prime abord, vous auriez lu dès le premier paragraphe .
Ce que j'ai fait évident.

Je répète donc la question :

Où est-il précisé que le FBI abandonne les poursuites
Avatar de Gabin F Gabin F - Membre du Club https://www.developpez.com
le 29/03/2016 à 22:39
Citation Envoyé par secuexpert Voir le message
Ce que j'ai fait évident.

Je répète donc la question :

Où est-il précisé que le FBI abandonne les poursuites
C'est déjà bien que sur deux questions (notamment "quelles poursuites ?" et celle-ci maintenant) il ne vous en reste plus qu'une vu que vous sembliez ne pas avoir vu que les poursuites ont été abandonnées.

Citation Envoyé par New York Times
The Justice Department said on Monday that it had found a way to unlock an iPhone without help from Apple,allowing the agency to withdraw its legal effort to compel the tech company to assist in a mass-shooting investigation.
Traduction

Citation Envoyé par New York Times
le département de la justice a dit lundi avoir trouvé un moyen de débloquer un iPhone sans intervention d'Apple, ce qui a permis à l'agence de retirer son effort légal pour obliger l'entreprise technologique à l'assister dans cette enquête de tuerie de masse
à moins d'avoir mal compris, agence fait référence au FBI, le département de la justice n'étant pas une agence.
Avatar de secuexpert secuexpert - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 29/03/2016 à 23:02
Apple était poursuivi pour quoi?
Avatar de Gabin F Gabin F - Membre du Club https://www.developpez.com
le 29/03/2016 à 23:30
Citation Envoyé par secuexpert Voir le message
Apple était poursuivi pour quoi?
Encore une fois si vous aviez pris la peine de lire la source vous auriez lu ceci

second paragraphe

Citation Envoyé par New York Times
The decision to drop the case — which involved demanding Apple’s help to open an iPhone used by Syed Rizwan Farook, a gunman in the December shooting in San Bernardino, Calif., that killed 14 people — ends a legal standoff between the government and the world’s most valuable public company.
Repartons au début de l'affaire, je pense que c'est plus simple : Apple collabore avec le FBI sur de nombreux dossiers. Ce dernier lui demande son aide pour contourner la sécurité mise en place sur un de ses iPhone pour ne pas perdre les données et continuer son enquêtes sur les attaques de San Bernardino. Apple refuse. Le FBI sollicite alors la justice. Une décision de justice contraint Apple à aider le FBI . Mais Apple va la braver, pour des raisons que son PDG Tim Cook va évoquer. Ce qui constitue en soit une faute (trouvez le terme technique qui vous siéra).

Apple se fait donc un peu hors-la-loi en bravant cette injonction. L'entreprise va donc décider de (re)procéder légalement en demandant une annulation de l'injonction en évoquant le cinquième amendement. Coup de bol, un juge fédéral de New York va estimer qu'Apple n'est pas obligé d'aider le FBI .

Le gouvernement compte bien obliger Apple à s'exécuter et ne lâche pas l'affaire. Vont s'en suivre alors une série de dépositions écrites . Petite parenthèse, pendant cet exercice le président Barack Obama va profiter d'une interview durant la SXSW pour définir sa position sur cette affaire.

Après les écrits, quelques jours avant le début de la confrontation orale, le FBI indique à la Cour qu'il dispose peut-être d'un moyen pour débloquer l'iPhone en question et le DoJ a demandé une annulation du procès pour pouvoir tester ladite méthode. Une conférence a alors été tenue avec les différents partis à l'issue de laquelle il a été décidé d'annuler l'audition prévue le 22 mars dernier et donc à suspendre l'injonction qui obligeait Apple à apporter son assistance aux forces de l'ordre.

Quelques jours plus tard, la méthode a été testé, jugée bonne, puis l'expérience a été reprise sur l'iPhone qui était l'objet du litige. Le FBI a réussi à le déverrouiller, il n'a donc plus besoin d'obliger Apple à l'aider dans ce sens et les poursuites sont donc officiellement abandonnées.
Avatar de secuexpert secuexpert - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 30/03/2016 à 0:37
Citation Envoyé par Gabin F Voir le message

Repartons au début de l'affaire, je pense que c'est plus simple : Apple collabore avec le FBI sur de nombreux dossiers.
Oui, repartons du début parce que là il semble que le contexte soit passé à la trappe.

Apple apporte son assistance à chaque fois que c'est nécessaire en fournissant les données dont elle dispose, y compris dans ce dossier.

Citation Envoyé par Gabin F Voir le message

Ce dernier lui demande son aide pour contourner la sécurité mise en place sur un de ses iPhone pour ne pas perdre les données et continuer son enquêtes sur les attaques de San Bernardino.
C'est quand même dommage que le FBI n'ait pas :
- commencé par prendre le contrôle de l'objet en interdisant à quiconque de toucher à cette saisie
- plus tôt confié l'iPhone à Apple que joué avec eux-même

Ensuite Apple aurait fournit une copie des données du portable, mais non, le FBI a fait ce qu'il fallait pour que ça soit impossible, lui donnant ainsi une excuse pour forcer Apple à créer un contournement de la sécurité du portable.

Hum hum hum

Celui qui ne voit là rien de suspect est peut être un peu trop naïf.

Citation Envoyé par Gabin F Voir le message

Apple refuse. Le FBI sollicite alors la justice. Une décision de justice contraint Apple à aider le FBI . Mais Apple va la braver, pour des raisons que son PDG Tim Cook va évoquer. Ce qui constitue en soit une faute (trouvez le terme technique qui vous siéra).

Apple se fait donc un peu hors-la-loi en bravant cette injonction.
Seulement "un peu"? Hors la loi à quel pourcentage?

Citation Envoyé par Gabin F Voir le message

L'entreprise va donc décider de (re)procéder légalement en demandant une annulation de l'injonction en évoquant le cinquième amendement. Coup de bol, un juge fédéral de New York va estimer qu'Apple n'est pas obligé d'aider le FBI .
Gardant ainsi en réserve l'argument qui me semble le plus imparable, celui que 1er amendement.

Citation Envoyé par Gabin F Voir le message

Le gouvernement compte bien obliger Apple à s'exécuter et ne lâche pas l'affaire. Vont s'en suivre alors une série de dépositions écrites . Petite parenthèse, pendant cet exercice le président Barack Obama va profiter d'une interview durant la SXSW pour définir sa position sur cette affaire.
La position de Barack étant ... ?

Citation Envoyé par Gabin F Voir le message

Après les écrits, quelques jours avant le début de la confrontation orale, le FBI indique à la Cour qu'il dispose peut-être d'un moyen pour débloquer l'iPhone en question et le DoJ a demandé une annulation du procès pour pouvoir tester ladite méthode. Une conférence a alors été tenue avec les différents partis à l'issue de laquelle il a été décidé d'annuler l'audition prévue le 22 mars dernier et donc à suspendre l'injonction qui obligeait Apple à apporter son assistance aux forces de l'ordre.
Alors que l'affaire ne se passait si bien que prévu pour eux...

Citation Envoyé par Gabin F Voir le message

Quelques jours plus tard, la méthode a été testé, jugée bonne, puis l'expérience a été reprise sur l'iPhone qui était l'objet du litige. Le FBI a réussi à le déverrouiller, il n'a donc plus besoin d'obliger Apple à l'aider dans ce sens et les poursuites sont donc officiellement abandonnées.
C'est étrange que le FBI découvre seulement maintenant que cette alternative existe!...
Avatar de LSMetag LSMetag - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 30/03/2016 à 7:05
Le contexte de base est simple. Le FBI a récupéré le téléphone d'un terroriste et veut pouvoir l'inspecter. Sauf qu'une des sécurités de l'Iphone est de supprimer toutes les données si le code pin entré est 10 fois le mauvais (et j'imagine que la méthode d'effacement empêche la récupération des données). Ca commence comme ça. Et ouvrir le téléphone "normalement", c'est le seul moyen d'avoir les données non chiffrées.

Donc le FBI demande à Apple de l'aider. Normal. Mais il demande la clé de cryptage (ou un logiciel pour l'obtenir si elle est dynamique), sauf que dans ce cas là, la demande devient plus forte que la simple ouverture du téléphone incriminé. Ils veulent de quoi déchiffrer tous les Iphones, voire carrément un changement du Système d'Exploitation de l'Iphone comprenant une backdoor et/ou réduisant certaines mesures de sécurité comme le chiffrement.

Une injonction en ce sens est validée par la court fédérale. Apple refuse de l'appliquer et arrive à faire annuler cette injonction (en invocant le 5ème amendement, tout aussi sacré que le 1er). Voilà le noeud du problème. Apple refuse, car un tel logiciel pourrait atterrir dans de mauvaises mains et surtout être utilisé abusivement. Le remplacement du système des Iphones est également non envisageable car il compromettrait sa sécurité (les hackers, plus compétents que le FBI, trouveraient ces failles et les exploiteraient pour des virus ou alors de l'espionnage pour le compte d'autres pays). C'est un dialogue de sourds donc le FBI lance des poursuites judiciaires pour non seulement obliger Apple à s'exécuter mais également le sanctionner.

Et c'est là que l'affaire est mise sur la place publique et que le débat s'engage et que tous les géants de l'IT se rangent du côté d'Apple (ce qui la fout mal quand même pour les USA). Barrack OBAMA dit en gros que le chiffrement est important mais qu'il faut le réglementer pour la sécurité de la population. Qu'on doit parfois sacrifier un peu de vie privée pour l'intérêt général.
Les professionnels de l'IT pensent au contraire que la sécurité nationale et internationale, tout comme celle du consommateur en général, est menacée si les mesures de sécurité sont affaiblies, sans parler de la liberté d'expression pour le codage.

Au cours de l'instruction, une société Israelite (pays ami des USA) trouve un moyen de cracker l'Iphone. Le FBI demande une suspension de la procédure judiciaire pour tester ce moyen. Et ça marche. Donc il abandonne les poursuites car il a obtenu ce qu'il voulait.

J'étais satisfait au début jusqu'à ce que je comprenne que la société avait divulgué la faille et qu'elle n'était pas saisie sur demande par rapport à une affaire précise.

Je précise qu'il semble que cette société, sur des affaires autres qu'aux USA, ait été utilisée pour tuer des gens. Mais Apple veut maintenant connaître cette faille. Une loi internationale contraint à divulguer les failles de sécurité avec une procédure bien précise. Et c'est là qu'Apple pourrait l'emporter. Donc ce n'est pas fini.
Avatar de Sodium Sodium - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 30/03/2016 à 9:07
La seule analyse qui me vient à l'esprit est "encore heureux que le FBI qui doit disposer de moyens conséquent soit parvenu à décrypter ce téléphone".
Ce que je ne comprends pas, c'est cette bataille médiatique. Cette histoire ne regarde pas le grand public et sa conclusion encore moins.
Avatar de LSMetag LSMetag - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 30/03/2016 à 10:08
Citation Envoyé par Sodium Voir le message
La seule analyse qui me vient à l'esprit est "encore heureux que le FBI qui doit disposer de moyens conséquent soit parvenu à décrypter ce téléphone".
Ce que je ne comprends pas, c'est cette bataille médiatique. Cette histoire ne regarde pas le grand public et sa conclusion encore moins.
Et non ce n'est pas le FBI qui a décrypté le téléphone. C'est une société en Israël, composée de hackers, qui l'a fait à leur place...Je suis un peu atterré par ça.
Cette histoire regarde le grand public car les gouvernements auraient pu forcer les géants de l'IT à saboter la sécurité. Et après les gens auraient été encore plus victimes de virus et autres joyeusetés. Sans oublier qu'ils auraient été moins encleins à acheter les dispositifs s'ils se sentaient moins protégés.

Et la médiatisation correspond aux manifestations chez nous quand une loi est contestée. Ca a permis de récolter des soutiens pour sa cause et de mettre le FBI et le gouvernement US dans l'embarras, car le débat est miné.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil