Les criminels se tournent vers l'iPhone en raison du chiffrement fort mis en place par le constructeur
D'après les forces de l'ordre

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Dans un recours judiciaire, trois organismes d'application de la loi ont stipulé que, en raison du chiffrement fort que le constructeur a placé sur ses produits, certains criminels ont opté pour l'iPhone comme étant leur « dispositif de prédilection » pour commettre/planifier leurs délits. Les groupes ont avancé qu'il y a eu « de nombreux cas » dans lesquels les criminels ont opté pour l'iPhone au lieu du traditionnel téléphone prépayé, même s'ils se sont refusés à citer explicitement ces cas de figure.

Dans la plainte de la Federal Law Enforcement Officers Association et des deux autres groupes, un appel téléphonique a été cité : intercepté par les autorités new-yorkaises en 2015, un détenu qualifiait le système de chiffrement d'Apple de « don du Ciel ».

Le mois passé, une injonction du tribunal a contraint Apple à développer un nouveau logiciel qui permettrait de désactiver la protection autour du système de sécurité de l'iPhone utilisé par l'auteur des attentats de San Bernardino en Californie. Apple avait alors demandé l'annulation de cette injonction, faisant valoir qu'une telle démarche allait créer un dangereux précédent en plus du fait qu'elle mettait en péril la sécurité de ses clients. Dans un amicus curiae, de grands bonnets de l'industrie (notamment Microsoft, Amazon.com, Box, Cisco, Dropbox, Evernote, Facebook, Google, Mozilla, Nest Labs, Pinterest, Slack, Snapchat, WhatsApp et Yahoo) ont apporté leur soutien à Apple dans l'affaire l'opposant au FBI tandis que le département de la Justice recevait le soutien des groupes des forces de l'ordre, mais également de quelques familles des victimes.

Les groupes des forces de l'ordre ont estimé que la position d'Apple constitue une menace grave au bon déroulement des enquêtes dans le pays. Ils ont par ailleurs cité plusieurs cas où Apple a coopéré. Parmi les différents échanges qu'il y a eu entre l'entreprise et les forces de l'ordre, des données ont permis d'innocenter un individu qui était le principal suspect d'une affaire d'homicide.

En France, l’Assemblée nationale a adopté une loi renforçant les sanctions contre les organismes privés en cas de refus de partager des données utiles au bon déroulement d’une enquête antiterroriste. La sanction prévue par la loi pour les organismes qui se rendraient coupables de cet acte peut aller jusqu’à cinq ans de prison et 350 000 € d’amende.

Source : Reuters


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Daïmanu Daïmanu - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 07/03/2016 à 15:57
Mouais, c'est un peu facile leur histoire, où sont les sources et les chiffres ?

Perso, j'ai du mal à les croire sur parole. Ça ressemble plus à une tentative de persuader les autorités de la « dangerosité » de l'iPhone.
Avatar de AoCannaille AoCannaille - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 07/03/2016 à 16:34
Citation Envoyé par Daïmanu Voir le message
Mouais, c'est un peu facile leur histoire, où sont les sources et les chiffres ?

Perso, j'ai du mal à les croire sur parole. Ça ressemble plus à une tentative de persuader les autorités de la « dangerosité » de l'iPhone.
Je les vois bien faire un sondage :
"1. êtes vous un criminel ?"
"2. Utilisez vous un iPhone?"
Avatar de NahMean NahMean - Membre averti https://www.developpez.com
le 07/03/2016 à 16:53
Attention, scoop de dernière minute, Apple autorise la vente d'Iphone à des criminels !!!
Avatar de Aiekick Aiekick - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 07/03/2016 à 17:48
c'est possible mais en même temps, vu que les gouvernement profitent du moindre truc pour prendre plus de pouvoir je voit pas pourquoi on pourrait leur faire confiance.

Bon d'un autre coté si un proche ou un des mes enfants avait été touché par un attentat terroriste, j'aurais surement un opinion plus extrême et revanchard donc non objectif.

J'ai peur du contrôle absolu que les puissant veulent nous imposer, mais d'un autre coté j'ai peur que ce qu'une absence totale de contrôle pourrait causer a mon avenir et celui de mes enfants.

il est facile de ce dire que ça ne changera rien, donc autant le permettre, mais dans les faits, personne n'est a même de juger du bien ou du mal de pareille mesures.
Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert éminent https://www.developpez.com
le 07/03/2016 à 18:51
Que ce soit véridique ou pas, ce n'est pas parce qu'un outil est utilisé à des fins criminelles qu'il faut l'interdire. Autrement il faudrait interdire les couteaux de cuisine, les battes de base-ball, et que sais-je encore. En s'en prenant à l'outil, encore une fois, c'est le singe qui se focalise sur le doigt quand on montre la lune. Interdisez l'iPhone ou même ce que vous voulez, vous n'arrêterez pas les criminels : ils se tourneront vers autre chose, voire feront leurs propres outils. On se contente de retarder l'inévitable plutôt que de s'attaquer à la source du problème. Et c'est qui qui paye le plus ? C'est la personne lambda, pour un avantage des plus limités.
Avatar de psychadelic psychadelic - Membre émérite https://www.developpez.com
le 07/03/2016 à 19:10
Je suis vraiment étonné de voir ce débat stagner aussi lamentablement, surtout de la part des hommes politiques, mais aussi des journalistes qui semblent bien s'amuser à compter les points plutôt que d'essayer de le faire s'élever.
Il y a aussi l'immense part de bêtise de Tim Cook...

La seule chose qui soit légiférable, c'est l'autorisation ou non du Cryptage, ou éventuellement de son mode opératoire.

On est dans une logique «*glaive contre cuirasse*». On ne peut pas demander à une cuirasse de ne laisser passer que le glaive de la justice et non celui de pirates informatiques.

Un glaive reste un glaive, quelque soit la personne qui le manie.
Une cuirasse reste un cuirasse, quelque soit la personne qui la porte.

Il n'y pas de place ici ou la justice puisse être exerçable.
On ne peut pas, ni demander à un glaive de ne tuer que les méchants, ni demander à une cuirasse de laisser passer les coups des «*gentils*».

Alors soit on se préoccupe de la réglementation sur l'utilisation de cryptage fort sur les téléphones portables, ou soit on l'interdit purement et en criminalisant son usage.

Vouloir le beurre et l'argent du beurre, ça ne marche jamais.

C'est tout de même un comble, l'arrivée du cryptage dans nos téléphones est principalement liée aux contre mesures face pratiques d'espionnages marketing.

L'industrie numérique, comme tous les commerces du monde, se fichent royalement des conséquences éthiques et humaines des produits qu'elles nous refourguent.

Ce sont des marchands de cannons*; aujourd'hui Apple nous vends du blindage...
Mais nos députés ont l'air de s'imaginer que se sont juste des sucettes au goût amer.
Avatar de Chuck_Norris Chuck_Norris - Membre émérite https://www.developpez.com
le 07/03/2016 à 19:18
On peut imaginer d'intéressants (mais faux) syllogismes :

Un criminel cherche à échapper à la justice
L'iPhone permet d'échapper à la justice
Donc les criminels utilisent des iPhones
Contourner la loi est criminel
Utiliser un iPhone permet de contourner la loi
Donc utiliser un iPhone est criminel
Avatar de Squisqui Squisqui - En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
le 07/03/2016 à 19:42
Citation Envoyé par Chuck_Norris Voir le message
On peut imaginer d'intéressants syllogismes :
Contourner la loi est criminel
Utiliser un iPhone permet de contourner la loi
Donc utiliser un iPhone est criminel

Chut, tu mets en lumière le raisonnement de la crème de l'élite lorsqu'ils annoncent fièrement que les terroristes utilisent Internet
Avatar de psychadelic psychadelic - Membre émérite https://www.developpez.com
le 07/03/2016 à 20:01
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
Que ce soit véridique ou pas, ce n'est pas parce qu'un outil est utilisé à des fins criminelles qu'il faut l'interdire. Autrement il faudrait interdire les couteaux de cuisine.
Ben c'est le cas, on n'a pas le droit de se balader dans la rue avec une arme blanche de la catégorie d'un couteau de cuisine.

toutes les armes de la catégorie D, qu’elles soient en vente libre ou non, ne peuvent être ni portées ni transportées sans motif légitime.
en cas d’infraction, l’ amende est de 15 000 € et un an de prison.

amendement à la loi de 2012 qui modifie les articles L. 317-8 et L. 317-9 du code de la sécurité intérieure.
Avatar de 23JFK 23JFK - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 07/03/2016 à 21:53
Il faudrait considérer ces appareils comme une extension du cerveau, de sa mémoire ie: On ne peut pas forcer un individu à donner des informations qu'il ne souhaite pas donner. Le mieux que l'on puisse faire, c'est d'intercepter les pensées d'un individu au moment où il les partagent avec autrui et c'est déjà ce qu'il font. Si aucune limite n'est imposée aux autorités, le jour où un scanner médical sera en mesure de déchiffrer les pensées des patients, plus personne ne pourra avoir de pensées non-autorisées (Personnellement, j'ai déjà dû détruire une centaine d'univers...).
Contacter le responsable de la rubrique Accueil