Apple n'est pas obligé d'aider le FBI dans l'affaire San Bernardino
A décidé un juge fédéral de New York

61PARTAGES

6  0 
James Orenstein, un juge fédéral de New York, s'est prononcé en faveur d'Apple sur l'affaire l'opposant au FBI. Pour demander la coopération d'Apple, l'injonction se basait sur le All Writs Act, une loi datant de l'ère coloniale (dans sa forme originale elle fait partie intégrante du Judiciary Act de 1789), qui autorise les cours fédérales américaines à « émettre toutes les ordonnances nécessaires ou appropriées à l’appui de leurs juridictions respectives et conformément aux usages et aux principes du droit ».

Il faut préciser que, pour que cette loi puisse être invoquée, quatre conditions doivent être réunies au préalable :
  • l’absence d'alternatives : la loi n'est applicable que lorsque d'autres outils légaux ne sont pas disponibles ;
  • une base indépendante pour la juridiction : la loi autorise les ordonnances pour aider la juridiction, mais ne crée pas en elle-même un objet de juridiction ;
  • nécessaire ou approprié pour aider la juridiction : l'ordonnance doit être nécessaire ou appropriée pour le cas d'espèce ;
  • usages et principes de la loi : le All Writs Act exige que les tribunaux émettent des ordonnances « acceptables aux usages et aux principes de la loi ».


Notons que, pour ce cas de figure, il ne s'agit pas de demander à Apple de fournir des données en sa possession (chose que l'entreprise accepte de faire), mais plutôt de fournir au FBI une version modifiée de son système d'exploitation iOS pour permettre de déverrouiller le téléphone.

Dans une argumentation s'étalant sur des dizaines de pages, le juge James Orenstein a estimé que le All Writs Act ne saurait s'appliquer à des instances où le Congrès avait l'opportunité (mais ne l'a pas saisie) de créer une autorité afin que le gouvernement puisse obtenir l'aide qu'il recherche comme s'assurer que les entreprises ont un moyen d'obtenir les données d'un téléphone chiffré. Il estime que cette position adoptée par le gouvernement transforme le All Writs Act en « une loi à portée limitée visant à combler les vides [juridiques] pour s’assurer du fonctionnement souple du système judiciaire lui-même, en un mécanisme bouleversant la séparation des pouvoirs en déléguant à l’autorité judiciaire des pouvoirs législatifs ». Selon lui, seul le Congrès est habilité à prévoir dans la loi ces éventuelles obligations de coopération auxquelles seront soumises les entreprises ; le fait qu'un tribunal se serve du All Writs Act pour étendre la portée de la loi est anticonstitutionnel.

Il a déclaré que l'interprétation faite par le gouvernement de cette loi est « absurde » dans le sens où elle va autoriser ce que le gouvernement recherche même si tous les membres du Congrès avaient voté contre l'octroi d'une telle autorité. Cela va porter atteinte « à la protection plus générale contre la tyrannie que les Fondateurs pensaient nécessaire en séparant minutieusement les pouvoirs gouvernementaux ».

« Le gouvernement a pris la décision qu’il valait mieux s’assurer une telle autorité crypto-législative par les tribunaux (dans des procédures qui ont toujours été, au moment du dépôt du présent recours, mises à l’abri du regard du public), plutôt que de prendre le risque d’ouvrir un débat législatif qui pourrait produire un résultat qui lui sied moins », a regretté le juge. « Le débat doit avoir lieu aujourd'hui, et il doit avoir lieu entre les législateurs qui sont suffisamment armés pour considérer les réalités technologiques et culturelles dans un monde que leurs prédécesseurs n'auraient pas pu ne serait-ce que commencer à concevoir ».

Il a également estimé qu'ordonner à Apple d'aider le FBI à déverrouiller le dispositif en question donnerait lieu à une charge déraisonnable à l'entreprise. Il faut rappeler qu'Apple avait expliqué dans la plaidoirie de sa demande d'annulation que des employés allaient être assignés à la tâche sur un temps qui avait été estimé à deux semaines au minimum.

Aucun des facteurs que le juge a examinés pour ce cas ne « justifie qu'il soit imposé à Apple d'aider le gouvernement à mener son enquête contre sa volonté ».

Une porte-parole du département de la justice a expliqué que le DoJ est déçu par cette décision et fera appel. « Comme les documents judiciaires que nous avons fournis au préalable le montrent, Apple a expressément convenu d'aider le gouvernement à avoir accès aux données sur cet iPhone (comme il l'a fait plusieurs fois par le passé pendant de telles circonstances) et a changé de cap dès lors que la demande d'aide du gouvernement a été rendue publique par le tribunal », a avancé Emily Pierce, la porte-parole du DoJ. « Ce téléphone pourrait contenir des éléments de preuves qui nous aideront à mener activement cette enquête criminelle et nous allons continuer de nous servir du système juridique dans notre tentative de l'obtenir ».

Pour Alex Abdo, un avocat de l'American Civil Liberties Union, cette décision « envoie un message fort, notamment que le gouvernement ne peut pas contourner le débat national en essayant de concevoir de nouveaux pouvoirs en se servant des tribunaux ». En se basant sur le raisonnement du juge, il soutient que « si le tribunal rejette la demande du gouvernement à New York, alors la demande du FBI à San Bernardino est aussi nécessairement illégale ».

Source : décision de justice (au format PDF)

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de ticNFA
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 22/03/2016 à 22:56
Citation Envoyé par Iradrille Voir le message
+1

Sinon, j'ai pensé à un truc : ça ne dérange "personne", et "tout le monde" trouve ça normal que la police puisse enfoncer une porte (de maison / appartement) pour une perquisition; mais ça dérange de forcer les entreprises à fournir les clefs de déchiffrement à la police.

Pourquoi cette différence ? Les 2 cas sont assez similaires pourtant; et des abus sont possibles dans les 2 cas (état d'urgence ).
Les guillemets montre que tu es conscient de l'abus de langage, la mention de l'état d'urgence le confirme. Non, tout le monde ne trouve pas normal de défoncer une porte et les abus inhérents à l'état d'urgence montrent bien pourquoi.
En quoi c'est différent ? On va redire un élément incontournable : mettre une backdoor, c'est abaisser le niveau général de sécurité pour tout le monde. Je doute que la police ait des passes pour toutes les portes (ça doit peser lourd). Que penseriez-vous d'un fabricant de portes qui donnerait un passe à la police pour toutes ses portes ? Combien de temps pour que cela atterrisse chez d'autres ?
Comme le souligne Traroth2, qu'Apple puisse se poser en champion de la vie privée montre que nous sommes dans une époque tragicomique où le FBI peut se montrer d'une arrogance faussement stupide (un peu comme Trump).

Sur l'aspect mentionné par LSMetag, cela part du même principe, ne pas corriger une faille abaisse la sécurité pour tout le monde... y compris les services de renseignements. A barbouze, barbouze et demi. Et le dindon de la farce, c'est potentiellement nous.

Les services de renseignements sont des malwares géants.
10  1 
Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 30/03/2016 à 13:44
@secuexpert > vous êtes fatiguant... Vous posez de nombreuses questions dont les réponses sont dans ce topic. Et ce sur un ton qu'il n'est pas bon de lire...
10  1 
Avatar de Gabin F
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 29/03/2016 à 22:09
Citation Envoyé par secuexpert Voir le message
Quelles poursuites?

Quelle est la source qui dit "le FBI arrête les poursuites" ?
Bonsoir,

si vous aviez parcouru la source fournie de prime abord, vous auriez lu dès le premier paragraphe
Citation Envoyé par New York Times
The Justice Department said on Monday that it had found a way to unlock an iPhone without help from Apple,allowing the agency to withdraw its legal effort to compel the tech company to assist in a mass-shooting investigation.
.

Ce qui est encore appuyé au second paragraphe
Citation Envoyé par New York Times
The decision to drop the case — which involved demanding Apple’s help to open an iPhone used by Syed Rizwan Farook, a gunman in the December shooting in San Bernardino, Calif., that killed 14 people — ends a legal standoff between the government and the world’s most valuable public company.
9  1 
Avatar de LSMetag
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 14/04/2016 à 10:37
C'est pas un scoop que le FBI ait fait appel à des hackers professionnels. Que ce soit une boîte Isrëlienne ou des particuliers ne fait aucune différence. Et je pense que c'est la bonne solution et que ça aurait dû être fait dès le départ. Le FBI et la NSA sont des services secrets. Leurs méthodes sont secrètes et doivent rester secrètes (pour le bien de tous). Qu'Apple corrige par la suite une vulnérabilité qui court-circuite le hack n'a rien à voir avec une opposition aux autorités. Les autorités devront juste de nouveau faire appel à des professionnels, ou alors en embaucher.

Ca s'arrête là. Le FBI, avec cette procédure judiciaire, n'a fait qu'afficher une certaine incompétence qui justement a données des pistes à des bandits pour se protéger. Au diable les lois liberticides et les polémiques judiciaires. On développe comme on veut et comme on peut. On sait qu'il y aura toujours plus fort que nous. Aux autorités d'en tirer partie sans nous faire ch...
8  0 
Avatar de Médinoc
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 22/04/2016 à 14:21
Citation Envoyé par Chuck_Norris Voir le message
En effet si Apple exécute les demandes du FBI pour les déblocages individuels mais a refusé la backdoor généralisée comme il le prétend dans sa version des faits, pourquoi le FBI aurait eu besoin des services d'un hacker pour pénétrer un téléphone bien spécifique, via une faille qui concerne un modèle spécifique d'iPhone, le 5C (qui ne doit pas être l'un des plus répandus) et sous une version bien particulière d'iOS, et ça pour un coût exorbitant ?
La réponse est pourtant simple: Avant, Appel gardait un double des clés, et les fournissait au FBI sur simple "demande". Suite au tollé qui a suivi diverses révélations liées, Apple a modifié la fonctionnalité de cryptage des données d'iOS 9 pour qu'il soit entièrement côté client. Apple n'en a donc plus les clés, et il n'ont plus d'autre moyen pour satisfaire une demande du FBI que de saboter le système (ce qui fragiliserait la sécurité de tous les téléphones sous iOS 9), ce qu'ils ont refusé de faire.
8  0 
Avatar de pascaldm
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 22/09/2016 à 17:46
Pour répondre à plusieurs interrogations, le travail réalisé par Sergei Skorobogatov a pris plusieurs mois et mobilisé des compétences rares et des ressources humaines et matérielles non accessibles au premier venu.

Le reverse engineering de la mémoire flash de l'iPhone 5c a consisté à :
- obtenir le diagramme et la schématique du circuit du SoC A6 de l'iphone 5c qui n'est pas disponible publiquement. Le composant de mémoire flash utilisé dans le package LGA60 n'est pas documenté par les fabricants (Toshiba, SK hynix, Samsung et SanDisk).
- Sergei a mis en évidence qu'Apple utilise un contrôleur mémoire dédié avec un brochage de la puce NAND modifié pour qu'une tentative de reverse endommage la puce (permutation des broches VCC et GND).Le protocole a du être reversé par écoute du bus et acquisition des commandes.

L'analyse montre que l'accès aux composant NAND sur la carte est protégé par des écrans métalliques soudés, par une résine epoxy et enfin par une proximité de 0,05 mm avec le PCB. Cela rend le déssoudage de la NAND délicat à cause du risque d'endommager la puce mémoire. Là il faut des compétences et du savoir-faire. Le processus a été complexe.

Ensuite, il a fallu connecter les broches de la NAND avec des straps au PCB. L'iPhone plantait car une distorsion des signaux de communication provenait du parasitage de la capacitance et de l'inductance à cause du déport des broches avec des fils. Les problèmes à ce stade ont été nombreux. La source d'horloge du SoC a aussi requis l'insertion de résistance sur les lignes du signal.

Un circuit imprimé spécifique a été construit pour connecter un oscilloscope et un analyseur logique aux broches de la NAND pour l'écoute du bus.

Une rétro-ingénierie du protocole a permis d'implémenter les commandes pour la lecture, l'effacement et l'écriture de la mémoire flash. Ce reverse a requis la construction d'un programmateur de circuit intégré pour débuguer les commandes avec la puce NAND et comprendre l'agencement des blocs et unités d'informations.

Le backup de la puce NAND a été effectué sur une autre puce NAND identique provenant d'un autre iPhone grâce à une carte de test spécialement conçue à base de microcontroleur PIC PIC24EP512GP806. Le backup de 8 Go a duré 1h20...

Après le backup, la puce NAND a été reconnectée à l'iPhone. Après le boot (35 sec), 6 mots de passe sont entrés puis l'iPhone est éteint car à partir du 7ème mots de passe infructueux, le délai d'attente s'incrémente trop. Il faut encore attendre 10 sec avant de retirer la NAND et la brancher sur la carte de test. Un balayage de la NAND comparé au backup permet de trouver les blocs à effacer puis à réécrire. La mémoire NAND est éteinte puis reconnectée à l'iPhone et on continue à tester les mots de passe par 6. Il faut environs 40 heures pour un passcode de 4 digits (cela devient prohibitif pour 6 à 8 digits). Comme la méthode ne tient pas compte du wear levelling, une usure prématurée de la mémoire flash peut la rendre inutilisable, il a donc fallu pouvoir la cloner.

Le clonage a eu aussi son lot de surprise, le processus a permis de créer un clone de la NAND (y compris pour des pages mémoires fantômes supérieures à 16 Go!). L'iPhone a réussi à démarrer depuis le clone de la NAND.

En conclusion, il sfaut comprendre qu'il s'agit d'un PoC dans un cadre académique. La méthode n'est donc pas automatisée et requiert des interventions manuelles (beaucoup de branchement/débranchement de la puce NAND). Avec un passcode >= 6 digits, les tests deviennent trés long.

Le coût "réduit" ne concerne que la quincaillerie électronique nécessaire pour reproduire le PoC. Le coût réelle du reverse et de l'analyse est très différent. L'étude nécessite un oscilloscope, un analyseur logique, une station de soudage de précision, un PC, des iPhones, un microscope électronique, sans parler des 4 mois de jours/hommes de plusieurs experts. La facture réelle se chiffre en centaines de K€. Pour que la méthode soit industrielle, il faudrait monter un banc de test automatisé évitant les interventions manuelles. Ce n'est pas l'objet de ce très bon travail académique, il s'agissait de démontrer la faisabilité ce qui a été fait, dont acte !

La video de démo par Sergei sur Youtube:
8  0 
Avatar de AoCannaille
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 07/03/2016 à 16:34
Citation Envoyé par Daïmanu Voir le message
Mouais, c'est un peu facile leur histoire, où sont les sources et les chiffres ?

Perso, j'ai du mal à les croire sur parole. Ça ressemble plus à une tentative de persuader les autorités de la « dangerosité » de l'iPhone.
Je les vois bien faire un sondage :
"1. êtes vous un criminel ?"
"2. Utilisez vous un iPhone?"
7  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 07/03/2016 à 18:51
Que ce soit véridique ou pas, ce n'est pas parce qu'un outil est utilisé à des fins criminelles qu'il faut l'interdire. Autrement il faudrait interdire les couteaux de cuisine, les battes de base-ball, et que sais-je encore. En s'en prenant à l'outil, encore une fois, c'est le singe qui se focalise sur le doigt quand on montre la lune. Interdisez l'iPhone ou même ce que vous voulez, vous n'arrêterez pas les criminels : ils se tourneront vers autre chose, voire feront leurs propres outils. On se contente de retarder l'inévitable plutôt que de s'attaquer à la source du problème. Et c'est qui qui paye le plus ? C'est la personne lambda, pour un avantage des plus limités.
7  0 
Avatar de kain_tn
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 15/03/2016 à 20:39
Les shérifs américains sont des officiers élus. Le gars veut faire parler de lui, comme bon nombre de nos députés ces derniers temps en racontant tout et son contraire.
7  0 
Avatar de Chuck_Norris
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 22/03/2016 à 17:25
Citation Envoyé par nirgal76 Voir le message
Mouais, Apple a décidé d'aider mais on négocié pour ne pas que ça ne s'ébruite. Comme ça, Apple ne perd pas la face et le FBI fait croire qu'il a les capacités de le faire. Tout le monde y gagne. Ca sent l'arnaque tout ça.
N'est-il pas un peu tard pour étouffer l'affaire après que chacune des parties ont crié à qui veut l'entendre leur différent, et à de nombreuses reprises ? Quand on a tout fait, des deux côtés, pour mettre la machine communication en place, on ne peut pas la faire disparaître d'un coup de faille spatio-temporelle.
7  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web