Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Accord Microsoft - Éducation nationale : des défenseurs du Libre protestent
Et menacent de porter plainte contre la ministre

Le , par Michael Guilloux

0PARTAGES

14  0 
Êtes-vous pour ou contre ce partenariat ?
Le gouvernement français a entrepris ces dernières années des actions pour promouvoir les solutions libres et open source dans ses administrations. On peut par exemple le remarquer à travers l’initiative de la Gendarmerie nationale de migrer ses systèmes vers Linux, et celle du ministère du Travail d’adopter les technologies open source pour ses applications. Pour encourager ce mouvement vers le Libre, depuis 2013, l’État publie également chaque année un socle interministériel des logiciels libres (SILL), qui sert en quelque sorte de guide en ce qui concerne les logiciels libres recommandés pour l’administration.

C’est donc avec désappointement que bon nombre d’observateurs ont accueilli en fin novembre un accord signé entre Microsoft et le ministère de l’Éducation nationale. Si l’accord prévoit de mettre gratuitement des outils et services de Microsoft à disposition des établissements scolaires, certains médias estiment que l’école a tout simplement été « vendue (pas cher) » à Microsoft. Ils estiment que ce partenariat n’était que la monnaie d’échange d’un accord signé entre Satya Nadella et François Hollande en novembre dernier ; accord à l’issue duquel le patron de Microsoft a sorti un chèque de 83 millions d’euros pour aider les startups de la « French Tech ».

Les défenseurs des logiciels libres n’ont pas non plus voulu garder le silence après cette opération. Ils ont donc exprimé une opposition juste après la signature de l’accord, estimant qu’un partenariat avec le monde du Libre aurait été plus avantageux. Si leurs protestations n’ont pas été entendues la première fois, ils reviennent à la charge avec plus d’exigence. Le collectif EduNathon, qui regroupe le CNLL (Conseil national du logiciel libre) et les associations La Mouette et Ploss-RA, a en effet déposé un recours pour demander l’annulation de l’accord qui devrait être soumis à un appel d’offres ou à une procédure de marché public.

Soutenu par deux avocats connaisseurs du droit des logiciels et du marché public, le collectif menace encore de porter plainte contre la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem pour favoritisme, si le partenariat n’est pas annulé. Ils estiment en effet qu’en signant cet accord, la ministre s'est « placée dans l’illégalité au regard du Code des marchés publics » qui stipulerait que « qu’il s’agisse des prestations de formation, des cours de code, du cloud ou des logiciels de bureautique, ces services et produits auraient dû faire l’objet d’une mise en concurrence par le ministère ». Si madame Vallaud-Belkacem refuse donc de se plier à leur demande, elle pourrait être poursuivie « pour atteinte à la liberté d’accès et à l’égalité des candidats dans les marchés publics, voire pour du favoritisme », ont-ils déclaré dans un communiqué.

Source

Et vous ?

Êtes-vous pour ou contre ce partenariat entre Microsoft et l’Éducation nationale ? Pourquoi ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Chuck_Norris
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 29/01/2016 à 19:59
Citation Envoyé par sazearte Voir le message
Le but de l'école c'est de former des salariées.
Justement je ne pense pas que cela soit son but. L'école, c'est pour donner des bases, des méthodes, ouvrir l'esprit au monde et préparer à des formations spécifiques avant le monde du travail.

Si tu formates toute la scolarité un élève en enseignant "il n'existe que cela", on obtient non pas un salarié opérationnel, mais un salarié formaté, ce qui n'est pas la même chose.

Je ne dis pas qu'il ne faut pas former les étudiants aux outils d'entreprise, mais se limiter strictement à des outils d'une entreprise spécifique pour toute la scoralité des enfants parce qu'une entreprise a subventionné grassement l'école, c'est ça qui me paraît dangereux. C'est la main-mise des sociétés sur la jeunesse d'un pays, un rêve que beaucoup de multinationales aimerait réaliser.
26  0 
Avatar de Max Lothaire
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 29/01/2016 à 20:27
Citation Envoyé par sazearte Voir le message
Le but de l'école c'est de former des salariées.
Et si je suis un homme ou que je veux créer ma boite, comment je fait ?

Parenthèse un peu inutile, navré d'avance, mais la mission fondamentale de l'école, quelle soit remplie en pratique ou non, c'est de transmettre du savoir (linguistique, culturel, scientifique, technique, etc...). Que ces savoirs soient fondamentaux (français, histoire math, ...), ou plus spécialisées (Medecine, Informatique, ...).

Dire ce que tu viens d'écrire, c'est faire comme mes anciens camarades du fond la classe « A quoi ça sert le théorème de Pythagore ? Je m'en servirais jamais ! ».

Même si le travail occupe une place central dans la vie, ce n'est pas sont unique constituant. Et je trouve dommage que certains puisse affirmer comme si c'était une situation normale que l'école doit uniquement former des larbins à patron.
16  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 29/01/2016 à 20:30
Citation Envoyé par sazearte Voir le message
Le but de l'école c'est de former des salariées.
C'est la plus grosse connerie que j'ai jamais entendue de toute ma vie.
Dans le roman 1984, certainement, mais dans la vraie vie j'espère (naïvement peut-être) qu'on en est pas déjà là.

Concernant l'accord avec Microsoft, je suis contre, pour les raisons évoquées dans l'article mais également parce qu'on n'a aucune garantie concernant l'utilisation des données collectées via les services proposés par Microsoft.
16  1 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 29/01/2016 à 22:38
Citation Envoyé par Dryusdan Voir le message
Que l'on souhaite que l'éducation national doit utiliser des logiciels libre ok, des solutions libres ok (même si ça fera moins de boulot pour les informaticiens donc moins d'emplois) il faut aussi ce dire que passer d'un Ubuntu / Débian / ... Avec 36 000 interface graphique possible, au thème aéro de Windows. Voilà comment les perdre.
De plus, les cantonné dans le libre pour entrer dans un marché où seul des PC Windows sont vendu.
Et pour ce qui est du libre, j'en ai eu ma claque, jamais je n'ai vu OpenOffice, Android, LibreOffice fonctionner correctement surtout que ce sont les logiciels que l'on utilise le plus souvent. Après il y avait VLC (j'apprécie pas non plus mais c'est l'interface, surtout que Windows gère la même chose maintenant). Certain logiciel qu'utilise l'État sont conçu que pour Windows (d'autre tourne en Java).
Si je comprends bien, tu nous dis que Microsoft exerce déjà une situation de monopole et que les gens qui essaient d'en sortir n'y arrivent pas.
Ça confirme donc que c'est à l'école de montrer qu'il existe des alternatives et comment les utiliser.
13  0 
Avatar de Chuck_Norris
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 29/01/2016 à 22:14
Citation Envoyé par otofraise Voir le message
Il faut arrêter de croire que les élèves et étudiants vivent dans une bulle scolaire et qu'ils n'ont que la connaissance des outils qu'ont leur présente. Je suis enseignant en DUT Informatique, et nos étudiants arrivent à la fac avec un bagage d'outils qu'ils ont essayé chez eux, pour des projets persos. La plupart du temps, des solutions libres et surtout gratuites. [...]
Attention, ici tu parles d'enseignement supérieur, niveau DUT, et en informatique de surcroît. C'est une fraction bien spécifique de l'ensemble des élèves et étudiants français. Alors oui effectivement la plupart du temps les étudiants qui s'engagent dans les études supérieures en informatique ne se contentent pas de leur bagage scolaire dans le domaine.

Mais si on élargit à l'ensemble des niveaux et des filières, je pense que les choix des outils informatiques par les enseignants sont bien plus susceptibles de formater l'élève qui ne voit pas l'intérêt de l'outil informatique ou qui ne voit pas l'intérêt de pousser plus loin l'étude de l'outil informatique en-dehors des études. Et c'est à eux que je pense.
10  0 
Avatar de Laurent 1973
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 01/02/2016 à 14:37
Citation Envoyé par sazearte Voir le message
Sauf que voila Windows XP sa date de 2001, comparer un OS de siècle dernier avec une distrib linux à jours, c'est pas très juste.
Ou alors fallait installer la première version d'Ubuntu, ou un Debian 5 pour être cohérent.

Niveau stabilité, Windows 10 l'est 100 fois plus que windows xp.

Windows 10 ne demande pas plus de puissance que Ubuntu 15 par exemple.
Non, je ne compare pas du tout 2 OS de génération différentes.
L'histoire que je raconte remonte à une petite dizaine d'année (vers 2006-2007).

Les deux OS étaient de la même époque.
Comme quoi, même à l'époque avec la faiblesse des portages de drivers matériel, Linux était une solution possible dans le milieu de l'éducation.
Et puis, dans ce que je raconte, je voulais beaucoup plus comparer le rapport cout/besoin pour une école que vraiment la fiabilité de l'OS.

Il n'y a aucune nécessité d'avoir un système propriétaire (et donc payant) dans les écoles, l'important est juste d'avoir une maintenance adaptée comme cela est déjà le cas dans beaucoup de commune.
Pourquoi avoir Windows 10 dans une école primaire? Une Edubuntu 10.04 sur des PC de plus de 5 ans suffirait largement en faite
9  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/01/2016 à 0:42
Citation Envoyé par sazearte Voir le message
Le but de l'école c'est de former des salariées.
L'école doit donc apprendre aux élevés à utiliser les logiciels qui serons utilisé en entreprises libre ou pas.
Ça c'est le but des cursus professionnels. Que les cursus professionnel forment en priorité sur les outils les plus communs du monde professionnels, c'est logique. Le cursus général doit au contraire viser d'avantage a l'ouverture d'esprit, c'est plus problématique.
8  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 29/01/2016 à 22:13
Citation Envoyé par jopopmk Voir le message
On ne forme pas des "salariés" mais des "informaticiens".
L'éducation nationale concerne les collèges et les lycées et ne forme donc pas d'informaticiens (à part quelques BTS peut-être).
7  0 
Avatar de Zefling
Membre expert https://www.developpez.com
Le 30/01/2016 à 2:04
J'ai comme l'impression qu'il y en a qui ont oublié ce qu'est l'enseignement général. De 6 à 14-15 ans (fin du collège), on n'est pas censé apprendre un métier (sauf cas particulier) et ça va jusqu'à 17-18 pour ceux qui prennent le lycée général. Je ne vois pas en quoi un élève doit être formaté à Microsoft pour recevoir de la culture générale.
7  0 
Avatar de Laurent 1973
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/02/2016 à 15:20
Citation Envoyé par LSMetag Voir le message

Là je parlais au niveau collège, lycée ou plus. Mais au niveau primaire, je ne sais pas comment un enfant de 6 ans va réagir face à un Linux...
Je te laisse lire plus haut ma petite histoire avec des élèves de grande section/C.P. (donc 6 ans justement)

Et bien pour faire des "jeux" éducatifs sur les lettres et les chiffres, il n'y a aucun problème avec ce publique là, justement.
En plus, la distribution Edubuntu est justement fait pour cela: c'est remplis de petits jeux de ce style pour des élèves de primaire.
L'informatique doit rester un outil au service de l'apprentissage des élèves.

Alors que livrer un Windows dans une école ... et ben tu as un Windows vide.
On peux avoir un MS-Word ? ce n'est pas du tout l'outil adapté à un enfant de cet age.
Déjà, MS-Word n'est pas fun et amusant pour un enfant.
En plus ce n'est pas l'outil adapté pédagogiquement pour appréhender un clavier et une souris dans un contexte d'enfant qui découvre la lecture, l’énumération, ...

Et puis, de toute façon, à cette age là, ils ne savent pas encore lire les mot "windows" et "linux" ...
7  0