Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Mark Zuckerberg défend Free Basics en Inde
Suite à la demande de suspension du service par les autorités

Le , par Stéphane le calme

80PARTAGES

2  0 
Mise à jour du 08 / 02 / 2016 : Free Basics de Facebook visé par une loi sur les tarifs discriminatoires

L'Inde a adopté une nouvelle loi qui empêche les services de télécommunications de facturer des tarifs tributaires du contenu. Décision qui aura une répercussion importante sur les entreprises de technologie comme Facebook.

L'Autorité indienne de régulation des télécommunications (TRAI), a adopté la loi Prohibition of Discriminatory Tariffs for Data Services Regulations qui stipule en partie que « aucun fournisseur de service ne doit offrir ou appliquer des tarifs discriminatoires pour les services de données sur la base du contenu ».

Bien que cette loi sera applicable à toutes les entreprises, il est évident que les récentes initiatives de Facebook dans le pays ont joué un rôle majeur dans la mise en place de la nouvelle législation. Free Basics, l'initiative Facebook pour apporter internet dans les zones les plus reculées, a été largement critiquée et accusée d'avoir violé les principes de la neutralité du NET. En décidant quels services internet étaient inclus dans son offre gratuite et lesquels ne l'étaient pas, les critiques soutenaient que Facebook s'érigeait en gardien des services dits zero-rating (aussi appelées données sans frais ou données sponsorisées). En effet, Facebook lui-même occupe une place de choix dans l'application Free Basics, ce qui signifie que les Indiens peuvent accéder à Facebook sans avoir à payer de frais de données.

En décembre dernier, le TRAI a demandé à l'opérateur partenaire de Facebook, Reliance Communications, de suspendre le service Free Basics. Suite à la demande de suspension des autorités, Mark Zuckerberg, PDG et cofondateur de Facebook, a défendu cette initiative, armé d'arguments destinés à contrer les détracteurs de cette initiative.

« Notre mission est de donner à chacun dans le monde le pouvoir de partager ce qui est important pour lui ainsi que de connecter chaque personne dans le monde », a expliqué Mark Zuckerberg lors d'une série de questions et réponses qui s'est déroulée en octobre dernier à l'Indian Institute of Technology (IIT). « Et l'Inde est la plus grande démocratie du monde. Pourtant il y a un milliard de personnes en Inde qui ne disposent pas encore de l'accès à internet, et si nous nous soucions du fait de connecter le monde entier, il n'est pas possible de le faire s'il y a tellement de personnes qui ne disposent pas de l'accès à la connectivité de base ».

Suite à cette décision de la justice, Facebook n'a pas décidé que ce serait la fin de l'aventure Free Basics en Inde. Un porte-parole a indiqué que « notre but avec Free Basics est de permettre à plus de gens de venir en ligne avec une plateforme ouverte et non exclusive. Bien que nous soyons déçus de cette décision (des autorités), nous continuerons nos efforts pour éliminer les barrières et donner aux personnes non connectées un chemin plus aisé vers internet et les opportunités que cela comporte ».

Du côté de la World Wide Web Foundation, le père du web, Sir Tim Berners-Lee, félicite la décision prise par les autorités : « nous devons connecter tout le monde au plein potentiel d'un web ouvert. Nous appelons les entreprises ainsi que le gouvernement indien à travailler avec les citoyens et des sociétés civiles afin d'explorer de nouvelles approches pour connecter tout le monde comme utilisateur actif via des allocations gratuites de données, des systèmes d'accès public ou d'autres approches novatrices ».

Source : BBC

Au vu des restrictions qu’imposait l’initiative Internet.org dans le choix des applications accessibles via l’interface installée, Facebook a été jugé trop partial. Une lettre ouverte a été adressée à son initiateur, le PDG de Facebook qu’est Mark Zuckerberg, signée par 65 associations opérant sur le web dans les cinq continents. Il était notamment question du manque de neutralité du web ainsi que de la violation de l’égalité des chances. Raison pour laquelle Facebook a dû se résoudre à rebaptiser son initiative « Free Basics », puisque le consortium estimait que le nom Internet.org n’était pas du tout représentatif d’internet étant donné que le programme faisait appel à une infime partie du web.

À ce propos, Mark Zuckerberg avait expliqué « nous annonçons également un nouveau nom pour l'application mobile et le site web : Free Basics by Facebook. Nous faisons ce changement afin de mieux distinguer l'initiative Internet.org des programmes et services que nous fournissons, y compris Free Basics ».

Cependant, la semaine dernière, l’Agence indienne de régulation des télécoms (TRAI) a demandé à l'opérateur partenaire de Facebook, Reliance Communications, de suspendre le service. Le Times of India explique que cette demande de suspension a été faite dans l'attente des conclusions d'une consultation sur l'accès à internet, car le service est accusé de violer les principes de la neutralité du net et de favoriser certains sites au détriment d'autres. Il est également mentionné que le système mis en place ne permet qu’à ceux qui ont les moyens d’accéder à un internet dans son ensemble, sans restriction, tandis que pour les autres seuls les services sélectionnés, parmi lesquels Facebook, sont accessibles.

Facebook avait alors expliqué que « Free Basics donne aux gens l'accès à des services essentiels, tels que la communication, la santé, l'éducation, des offres d'emploi et de l'information agricole – le tout sans frais de données. Cela aide ceux qui ne peuvent se permettre de payer pour les données, ou qui ont besoin d'un peu d'aide pour faire leurs débuts en ligne. Et c'est ouvert à toutes les personnes, les développeurs et les réseaux mobiles ».

Cette fois-ci, le PDG de Facebook revient à la charge dans une tribune publiée dans le Times of India où il se défend de limiter l’accès à internet avec une métaphore dans le monde réel : « nous avons des collections de livres basiques gratuits, elles sont appelées bibliothèques. Elles ne contiennent pas tous les livres, néanmoins elles en fournissent un bon nombre. Nous avons des soins de santé gratuits. Les hôpitaux publics ne fournissent pas tous les traitements, néanmoins ils sauvent des vies. Nous avons l’éducation de base gratuite. Chaque enfant mérite d’aller à l’école ».

Par la suite il explique que « nous savons que lorsque les gens ont accès à internet, ils ont également accès à des emplois, à l’éducation, aux soins de santé, à la communication. Nous savons que pour dix personnes qui se connectent sur internet, environ une personne est sortie de la pauvreté. Nous savons que pour que l’Inde puisse observer des progrès, plus d’un milliard de personnes doivent être connectées sur internet ».

Zuckerberg rappelle que « plus de 35 opérateurs ont lancé Free Basics et 15 millions de personnes se sont connectées. La moitié des utilisateurs de Free Basics qui ont découvert internet par ce biais paient pour accéder à l’internet complet sous 30 jours ». Et il précise « Il ne s’agit pas des intérêts commerciaux de Facebook ; il n’y a même pas de publicité sur Free Basics. Si les gens perdent leur accès à ces services, ils perdront simplement l’accès à toutes les opportunités offertes par internet aujourd’hui ».

Il a conclu en disant « tout le monde mérite d’avoir accès à internet. Les services Free Bacis peuvent aider à atteindre cet objectif. Free Basics doit continuer pour aider l’Inde à atteindre l’égalité numérique ».

Pourtant, Mahesh Murthy, patron d’une startup indienne interrogé par Bloomberg, a expliqué que « nous n’avons pas de problème avec l’internet libre à partir du moment où il est ouvert pour tous. « Free Basics » n’est qu’un moyen de verrouiller les utilisateurs vers l’écosystème de Facebook. Il n’y a pas Google ni YouTube », précisant par la suite « qu’il n’est pas possible que les riches aient accès à l’intégralité du NET quand les pauvres eux ne peuvent avoir accès qu’à Facebook ».

Source : Times of India, Times of India (tribune de Mark Zuckerberg)

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Orgoff
Membre averti https://www.developpez.com
Le 31/12/2015 à 9:08
Citation Envoyé par earhater Voir le message
Sans être un pro-Facebook, je trouve que ce qu'il dit est plutôt censé dans le sens ou ils refusent qu'un service gratuit soit mis en place par une entreprise privée. S'ils veulent absolument respecter la neutralité du web, qu'ils fassent en sortent que les gens puissent se payer un accès internet sans devoir se priver de nourriture (hausse de l'emploi et / ou baisse des coûts des FAI locaux par exemple). En plus ce n'est pas comme si c'était juste Facebook qui était proposé gratuitement mais bien une panoplie de service en ligne (et je trouve encore normal qu'il n'y ai pas l'accès à tout le web gratuitement, Facebook Google ou les autres ne sont pas des FAI mondiaux).
Ce qui me désole le plus c'est ce rôle de mécène qu'aimerait se donner Facebook dans cette histoire ou celle avec Mark qui "donne" généreusement ses 99% de ses actions à son association (à but non lucratif). Dans les deux cas, ces deux entités sont là sont pour le dieu $ et sous un prétexte humanitaire. Avec internet.org, Facebook cherche juste à conquérir de nouveaux marchés ni plus ni moins même l'inventeur du www avait sortit son "just say no" :


In the particular case of somebody who’s offering … something which is branded internet, it’s not internet, then you just say no. No it isn’t free, no it isn’t in the public domain, there are other ways of reducing the price of internet connectivity and giving something … [only] giving people data connectivity to part of the network deliberately, I think is a step backwards.
Posez vous la question que si les intentions de Facebook étaient si pures, pourquoi ne fournirait-il pas un internet qui ne serait pas bridé ?
5  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 31/12/2015 à 12:26
À coût équivalent, offrir une connexion débridée mais à plus faible débit est justement mieux que fournir un accès à internet bridé à plus fort débit. C'est là la logique que n'a pas ce cher Mark. En bridant, il y a une sélection à faire, et cette sélection est un outil de propagande. Internet étant justement un réseau supposé être totalement ouvert auquel chacun peut participer comme il l'entend, on ne peut pas dire qu'on offre une connexion à internet en n'en fournissant qu'une partie très restreinte choisie a priori par un acteur privé.
5  0 
Avatar de Orgoff
Membre averti https://www.developpez.com
Le 31/12/2015 à 12:04
Citation Envoyé par sazearte Voir le message
Oui le but d'une entreprise c'est de gagner de l'argent, mais elle peut le faire en faisant le bien.

Proposer un accès gratuit et limiter à internet, c'est mieux que rien je trouve. Si il proposait un internet gratuit et non bridé, plus personne n'achèterais d'abonnement. Cette offre est à destination des plus pauvre, et en Inde y'a de grosse inégalités, 1 personne sur 3 vit en dessous du seuil de pauvreté.
Sauf que Facebook présente Internet.org comme un projet humanitaire alors qu'il n'en est rien. D'ailleurs les indiens ne s'y méprennent pas d'où leurs rejets de ce service, d'ailleurs l'incompréhension de MZ est assez amusante.

Sinon je trouve que ca soulève deux principaux problèmes :
- limiter internet reviens à dire qu'il s'agit d'une censure. On critique beaucoup la censure chinoise à juste raison, mais qu'une entreprise privée décide de quoi diffuser ne poserait pas de problèmes ? Moi je trouve ca potentiellement très dangereux..
- FB a accès à tout le contenu et ce qui font les utilisateurs qui utilisent leur "free basics". Ils peuvent donc disposer de ces informations comme ils veulent et ajouter à cela leur progression dans la reconnaissance d'image, on obtient une politique à la NSA par une société privé.
4  0 
Avatar de Iradrille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 31/12/2015 à 20:09
Citation Envoyé par Orgoff Voir le message
Posez vous la question que si les intentions de Facebook étaient si pures, pourquoi ne fournirait-il pas un internet qui ne serait pas bridé ?
Si les intentions de Facebook étaient si pures, leur business ne serait pas basé sur la violation de la vie privée ni sur la revente d'informations.

Citation Envoyé par sazearte Voir le message
Proposer un accès gratuit et limiter à internet, c'est mieux que rien je trouve. Si il proposait un internet gratuit et non bridé, plus personne n'achèterais d'abonnement. Cette offre est à destination des plus pauvre, et en Inde y'a de grosse inégalités, 1 personne sur 3 vit en dessous du seuil de pauvreté.
Tant que c'est limité correctement oui.

Exemple : débit / durée d'utilisation (x heures par mois) / transferts de données (x Go / mois) / certains protocoles bloqués éventuellement / etc..

Mais un accès gratuit seulement à Facebook et aux services qui gravitent autours, c'est honteux.
Puis l'approche "Internet.org" => le nom laisse sous-entendre que c'est représentatif d'Internet, le .org que c'est un truc à but non lucratif. Alors que c'est ni l'un ni l'autre : c'est juste une opération marketing pour amener des clients (de là à voir un lien avec le maintient du support de SHA-1 il n'y à qu'un pas).
4  0 
Avatar de Conan Lord
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/02/2016 à 17:39
Citation Envoyé par sazearte Voir le message
maximiser son profit si tu préfère
Tu insistes, mais non, goomazio t'a donné les bonnes définitions. Le but d'une entreprise est de fournir des produits et services. Pour ce faire, elle doit être rentable, c'est logique, mais pas forcément maximiser les profits. C'est juste pas dans la définition. Ou alors, il faut utiliser un autre terme que "entreprise". Tout le monde n'est pas aussi gourmand que Facebook.

Ensuite :

Citation Envoyé par sazearte Voir le message
Et enfin, ont parle pas de l'Afrique mais de l'Inde, c'est pas pareil pour moi, car l'Inde c'est le pays avec le plus d'inégalité, ont a les mec les plus riches, une croissance de 5% et 1/3 de la pop qui vit en dessous du seuil de pauvreté. Facebook à bien choisit sa cible : 1/3 des indiens. Sans Internet.org pas d'internet, avec Internet.org une partie d'internet.
J'ai l'impression que tu ne te rend absolument pas compte de la situation du public visé par ces services. On ne parle pas du salarié moyen qui a du mal à boucler ses fins de mois là. Le terme "sous le seuil de la pauvreté" est trompeur : "En France, un individu est considéré comme pauvre quand ses revenus mensuels sont inférieurs à 828 euros ou 993 euros selon le seuil de pauvreté adopté" (source : http://www.inegalites.fr/spip.php?article343). Il va de soi que la situation en Inde n'est pas comparable. Tant qu'à te baser sur ces chiffres, regarde plutôt ce tableau. Internet.org n'est pas mieux que rien, mais plutôt une blague de très mauvais goût. Si une boîte venait en France offrir des téléphones connectés bridés aux clochards (dans un but clairement pas désintéressé, comme tu le reconnais), personne ne la défendrait. Pourquoi alors défendre Facebook qui vient partager son petit monde étriqué à une population qui souffre de malnutrition (80 % au Nord de l'inde, c.f. tableau cité plus haut) ? Tu as beau dire que ce n'est pas la Somalie (ça leur fait une belle jambe), il n'empêche qu'ils ont besoin de biens de survie et d'hygiène de base.
4  0 
Avatar de EPITECH42
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 11/02/2016 à 11:34
Si tu veux donner internet à des gens:
Un périphérique capable et une connexion satellite.

Ils ont tous oublié le KISS au profit du ROI !
L'altruisme n'existe pas chez les personnes morales à but lucratif. Ne défendez pas des gens qui sont peu scrupuleux du sort de la planète et de leurs congénères. Ils ne méritent que notre dédain.
4  0 
Avatar de goomazio
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 31/12/2015 à 12:42
Citation Envoyé par sazearte Voir le message
Oui le but d'une entreprise c'est de gagner de l'argent, mais elle peut le faire en faisant le bien.
.
Une entreprise est une organisation ou une unité institutionnelle, mue par un projet décliné en stratégie ou en politiques et plans d'action, dont le but est de produire et de fournir des biens ou des services à destination d'un ensemble de clients ou usagers.
Wikipedia.fr

Affaire agricole, commerciale ou industrielle, dirigée par une personne morale ou physique privée en vue de produire des biens ou services pour le marché ; unité économique de production ; firme : Entreprise industrielle, commerciale
Larousse.fr

Ok, on parle de marché, et on est plutôt capitalistes, mais quand on se dit qu'une entreprise sert à faire de l'argent, ça ouvre les portes à tout et n'importe quoi : "hey, faut bien qu'on fasse du fric, c'est à ça qu'on sert".
3  1 
Avatar de Issam
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 07/01/2016 à 4:22
pourquoi ne pas utiliser tout cet argent et énergie pour aider au développement Economique local de ces population .

s'il veut aider vraiment il y'a plus important et urgent .
2  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 07/01/2016 à 9:44
Citation Envoyé par sazearte Voir le message

2) Internet peut contribuer au développement économique. Un schéma naïf : Internet apporte la connaissance, la connaissance la paix, la paix l'éducation et l'éducation le développement (oui c'est très simpliste comme raisonnement mais c'est l'idée).
J'aurais mis l'éducation en premier, car bon, avoir internet quand tu ne sais pas lire, cela ne t'apporte pas tellement de connaissance, car tu reste bloqué sur la page d'accueil de ton moteur de recherche...

Je ne vois pas en quoi la connaissance apporte la paix, nous vivons dans des sociétés plutôt évoluées, avec énormément de connaissances, et on s'en sert pour aller se faire la guerre plutôt que pour essayer d'améliorer la vie de tout le monde.

Et puis bon, acquérir des connaissances quand tu es limité à Facebook et une trentaine de site triés sur le volet... Que cela leur permette de contacter un médecin plus vite, je veux bien, de la à dire que cela va les transformer en pays développés... Il faudrait déjà commencé par cesser de piller leurs richesses, histoire qu'ils puissent développer leurs propres infrastructures (que cela soit écoles, hôpitaux, ou internet), les aider à former des professeurs / médecins / ingénieurs agricoles, etc etc.

Enfin bref, cela part d'un bon sentiment, mais c'est très mal fait et très intéressé de leur part (bah oui, donner accès à FB à des millions d'Africains, c'est autant de nouveaux "clients" et donc autant de "gains" potentiels, ça fait monter les actions, après que ces Africains meurent de faim devant leur écran FB, ce n'est plus trop leur soucis).
2  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 07/01/2016 à 10:10
Citation Envoyé par sazearte Voir le message
Faut sortir des stéréotypes, l'Afrique c'est pas que la Somalie, tous le monde ne meurt pas de faims, la plupart ont même un téléphone portable et téléphone avec...
La plupart de ceux qui vivent dans une grande ville peut-être, ce qui est loin d'être le cas de tout le monde. Je pense qu'il y a plus de monde qui a besoin de manger mieux (ou tout court) que de personnes ayant besoin d'internet quand même.

C'est comme chez nous, on a bien des gens sans emploi qui bouffent des pates tous les jours (voir qui ne mangent pas tous les jours), mais qui ont quand même un Smartphone, le fait que certaines personnes ne sachent pas prioriser leurs besoins ne prouvent rien du tout.

Donc certes, ce n'est pas la Somalie partout mais il n'y a pas des problèmes de nutrition, de santé et d'éducation qu'en Somalie, ayant régulièrement des rapports d'activités de médecins du monde ou autres du fait d'être donateur, je peux te certifier qu'ils sont actifs à divers endroits du continent.

Citation Envoyé par sazearte Voir le message

Et enfin, ont parle pas de l'Afrique mais de l'Inde, c'est pas pareil pour moi, car l'Inde c'est le pays avec le plus d'inégalité, ont a les mec les plus riches, une croissance de 5% et 1/3 de la pop qui vit en dessous du seuil de pauvreté. Facebook à bien choisit sa cible : 1/3 des indiens. Sans Internet.org pas d'internet, avec Internet.org une partie d'internet.
Non, un des deux derniers articles de ce fil parle de l'Inde, Internet.org / Free basics, n'est pas déployé qu'en Inde hein.

L'inde ou l'Afrique ne sont que 2 exemples différents. Je ne vois pas pourquoi on devrait se limiter à parler du déploiement indien.

Citation Envoyé par sazearte Voir le message

Tous sa pour dire: c'est peut etre mal fait (on peut en débattre), mais c'est mieu que rien.
C'est tellement mieux qu'avant que même les Indiens n'en veulent pas...
2  0