Les prochaines versions d'Android pourraient ne pas implémenter les API Java propriétaires d'Oracle
Google envisage-t-il de perdre son procès ?

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
En 2010, Oracle a porté plainte contre Google, réclamant 6 milliards de dollars (même si le juge a trouvé ce montant extrêmement élevé et l’a donc rejeté) pour avoir violé des brevets ainsi que le droit d’auteur avec son système d’exploitation mobile Android. Il faut se souvenir qu’Oracle a récupéré la technologie Java avec le rachat de Sun Microsystems. Après de nombreux rebondissements, la société de Larry Ellison a perdu la bataille autour du brevet, mais le jury était partagé autour de la question du droit d’auteur. Le jury a reconnu que Google a copié les API Java, mais il a été incapable de se prononcer sur le fait que cette copie était illégale ou si elle tombait sous la doctrine « fair use » (ensemble de règles de droit, d'origine législative et jurisprudentielle, qui apportent des limitations et des exceptions aux droits exclusifs de l'auteur sur son œuvre (droit d'auteur). Il essaie de prendre en compte à la fois les intérêts des bénéficiaires des droits d'auteur et l'intérêt public, pour la distribution de travaux créatifs, en autorisant certains usages qui seraient, autrement, considérés comme illégaux). Le 9 mai 2014, une décision de la Cour d’appel a proclamé que les interfaces de programmation pouvaient être protégées par la législation sur les droits d’auteur « jusqu’à ce que la Cour suprême ou le Congrès nous dise le contraire ».

En août dernier, Oracle a mis à jour sa plainte initiale en expliquant que « compte tenu de la prédominance d’Android qui a été possible suite à l’utilisation non autorisée et continue de 37 API Java au cours des dernières années, Android a réussi à détruire de façon irréversible la valeur fondamentale de Java en tant que plateforme pouvant devenir un potentiel système d’exécution pour les appareils mobiles ». La plainte complémentaire a fait valoir qu’Android Gingerbread, Honeycomb, Ice Cream Sandwich, Jelly Bean, Kit Kat et Lollipop portent impunément atteinte aux droits d’auteur d’Oracle sur les API Java : « comme avec les versions précédentes, ces six versions d’Android ont copié des milliers de lignes de code source à partir de la plateforme Java, y compris la structure, la séquence et l’organisation de cette plateforme », ont affirmé les avocats d’Oracle. « Tout comme avant, cette copie constitue une violation du droit d’auteur ».

Cependant, les choses pourraient être amenées à changer. Selon le quotidien The Verge, Google serait en train de remplacer son implémentation des API Java par OpenJDK, la version open source du JDK d’Oracle. Un porte-parole de Google lui aurait confié que : « en tant que plateforme open source, Android est conçu sur la base de la collaboration avec la communauté open source. Dans notre version d’Android à venir, nous avons prévu de retirer les bibliothèques du langage Java d’Android pour nous orienter vers une approche basée sur OpenJDK, créant ainsi une base commune aux développeurs d’applications et de services. Google a longtemps travaillé avec la communauté OpenJDK et a également apporté sa contribution. D’ailleurs, nous cherchons à apporter plus de contributions au projet OpenJDK dans le futur ».

Google espère que les développeurs Android vont apprécier le changement parce qu’il va simplifier le code à partir duquel ils conçoivent leurs applications.

Ce changement signifie-t-il que la bataille juridique entre Oracle et Google est parvenue à son terme ou alors que Google a décidé de protéger les futures versions d’Android dans la perspective où il perdrait son procès ? C’est une question à laquelle Google n’a pas voulu répondre.

Source : Venturebeat

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative ?

Voir aussi :

Le logiciel espion Android.Spywaller se sert d'un pare-feu légitime, pour bloquer un logiciel de sécurité

La communauté OpenJDK lance Mobile Project, pour faciliter le développement sur iOS, Android et Windows Phone

Android Studio 2.0 : une préversion du nouvel émulateur est disponible, pour permettre aux développeurs d'effectuer leurs tests


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de NSKis NSKis - En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
le 30/12/2015 à 13:16
Petite question de néophyte: Est-ce que les applications développées pour les versions Android actuelles (à base d'API Java) seront compatibles avec les prochaines versions Android (se basant sur OpenJDK)? Va-t-il falloir redévelopper son code?

Déjà qu'il n'est pas facile d'assurer le bon fonctionnement d'une application un peu complexe sur les différents appareils vendus sur le marché...

Est-ce qu'il va falloir définitivement classer le développement Android au rayon d'un "passe-temps intelligent" empêchant toute démarche professionnelle?
Avatar de earhater earhater - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 30/12/2015 à 13:37
Petite question de néophyte: Est-ce qu'une application développée pour les versions Android actuelles (à base d'API Java) seront compatibles avec les prochaines versions Android (se basant sur OpenJDK)? Va-t-il falloir redévelopper son code?

Déjà qu'il n'est pas facile d'assurer le bon fonctionnement d'une application un peu complexe sur les différents appareils vendus sur le marché...

Est-ce qu'il va falloir définitivement classer le développement Android au rayon d'un "passe-temps intelligent" empêchant toute démarche professionnelle?
Il y a bien quelques différences entre les deux implémentations même si l'allure générale reste strictement la même. A partir de là Google va peut être créer des wrappers qui utiliseront l'ancien code mais qui utiliserait l'implémentation OpenJDK ou encore des outils pour convertir le code. En tout cas je pense que Google est très au fait qu'avoir deux implémentations des API serait catastrophique, surtout avec la lenteur de la disparition de vieilles versions d'android.
Avatar de spyserver spyserver - Membre averti https://www.developpez.com
le 30/12/2015 à 16:14
Ca depend qu'entend-on par "violation de brevet" ? Payer une certaine somme à Oracle auquel cas c'est juste une histoire de pognon ou violer le contenu de ces API en les plagiant ?

Pour moi Android est une bonne vitrine pour Java et Oracle aurait tort de négliger ce point, au lieu de travailler main ds la main ils cherchent uniquement à récupérer du fric, tout ça est pitoyable !

D'ailleurs depuis qu'Oracle a repris Java on a bien vu la différence dans la gestion meme si ça c'est amélioré depuis ... Java est par définition un langage ouvert, commencer a blackboxer Java est pas la meilleure orientation à mon sens !

D'ailleurs vu la différence entre OpenJDK et Oracle JDK question stabilité ce serait vraiment pas la bonne chose à faire.
Avatar de TiranusKBX TiranusKBX - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 30/12/2015 à 17:25
Citation Envoyé par spyserver Voir le message
Ca depend qu'entend-on par "violation de brevet" ? Payer une certaine somme à Oracle auquel cas c'est juste une histoire de pognon ou violer le contenu de ces API en les plagiant ?

Pour moi Android est une bonne vitrine pour Java et Oracle aurait tort de négliger ce point, au lieu de travailler main ds la main ils cherchent uniquement à récupérer du fric, tout ça est pitoyable !

D'ailleurs depuis qu'Oracle a repris Java on a bien vu la différence dans la gestion meme si ça c'est amélioré depuis ... Java est par définition un langage ouvert, commencer a blackboxer Java est pas la meilleure orientation à mon sens !

D'ailleurs vu la différence entre OpenJDK et Oracle JDK question stabilité ce serait vraiment pas la bonne chose à faire.
je pense que OpenJDK deviendra plus stable à partir du moment ou Google vas investir dedans
Avatar de Vlozer Vlozer - Membre habitué https://www.developpez.com
le 30/12/2015 à 23:37
Citation Envoyé par spyserver Voir le message
Oracle aurait tort de négliger ce point,
C'est pas le genre d'Oracle de negliger les choses...
...
...
...
Avatar de habibdu70 habibdu70 - Membre régulier https://www.developpez.com
le 31/12/2015 à 12:39
Une chose qui est important de mettre en avant (même si c'est dit dans l'article) c'est que lorsque google a utilisé java pour developper android, Java n'appartenait pas à Oracle.
Je me souviens qu'a l'époque j'avais lu un article expliquant que le patron d'Oracle avait un sourire de plus en plus grands lorsqu'il compris que Google avait utilisé Java sans se proteger. (Avant le rachat).

Bref pour répondre à spyserver :
Oracle aurait tort de négliger ce point,.
Je dirait que le rachat de Java par Oracle, n'a pratiquement un seul but: attaquer Google.
Sans cette possibilité Java appartiendrait toujours à Sun Microsystem à l'heure actuelle ....
Avatar de Greg-dev Greg-dev - Membre régulier https://www.developpez.com
le 08/01/2016 à 15:13
Citation Envoyé par spyserver Voir le message
D'ailleurs vu la différence entre OpenJDK et Oracle JDK question stabilité ce serait vraiment pas la bonne chose à faire.
Je ne comprends pas sur quoi est basé cette affirmation ?

OpenJRE/OpenJDK est utilisé par défaut sur les systèmes linux, soit sur une grande majorité des serveurs.
Je n'ai jamais eu de problème de stabilité ni avec OpenJDK, ni avec le JDK Oracle...
Avatar de Michael Guilloux Michael Guilloux - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 29/03/2016 à 11:55
Google devrait payer 9,3 milliards $ pour l’utilisation des API Java dans Android
d’après un rapport de l’expert en dommages et intérêts d’Oracle

Oracle dévoile ses nouvelles exigences un mois avant un autre procès contre Google sur l’utilisation des API Java dans Android. Il y a six ans de cela, Oracle a accusé le géant de Mountain View d’utiliser des éléments de base de Java dans son système d’exploitation mobile sans autorisation. Oracle reproche à Google d’avoir copié dans Android « la structure, la séquence et l’organisation » de 37 API Java. La firme de Larry Ellison dénonce surtout l’opportunisme de Google, qui en voulant positionner Android comme leader du marché des OS mobiles, a choisi une voie plutôt facile. Pour prendre l’avantage sur les plateformes concurrentes, Google a construit son OS sur Java pour profiter des millions de développeurs qui étaient déjà familiers au langage, affirme Oracle.

Du côté de Google, la société a rejeté toute infraction, expliquant que les API ne devraient pas être protégées par le droit d’auteur parce qu'elles sont nécessaires pour écrire des programmes compatibles. Google estime également que si les premières entreprises de technologie revendiquaient de tels droits, cela aurait certainement bloqué le développement de nombreuses technologies dont nous disposons aujourd’hui.

Après plusieurs rebondissements dans l’affaire qui a été portée devant les tribunaux, Google a été reconnu coupable de la copie des API Java, toutefois, il était difficile pour le jury de trancher sur le fait que la copie était illégale ou couverte par le « fair use ». Le dernier cas permet des copies dans certaines circonstances. Le fair use permet par exemple la copie si l’œuvre copiée a été transformée en quelque chose de nouveau.

Une autre décision de la Cour d’appel a été plutôt favorable à Oracle. Contrairement à ce que défendait Google, celle-ci suggérait que les interfaces de programmation pouvaient être protégées par la législation sur les droits d’auteur à moins que la Cour suprême ou le Congrès dise le contraire. Google s’est donc tourné vers la Cour suprême qui a refusé de juger cette affaire. Les deux entreprises poursuivent toujours leur bataille et devraient comparaître devant un tribunal fédéral à San Francisco pour un nouveau procès qui doit commencer le 9 mai.

Pendant ce temps, les deux parties préparent leurs arguments et mettent à jour leurs informations à présenter devant le juge. Oracle a donc profité pour commissionner un expert pour évaluer ce que devrait payer Google pour l’utilisation des API Java dans Android. À l’issue de l’estimation, les dommages et intérêts à percevoir s’élèvent à 9,3 milliards de dollars US, soit presque le double du bénéfice de 4,9 milliards réalisé par Alphabet au dernier trimestre. L’estimation des dommages et intérêts de l’expert Oracle, James Malackowski, se décline en deux composantes. La première d’un montant de 475 millions de dollars US correspond aux dommages subis par Oracle, en d’autres termes, l’argent que la société aurait pu se faire en attribuant une licence Java aux constructeurs de dispositifs mobiles, si Google n'avait pas développé Android. La deuxième composante d’une valeur de 8,829 milliards de dollars US, quant à elle, représente les bénéfices réalisés par Google grâce à Android. Autrement dit, il s’agit de l’argent que Google s’est fait de la publicité mobile et des applications et contenus vendus à travers l’Android Market et Google Play.

Google, de son côté, conteste vivement cette estimation des dommages et intérêts. Malackowski « ignore la norme légale pour les dommages de droit d’auteur et ne parvient pas à offrir quelque chose qui ressemble à une analyse d’expert », fustige Google à travers un dépôt au tribunal la semaine dernière. Les avocats de Google remettent notamment en cause l’existence de la deuxième composante du calcul des dommages et intérêts. Ils rappellent en effet que selon la législation sur les droits d’auteur, les dommages et intérêts ne peuvent être réclamés sur les bénéfices que lorsqu’ils sont imputables à la contrefaçon du code. Mais dans ce cas-ci, on est très loin d’une contrefaçon, puisque les 37 API Java d’Android ne sont qu’une « fraction d’un pourcentage de code » dans la plateforme Android, expliquent les avocats. Pour ces derniers, cela veut dire qu’Oracle et son expert ont mal estimé la valeur d’Android en la résumant juste à 37 API Java.

Google a également commissionné son propre expert en dommages et intérêts pour donner une estimation de ce que la société doit reverser à Oracle dans ce procès. Si le rapport n’est pas encore public, dans un dépôt au tribunal, Oracle suggère que Google compterait payer tout au plus 100 millions de dollars US. D’ici le début du nouveau procès, les deux parties devront passer en audience préliminaire devant le juge le 27 avril.

Source

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Les prochaines versions d'Android pourraient ne pas implémenter les API Java propriétaires d'Oracle. Google envisage-t-il de perdre son procès ?
Oracle se désintéresse-t-il de la plateforme de développement Java ? Un courriel d'un ancien haut cadre l'affirmerait
Avatar de nchal nchal - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 29/03/2016 à 14:30
... No comment ...
C'était déjà puéril et affligeant mais maintenant, je n'ai même plus les mots pour décrire l'horreur...
Avatar de tchize_ tchize_ - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 29/03/2016 à 15:46
Avec des montants pareils, ça ne deviens pas plus intéressant pour Alphabet de lancer une OPA hostile sur oracle?
Contacter le responsable de la rubrique Accueil