Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un ancien employé du « Google russe » tente de revendre le code source du moteur de recherche
Pour financer sa startup

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

2  0 
Dimitriy Korobov est un ancien employé de Yandex, surnommé le « Google russe » à cause de sa popularité dans le pays (avec une part de marché de la recherche chiffrée à 57,2 % en novembre dernier par LiveInternet contre 35,2 % pour Google), qui avait un projet : pouvoir lancer sa propre start-up. Mais pour y parvenir, bien entendu il faut des finances.

Aussi, pendant qu’il travaillait encore pour Yandex, il a décidé de profiter de son poste pour télécharger un élément logiciel baptisé Arcadia depuis les serveurs de l’entreprise. Arcadia renferme le code source et les algorithmes du moteur de recherche qui sont soumis au secret commercial, rendant donc illicite le téléchargement du logiciel sur un matériel amovible pour transfert ultérieur à des tiers. Le quotidien russe Kommersant, qui rapporte l’affaire, explique qu’il a par la suite pris des mesures pour trouver un acheteur et a jeté son dévolu sur NIX, une société spécialisée dans la vente d’électronique où un de ses amis travaille, tout en essayant aussi de vendre le logiciel sur les forums spécialisés Dark Net, ce dernier élément ayant attiré l’attention des enquêteurs du FSB, le Service fédéral de sécurité (principal successeur du KGB soviétique, ce service secret est chargé des affaires relevant de la sécurité intérieure).

Même si une source proche de l’enquête a confié que la valeur du code source ainsi que des algorithmes volés est évaluée à « plusieurs milliards de roubles » (soit une dizaine de millions d’euros), Korobov n’affichait pas des exigences démesurées : il était prêt à céder le logiciel moyennant 250 000 roubles (soit un peu plus de 3000 euros).

Il a été arrêté par les forces de l’ordre à son arrivée sur les lieux d’un rendez-vous avec un acheteur. La Cour de district de Moscou l’a reconnu coupable de réception illégale et divulgations des informations constituant un secret commercial. Le tribunal l’a alors condamné à deux ans de probation.

Lukatskii Alex, un consultant en sécurité pour le compte de Cisco, a expliqué que ces codes source pourraient être d’un grand intérêt pour les annonceurs et les agences de publicité dans la mesure où en connaissant l’algorithme, « ils pourraient faire en sorte que leurs sites soient dans les premières lignes des résultats de recherche, ce qui augmentera le nombre de clients potentiels ».

Anastasia Adilova, un membre du service juridique de Yandex, a déclaré : « il s’agit là d’un logiciel qui se trouve être un élément clé de notre société étant donné que ce logiciel est directement lié au moteur de recherche Yandex, qui est la principale source de revenus », raison pour laquelle les responsables de la société ont « très sérieusement appréhendé l'incident ».

Source : Kommersant

Voir aussi :

Symantec se sépare de certains de ses employés qui ont émis des certificats SSL Google de façon inappropriée

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !