Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

3200 prisonniers libérés plus tôt aux É.-U. à cause d'un bogue
Devrait-on remettre en cause les logiciels développés par l'administration publique ?

Le , par Olivier Famien

0PARTAGES

4  0 
Depuis quelques jours, le « State Department of Corrections » de Washington qui est chargé de superviser les incarcérations de personnes condamnées pour crimes fait l’objet d’une mauvaise presse. En effet, depuis 2002, un bogue contenu dans le programme utilisé par cet établissement pour calculer les réductions de peines des prisonniers faisant preuve de bonne conduite a entrainé la libération de ces derniers alors qu’il leur restait encore du temps à passer en prison.

Selon ce département, le problème est parvenu à la connaissance des agents de cet établissement en 2012 lorsque la famille d’une victime a alerté les fonctionnaires qu’ils projetaient de libérer un prisonnier plus tôt que prévu.

Malheureusement, au lieu de prendre les mesures idoines afin que des correctifs soient appliqués assez rapidement, les multiples reports du département IT ont laissé perdurer cette erreur dans le programme qui a contribué à renforcer le nombre de prisonniers libérés sans avoir purgé la totalité de leurs peines.

Pour mieux comprendre ce qui s’est passé, il faut savoir qu’en principe, les prisonniers bénéficient d’un programme d’encouragement qui permet de réduire leur peine jusqu’au tiers si ces derniers ont fait montre d’une bonne conduite. S’ils participent à des travaux, des programmes éducatifs et ne commettent pas d’infractions, ils peuvent bénéficier de crédits qui leur permettront de réduire leur peine.

Avant 2002, ce programme de réduction de peine était appliqué aux prisonniers en tenant compte du temps passé uniquement dans les prisons d’État et non celui passé dans les prisons des comtés avant d’être transférés dans les prisons d’État. À partir de 2002, une décision de justice a ordonné que le temps passé dans les prisons des comtés soit également pris en considération pour le calcul des réductions de peine pour bonne conduite.

À côté de cela, il faut ajouter que lors du jugement des malfaiteurs, certains recevaient des peines supplémentaires pour circonstances aggravantes à cause de l’usage d’armes à feu, d’armes létales ou encore pour abus sexuels.

En principe, le calcul des réductions de peine pour bonne conduite ne devait s’appliquer qu’à la peine de base et non à la peine supplémentaire délivrée pour circonstance aggravante. Malheureusement, la mise à jour du code du programme de calcul appliquait les réductions sur les deux éléments et cela depuis 2002.

Depuis cette date jusqu’à ce jour, environ 3200 prisonniers ont été libérés avant d’avoir achevé leur peine en prison. Et selon les premières estimations, le nombre moyen de jours retranchés à cause du bogue est de 49. Toutefois, dans un cas, un prisonnier a vu sa peine être réduite de 600 jours, quoique ce dernier demeure toujours en prison purgeant le reste des jours dus.

Le nouveau secrétaire du « State Department of Corrections » ayant eu connaissance du problème récemment a informé le gouverneur Jay Inslee de l’État de Washington qui a pris certaines mesures immédiates. En attendant la sortie d’un correctif au plus tard le 7 janvier prochain, le département procède à un calcul manuel des peines afin que les prisonniers soient libérés aux dates exactes.

Des actions ont été déployées afin de mettre la main sur certains prisonniers qui ont été libérés avant le temps imparti afin de les ramener en prison pour qu’ils purgent le reste de leur peine. Et pour la plupart des prisonniers libérés avant leur temps et qui n’auraient pas commis de forfaits depuis leur libération, des crédits de compensation de jours leur ont été accordés afin qu’ils ne soient pas ramenés en prison. Deux procureurs fédéraux à la retraite ont été nommés pour mener une enquête indépendante afin de situer les responsabilités.

Toutefois, cette affaire vient soulever certaines interrogations vu que le bogue en question date de treize ans et a été connu des services pénitentiaires depuis trois ans, mais n'a pas été corrigé. Une des raisons du manque de correctifs est que les développeurs qui devaient concevoir les correctifs ont été en congé entre février et septembre. Devrait-on remettre en cause les logiciels développés par l'administration publique en général et les services publics américains en particulier ?

Source : Seattletimes

Et vous ?

Que vous inspire ce bogue ? De quoi remettre en cause la fiabilité des logiciels développés par l'administration publique ?

Voir aussi

Forum langages de programmation

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de RyzenOC
Inactif https://www.developpez.com
Le 25/12/2015 à 13:39
Devrait-on remettre en cause les logiciels développés par l'administration publique en général et les services publics américains en particulier ?
Je crois pas que se soit la bonne question à se poser.
5  1 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 25/12/2015 à 14:09
devrait-on remettre en cause les logiciels développés par l’administration publique ?
Malheureusement, au lieu de prendre les mesures idoines afin que des correctifs soient appliqués assez rapidement, les multiples reports du département IT ont laissé perdurer cette erreur dans le programme qui a contribué à renforcer le nombre de prisonniers libérés sans avoir purgé la totalité de leurs peines.
On devrait remettre en cause l’administration publique... mais je ne vois pas le rapport avec les développeurs et leur travail.

En attendant la sortie d’un correctif au plus tard le 7 janvier prochain, le département procède à un calcul manuel des peines afin que les prisonniers soient libérés aux dates exactes.
Calcul manuel. La bonne blague, ils ne connaissent pas les tableurs
4  1 
Avatar de Derf59
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 28/12/2015 à 14:14
Moi je propose d'envoyer les programmeurs en prison et de leur accorder une remise de peine dès qu'ils auront corrigé le bogue
2  0 
Avatar de ZenZiTone
Membre expert https://www.developpez.com
Le 29/12/2015 à 14:01
Citation Envoyé par Saverok Voir le message
"
- Chef, y a un bug dans le soft du calcul des remises de peine !
- Le prisonniers sont libérés combien de jour en moins ?
- 45 en moyenne
- Avec un coût de X$ /jour / prisonnier, ce bug fait économiser Y millions $ / an... On va attendre un peu pour corriger pour préserver les caisses... Et quand ça se saura, on aura l'excuse à la con sur les développeurs.
"
"
-Par contre, chef, votre prime mensuelle est de X$/ détenus, ce qui fait X% de votre prime totale

Le lendemain matin, le bug était résolu...

"

2  0 
Avatar de koyosama
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 25/12/2015 à 14:24
Citation Envoyé par Olivier Famien  Voir le message
[B][SIZE="4"]
Que vous inspire ce bogue ? De quoi remettre en cause la fiabilité des logiciels développés par l'administration publique ?
Voir aussi
Forum langages de programmation


Ben c'est simple, comme en haut c'est l'administration tout entiere qu'il faut revoir. Je pense qu'il faut arreter leur trouver tout le temps des excuses.

Je crois que le cas le plus concret c'est Louvois.

Des projets informatiques doit etre gerer de facon tres dynamique qui est le contraire de la gestion de toute une administration ou les decisions sont extrement long, hesitant et parfois sans audace.
Process + Process + Process + Process = Ok pk pas. Mais des fois il faut avoir une conscience et sortir de son confort quand il le faut.
1  0 
Avatar de andry.aime
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 30/12/2015 à 8:30
Citation Envoyé par valkirys Voir le message
Calcul manuel. La bonne blague, ils ne connaissent pas les tableurs
Certains connaissent les tableurs mais ne savent pas l'utiliser. J'ai déjà vu quelqu'un utiliser une calculatrice pour remplir une feuille excel.
1  0 
Avatar de hotcryx
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/12/2015 à 14:36
Jusqu'ici il n'y a pas mort d'homme, pas de quoi s'inquiéter lol
0  0 
Avatar de nanopowered
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 25/12/2015 à 23:39
Une des raisons du manque de correctifs est que les développeurs qui devaient concevoir les correctifs ont été en congé entre février et septembre.
9 mois de vacances ? pour plusieurs développeurs ?
0  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 29/12/2015 à 13:28
Citation Envoyé par Olivier Famien Voir le message
De quoi remettre en cause la fiabilité des logiciels développés par l'administration publique ?
Si le logiciel avait été développé par une entreprise privée, cela aurait il été différent ???

A partir du moment où le bug est connu mais que rien n'est fait, c'est la négligence de l'administration peu importe qui a effectué le dev.
Ce que je vois gros comme une maison, c'est un scénario du genre :
"
- Chef, y a un bug dans le soft du calcul des remises de peine !
- Le prisonniers sont libérés combien de jour en moins ?
- 45 en moyenne
- Avec un coût de X$ /jour / prisonnier, ce bug fait économiser Y millions $ / an... On va attendre un peu pour corriger pour préserver les caisses... Et quand ça se saura, on aura l'excuse à la con sur les développeurs.
"
0  0 
Avatar de Glutinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 29/12/2015 à 14:21
Citation Envoyé par pnpanu
En tout etat de cause,tout programme(meme un Hello Word),est toujours,la pluspart du temps testé et approuvé d'abord par les developpeurs eux mêmes(rien de plus logique) et ensuite par des potentiels utilisateurs. Mais les choses deviennes beaucoup plus serieuses, vu les enjeux.
Je pense qu'ils auraient du commencer par tester le programme très serieusement et ensuite l'utiliser.
Ah oui! La bogue etait deja connue,mais jamais reparée. Pourquoi? Developpeurs en vacance. Ces vacances etaient elles de 13 ans?
Tout ceci ne conduit qu'à une seule conclusion: "L'administration publique a afficher une faiblesse:la negligence"
Tu crois qu'il n'a pas été testé à sa création ???
Ces cas-là ont dû passer au travers de la recette, tu sais, ça arrive, et c'est la raison pour laquelle il y a de la maintenance...

La question est également de savoir est-ce que la recette a été faite correctement (par mon expérience personnelle, on est loin des 40/20/40 pour conception, réalisation, tests unitaires, donc je parle même pas du temps attribué aux différentes phases projets. En général c'est on prend notre temps à fond pour la conception, puis juste avant le début du projet y a que la moitié de la spec c'est pas grave on développe à l'arrache le plus salement possible, on documentera après le départ du développeur, on fait la recette en vitesse et on verra le reste en maintenance).

Et également est-ce qu'il y a eu des traitements manuels par exemple avec un reporting de la peine totale et des différents éléments de toute la détention du détenu, avec donc par conséquent les peines complémentaires et les différentes réductions de peine.

Citation Envoyé par Saverok

Si le logiciel avait été développé par une entreprise privée, cela aurait il été différent ???

A partir du moment où le bug est connu mais que rien n'est fait, c'est la négligence de l'administration peu importe qui a effectué le dev.
Ce que je vois gros comme une maison, c'est un scénario du genre :
"
- Chef, y a un bug dans le soft du calcul des remises de peine !
- Le prisonniers sont libérés combien de jour en moins ?
- 45 en moyenne
- Avec un coût de X$ /jour / prisonnier, ce bug fait économiser Y millions $ / an... On va attendre un peu pour corriger pour préserver les caisses... Et quand ça se saura, on aura l'excuse à la con sur les développeurs.
"
Ce que je vois surtout c'est une baisse du budget, ils ont un pauvre développeur qui doit s'occuper de tout et ils ont priorisé sur le suivi de production (les applications en temps réel ne lâche pas) et on verra le reste plus tard.
Après si ça a aurait privé, je pense qu'il y aurait eu un gros problème de procès et d'amendes donc oui ça aurait été corrigé plus vite AMHA.

Citation Envoyé par nanopowered
9 mois de vacances ? pour plusieurs développeurs ?
Le texte original précise que c'est au singulier (the coding developer) sans préciser son type de congé (on leave), peut-être congé maternité, sur une autre mission si c'est un consultant, on sait pas grand-chose, bref une excuse.
0  0