Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La numérisation de toutes les ressources écrites par Google
Les auteurs du monde entier s'y opposent : qu'en pensez-vous? Pour ou contre?

Le , par Katleen Erna

0PARTAGES

1  0 
La numérisation de toutes les ressources écrites par Google, les auteurs du monde entier s'y opposent : qu'en pensez-vous ? Pour ou contre ?

Le géant Google frappe toujours plus fort dans le cadre de sa gigantesque entreprise de numérisation des ressources littéraires mondiales existantes. Mais, malgré le soutien officiel qu'il reçoit de l'Authors Guild et de l'Association of American Publishers, il rencontre une opposition massive. Plus de 400 objections légales ont été portées devant la justice, et seront débatues dans les prochains mois.

L'histoire avait pourtant bien commencé quand, en 2003, Google avait commencé a scanner des ouvrages scientifiques. Les librairies s'en étaient réjouies, voyant là une opportunité de rendre plus disponibles certains livres rares, et une manière bien plus aisée de gèrer et classer leurs collections. Les auteurs et éditeurs furent, eux, beaucoup moins séduits par l'affaire.

En 2005, l'Authors Guild et l'Association of American Publishers ont déposé une plainte pour empêcher le numérisation des livres copyrightés. Mais les deux parties s'arrêtèrent il y a quelques mois sur un accord (le Google Book Settlement) qui semblait satisfaire tout le monde. Il fallu cependant très peu de temps à un nouveau front de contestation pour apparaître, car en cas de "marché conclut", la compagnie serait alors en mesure de scanner toute oeuvre épuisée, même si toujours protégés par un copyright, tant que le propriétaire des droits ne s'y oppose pas.

Alors, partie gagnée ? Pas tout à fait. Pas du tout, même. La proposition d'arrangement du roi de la recherche en ligne fut accueille par des huées. Le Département de Justice américain s'y opposa lui-même, jugeant le texte irrespectueux des lois de compétition et de droits d'auteur. Des centaines d'objections officielles furent envoyées au tribunal, en provenance de divers groupes : certains, parce que le projet les révoltait totalement, d'autres, parce qu'ils étaient plutôt révoltés de ne pas avoir eu cette idée avant -dur de voir filer un si gros marché-. Parmis les plaignants, se trouvent : l'American Society of Journalists and Authors, l'Electronic Frontier Foundation, l'Internet Archive, la Science Fiction and Fantasy Writers of America, Amazon, Microsoft , le gouvernement Allemand, etc.

Aujourd'hui, alors que rien n'a encore été décidé et que l'affaire doit être examinée par les tribunaux dans les prochaines semaines, le débat fait rage. L'audience était prévue pour le 7 octobre, mais Google l'a faite repousser, demandant à repenser sa défense.

Lire aussi :
Microsoft, Yahoo! et Amazon rejoignent la coalition anti-Google

Google présente son futur service de vente de livres numériques en Allemagne, alors qu'Angela Merkel s'oppose farouchement au projet Google Books

Cet accord placerait-il Google en position de monopole et de seul gardien du savoir universel ?

Quid des auteurs non-américains, seront-ils également protègés (le texte ne le dit pas) ?

Est-il juste que cela soit aux propriétaires des copyrights de se manifester auprès de Google afin d'interdire la copie de leurs travaux ? Car, selon Google, tout texte dont l'auteur n'est pas identifié ou dont l'auteur ne se manifeste pas, lui revient.

La voix de l'Author Guild peut-elle être considérée comme celle de tous les auteurs ?

Globalement, quels sont les pour et les contre dans cette proposition à votre avis ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de
https://www.developpez.com
Le 13/10/2009 à 4:40
Bonjour

Je vais donner mon avis pour deux questions :

Cet accord placerait-il Google en position de monopole et de seul gardien du savoir universel ?

Oui, et ce n'est pas bon du tout.

Est-il juste que cela soit aux propriétaires des copyrights de se manifester auprès de Google afin d'interdire la copie de leurs travaux ? Car, selon Google, tout texte dont l'auteur n'est pas identifié ou dont l'auteur ne se manifeste pas, lui revient.

Non, mais c'est n'importe quoi. Personne ne dit rien, alors je prends.

On a toujours dit que Microsoft était le grand méchant loup, mais Google veut arriver à la même chose, a un monopole sur le net.
1  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 13/10/2009 à 4:41
je pense que le probleme c'est que google y a penser et pas les autres. Et comme tu l'as dit, ils sont degoute de voir filler le juteu pactol. Car appellons un chat un chat, les maison d'edition sont bien gentils, mais quand on recherche un bouquin dont tout le monde fait reference (surtout dans le domaine scientifique) et que la seul reponse est "y'en a plus, mais la bibliotheque de vancouver en a 10 exemplaires et ca vous fera des vacances". J'etais bien content quand dans une recherche desperee le bouquin est apparut dans google book. Alors a un moment faut arreter l'hypocrisie. Merkel elle est sympas, mais qu'a fait le gouvernement allemand concernant la numerisation de ses philosophes, poetes et musiciens ? et meme la france ? c'est a ce demander ce que fait l'unesco a par definir les sites touristiques ?
Le plus desolant dans l'affaire c'est qu'il a fallu attendre qu'une entreprise prive fasse ce qu'aurait du faire les institutions il y a deja longtemps.
1  0 
Avatar de *alexandre*
Inactif https://www.developpez.com
Le 13/10/2009 à 7:06
moi je trouve bien, on pourrait même imaginer un modèle qui rétribue les auteurs à la consultation comme lorsqu'un dj passe des vinyls dans une boite ou à la radio
1  0 
Avatar de mrjay42
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 13/10/2009 à 9:52
Citation Envoyé par mon_nom_est_personne Voir le message
je pense que le probleme c'est que google y a penser et pas les autres. Et comme tu l'as dit, ils sont degoute de voir filler le juteu pactol. Car appellons un chat un chat, les maison d'edition sont bien gentils, mais quand on recherche un bouquin dont tout le monde fait reference (surtout dans le domaine scientifique) et que la seul reponse est "y'en a plus, mais la bibliotheque de vancouver en a 10 exemplaires et ca vous fera des vacances". J'etais bien content quand dans une recherche desperee le bouquin est apparut dans google book. Alors a un moment faut arreter l'hypocrisie. Merkel elle est sympas, mais qu'a fait le gouvernement allemand concernant la numerisation de ses philosophes, poetes et musiciens ? et meme la france ? c'est a ce demander ce que fait l'unesco a par definir les sites touristiques ?
Le plus desolant dans l'affaire c'est qu'il a fallu attendre qu'une entreprise prive fasse ce qu'aurait du faire les institutions il y a deja longtemps.
Bah il se trouve que j'ai travaillé en tant que développeur sur un projet d'un labo de recherche en littérature. Il s'agissait de numériser, transcrire et proposer des fonctionnalités, d'un (oui un seul) livre de Flaubert...
Au final, ce projet apporte beaucoup plus qu'une simple numérisation. Mais il prends aussi beaucoup de temps, et parallèlement d'autres projets de même nature ont lieu ailleurs en France.
Or, les applications Web (ou non) développées dans le cadre de ces projets ne sont pour l'instant pas partagées !
Du coup, tout le monde développe son système dans son coin, et parfois ça va très loin et ça coute cher en temps, en homme, en technologie, en matériel...

Au final, la démarche de google, a au moins le mérite d'uniformiser une procédure qui est parfois faite de façon anarchique...

En revanche, l'aspect monopole fait peur, mais aussi l'aspect "propriétaire" : google ne va-t-il pas nous expliquer un jour que les livres ou le contenu ou le procédé (ou quelques autre abstractions magico-juridiques) appartiennent à google et qu'il faut payer une "taxe" pour accéder à des ouvrages normalement accessible gratuitement dans une bibliothèque...
1  0 
Avatar de Marco46
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 13/10/2009 à 9:53
Citation Envoyé par *alexandre* Voir le message
moi je trouve bien, on pourrait même imaginer un modèle qui rétribue les auteurs à la consultation comme lorsqu'un dj passe des vinyls dans une boite ou à la radio
J'ai mieux, des micros dans ma douche pour que quand je sifflote un air ça débite automatiquement ma CB !

En revanche, l'aspect monopole fait peur, mais aussi l'aspect "propriétaire" : google ne va-t-il pas nous expliquer un jour que les livres ou le contenu ou le procédé (ou quelques autre abstractions magico-juridiques) appartiennent à google et qu'il faut payer une "taxe" pour accéder à des ouvrages normalement accessible gratuitement dans une bibliothèque...
C'est évidemment le but principal de la manœuvre... Ils ne font pas ça par charité.
1  0 
Avatar de Braillane
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 13/10/2009 à 9:55
Citation Envoyé par Philippe JOCHMANS Voir le message
On a toujours dit que Microsoft était le grand méchant loup, mais Google veut arriver à la même chose, a un monopole sur le net.
Nan nan pas du tout, Google préfererait faire des pertes et être le moins bon du marché.... C'est complètement absurde de reprocher à une entreprise de vouloir être la meilleur... La seule chose qu'on a le droit de contester, c'est la manière d'y arriver.
Concernant la numérisation des ressource, je trouve que c'est encore une initiative géniale et que ça aurait du être fait par les gouvernements il y a déjà bien longtemps...
1  0 
Avatar de nausicaä
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 13/10/2009 à 10:21
Citation Envoyé par *alexandre* Voir le message
moi je trouve bien, on pourrait même imaginer un modèle qui rétribue les auteurs à la consultation comme lorsqu'un dj passe des vinyls dans une boite ou à la radio
le confort personnel qu'on pourrait avoir dans un premiers temps se transformera tôt ou tard en drame social.

même pendant la guerre froid nous n'avons jamais autant frôler telle catastrophe.

la centralisation du savoir amènera tôt ou tard la censure, les pouvoirs publics valsent tous les 4 ou 5 ans, il suffit qu'un illuminé comme Bush fraîchement élu parte en croisade contre les pirates du net et bonnes mœurs pour voir des censures à tour de bras sous le prétexte de l'intérêt public !
1  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 13/10/2009 à 10:38
Citation Envoyé par nausicaä Voir le message
le confort personnel qu'on pourrait avoir dans un premiers temps se transformera tôt ou tard en drame social.

même pendant la guerre froid nous n'avons jamais autant frôler telle catastrophe.

la centralisation du savoir amènera tôt ou tard la censure, les pouvoirs publics valsent tous les 4 ou 5 ans, il suffit qu'un illuminé comme Bush fraîchement élu parte en croisade contre les pirates du net et bonnes mœurs pour voir des censures à tour de bras sous le prétexte de l'intérêt public !
Pas con comme remarque.
Mais si on ne peux faire confiance a google ni a nos etats, alors qui est legitime a cette etape, qui est aussi important voir meme plus, que le passage a l'imprimerie ?
1  0 
Avatar de Marco46
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 13/10/2009 à 10:52
Citation Envoyé par mon_nom_est_personne
Pas con comme remarque.
Mais si on ne peux faire confiance a google ni a nos etats, alors qui est legitime a cette etape, qui est aussi important voir meme plus, que le passage a l'imprimerie ?
ONG a but non lucratif à l'échelle mondiale, association loi 1901 en France, le tout financé par le public, le privé et les cotisations des membres.
1  0 
Avatar de nausicaä
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 13/10/2009 à 11:01
surement pas google.

nous avons tout à perdre, avec la centralisation des informations personnels, les réseaux sociaux, les médias, etc ...

sur facebook et consorts on ne compte plus les drames, combien de personnes ont ouvertement publié leur vie privée sans ce rendre compte qu'un jour un RH viendrait fouiner dedans et leur refuser un poste ?

l'information sur internet est persistante, hors tout n'a pas vocation à rester indéfiniment, l'information doit avoir une date de péremption. qui va gérer cette date de péremption pour les ouvrages numérisés? qui va va gérer la façon d'un ouvrage tombe dans l'oubli?

en principe tu dirais les public, puisque si on ne cherche pas l'ouvrage redescends dans les stats de recherche et n'apparait plus dans les premières pages. mais j'aurais juste envie de te citer un exemple récent concernant amazon.com

rien n'empêchera google de mettre de la pub via des liens dans les ouvrages, rien n'empêchera google de valoriser certains ouvrages monnayant quelques euros.

la question qui faut se poser, c'est quel est le modelé économique derrière cette démarche?

et je pense que nous avons tous quelque chose à perdre!
1  0