Quels sont les apports de Jenkins pour les développeurs et les entreprises ?
Entretien avec Sacha Labourey, PDG de CloudBees

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
L’intégration continue est de plus en plus utilisée en entreprise afin d’améliorer la qualité du code et du produit final. La rédaction de Developpez.com est allée à la rencontre de Sacha Labourey, PDG de CloudBees, pour revenir en détail sur sa plateforme Jenkins et son apport pour les développeurs et les entreprises.

Developpez.com : Pouvez-vous brièvement nous présenter CloudBees ? Quels sont les services proposés ?

Sacha Labourey : CloudBees est active sur le marché du DevOps et du « Continuous Delivery ». Nous aidons les entreprises à produire du logiciel plus rapidement et de meilleure qualité. Pour ce faire, nous fournissons une plateforme logicielle (« CloudBees Jenkins Platform ») basée sur le projet Open Source Jenkins. À tout moment, plusieurs centaines de milliers de serveurs exécutent des tâches gérées par Jenkins. Notre plateforme est typiquement utilisée soit par des développeurs pour faire de l'intégration continue (Continuous Integration - CI) ou par des équipes DevOps pour faire du déploiement continu (Continuous Delivery - CD).

Le CI permet aux développeurs de s'assurer qu'à chaque fois que du nouveau code est produit par un membre de l'équipe de développement, il sera automatiquement testé et validé. Ceci permet de s'assurer que le logiciel est à jour.

Le fondateur de Jenkins, Kohsuke Kawaguchi, est CTO chez CloudBees, et notre équipe de développement embauche parmi les plus grands contributeurs au noyau Jenkins.

Developpez.com : Quels sont les langages supportés par la plateforme ?

Sacha Labourey : Tous ! Bien que Jenkins soit principalement implémenté en Java, il permet d'orchestrer des tâches sur tous les systèmes d'exploitation du marché, et d'y tester tous les langages possibles. Nous avons des clients qui utilisent Jenkins pour des systèmes embarqués, d'autres pour des applications mobiles, d'autres encore pour la gestion du cycle de vie de containers Docker, etc.

Developpez.com : Pourquoi les développeurs devraient-ils opter pour CloudBees ? Quels en sont les avantages ?

Sacha Labourey : La majorité de nos clients, avant d'opter pour notre solution, sont des utilisateurs de la version communautaire de Jenkins. Lorsque l'usage s'étend au sein de leur organisation, il est fréquent que ceux-ci nécessitent des fonctionnalités supplémentaires, telles que la capacité de gérer des dizaines ou des centaines de serveurs Jenkins efficacement, de la tolérance aux pannes, des analytiques détaillés, de la sécurité supplémentaire, etc. C'est ce que fournit notre offre: « CloudBees Jenkins Platform ».

Developpez.com : Étant donné qu’il existe de nombreuses offres de logiciels comme Apache Gump, BuildBot ou même Codar qu’est-ce qui permet de différencier CloudBees de la concurrence ?

Sacha Labourey : Il existe en effet de nombreuses offres de CI/CD, plus ou moins matures. Jenkins, en raison de son usage massif (http://stats.jenkins-ci.org/jenkins-stats/), est quelque peu le standard de facto en CI et CD. Par ailleurs, Kohsuke Kawaguchi a toujours visé à l'extrême flexibilité de Jenkins qui peut être étendu de nombreuses manières très simplement. Dès lors, Jenkins dispose aujourd'hui de plus de 1000 plugins, facilitant son inclusion dans pratiquement tous les environnements IT existants. Or, la capacité de s'intégrer avec une multitude d'outils est justement ce qui est recherché lors de la création d'un pipeline de continuous delivery.


Sacha Labourey, PDG de CloudBees

Developpez.com : Après avoir lancé un PaaS Java, pourquoi avez-vous décidé de réorienter votre offre vers la technologie open source de déploiement continu Jenkins ?

Sacha Labourey : Notre vision a toujours été de faciliter la création de différentiation business par le logiciel. Notre première approche a été de fournir une usine logicielle complète, dans le cloud public, permettant le stockage de code, le build, les tests, et le déploiement sur notre PaaS. Jenkins était alors le service principal de notre offre, qui permettait l'orchestration de ces différents processus. Or, le retour que nous avons reçu de nos clients était que bien que notre vision était la bonne, les cas d'usage étaient forts variés: certains voulaient bénéficier de la même offre, mais déployer en interne, d'autres sur d'autres clouds publics, ou sur d'autres PaaS. Nous étions finalement trop spécialisés. Nous avons donc décidé de supprimer ces contraintes en nous focalisant sur Jenkins. Désormais, nos clients utilisent notre solution de multiples manières : en interne, sur des clouds publics ou privés, etc.

Developpez.com : Après avoir abandonné RUN@Cloud, vous avez tout de même décidé de maintenir votre service Cloud DEV@Cloud (Jenkins as a Service). Pouvez-vous expliquer ce qui a motivé ce choix ? Quelles sont les nouveautés de Jenkins as a Service ?

Sacha Labourey : DEV@cloud reste une façon importante de consommer Jenkins: en tant que service. Ceci est particulièrement attractif pour les petits groupes de développement qui ne souhaitent pas devoir gérer Jenkins en tant que tel, mais se focaliser sur leur logiciel. Nous avons des projets importants en 2016 sur la manière de faire du CI et CD en mode SaaS.

Developpez.com : Quels sont les secteurs industriels qui font le plus appel à votre solution ? Pouvez-vous nous donner quelques exemples d’applications qui reposent sur votre solution ?

Sacha Labourey : En ce qui concerne l'intégration continue en particulier, l'informatique embarquée a toujours été un grand utilisateur de Jenkins: en effet, une fois un logiciel distribué, il devient très difficile de le corriger. Toute erreur peut avoir des conséquences financières lourdes.

En ce qui concerne le DevOps et le déploiement continu de manière générale, l'ensemble du marché est touché par le phénomène : le besoin pour les sociétés de se différencier au travers du logiciel augmente d'année en année, c'est par exemple très visible dans le domaine de l'automobile. Mais réellement tous les secteurs sont touchés : banques, assurances, automobile, télécommunications, etc. Qui ne dépend pas fortement du logiciel de nos jours ?

Developpez.com : Qu’en est-il de l’adoption de CloudBees ? Pouvez-vous partager quelques statistiques ?

Sacha Labourey : Nous suivons une croissance forte, multipliée par trois cette année, tant du point de vue du nombre d'employés que de notre chiffre d'affaires.

Developpez.com : Votre plateforme connaît-elle le succès sur le marché du cloud français ? Si oui, quels sont les catalyseurs de son adoption en France ? Sinon, quels en sont les freins ?

Sacha Labourey : Pas nécessairement sur le marché cloud. Par contre, notre plateforme Jenkins est adoptée par de belles sociétés françaises. Bien qu'une grande partie de l'ADN de la société soit européenne, notre activité commerciale s'est historiquement fortement orientée aux É.-U.. En 2015 nous avons initié des investissements afin d'augmenter notre présence en Europe par l'embauche d'un responsable européen et nous aurons une présence directe en France, Allemagne et Angleterre.

Developpez.com : Quelles sont les prochaines étapes pour CloudBees ?

Sacha Labourey : Nous allons continuer à fortement investir dans nos produits ainsi que dans nos contributions au projet open source. Le marché évolue rapidement et nous voulons continuer à être les leaders du CI/CD demain comme nous le sommes aujourd'hui.

en savoir plus sur CloudBees Jenkins


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :




Contacter le responsable de la rubrique Accueil