Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Quels sont les problèmes qui préoccupent le plus les DSI ?
Il s'agit des questions de talent, selon le vice-président senior d'IDG Enterprise

Le , par Michael Guilloux

7PARTAGES

6  0 
Quels sont les problèmes qui font passer aux DSI des nuits blanches ? En posant cette question, on s’attend à recevoir comme réponses, les sujets qui préoccupent les DSI dans leur activité quotidienne. Pratiquement les mêmes réponses ressortent dans les enquêtes qui s’intéressent à ces problèmes, et on met généralement en avant le shadow IT, les hackers, la perte du contrôle des dépenses de technologie, entre autres. Mais d’après Adam Dennison, vice-président sénior et éditeur à l’IDG Enterprise, ces résultats sont un peu exagérés. Il explique que la plupart des DSI gèrent plutôt bien les préoccupations communes qui sont d’office liées à leur rôle, et que ce qui les empêche de dormir ne ressort généralement pas dans les enquêtes qui sont faites. On ne peut le déceler seulement que dans un entretien personnel avec les DSI.

Après s’être entretenu avec de nombreux DSI dans son rôle et à divers évènements, Dennison jette un doute sur la pertinence des résultats de ces enquêtes classiques. En ce qui concerne le shadow IT par exemple, il explique que les DSI le considèrent comme une innovation dans l’ombre, plutôt qu’une menace pour l’IT comme beaucoup le pensent. Ils ne s’en soucient donc pas réellement.

En ce qui concerne le budget de l’IT, le vice-président d’IDG Enterprise note également que les responsables informatiques ne se préoccupent pas de devoir perdre le contrôle des dépenses de technologie, et le partager avec d’autres métiers. Au contraire, ils veulent que d’autres personnes dans l’entreprise y soient également impliquées, et jusqu’à présent, plus des deux tiers du budget IT sont détenus par les DSI, explique Dennison. Pour lui, cette croyance selon laquelle les DSI craignent de perdre le contrôle du budget IT vient d’un rapport de Gartner datant de trois ans et qui stipule que d’ici 2017, les directeurs marketing vont beaucoup plus dépenser en IT que les DSI.

Qu’en est-il des hackers ? Ici encore, en se basant sur ses entretiens avec les DSI, Adam Dennison affirme que ce n’est pas un sujet qui préoccupe ces derniers. Ils savent en effet qu’ils sont probablement piratés, et s’ils ne le sont pas encore, ils le seront. Le plus inquiétant pour eux est donc de gérer le profil global de risque de l’entreprise de sorte que lorsque les questions de sécurité vont se poser, ils soient tout à fait préparés.

Quel est donc le problème qui fait passer des nuits blanches aux DSI ?

Après ses entretiens avec ces derniers, monsieur Dennison a constaté que la plupart d’entre eux mettent en avant le problème de talent. Le premier problème lié au talent est qu’il n’est pas du tout aisé de trouver les compétences exactement recherchées. Mais là encore, il ne s’agit que d’un problème apparemment mineur, alors que les responsables informatiques ont exprimé des préoccupations qui vont bien au-delà de l’embauche. En effet, ces derniers peinent aussi à construire et conserver des équipes qui peuvent gérer les besoins en constante évolution de la transformation numérique. Comme l’affirme Dennison, trouver le talent IT qui est capable de comprendre les besoins de l’entreprise et de réussir tout aussi bien avec la technologie est très difficile. Les DSI de nombreuses organisations avec des effectifs élevés ont également fait savoir qu’ils craignent de ne pas être en mesure d’adopter rapidement une technologie, simplement parce que dans leurs équipes, « le nouveau talent IT ne veut pas travailler sur les vieux trucs, et le vieux talent ne comprend pas les nouveaux trucs. » Pour d’autres DSI encore, la chose la plus difficile à gérer dans leur fonction, ce n’est pas d’embaucher, ni de construire une bonne équipe, mais c’est de devoir licencier.

Source : The Enterprisers Project

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ? Quels sont, d'après vous, les problèmes qui pourraient faire passer des nuits blanches aux DSI ?

Quels commentaires pouvez-vous faire de cette affirmation ? : « Le nouveau talent IT ne veut pas travailler sur les vieux trucs, et le vieux talent ne comprend pas les nouveaux trucs. »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de dfiad77pro
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 30/10/2015 à 9:50
J'aurai dit :
- Lécher les botes de la Syntec
- Trouver un expert .NET, ORACLE DATABASE C++, COBOL, SQL_SERVER pour 30k sur Paris . Qui soit beau gosse pour séduire le client/métier !

Pour être un peu plus objectif ,
je pense qu'un des vrais soucis est que l'informatique est considérée comme un centre de coût
alors les DSI doivent faire comprendre au métier qu'il faut surtout passer par le portefeuille pour faire de la qualité.
9  0 
Avatar de Bousk
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 30/10/2015 à 9:54
Leur plus gros problème c'est les utilisateurs.
Ces salops d'utilisateurs qui reportent des problèmes, incidents, tickets et nécessitent leurs services pour continuer leurs tâches.
5  0 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 30/10/2015 à 13:12
Citation Envoyé par NSKis Voir le message
Le vrai soucis des DSI n'est pas vraiment le problème de trouver des talents et de les garder. Ca... c'est juste la raison "politiquement correcte"!!!

Le vrai problème est que le management exige des DSI de limiter toujours plus les coûts salariaux de leur "talents". Ce qui entraîne inmanquablement une délocalisation des ressources (aaaah qu'il fait bon avoir des développeurs polonais payés au salaire polonais ou mieux roumains ou marocains payés en monnaie locales), une démotivation des équipes en France, un turn-over important des "talents" (pourquoi un "talent" resterait dans une société qui ne le paye pas correctement?) et donc par conséquence: une inefficacité des résultats obtenus...
Salaire roumain moyen en développement :
en étude : 400 par mois
sortie d’étude : 800-1000€
3-7 ans d'expérience : 1500-2200€
+ de 7 ans, entre 2000 et 3500€ par mois.

plus un package qui inclue souvent une assurance médicale privée, du sport, un téléphone, etc..
Je donne les montants net d’impôts bien sur(c'est la norme ici), comptez +82% pour le superbrut.

Je pense que certains ont des salaires net plus élevés que les votre.
Maintenant, y a les a cotés :
21 jours de vacances parfois 25... contre 30-35 en France pour les grosses boites en comptant les RTT.
40 h par semaine(même si le rythme est plus détendu)
Tout le monde en openspace
Locaux moins cher
Pas de CE (mais des avantages quand même grace au package ou aux volonté des RH... je sors d'un massage de 15 minutes par exemple)
4  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 30/10/2015 à 9:56
Citation Envoyé par dfiad77pro Voir le message
J'aurai dit :
- Lécher les botes de la Syntec
- Trouver un expert .NET, ORACLE DATABASE C++, COBOL, SQL_SERVER pour 30k sur Paris . Qui soit beau gosse pour séduire le client/métier !
Pas mieux, bon, je n'ai pas fais 50 boites différentes donc je ne vais pas être objectif non plus, mais je dirais que ce qui préoccupe le plus ma DSI, c'est qu'on puisse éventuellement leur demander de travailler...

Edit : ah bah grillé par Bousk
3  0 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 30/10/2015 à 11:55
Le vrai soucis des DSI n'est pas vraiment le problème de trouver des talents et de les garder. Ca... c'est juste la raison "politiquement correcte"!!!

Le vrai problème est que le management exige des DSI de limiter toujours plus les coûts salariaux de leur "talents". Ce qui entraîne inmanquablement une délocalisation des ressources (aaaah qu'il fait bon avoir des développeurs polonais payés au salaire polonais ou mieux roumains ou marocains payés en monnaie locales), une démotivation des équipes en France, un turn-over important des "talents" (pourquoi un "talent" resterait dans une société qui ne le paye pas correctement?) et donc par conséquence: une inefficacité des résultats obtenus...
4  1 
Avatar de Glutinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/10/2015 à 14:11
Qu’en pensez-vous ? Quels sont, d'après vous, les problèmes qui pourraient faire passer des nuits blanches aux DSI ?

Les prostituées et la coke ?

Quels commentaires pouvez-vous faire de cette affirmation ? : « Le nouveau talent IT ne veut pas travailler sur les vieux trucs, et le vieux talent ne comprend pas les nouveaux trucs. »

C'est quoi un « truc » ?
C'est bien, ils ont beaucoup de lexique les DSI !
- Tiens, répare-moi le bidule !!
- Le quoi ?
- Et que ça saute, j'ai pas de temps à perdre !
- ???

Bon, blague à part, le gros problème des DSI, c'est surtout que c'est compliqué de voir les coûts unitairement. L'IT assiste les opérations, le support, et la qualité, et c'est compliqué de dire réellement que telle équipe rapporte tant de sous, que grâce à la nouvelle appli on fait +21% du chiffre d'affaire car c'est modulo l'adaptation des utilisateurs vis-à-vis de l'outil, ou des clients...

Bref, c'est un sac de noeuds.
3  0 
Avatar de champy
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 30/10/2015 à 13:33
Moi j'ai eu la réponse de la part d'un DSI : 'vous'.

Petite société de développement de progiciel de gestion du patrimoine autoroutier nous avons été rachetés par un grand groupe. Premier entretien avec la DSI du groupe, je leur explique "il nous faut un accès externe à notre serveur de source et d'intégration continue, à notre gestion de projet Redmine, des droits d'admin pour des test fonctionnels, un accès un paramètres système (PATH, Pare-feu)», Réponse : 'Le pire pour une DSI c'est vous' , résultat VLAN en dehors du réseaux intranet et seulement quelques service accessible via l'extranet mais l'essentiel (Mail et Lync en gros). Du coup on réfléchit à tout externaliser l’usine logiciel chez Altassian (Source, CI ).
2  0 
Avatar de nirgal76
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 01/11/2015 à 19:39
Quels sont les problèmes qui préoccupent le plus les DSI ?
3 choses :
le pognon
le pognon
..et le pognon
1  0 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 02/11/2015 à 17:16
Citation Envoyé par NSKis Voir le message
Je suis personnellement très heureux pour vos conditions de travail...J'ai personnellement à votre disposition des exemples de sociétés françaises qui ont délocalisé en Roumanie avec des développeurs tout frais compris coûtant moins de 600 euro/mois!!! Je peux même vous donner l'exemple de 3 informaticiens de support roumains qui travaillaient dans les locaux d'un géant de la chimie et arôme à Genève en Suisse pour un salaire de 800 euro/mois!!! (cet exemple a d'ailleurs été médiatisé dans la presse locale)

On est loin du massage et de la partie de ping-pong pendant les heures de bureau!
Je ne dis pas qu'on ne trouve pas des gens pret a accepter ces salaires, surtout dans les petites villes, mais en général on finit avec :
- un turn over de dingue
- du boulot de merde (ils bossent sur de vrais projets à coté ou sont freelance)

Le dev pas cher en Roumanie, c'est de plus en plus de l'utopie. Et plus y a de boites qui viennent, plus y a de concurrence et plus mon salaire augmente en politique de rétention...
1  0 
Avatar de Orgoff
Membre averti https://www.developpez.com
Le 30/10/2015 à 12:42
Citation Envoyé par NSKis Voir le message
Le vrai soucis des DSI n'est pas vraiment le problème de trouver des talents et de les garder. Ca... c'est juste la raison "politiquement correcte"!!!

Le vrai problème est que le management exige des DSI de limiter toujours plus les coûts salariaux de leur "talents". Ce qui entraîne inmanquablement une délocalisation des ressources (aaaah qu'il fait bon avoir des développeurs polonais payés au salaire polonais ou mieux roumains ou marocains payés en monnaie locales), une démotivation des équipes en France, un turn-over important des "talents" (pourquoi un "talent" resterait dans une société qui ne le paye pas correctement?) et donc par conséquence: une inefficacité des résultats obtenus...
Quelle triste vision des choses.. une personne peut occuper un poste pour d'autres raisons que le salaire comme l'intérêt du projet, l'ambiance dans l'équipe ou tout simplement que la personne souhaite rester dans sa zone de confort. Le pognon c'est important certes, mais pas que.

Perso, en France, j'ai jamais vu des étrangers payer sensiblement moins que des Français dans l'IT (alors que c'est plus vrai ailleurs comme aux US).
0  0