Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google modifiera le comportement de Chrome quant aux téléchargements d'extensions effectués directement sur un site
Dès le 03 septembre 2015

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

4  0 
Après avoir développé puis publié une application ou une extension se posait sans doute la question de la praticabilité : vous auriez pu vous demander comment les utilisateurs auraient pu la trouver et l’installer. Pour les utilisateurs qui passent sur la vitrine de téléchargement Chrome Web Store et trouvent votre application, il suffit d’un clic pour procéder au téléchargement et à l’installation. Cependant, si un utilisateur se trouvait déjà sur votre site, cela aurait pu être ennuyeux d’effectuer l’installation dans la mesure où ils auraient à quitter votre site pour se rendre dans le Chrome Web Store, lancer le processus d’installation avant de revenir à votre site.

C’est la raison pour laquelle Google a pensé à introduire avec Chrome 15 un processus d’installation d’applications ou d’extensions « inline » depuis votre site web. « Ces applications et extensions sont toujours hébergées sur le Chrome Web Store mais les utilisateurs n’auront plus à quitter votre site pour les installer » expliquait alors Google qui précisait alors que lorsque les utilisateurs lançaient le processus, ils verraient une boîte de dialogue de confirmation d’installation avec la liste des permissions requises par l’application ou l’extension comme affichées sur le Chrome Web Store aux côtés de quelques autres informations comme le nombre d’étoiles reçues par l’application ou le nombre d’utilisateurs de l’applications, conférant sans doute plus de crédibilité à l’application auprès de l’utilisateur potentiel.

Et pourtant, malgré la bonne volonté de Google, les utilisations détournées et les abus n’ont pas tardés à débarquer. « Les installations inline ont été présentées en 2011 comme un moyen pour les utilisateurs d’installer les extensions de façon transparente depuis les sites web des développeurs. Malheureusement, ce mécanisme a été violé par de nombreux sites et annonces frauduleux qui incitaient les utilisateurs à installer des extensions non désirées ».

En guise d’illustration, Google a montré le cas de figure ci-dessous. Si ce lien se présente comme une mise à jour logicielle, il n’en est rien, il renvoie à une installation inline d’une extension Chrome depuis le site.


A compter du 03 septembre, pour les extensions / applications qui utilisent des tactiques trompeuses, les essais d’installation inline seront redirigés vers la page de détails produit de l'extension dans le Chrome Web Store. De cette façon, Google donnera à l'utilisateur plus d'informations afin qu’il puisse être en mesure de prendre la décision de savoir s’il veut vraiment installer ladite extension.

Google estime que cette mesure affectera moins de 0,2 pour cent de toutes les extensions. Néanmoins, la société a fait valoir qu’il s’agit là d’une « étape importante pour maintenir un écosystème d’extension sain pour les utilisateurs et la grande majorité des développeurs d'extensions qui ne se servent pas de tactiques trompeuses ».

Il faut remarquer que Google a effectué de nombreux changements relatifs au comportement de son navigateur vis-à-vis des extensions. Par exemple, en février 2013, Chrome 25 a désactivé l’installation silencieuse d’extensions. Plus récemment, Google a entrepris de bloquer les extensions qui n’étaient pas en provenance de Chrome Web Store sur la plateforme Windows. Ce changement dans sa politique, qui a d’abord été annoncé en novembre 2013 et devait prendre effet en janvier 2014 n’a finalement été implémenté qu’en mai de la même année après que les développeurs aient demandé plus de temps pour s’adapter.

En mai 2015, toutes les extensions qui n’étaient pas en provenance du Chrome Web Store se sont vues bloquées. Les utilisateurs Mac ont expérimenté la même chose en juillet.

Source : blog Chromium

Et vous ?

Que pensez-vous de cette mesure ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Trebly
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 29/09/2015 à 15:26
Bonjour,

Ce type d'organisation répond à une forme de "référencement".

Comme tous les référencements, dans tous les domaines :
  • Ou bien il sont commerciaux et, là, il y a lieu de payer son référencement d'une manière ou d'une autre, maintenant ou plus tard nous entrons avec cette règle définitivement dans un système de marché pour les extensions et là on peut douter du caractère bénéfique, j'explique plus loin pourquoi, à mon avis.
  • Ou bien il s'agit uniquement d'un problème de qualité logicielle et d'image de marque pour Google, là il y a lieu que le référencement Google-store soit conditionné par le respect de règles techniques totalement publiques ayant valeur de norme.


Pourquoi la "franchisation" des extensions serait une mauvaise chose ?

Parce qu'elle érigerait de fait Google en super juge de l'utilité économique d'une extension. Or quelle que soit la taille de Google il n'est pas souhaitable que Google intervienne dans la relation économique qui existe entre la développeur d'extensions et ses utilisateurs, mais aussi entre les développeurs via les licences associées aux logiciels.
Cela n'est pas souhaitable pour des raisons d'innovation et d'initiative individuelle ou de petits groupes, et pour le développement des marchés.

Il est tout à fait normal que Google définisse les "normes de qualité et de sécurité" des extensions utilisant le noyau de chrome, il ne serait bon pour personne que les moyens mis en oeuvre aboutissent à transformer, par un processus quelconque, les développeurs d'extension en satellites économiques de Google. Ceci d'autant plus que bon nombre d'extensions sont développées pour plusieurs navigateurs et répondent à des spécialités des développeurs.
Pr ailleurs les usages du navigateur sont de la responsabilité et du choix de l'utilisateur comme pour tout produit. Les extensions doivent être considérés comme des accessoires.

Cordialement

Trebly
0  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 09/08/2015 à 9:10
Internet n'est pas sûr. Si Microsoft attribuait les .fr et autres aux adresses emails en fonction des nationalités respective déclarés par les utilisateurs et utilisatrices et que cela serait correct il y aurait eu moins de faille. Actuellement sa ne l'ai pas, aucune garantie, sauf que Internet est une fosse septique.

Parler d'un concurrent pour faire se rendre compte qu'ils ne sont pas seuls sur le réseau Internet est sûrement se qui lui permettra de dire "ouf" mais pas dira exempte de défaut.
0  3