Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google va bloquer l'accès à son API Autocomplete à partir du 10 août
Ses partenaires utilisant Google CSE ne sont pas concernés

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

0  0 
Google a annoncé qu’à compter du 10 août prochain, les développeurs ne seraient plus en mesure d’utiliser son API Autocomplete. « Google Search fournit un service d’autocomplétion qui essaie de prédire une requête avant que l’utilisateur n’ait fini sa saisie. Pendant des années, de nombreux développeurs ont intégré les résultats issus de l’autocomplétion dans leurs services en utilisant un API non officiel et non publié qui ne comporte pas de restrictions. Les développeurs qui ont découvert l’API Autocomplete étaient alors en mesure d’incorporer les services d’autocomplétion, indépendamment de Google Search », a rappelé Peter Chiu, qui s’est exprimé dans un billet au nom de l’équipe derrière Autocomplete.

Il faut préciser que Google supporte actuellement plus de 80 API que les développeurs peuvent utiliser et pour intégrer des services Google ainsi que des données à leurs applications. L’entreprise a également des API non officielles et non publiées que certaines personnes extérieures à Mountain View ont découvertes et utilisées. L’une d’elles est Autocomplete.

Ce n’est pas un cas isolé. Google explique que, plusieurs fois, la communauté de développeur a fait un reverse-engineering d'un service Google via une API inédite pour réaliser de grandes choses. « L'API Google Maps, par exemple, est devenu une API supportée de manière formelle des mois après que des ingénieurs créatifs ont montré ce qu’ils pouvaient faire en combinant les données cartographiques à d'autres sources de données ».

Pourquoi Google a-t-il décidé de bloquer l’API ? Tout d’abord, Chiu a tenu à rappeler que le fait d’utiliser des API non officielles et non publiées comporte le risque de le voir devenir indisponible, et ce sera clairement bientôt le cas avec Autocomplete. Ensuite, il a expliqué que « nous avons conçu Autocomplete comme complémentaire de Search. Il n’était pas question de le voir exister étant déconnecté de son objectif d’anticiper les requêtes des utilisateurs. Au fil du temps, nous avons réalisé que, alors que nous pouvions concevoir des utilisations d'un flux de données de saisie semi-automatique en dehors des résultats de recherche qui peuvent être utiles, dans l'ensemble le contenu de nos complétions automatiques est optimisé et destiné à être utilisé en conjonction avec les résultats de la recherche sur le Web. Un contexte extérieur à celui de la recherche sur le Web ne fournit pas un avantage significatif à l'utilisateur ».

Aussi, « dans l’intérêt de maintenir l’intégrité de l’auto complétion comme étant partie intégrante de Search », Google a décidé de restreindre les accès non autorisés à cet API dès le 10 août 2015. « Nous voulons nous assurer que l’utilisateur expérimente l’autocomplétion comme cela a été conçu : en tant que service lié à Search. Nous croyons que cela fournit la meilleure expérience utilisateur pour les deux services ».

Pour les développeurs qui veulent encore se servir de l’autocomplétion pour leurs sites, Google propose une alternative : « Google Custom Search Engine permet aux sites de maintenir la fonctionnalité d’autocomplétion en relation avec la fonctionnalité Search ». Mountain View précise que tous les partenaires qui utilisent Google CSE ne seront pas affectés par ce changement.


Source : Blogspot, liste des API supportés

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !