Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Quels sont les critères qui vous permettraient d'estimer si untel est un bon ou un piètre développeur ?
Partagez vos avis

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

7  1 
Si la notion de relativité s’étend sur plusieurs domaines comme l’art ou les préférences, d’autres donnent la place à des critères moins subjectifs pour déterminer le bon et le mauvais. En tant que professionnels de l’informatique et développeurs en particulier, quels sont les critères qui vous permettraient d’estimer si untel est un bon ou un piètre développeur ? Nick Kolakowski, rédacteur technique, propose les éléments qui lui semblent les plus adéquats pour pouvoir le déterminer.

  • Une aptitude à apprendre : l’un des faits sur lesquels peu de place est laissé pour une antithèse est que la technologie est très évolutive. De nouveaux langages sortent pour répondre à des besoins bien spécifiques, d’autres enrichissent leurs bibliothèques. La technologie est en constante évolution et refuse de demeurer statique. La résultante est très simple : ce qui semble être à la pointe de la technologie aujourd’hui en matière de logiciel ou de matériel peut s’avérer obsolète dans les années voire les mois à venir. Bien sûr, il y a des langages de programmations qui résistent à l’influence du temps, mais ce sont là des exceptions, pas des règles.

    A ce rythme, les développeurs qui ne se contentent pas d’acquérir des bases dans les nouvelles technologies qui font leur apparition mais qui gardent dans leurs veilles technologiques des outils pour mettre à jour leurs connaissances sur des plateformes qu’ils maitrisent déjà possèdent un réel avantage. « Observez les développeurs que vous connaissez. Ceux qui trainent sur les forums, posent souvent des questions et s’essaient à de nouvelles plateformes sont ceux qui sont le plus susceptibles de réussir dans leurs carrières ».
  • Une palette de connaissance étendue : pour Kolakowski, l’expertise dans un ensemble de domaines peu fourni, que ce soit du côté logiciel ou du côté matériel, ne suffit pas. « Un développeur ardu a au moins une certaine expertise dans les serveurs, les clients desktop ainsi que les appareils mobile » a-t-il soutenu. « Vous voulez développer pour le Web? Préparez-vous à connaître Javascript, HTML, CSS, SQL, Node.js, PHP ou ASP.NET, et bien plus encore. Le développement de jeux correspond plus à votre goût ? Non seulement vous aurez besoin d'une solide compréhension de C ++, mais en plus d’une connaissance de UX, de la modélisation, de l’Intelligence Artificielle, et ainsi de suite ».

    Selon lui, parce que le développement mobile est de plus en plus fragmentée, un développeur qui veut lancer son logiciel sur une variété de plateformes gagnerait à apprendre Objective-C et Swift (pour iOS), Java (pour Android) mais aussi le C et le C ++ « et ce, avant même de commencer à ingurgiter les subtilités de e-commerce et du marketing ».
  • Les bugs et les essais : avoir les capacités de concevoir un nouveau logiciel est une chose, mais il faut également savoir comment le rendre aussi meilleur que possible. Même si cela ne nécessite pas de se spécialiser en assurance qualité, un développeur devrait néanmoins être en mesure de résoudre des problèmes rapidement, surtout lorsqu’il est dans une équipe. Si les testeurs assurance qualité sont généralement bien informés dans les langages de programmation les plus populaires, ils disposent en plus d’un éventail de compétences non techniques, parce que la résolution des problèmes de logiciels nécessite souvent l’interaction avec des personnes diverses.
  • Avoir des compétences non techniques : les compétences non techniques incluent la communication, l'engagement, la flexibilité, l'efficacité et la capacité d'observer son environnement de façon à avoir des idées sur une manière de procéder. Alors que certains développeurs pourraient reléguer les compétences non techniques au second rang, il va de soi qu’ils devront interagir avec des êtres humains sur une base régulière. Dans ce cas, il est donc préférable d’apprendre quelques tours pour que lesdites interactions se passent sans accros.


En définitive donc, pour lui, être un bon développeur ne saurait se résumer à avoir une bonne connaissance d’une palette de technologies et de plateformes, mais également un fort sentiment de curiosité et une volonté d’apprendre et la capacité à développer des aptitudes non techniques.

Source : Insights

Et vous ?

Quels sont les critères qui vous permettraient d’estimer si untel est un bon ou un piètre développeur ? Pourquoi vous paraissent-ils pertinents ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de tomlev
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 20/07/2015 à 23:20
Je pense qu'il faut prendre en compte une large palette de critères pour juger du niveau d'un développeur... Tous les bons développeurs ne sont pas bons dans les même domaines. Il y en a qui sont excellents en algorithmes, mais pas très bons en architecture. D'autres qui écrivent du code pas très propre, mais ont une grande capacité à comprendre (et faire évoluer) des systèmes complexes.

Parmi les principales qualités nécessaires à un développeur, je mettrais (liste pas exhaustive du tout) :
- savoir se remettre en question
- toujours chercher à s'améliorer (ça passe entre autres par la veille technologique : lire des articles, essayer de nouvelles technos, etc)
- s'attacher à suivre les bonnes pratiques dans la mesure du possible... et savoir quand s'en écarter
9  0 
Avatar de Gulien
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 20/07/2015 à 23:26
D'accord avec sazearte, on tourne en rond sur ces sujet.
Je pense que la plupart des devs aujourd'hui ont acquis les grands axes qui font qu'un logiciel est de qualité (acquérir ne veut pas dire pratiquer : Faute de temps, de moyens, de patience, flemme ...)

Pour moi un bon dev, c'est celui qui termine un projet qui fonctionne (c'est déjà un bon point) et qui est arrivé à faire quelque-chose de transmissible, maintenable, répétable, modulable (ce dernier point est je pense le plus difficile, étant donné qu'il demande une vue assez haute sur les environnements qu'on utilise, et que lorsqu'on débute un projet, ça se passe souvent sur un nouvel outil que l'on découvre).
5  0 
Avatar de MichaelREMY
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 20/07/2015 à 23:55
Quels sont les critères qui vous permettraient d’estimer si untel est un bon ou un piètre développeur ? Pourquoi vous paraissent-ils pertinents ?
un bon développeur :
- doit penser toujours à celui qui viendra relire/refaire/corriger/terminer son propre code pour lui faciliter le travail
- être rigoureux / méthodique
- être très curieux, même avec excès

un mauvais développeur :
- a beaucoup de préjugés techniques et s'y tient
- n'aime pas les docs (longue ou courte) et veut qu'un travail soit faisable ou domptable tout de suite
- n'a vu et pratiqué longuement qu'un seul langage dans sa vie

En tant que professionnels de l’informatique et développeurs en particulier,
un peu bizarre de juger un confrère.
Je pense que les critères d'un bon dvp/ou mauvais varient forcément suivant que l'on soit cdp, développeur en équipe développeur solo, pdg d'une startup, commercial ou ingénieur d'affaire.
Pour une , un bon développeur peur être une personne qui travaille très mal mais qui rend quand-même un travail accompli qui fera gagner de l'argent
Pour une autre, un bon développeur sera juste une personne qui travaille bien et honnêtement même si elle a du mal à terminer dans les temps et à apporter une valeur ajoutée à l'entreprise (ce qui n'est pas le point de vue d'un cdp ou commercial)
2  0 
Avatar de ustensile
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 21/07/2015 à 9:11
Pour résumer un peu tout et donner mon avis un peu, citons ici un gars qui fait un site sympa sur Python, un bon dev doit :

-faire du code qui marche
-faire du code qui continue à marcher
-faire du code dont on sait pourquoi il marche
-donner envie de bosser avec
2  0 
Avatar de elpaulo
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 21/07/2015 à 11:41
J'aurais tendance à être de l'avis d'ustensile sur ce point.

C'est pour moi important de bosser avec des gens qui y mettent de la bonne volonté, ne sont pas défaitistes, sont globalement positifs. Bosser avec une grande gueule qui voit tout en noir, pour qui un projet est perdu d'avance, et qui fout une sale ambiance, c'est mauvais parce que ça se répand comme la peste, et tu finis avec tout l'open space influencé par ce genre de personnes.

Donc oui, hors de l'affectif subjectif, il y a des comportement à adopter en entreprise pour que tout ce passe bien, et ce n'est clairement pas à sous-estimer.
1  0 
Avatar de manu007
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/07/2015 à 8:47
Lorsque je dois embaucher un programmeur, deux critères m'indiquent qu'il est la personne correcte:

1) Sa possibilité a se mettre en cause
2) Son habilité a faire le moins possible

1) M'indique qu'il pourra s'habituer a n'importe quelle nouvelle téchnologie ou défi,
2) Bien contrôlé, il écrira un code court et très vite. Un code est court est facilement maintenu.

J'ai jamais étè déçu.
1  0 
Avatar de tpericard
Membre averti https://www.developpez.com
Le 25/07/2015 à 8:08
Bonjour,

L'argent est le nerf de la guerre. En centre de service de développement, le bon développeur est celui qui rend ses projets (qui fonctionnent) à l'heure, voire en avance (car il fera ainsi gagner encore + d'argent à l'entreprise).

A contrario, le mauvais développeur est celui (ou celle) qui ne rendra pas ses dossiers à temps. Et peu importe la raison évoquée (documentation, maintenance, etc ...).

Bien sûr, celui ou celle dont les projets ne fonctionnent pas sont toujours considérés comme mauvais

Navré d'être aussi négatif, mais il faut bien avouer que c'est ainsi que ça passe
1  0 
Avatar de ChristianRoberge
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 25/07/2015 à 16:28
Les connaissances en informatique, langages, façon de faire (document, formatage du code, méthode Agile) sont "inutiles" à un bon programmeur. Je sens que j'en ai choqué plus d'un là, je m'explique. Le moteur essentiel de motivation que je recherche chez un candidat est s'il a de nombreuses connaissances autre qu'informatique. Par exemple, si tu n'a pas d'idées comment cela fonctionne en médecine, comment peux-tu concevoir un logiciel qui répondra à leurs besoins? Si un candidat est curieux sur un ensemble de domaines connexes, je sais qu'il est ou le sera tout autant, si le besoin se fait sentir, en informatique. La plupart des "bon" programmeurs que j'ai connu, avait des compétences en informatique relativement banal mais leur application se démarquait des autres parce qu'elles répondaient intelligemment au besoin réel des clients. Et çà, c'est du grand art!
1  0 
Avatar de Laurent 1973
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 28/07/2015 à 10:56
Citation Envoyé par smartinus44 Voir le message
... Il ne faut pas passer à côté du fait que parfois la solution ultime c'est de ne pas développer du tout! ...
Un bon développeur est un développeur fainéant: il va réfléchir un minute de plus pour avoir à taper une touche de moins
1  0 
Avatar de tomlev
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 28/07/2015 à 12:29
Citation Envoyé par Laurent 1973 Voir le message
Un bon développeur est un développeur fainéant: il va réfléchir un minute de plus pour avoir à taper une touche de moins
Voire bosser 1 heure pour automatiser une tâche qui aurait pris 10 minutes à faire manuellement
1  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web