Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le projet de loi sur le renseignement adopté en première lecture

Le , par Hinault Romaric

0PARTAGES

3  0 
Sans surprise, le projet de loi controversé sur le renseignement a été largement approuvé ce vendredi 05 mai 2015 par l’Assemblée nationale. Sur 566 députés, 438 ont voté pour, 86 contre et 42 se sont abstenus.

Dans une procédure dite « accélérée » pour son adoption, le projet de loi s’invitera dans les débats du Sénat à partir du mois de juin, avant une adoption définitive par les parlementaires en juillet, avant la pause estivale.

Dans les couloirs du Palais Bourbon, le Premier ministre Manuel Valls, s’est félicité de cette écrasante majorité en faveur d’un texte qui « préserve nos libertés fondamentales », tout en permettant « d’encadrer l'activité de nos services de renseignement et leur donner davantage de moyens pour qu'ils soient le plus efficaces possible face à la menace terroriste ».

Manuel Valls n’a pas manqué de s’insurger contre « les accusations insupportables quand il s'agissait de mettre en cause les aspects liberticides de ce texte ». Il a hâte que le texte soit adopté pour une mise en œuvre rapide.

Le projet de loi sur le renseignement est critiqué par les défenseurs des libertés et les entreprises de l’IT pour la menace qu’il représente pour la vie privée des citoyens, car il ouvre la voie à une surveillance de masse.

Parmi les aspects les plus décriés, on peut citer l’implémentation des boites noires sur les réseaux des opérateurs et des hébergeurs. Il s’agit concrètement du déploiement d’un algorithme d’analyse automatique des données afin de détecter par une « succession suspecte de données de connexion » une « menace terroriste ».

Un autre point qui a fait couler beaucoup d’encre concerne les « Imsi-catchers », des appareils qui permettent, en imitant le fonctionnement d'une antenne-relais, d'intercepter les téléphones portables, leurs données de connexion ou d'écouter les conversations.

Par ailleurs, des doutes subsistent également sur l’efficacité de telles mesures, car les services de renseignement seront noyés dans un flot de données, dont ils ne disposent pas de ressources suffisantes pour effectuer des analyses.

Face la polémique, le Président de la République François Hollande avait pris les devants pour annoncer une saisine du Conseil Constitutionnel pour s’assurer de sa conformité constitutionnelle. Un groupe de 75 députés compte l’emboîter le pas.

Source : Assemblée nationale

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de r0d
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 28/07/2015 à 15:51
Citation Envoyé par Beanux Voir le message
J'essaye simplement de trouver une raison plausible et d'essayer de comprendre pourquoi cette loi "doit" passer.
Il est très difficile de tenter une analyse de causalité sur un événement qui implique un grand nombre de facteurs. D'autant plus lorsque parmi ces nombreux facteurs, certains ne sont pas publics; donc nous n'avons pas toutes les pièces du puzzle. C'est la raison pour laquelle le temps aide à l'analyse politique, car avec le temps, certaines pièce du puzzle peuvent apparaître. Par exemple, lorsque N. Chomsky analyse les documents déclassifiés du gouvernement américain, il est capable de produire des analyses exceptionnelles; mais ces analyses concernent des faits qui se sont produits au moins 30 ans plus tôt.

Cela dit, la difficulté de la tâche ne doit pas nous astreindre à la résignation. Donc je propose mon analyse. Il s'agit d'opinion, je me permet donc de ne pas sourcer, ni de construire une argumentation réellement construite.
La question est: "Cette loi est inutile et liberticide, pourquoi donc nos élus l'ont écrite et approuvée?".

Si on attaque le problème selon une approche systémique (ou sociologique; par opposition à une approche psychologique, qui tenterait de comprendre ce qu'il se passe précisément dans la tête de ces élus), alors on peut voir deux choses apparaître.

1/ Les élus font partie de ce que Bourdieu appelait un "champ social" bien précis. Il s'agit d'un champ social qui regroupe une certaine élite éduquée: hauts fonctionnaires, médiacrates, une certaine partie du grand patronat, etc. Ce champ social est très particulier à bien des égards, mais la particularité qui m'intéresse ici est la suivante: il est tout petit en terme de population (ces gens-là sont peu nombreux), mais il a un énorme pouvoir. C'est ce qu'on appelle parfois l'aristocratie (au second sens).
Depuis Machiavel, nous savons que ce petit groupe de population a peur de "la masse" constituée par l'ensemble des autres citoyens. Et à juste titre: leurs privilèges ne sont (à ma connaissance) jamais légitimes, et ils sont en infériorité numérique. Comme disait La Boétie: ils sont forts parce que nous sommes faibles. Ils nous apparaissent fort, mais en réalité ils sont faibles, et ils en sont conscient. Par conséquent, ils doivent se protéger. Et ils ont trouvé, vers le milieu du XXème siècle, la meilleure façon de se protéger: un mélange de fabrication du consentement et de contrôle a-priori. Tout le monde sait ce qu'est la fabrication du consentement, en revanche on connait moins l'idée de contrôle a-priori. Le contrôle a-priori consiste à savoir ce qui va se passer pour stopper un événement le plus tôt possible, et si possible, avant qu'il ne se produise. Pour prévoir qu'un événement va se produire, il faut contrôler au maximum, il faut tout savoir.
Selon cet angle de vue, on peut considérer que le comportement de ces élus, lorsqu'ils ont voté cette loi, est une sorte d'instinct de survie. Instinct de survie au sens darwinien, sauf qu'il ne s'agit pas d'une espèce, mais d'une classe sociale (ou plutôt d'un champ social).

2/ L'analyse marxiste ne me semble pas non plus stupide: il y a une guerre de classes, les politiciens sont du côté des riches, ils ont besoin de nous contrôler, nous les pauvres. Simple mais efficace.

En guise de conclusion, je pense que nous avons une image biaisée de ce qu'est un grand politicien (député, ministre, sénateur, ...) aujourd'hui. Il faut comprendre que ces gens-là passent une grande majorité de leur temps à faire de la communication. Ils n'ont pas le temps, ni l'envie, de s'intéresser aux détails des lois qu'ils votent et des amendements qu'ils proposent. Ils n'écrivent ni ne votent les lois avec leur raison, mais avec leurs tripes, ou en fonction de leur intérêt direct (essentiellement des intérêts stratégiques). C'est pourquoi, si on souhaite analyser leurs comportement, il ne faut pas chercher du côté de l'éthologie (bien que cela puisse être amusant, j'en conviens), mais plutôt du côté de la sociologie.
Souvent on se demande pourquoi nos politiciens sont si "nuls". En fait, ils ne sont pas "nuls", ce sont même les meilleurs sur un point: se faire élire. Mais se faire élire est une chose (c'est essentiellement de la com' et de la stratégie), alors que le travail qu'ils sont sensé effectuer, faire de la politique (au sens premier, celui d'Aristote), en est une autre. Et moi je crois qu'en vérité, ces gens-là ignorent tout de la politique (au sens premier toujours), et que même s'ils en avaient envie, il n'auraient pas le temps de s'en occuper. Parce que c'est bien simple, et moi qui gravite dans différents partis, syndicats et associations depuis 15 ans, je vois bien comment ça fonctionne. Si dans le tas il y en a un ou une qui fait réellement de la politique, il ne montera jamais dans la hiérarchie, et que ce soit dans un parti, un syndicat, ou une association, ce sont les "beaux parleurs", les pros de la com', qui montent en grade.
11  0 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 06/05/2015 à 12:14
Sinon, j'ai une superbe idée, on installe un petit virus sur les ordinateurs de certains de nos opposants pour établir des connexions sur des sites pédophiles puis qui se supprime ensuite en laissant un minimum de traces. Pourquoi même attendre de récupérer des données compromettantes quand on peut les fabriquer ?

Et la pauvre victime, elle va se défendre comment quand elle sait même pas ce qu'est une souris ?
Le temps qu'ils découvrent la supercherie, s'ils la découvrent un jour, la victime sera déjà politiquement morte et son parti en aura pris un grand coup.

Moi, je regarde MLP:FiM, je vais être fiché en tant que dérangé mental ou en tant que pédophile ?
Je consulte des sites de la quadrature du net, je vais être fiché comme anarchiste, extrémiste et soutenant le terrorisme ?
Pire encore, je vais à Oslo en Norvège pour 3 mois sous couvert d'un stage, sûrement un camp d'entraînement pour hackeur djihadiste.
En plus je fais des études en informatique et je veux m'orienter vers la sécurité informatique… Comme par hasard. Et en plus je m'oppose au projet de loi sur le renseignement ! Cela m'arrangerait bien qu'il ne passe pas pour que je puisse continuer tous mes méfaits en toute impunités.

Je consulte souvent DVP, comme c'est étrange… Cela ne peut donc être qu'une couverture pour des réunions secrètes d'hackeurs terroristes pédophiles ! La vérité tombe au grand jour, vous êtes tous fait !
10  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 24/07/2015 à 15:33
Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
Vue le caractère complétement flou donné au terrorisme tout le monde y est éligible en vérité.
En fait, c'est pas si flou que ça, mais du terrorisme il y en a plusieurs catégories. Et toutes les catégories ne se valent pas, loin de là. Le fait de parler de terrorisme en général, ça laisse libre à chacun d'interpréter selon le terrorisme dont il entend le plus parler. Et les rapports Europol sont édifiants à ce sujet. J'avais fait une analyse du rapport de 2014 (au sujet de 2013 donc), et le constat était le suivant : en un an, dans toute l'Europe, il y a eu 152 actes terroristes (63 en France) faisant 7 morts. 7 morts en un an sur un territoire aussi vaste que l'Europe... je ne pense pas que ça vaille une telle médiatisation (il y a pire mais on n'en entend pas autant parler), et encore moins de l'utiliser comme argument à l'Assemblée Nationale. Et encore, on parle de tous les actes terroristes, que ce soit ceux qui ont effectivement eu lieu, mais aussi ceux qui ont été déjoués, comme ceux qui ont été abandonnés. Autrement dit, il n'y a pas eu 152 attaques, il y a eu 152 projets d'attentats, une partie n'ayant même pas atteint le statut de tentative, d'autres ayant effectivement été tentés mais ayant échoué, et le reste ayant effectivement eu lieu et ayant fait 7 morts. Et c'est pas tout, parce qu'on parle là de terrorisme toutes catégories confondues. Ce qu'on nous rabâche à longueur de journée aux infos, c'est l'islamisme radical, qui est une sous-catégorie du terrorisme religieux. Et les données sur le terrorisme religieux, en 2013, sont sans appel : c'est zéro net. Et ce n'est pas une exception, les rapports des années précédentes oscillent entre 0 et 2 actes terroristes religieux (si je me rappelle bien). Encore une fois entre 0 et 2 par an et sur toute l'Europe.

J'ai regardé le rapport de 2015, sur l'année 2014 donc, et on a répertorié 2 actes terroristes religieux (tableau à l'annexe 1, p. 40), à savoir 1 en Belgique (4 morts) et 1 en France (pas de chiffres). La grande majorité des actes terroristes sont, comme chaque année, les actes séparatistes, qui s'élèvent à 67 dont 50 en France (la Corse, pour ceux à qui sa parle). On a juste la Grande Bretagne qui reste dans le flou, car elle totalise 109 actes terroristes, mais aucune catégorisation n'est donnée, on ne sait donc pas de quoi on parle exactement, alors qu'elle fournit plus de la moitié des 201 actes terroristes totaux. Et comme le rapport de 2014, le rapport de 2015 montre une paranoïa claire sur le terrorisme religieux : pour 67 actes séparatistes, on a eu 154 arrestations (x2.3), alors que pour 2 actes religieux, on arrive à 395 arrestations (x198), et le n°1 des paranos étant... la France, avec 188 arrestations, soit près de la moitié des arrestations à elle toute seule. À titre illustratif, en France on arrête une personne tous les 2 jours, mais au final il n'y a qu'une seule arrestation qui vaut le coup sur toute l'année. Quand on a conscience de ça, on s'étonne moins de voir qu'ils essayent de mettre en place des système de surveillance ingérables avec la loi Renseignement. Apparemment, la pêche au gros, c'est la technique française.

Alors quand je lis que :

Citation Envoyé par Hinault Romaric Voir le message
Manuel Valls a félicité ce « progrès décisif », qui offre à la France « un cadre sécurisé contre le terrorisme et respectueux des libertés ». [...] La loi a été votée dans une procédure d’urgence, au nom de la lutte contre le terrorisme. D’ailleurs, c’est le principal argument utilisé par le gouvernement pour endormir les esprits, encore sous le choc des attentats de Paris
Les attentats de Paris étant dans la catégorie terrorisme religieux, je m'attends à voir dans le rapport de 2016 2 ou 3 actes terroristes... allez, peut-être que ça montera jusqu'à 5 parce qu'on aura pas mal médiatisé le truc, ce qui aura donné des idées à certains. Autant dire que cette loi sera passée grâce à un épouvantail.

Non mais de qui se moque-t-on ? {-_-}
10  0 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 05/05/2015 à 19:42
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
Ou comment la République dit "cause toujours, tu m'intéresses"
"Cause toujours, on t'enregistre"
8  0 
Avatar de Paul TOTH
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 25/06/2015 à 18:13
119 contre, 116 pour ...et nous sommes sur un forum IT pro ! comment voulez-vous que des politiques soient contre ?!
8  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 27/07/2015 à 3:40
Et bien écoute, à ton dernier post j'ai deux choses à répondre (pour le plus important tout du moins).

La première est que j'ai beau être cultivé (ou pas, ça je laisse chacun juger), ça ne veut pas dire pour autant que je suis toutes les news qui passent partout. En l'occurrence, j'ai moi-même mes centres d'intérêts, et la sécurité est loin de faire partie de mon top. Aussi je me focalise sur ceux-là, et le reste passe relativement à la trappe. J'en profite pour te corriger sur ce point au passage :
au même titre que toi qui semble lassé des personnes douées d'intelligence séparées du courant social qu'on essaie de nous insuffler insidieusement
Je ne suis pas sûr de comprendre, mais si tu veux dire que je suis lassé de voir des gens intelligents se faire avoir par des gens peux scrupuleux, alors non désolé, je n'en suis pas lassé, je sais que ça existe et cela pour une raison simple : personne n'est expert en tout. Et je me plais même à croire que plus on montre qu'on est expert en quelque chose, plus il faut se dire qu'on est particulièrement nul ailleurs. Je ne vais donc pas m'en lasser, puisqu'il n'y a rien de plus naturel, ce serait donc un comble de déprimer sur quelque chose sur lequel je n'ai aucun contrôle. Mais je fais ma part d'efforts pour partager mes connaissances, ce qui est déjà pas mal je trouve. Quoi qu'il en soit, ma culture vaut ce qu'elle vaut, et personne (toi y compris) n'as à attendre de moi qu'elle soit si vaste qu'elle recouvre notamment ce que cette personne sait.

Le second point, c'est que je me focalisais sur l'absence d'arguments concrets donné par ton post (ça c'est pour le contenu) et son côté insultant (ça c'est pour la forme). Si je critique l'absence d'arguments, comment diable pourrais-je critiquer des arguments, comme dire "à qui veut l'entendre que c'est stupide d'imaginer que les politiciens "complotent"" ? Jusqu'à preuve du contraire, je ne suis pas celui qui a parlé de complotisme, et j'évite par ailleurs d'utiliser cet argument que je relègue aux techniques pour couper court à la discussion. Pour ce qui est de l'insulte (et non pas de la prétention), dire que des gens sont des menteurs ou des escrocs, c'est de l'ordre de l'insulte. Tu as par contre tout à fait le droit de dire, respectivement, que tu ne leur fais pas confiance et que tu te sens roulé par tes élus, ce qui est de l'ordre de l'avis personnel, et en France chacun à le droit d'en avoir un et de l'exprimer. Ce sont certes des questions de formes, mais ces questions de formes, une fois devant le juge, font toute la différence. Je pense notamment à cette affaire où au final, c'est la formulation trop absolue (pas assez personnelle, tout comme toi) du titre qui aura valu condamnation. Note au passage qu'il y est dit que les qualifications de "harpie", "mal embouchée" et "dédaigneuse" utilisées par la blogueuse auraient pu tomber sous le coup de l’injure si la prescription n'était pas passée, d'où le fait que je qualifie ton post d'insultant quand tu parles de menteurs et d'escrocs (et dans ton cas, la prescription n'est pas encore là).

J'espère avoir été plus clair cette fois-ci, et si je pourrais encore m'attarder sur la forme de ton post suivant, je m'en économiserai, car tu as fais l'effort de développer le contenu (et je laisserai les "experts" du sujet en discuter, moi je n'en fait pas partie). Je ne vais donc pas développer davantage et j'apprécie que tu ais au moins amélioré ce côté là.
8  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 28/07/2015 à 16:23
Citation Envoyé par el_slapper Voir le message

Tout ceci me rend assez pessimiste, en fait.
8  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 01/06/2015 à 23:11
Comme les débats commencent demain, j'ai remis ça, niveau bombardement de mails. J'ai écrit aux 5 sénateurs du Bas-Rhin (dont un de mes anciens professeurs quand j'étais étudiant. Marrant comme le monde est petit), où je suis inscrit sur les listes électorales, à Jean-Pierre Raffarin et aux 6 présidents de groupe du sénat : Bruno Retailleau (UMP), Didier Guillaume (groupe socialiste), François Zocchetto (UDI-UC), Éliane Assassi (GCRC), Jacques Mézard (RDSE) et Jean-Vincent Placé (groupe écologiste) :

"Madame la sénatrice,

Le Sénat, et notamment le groupe GCRC, que vous présidez, va devoir se prononcer à partir du 2 juin 2015 sur le projet de loi relatif au renseignement.

Comme vous le savez, le gouvernement a fait le choix de soumettre ce texte à la procédure accélérée confisquant ainsi un véritable débat, garant d’un fonctionnement démocratique. De même il entretient la confusion sur l’objet de ce texte, présenté à tort comme une loi antiterroriste, il organise en fait une surveillance généralisée de la société tout entière.

La communication gouvernementale ne doit pas vous tromper : en fait d’encadrement, ce projet entérine les pratiques illégales des services et légalise, dans de vastes domaines de la vie sociale, des méthodes de surveillance lourdement intrusives. Vous vous êtes certainement indigné en juin 2013 contre les pratiques de la NSA dénoncées par Edward Snowden, or ce texte ajoute des moyens de surveillance généralisée comparables à ceux de la NSA, sans apporter de garanties pour les libertés individuelles et pour le respect de la vie privée : création de « boîtes noires » destinées à scanner le Web indistinctement, collecte de masse de données personnelles, durée de conservation allongée jusqu’à cinq ans pour certaines données, opacité des moyens d’exploitation de ces données…

Les méthodes de surveillance sont massives, le contrôle inconsistant. Le texte qui vous est soumis porte un déséquilibre liberticide : l’usage de techniques de surveillance est entre les mains de l’exécutif, sans contrôle solide. Vous pourrez constater que la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR), soi-disant garante des libertés, ne disposera ni des pouvoirs ni des moyens nécessaires pour accomplir efficacement sa mission. Le Premier ministre pourra toujours passer outre son avis, et elle ne pourra rien interrompre par elle-même. Le gouvernement se refuse à assurer un contrôle systématique et indépendant a priori des demandes des services et organise un contrôle a posteriori illusoire, ainsi la CNCTR n’aura accès qu’aux enregistrements que les services voudront bien lui soumettre. La saisine du juge administratif restera aléatoire et la procédure asymétrique, les principes processuels fondamentaux cédant devant le secret défense.

Cette loi concernera tous les citoyens : non seulement parce que les méthodes relèvent de la surveillance de masse, mais aussi parce que le texte étend dangereusement le champ d’action des services spécialisés. La surveillance pourra s’abattre sur les mouvements sociaux et politiques, au titre de la « prévention des violences collectives » et sur tout citoyen qui, dénonçant des pratiques industrielles néfastes, porterait atteinte aux « intérêts économiques ou industriels essentiels de la France ». Ce projet est une menace pour les libertés politiques et les mobilisations à venir.

La liberté et la sûreté, droits naturels et imprescriptibles reconnus par la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen sont menacés.

Vous devez refuser ce simulacre de débat et exiger une discussion démocratique protégeant chacun contre les dérives d’une société de surveillance et assurant un contrôle strict et indépendant de l’activité des services de renseignement.

Vous avez une lourde responsabilité, celle de prendre le risque de voter une loi intrinsèquement mauvaise qui risquerait de l’être encore plus entre de mauvaises mains…

En tant qu'électeur et citoyen, je vous demande, madame la sénatrice, de ne pas voter cette loi.

Je vous prie d'accepter l'expression de mes salutations respectueuses."

J'ai repris un mail-type de la LDH de Toulon, que j'ai un peu adapté : http://ldh-toulon.net/loi-renseignem...ons-avant.html. Si c'est pour avoir un mail-type en retour, ce n'est pas forcément la peine de faire plus. En fait, la seule chose qu'ils font avec ces mails, c'est les compter, je pense.

Pour trouver des sénateurs : http://www.senat.fr/elus.html. Chaque sénateur a une notice biographique donnant son adresse e-mail officielle.

Je viens d'envoyer les mails. Je vous tiendrais au courant des (éventuelles) réponses. Pour ma première série de mails, aux députés, ministres et président, j'ai eu en tout 3 réponses...
7  0 
Avatar de Traroth2
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 10/06/2015 à 12:08
Citation Envoyé par Angelsafrania Voir le message
Pourquoi on ne peut pas filtrer toutes les lettres (donc les ouvrir puis les lire et enfin les analyser) ? Parce que c'est une atteinte à la vie privé ?
La loi autorise de le faire sous certaine condition (pour les douane et sur autorisation d'un juge).
Quelles sont les critères pour un douanier pour ouvrir la lettre (interception) ? son aspect, son poids, sa provenance (les critères on les connait pas trop), mais cette décision se fait avant de l'ouvrir.

Pour les échange informatique par internet c'est pareil, la loi autorise de le faire mais sans l'avale d'un juge (mauvais point).
On ne connait pas plus les critères d'interception, mais dans le cas présent on ouvre et analyse avant de prendre la décision (très mauvais point).
Et de plus contrairement à un douanier le logiciel pourra filtré beaucoup plus de trafique (dangereux vu qu'on ouvre/intercepte tout).
La cerise sur le gâteau : on peut stoker l'information sans que vous le sachiez (bon pour une lettre c'est faisable aussi mais moins facilement).

Donc on stock des informations sur vous sans le savoir, sans connaitre les critères, sans qu'aucun juge ne l'autorise. Vu qu'on ne le sais pas, ils peuvent gardé les informations autant de temps qu'ils veulent.
Ça ouvre la porte à plein de connerie (comme de l'usurpation d’identité, chantage ...). Il faut pas croire que ça sera tout beau tout rose des employés détournerons des données à d'autre fin.

Certes on dira que c'était déjà le cas, oui mais c'était pas autorisé, maintenant que ça le sera on va avoir droit à une généralisation en France de ses boîtes noires. (si elles sont pas noires elles servent à rien en plus).
C'est bien là le problème. Les parlementaires et les gouvernants, et malheureusement aussi une bonne partie du public, semblent trouver normal qu'on puisse contrôler l'activité numérique des gens bien plus facilement et sans contrôle que leur activité IRL.

Si on demandait aux gens de porter un traceur qui permette de suivre tous leurs déplacements et d'écouter toutes leurs conversations, d'accepter l'installation de caméras chez eux, d'accepter qu'on lise leur courrier papier, ils dresseraient des barricades ! Mais la même chose dans le monde numérique, ça passe. Je ne comprends pas. La seule explication que j'ai, c'est que beaucoup de gens continuent à voir leur activité en ligne comme quelque chose de futile et de sans importance. En 2015, c'est évidemment une grave erreur. Activité professionnelle, vie privée, consommation, démarches administratives, santé, banque... Tout passe par l'activité en ligne, maintenant. Malgré les révélations successives, les gens ne le comprennent toujours pas, j'ai l'impression.
7  0 
Avatar de Agrajag
Membre actif https://www.developpez.com
Le 16/06/2015 à 20:39
Le Premier ministre a déploré mardi les appels téléphoniques d’associations comme la Quadrature du Net et Amnesty International visant à influencer le vote des députés sur le projet de loi sur le renseignement.
Si j'étais un larbiniste, je dirai un truc comme "ouh, les méchants citoyens, pauvres députés".

ils ont je cite : "Subi beaucoup de pression". <- On croirai presque qu'ils parlent de lobbying, mais sans argent ?
Pourtant écouter le peuple, et représenter ses avis (celui du peuple), c'est quand même le principe même de ceux pourquoi ils sont payés, c'est leur boulot vulgairement.
Et puis sérieusement, répondre au téléphone, ca requiert pas d'avoir fait l'ENA. Bordel!
Un boulanger devrait-il plaindre parce qu'il doit faire du pain ?

Une société peut organiser et influencer un débat dans la sphère publique, mais pas les citoyens, ou les associations qui ont été mise en place pour représenter le peuple à la place des élus, parce qu'ils ne font pas leur taff ?
Bientôt, la carte bancaire remplacera la carte d'électeur !

Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
On ne marche pas sur la tête, là ???
Depuis un moment déjà, mais je ne m'y ferai jamais.
Quand les personnes concernées ne débattent plus, et sont plus résignés qu'un hommard qu'on sort de l'aquarium, la décision devient très facile pour celui qui pose la question (qui d'ailleurs ne pourra pas être accusé de ne pas l'avoir posé).
Un référendum? Ca serait la meilleure idée, mais bon, vu comment les référendums précédents ont été formulés, j'attends l'orgie arriver...
Descendre dans les rues? pour que BFM TV filme trois autistes en train de péter une vitrine, sans filmer les banderoles?
Voter dans deux ans? Autant racheter un carton de capotes.

Je reste ouvert à toute autre suggestion !
7  0