Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

IBM fait un pas de plus dans l'informatique quantique
En détectant deux types d'erreurs se produisant dans un ordinateur quantique

Le , par Malick

81PARTAGES

3  0 
IBM fait un pas de plus dans l'informatique quantique
Les ingénieurs ont trouvé le moyen de détecter deux types d'erreurs se produisant dans un ordinateur quantique


International Business Machines Corporation (IBM) a annoncé mercredi dernier que ses ingénieurs ont fait de véritables progrès en vue de trouver des solutions à quelques problèmes qui ont retardé le déploiement des ordinateurs quantiques. En effet, les ingénieurs viennent de découvrir le moyen de détecter deux types d'erreurs généralement rencontrés dans un ordinateur quantique et baptisées ---bit-flip et phase-flip---.

Les ingénieurs d'IBM affirment avoir mis en place un réseau de quatre qubit où les deux agissent comme des sentinelles en faisant la surveillance alors que les deux autres qubits ont en charge la gestion des erreurs. Le réseau se trouve au sommet d'une puce de silicium qui est d'environ un quart de pouce de large :

IBM, avec cette découverte, a fait une véritable avancée dans l'informatique quantique ; ce qui pourrait lui permettre de se lancer dans le développement des ordinateurs quantiques ultrarapides. Ces derniers étaient jusque là considérés comme étant très fragiles, car la moindre perturbation pouvait provoquer des erreurs. IBM affirme que ces erreurs sont générées en raison d'interférences (la chaleur, etc.), et ces derniers existeraient dans un processeur.

Selon IBM, ce véritable bond en avant peut être considéré comme une grosse affaire parce que la technologie d'informatique quantique a le potentiel de révolutionner l'industrie .

Pour rappel, un ordinateur quantique exploite les lois étonnantes de la mécanique quantique pour traiter l'information. Contrairement à un ordinateur traditionnel qui utilise le 0 ou le 1 pour représenter un bit, un ordinateur quantique utilise des bits quantiques encore appelés qubits. Ce dernier (qubit) est un système quantique qui peut avoir une valeur de 0, 1, ou les deux en même temps.

Le principal avantage des ordinateurs quantiques est leur capacité à gérer plus d'informations que les ordinateurs traditionnels, et cela plus rapidement. En effet, les scientifiques affirment qu'un ordinateur quantique mettrait un jour voire des minutes à résoudre un problème alors qu'un ordinateur classique mettrait des années.

Source : Nature

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de joublie
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 01/05/2015 à 14:05
" Contrairement à un ordinateur traditionnel qui utilise de longues chaînes de bits pour coder soit 1 ou 0 " : au plan sémantique ça se défend bien en considérant qu'il s'agit de chiffres et non de nombres. Les longues chaînes codent des nombres à l'aide de chiffres sur un bit.

En revanche, en bon français il faut écrire " soit X soit Y " ou encore " X ou bien Y " pour signifier un ou exclusif (XOR), non " soit X ou Y " comme écrit dans l'article...

Restaurer ces expressions lève l'ambiguïté avec un ou inclusif, du coup pas besoin du fameux et/ou (qui s'est répandu il y a seulement quelques années), jamais vu ni entendu utilisé par mes professeurs de logique à l'université...

A part ça, en attendant les ordinateurs quantiques pleinement fonctionnels (la NSA en sera - sans doute - un gros client), nous avons encore des années de tranquillité devant nous avec de bons algorithmes de chiffrement, sauf si le gouvernement français décidait d'interdire tout ce à quoi il n'aura pas accès avec la loi sur la surveillance de masse (dite loi sur le renseignement). Une député a déjà annoncé la couleur.
2  0 
Avatar de SurferIX
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 13/05/2015 à 12:02
<troll>C'est bien on se rapproche du monde des commerciaux : c'est vrai, ou pas vrai, ou peut être. C'est négociable, quoi. </troll>
1  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 01/05/2015 à 13:43
Si nous savons éliminer les erreurs, nous pouvons déterminer à partir des erreurs l'état du qubit.
1  1 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 01/05/2015 à 20:08
Citation Envoyé par joublie Voir le message

...
Restaurer ces expressions lève l'ambiguïté avec un ou inclusif, du coup pas besoin du fameux et/ou (qui s'est répandu il y a seulement quelques années), jamais vu ni entendu utilisé par mes professeurs de logique à l'université...
...
Pourtant, nous l'avons appris en 2nde technologique en cours d' Automatismes : un môme de 14-15 sait le faire en GRAFCET ( Siemens ). Donc en développement ce ne doit pas être bien sorcier.
0  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 02/05/2015 à 9:14
Citation Envoyé par joublie Voir le message
" Contrairement à un ordinateur traditionnel qui utilise de longues chaînes de bits pour coder soit 1 ou 0 " : au plan sémantique ça se défend bien en considérant qu'il s'agit de chiffres et non de nombres. Les longues chaînes codent des nombres à l'aide de chiffres sur un bit.

En revanche, en bon français il faut écrire " soit X soit Y " ou encore " X ou bien Y " pour signifier un ou exclusif (XOR), non " soit X ou Y " comme écrit dans l'article...

Restaurer ces expressions lève l'ambiguïté avec un ou inclusif, du coup pas besoin du fameux et/ou (qui s'est répandu il y a seulement quelques années), jamais vu ni entendu utilisé par mes professeurs de logique à l'université...

A part ça, en attendant les ordinateurs quantiques pleinement fonctionnels (la NSA en sera - sans doute - un gros client), nous avons encore des années de tranquillité devant nous avec de bons algorithmes de chiffrement, sauf si le gouvernement français décidait d'interdire tout ce à quoi il n'aura pas accès avec la loi sur la surveillance de masse (dite loi sur le renseignement). Une député a déjà annoncé la couleur.
Le problème de l'indéterminé est vraiment intéressent ! Puisque pour une même adresse il se retrouve deux valeurs différentes qui seront donc interprété deux fois si elle est connu et qui à chaque modification donne la possibilité d'en avoir d'autre de ces incertitudes. Je comprend vraiment pas comment sa fait pour fonctionner sans utiliser une très grande quantité de mémoire, mais surtout que les procédures de traitements ne soient pas spécifiques et aient un besoin crucial du cadre d'incertitudes.
0  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 02/05/2015 à 9:08
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
Si nous savons éliminer les erreurs, nous pouvons déterminer à partir des erreurs l'état du qubit.
C'est dire que le "try catch" et les équivalents n'ont pas leur intérêt, se qui n'est pas faux. Puisque très souvent c'est que le type de l'information qui n'est pas approprié qui cause les erreurs. C'est la même chose qu'un CPU 64 bits d'on le bus réel est 64 bits + "n" bits d'adressages, l'erreur de cohérence vient d'ailleurs.
1  2