Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'INSEE note une « timide émergence » du Cloud computing dans les entreprises françaises en 2014
Quelles en sont les raisons ?

Le , par Michael Guilloux

83PARTAGES

1  0 
Une récente étude publiée par l’INSEE, au cours de ce mois, fait un état des lieux de l’adoption du Cloud computing par les entreprises françaises selon la taille et le secteur d’activités. Le rapport de l’INSEE montre que l’utilisation des services de Cloud par les entreprises françaises dans l’ensemble est beaucoup plus faible par rapport à la moyenne européenne. En effet, seulement 12% des entreprises françaises ont acheté des services de Cloud en 2014 par rapport aux 19% pour toute l’union européenne. La Finlande domine les statistiques avec 51% suivie par l’Italie avec 40%.


En France, le taux d’adoption du Cloud varie encore selon qu’il s’agit d’une petite ou d’une grande entreprise. Le Cloud semble être plus l’apanage des grandes entreprises dans chaque secteur d’activités. Mais on note également que quelle que soit la taille de l’entreprise, les services de cloud sont plus utilisés dans le secteur de l’ « information et communication ; réparation d’ordinateurs ».


Là encore, il s’agit de services de Cloud classiques. L’étude révèle en effet que l’adoption du Cloud computing en France est dominée par les services de stockage de fichiers (61%) et de messagerie (62%). La France enregistre par ailleurs un pourcentage d’adoption de Cloud supérieur à la moyenne européenne pour les services d’hébergement de bases de données (49%) et de logiciels CRM (23%).

On note également que les services de cloud privé et de cloud public sont adoptés à part presqu’égales par les entreprises françaises d’au moins 10 personnes, avec respectivement 6,5% et 7,5%.

Si le rapport de l’INSEE note que la France reste à la traîne par rapport aux autres pays européens, les facteurs qui limitent l’utilisation des services Cloud dans le pays sont multiples et varient selon la taille de l’entreprise.

Le Cloud est réputé pour réduire les coûts des entreprises grâce à la dématérialisation qui les dispense d’investir dans certains matériels ou d’assurer la gestion et la maintenance de l’infrastructure informatique. Toutefois, pour les entreprises françaises de 10 à 19 personnes, le coût est principal facteur qui limite la pénétration du Cloud. C’est également le même constat chez les entreprises de 20 à 249 personnes. On note encore que dans l’ensemble, 37% des entreprises en France s’accordent sur le fait que les coûts constituent un frein à l’adoption du cloud.

Le manque de connaissance sur les solutions de Cloud justifie aussi la faible utilisation des services associés chez 36% des entreprises de 10 à 19 personnes.

Pour les entreprises de plus de 250 personnes, le principal facteur qui limite leur utilisation du cloud est le risque de sécurité associé. 56% d’entre elles ont évoqué des raisons de sécurité, avant l’incertitude sur la localisation des données (46%) et l’incertitude sur la législation à laquelle les données sont soumises (45%). Les grandes entreprises craignent en effet que les gouvernements des pays où sont hébergées leurs données soient mesure d’y accéder en vertu des lois en vigueur dans le pays hôte. Cela signifie que l’adoption de la loi sur le renseignement qui prévoit l'installation de « boîtes noires » chez les fournisseurs d'accès et les hébergeurs pourrait rendre ces entreprises plus réticentes quant à l’utilisation du Cloud.


Source : Rapport d’étude de l’INSEE (pdf)

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Quels sont les facteurs qui pourraient limiter l’émergence du Cloud ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de LeBressaud
Membre actif https://www.developpez.com
Le 22/04/2015 à 1:54
A voir aussi le reportage de BFM Business sur le sujet

Quelqu'un peut m'expliquer pourquoi on est à la traine quand on utilise pas "le cloud" ?
1  0 
Avatar de Thorna
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 22/04/2015 à 17:29
Il me semble bizarre que cette lente "ruée" vers le cloud soit plutôt le fait des grandes entreprises que des petites. Entretenir à ses frais un datacenter sécurisé est une chose que ne peuvent pas se permettre les petites, mais qui n'est pas grand chose pour les grosses. Et donc, pourquoi iraient-elles remplacer cette possibilité, contrôlée et maitrisée, par un cloud on-ne-sait-où sécurisé on-ne-sait-comment et accessible par on-ne-sait-pas-qui dans on-ne-sait-pas-quelles circonstances ?

Citation Envoyé par LeBressaud Voir le message
Quelqu'un peut m'expliquer pourquoi on est à la traine quand on utilise pas "le cloud" ?
Oui, j'aimerais bien savoir moi aussi...
1  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 23/04/2015 à 10:27
Citation Envoyé par Thorna Voir le message
pourquoi iraient-elles remplacer cette possibilité, contrôlée et maitrisée
D'expérience, le réseau interne n'est pas si contrôlé et maîtrisé que cela
Et puis, ça représente un coût assez important, surtout pour les PME / TPE
Pour ces entreprises, chaque seuil social représente un risque car déstabilise l'entreprise
Externaliser une partie de son SI via le Cloud permet justement de contenir la masse salariale de l'IT (qui n'est pas le cœur de métier de l'entreprise) pour se focaliser sur son secteur d'activité et ce, à masse salariale égale

Citation Envoyé par Thorna Voir le message
, par un cloud on-ne-sait-où sécurisé on-ne-sait-comment et accessible par on-ne-sait-pas-qui dans on-ne-sait-pas-quelles circonstances ?
Pour les particuliers, ces infos sont difficiles à obtenir (si elles sont accessibles)
Pour les pro, c'est totalement différents
Les DSI exigent d'avoir ces infos et les fournisseurs de cloud qui ne communiquent pas là-dessous se font éjecter dès le premier tour des appels d'offres
1  0 
Avatar de ag_clouduser
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 22/04/2015 à 7:29
Bonjour,

Cette étude est un sondage sur l’adoption du cloud. Bien que le cloud apparaît comme une mode, c’est avant tout à la base une nouvelle offre technique pour utiliser des moyens informatiques en lieu et place de technologies centrées sur le PC pour le poste de travail et des serveurs dans les entreprises.
Le cloud est censé accentuer la flexibilité d’usage et réduire les coûts des ressources informatiques.
Comme l’étude le signale, le cloud a besoin d’être présenté sous un angle pragmatique pour l’utilisateur final qu’il soit particulier ou entreprises et à ce niveau ce sont les acteurs du marché qui ont un rôle de transparence accrue pour emporter l’adhésion des utilisateurs potentiels. Comme le cloud computing est un marché d’avenir, les acteurs sont nombreux, de la société de services informatiques locale au grands acteurs mondiaux que sont microsoft, Apple, etc ....

Pour terminer mon billet, le rang de la France dans l’adoption du cloud est à considérer comme tous les sondages...

Utiliser le cloud n’est pas une fin en soi, même à un rang modeste, il est préférable de mesurer les gains obtenus par les usages du cloud en France afin que l’expérience réussie prime sur le phénomène de mode...
0  0 
Avatar de Guikingone
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 22/04/2015 à 9:14
Le Cloud n'est pas une mauvaise chose en soi, soyons honnête.

Je conçoit largement qu'il présente des failles, des faiblesses (manque d'encadrement, manque de contact avec les hébergeurs, SAV foireux, sécurité pas toujours optimale) mais on peut aussi noter ses qualités (possibilités de relier son travail entre collaborateurs, possibilités de partager bien plus qu'un calendrier, travail fluide et ouvert), chacun y verra des points différents.

Je ne suis pas un "Cloud-addict", j'aime son concept et je pense que d'ici 3-5 ans, quand le système se sera développé et déployé avec ingéniosité, chacun pourra y trouver un intérêt, à l'heure actuelle, le marché reste un marché de niche, seul ceux qui y croient profondément se sentent partant, je ne pense pas que cette mentalité étriqué permettra de faire avancer les choses.

Ensuite, il faut aussi tenir compte que bon nombre des entreprises possèdent déjà un "Cloud" interne, une base de stockage qui fait office de relais, même si souvent, la sécurité interne prime sur les recherches de marché innovants, chaque options se doit d'être envisagées et je pense sincèrement que le Cloud pourra, un jour, se démocratiser et devenir un outil puissant et polyvalent.

J'utilise le Cloud, j'aime son idée et sa vision du stockage, je n'aime pas ses faiblesses trop présentes, en partant de là, je comprend ce billet, la majorité des entreprises ne veulent pas forcément prendre des risques pour rien et la rentabilité du service n'est pas forcément visible au premier coup d'œil.
0  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 23/04/2015 à 8:04
"On est à la traine quand on n'est pas cloud" Pourquoi ?

Le BYOD prévisage l'avenir : une infrastructure centralisée où sont concentrés les services IT. L'utilisateur communiquera en cas de pépin directement avec ces services.

Quelques exceptions à ce modèle :

- les stations de travail
- les données sensibles
- la plupart des particuliers ( cause projet de loi renseignement, NSA, etc ... ) et encore
- les gamers et encore pour une durée limitée

Le tout débouchera par ce que je nomme le Bring Your Office Home : BYOH.

Je le vois ainsi. Depuis près de 30 ans maintenant. Ma première déception MS : Win95 et la découverte Linux.
Le PC n'existera plus vraiment tel que nous le connaissons. Ce sera un smartphone qui se dockera. Mais l'architecture ARM n'est pas encore assez puissante pour le faire.

Ca viendra. Les utilisateurs l'attendent déjà.
0  0 
Avatar de ag_clouduser
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 23/04/2015 à 8:30
Citation Envoyé par Thorna Voir le message
Il me semble bizarre que cette lente "ruée" vers le cloud soit plutôt le fait des grandes entreprises que des petites. Entretenir à ses frais un datacenter sécurisé est une chose que ne peuvent pas se permettre les petites, mais qui n'est pas grand chose pour les grosses. Et donc, pourquoi iraient-elles remplacer cette possibilité, contrôlée et maitrisée, par un cloud on-ne-sait-où sécurisé on-ne-sait-comment et accessible par on-ne-sait-pas-qui dans on-ne-sait-pas-quelles circonstances ?

Oui, j'aimerais bien savoir moi aussi...
Bonjour,

un cloud on ne sait où ? on ne sait comment ? on ne sait pas qui ? >> vos questions sont légitimes et vous touchez du doigt les freins à l'usage du cloud dans les PME et TPE.

Passer au cloud computing pour les PME et le TPE s'inscrit dans une vraie démarche de modernisation. Et comme toute démarche de modernisation, elle doit être au préalable étudier en vue d'identifier un bénéfice potentiel pour l'entreprise. Compte tenu que nous parlons ici de nouveaux moyens informatiques, ce sont les gestionnaires et les décisionnaires de la modernisation des moyens informatiques qui seront en charge de "benchmarker" leur système actuel au regard des possibilités des solutions cloud. Bien évidemment, les systèmes installés dans l'entreprise donnent, à priori, satisfaction depuis des années et donc il est légitime de s'interroger.
Cependant les questions à se poser dans les PME et TPE sont les suivantes: Est-ce que mon système informatique est vraiment optimal ? Je pense, en général, que tout acteur responsable considère qu'il existe des pratiques qui peuvent être améliorer.

C'est par conséquent, les points d'amélioration du système informatique des TPE et PME par les responsables qui doivent induire une réflexion orientées vers le cloud qui matérialiseraient des solutions générant un bénéfice pour l'entreprise.

Pour terminer mon billet, les questions où" ? comment ? et par qui ? trouverons des réponses dans un deuxième temps, lorsque des points concrets seront mis en évidence dans l'entreprise suite à une introspection sur le système actuel.
Lorsqu'un axe de progrès est identifié dans l'entreprise, il est assez facile ensuite de solliciter les éditeurs, les SSII, et tout autre acteur du cloud computing pour vérifier si une solution avec le cloud peut contribuer à l'amélioration attendue.

Le "où" est une question fondamentale car il s'agit de nouer un contrat avec un fournisseur d'informatique dans le cloud et bien évidemment, comme toute relation commerciale, les aspects juridiques sont déterminants pour s'inscrire dans une relation "gagnant / gagnant". L'acte d'achat est soumis à des règles dans chaque entreprise pour lesquelles il est très dangereux de faire une exception en considérant le cloud computing comme un achat ou une location particulière. Il est recommandé de traiter avec un acteur local, voire une société informatique avec laquelle la TPE ou PME travaille déjà et où une relation de confiance existe...

Merci pour l'attention portée à la lecture de ce message.
0  0