Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

IONIS Education Group propose la Coding Academy
Un ensemble de formations courtes et intensives pour rendre les candidats directement opérationnels

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

5  0 
Dans une ère où (presque ?) tout tourne autour du numérique, nombreux sont ceux qui pourraient croire qu’en se lançant dans une filière informatique ils ont de fortes chances de s’assurer un emploi par la suite. Pourtant, le taux de chômage dans les technologies de l’information n’est pas très éloigné de la moyenne nationale au sens du BIT (Bureau International du Travail – pour les comparaisons au niveau international -) de 10,4% au quatrième trimestre 2014 publiée par l’Institut Nationale de la Statistique et des Etudes Economiques (Insee).

Cap Digital et Multiposting ont divulgué les résultats du premier baromètre « les métiers du numérique », un secteur en pleine expansion qui propose des postes et des carrières innovantes. Afin d’en savoir plus sur les tendances et les réalités qui émergent sur ce marché, le pôle de compétitivité Cap Digital s’est appuyé sur le savoir-faire de l’un de ses adhérents, Multiposting, pour la mise en place d’un baromètre qui rendra compte, trimestre après trimestre, des postes et profils proposés, mais aussi de l’intérêt des candidats. Résultat des courses : une inadéquation criante entre les talents en quête d'un emploi et les demandes des professionnels.

« Le fait marquant de ce premier baromètre réside dans le décalage entre l'offre et la demande : alors que les entreprises recherchent de plus en plus de personnes compétentes dans le numérique, en particulier des développeurs, le volume de candidats n'augmente pas suffisamment vite ce qui accroît les tensions sur le marché du recrutement des métiers du numérique » explique le rapport.

Mettant en avant cette inadéquation, IONIS Education Group, la maison mère de l’école informatique Epitech, a décidé de s’appuyer sur l’expertise d’Epitech pour lancer une nouvelle formation le 13 avril qui a été baptisé « Coding Academy ». L’idée sous-jacente est de révolutionner l’apprentissage du code en proposant des formations courtes (20 semaines) intensives (55 heures par semaine) et denses afin de rendre les candidats directement opérationnels.

La première formation de l’académie au nom de code « Code & Go » a été conçue suivant la pédagogie mise au point par Epitech : l'auto-formation au cœur du processus d'apprentissage, le travail en équipe, la résolution créative des projets proposés, le renoncement au cours traditionnel au profit d'un apprentissage coaché et personnel.

Cette formation s’adresse à une large diversité de profils, de 20 à 35 ans, qu'il s'agisse de jeunes diplômés ne parvenant pas à s'intégrer sur le marché du travail, de chercheurs d'emploi longue durée ou d'étudiants souhaitant se réorienter après une première formation de 2 ans après bac. Pour pouvoir y postuler, un minimum de Bac + 2, toutes formations confondues, est nécessaire ou 5 ans d'ancienneté dans l'entreprise à un poste de technicien, de commercial ou d'encadrement. L’admission quant à elle se fera sur tests et entretien. La formation se déroulera sur le campus technologique Paris-Sud de IONIS Education Group, au Kremlin-Bicêtre.

« La création de la Coding Academy correspond à la fois à notre volonté d'accompagner au mieux les diplômés de toutes filières et les jeunes professionnels dans leur recherche et leur évolution d'emploi, et à notre souci permanent d'ajuster notre proposition pédagogique à l'évolution de la société. Parce que nous souhaitons offrir davantage qu'une formation et un diplôme à nos étudiants : il s'agit de leur permettre de s'intégrer au mieux dans le marché du travail. Rapidement, efficacement et intelligemment », déclare Fabrice Bardèche, vice-président exécutif de IONIS Education Group.

En savoir plus sur la Coding Academy

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de kmedghaith
Membre averti https://www.developpez.com
Le 17/03/2015 à 9:46
Tout ceci s'inscrit dans un plus large projet qui est la libéralisation. On estime que si l'éducation venait à être privatisée, elle aurait un rendement de 7 pour 1 (par comparaison, l'automobile a un gain de 2 pour 1 au mieux des cas).
On commence par torpiller l'éducation nationale, avec l'abattage médiatique qui va avec. Et ensuite, on sort du chapeau magique le lapin : une formation en je ne sais combien de semaines.

Si ces gens pensent que l'informatique c'est la programmation, ils n'ont rien compris au métier. Et ceux qui veulent connaitre 30 langages de programmation (et en parallèle, ne pas savoir dans quel cas utiliser tel au tel autre algorithme de tri ) peuvent rester chez eux, apprendre tout seuls et passer une certification qui leur coûtera moins cher.

L'informatique, c'est la résolution de problèmes. Je préfère quelqu'un qui parle mal pour dire quelque chose d'intéressant à quelqu'un qui parle 4 langues pour dire des conneries.
6  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 17/03/2015 à 11:05
Je l'aurais dit autrement. Grace Hopper, inventrice des concepts de compilateurs et de langage de programmation, était mathématicienne, mais avait aussi une formation solide en "arts libéraux", littérature, langues mortes, philosophie... Et ça n'est pas un hasard. La maitrise technique n'est rien en comparaison de la maitrise conceptuelle.

Ils vont créer des exécutants parfaits - et inutiles. Parfaits parce qu'ils feront exactement ce qu'on leur demandera. Inutiles parce qu'ils seront incapables d'innover, et donc de faire face à l'imprévu, ce qui est l'alpha et l'oméga de notre métier(et de plein d'autres, hein, il ne faudrait pas se prendre pour le centre du monde).

(par contre, l'automobile un rendement de 2 pour 1? Quand ils sont à 7% de marge, ils sont heureux!)

EDIT : je suis entré en informatique par la petite porte. SOPRA m'a formé pendant 5 semaines à COBOL, en 2000, et hop chez le client. J'ai fait l'affaire, comme d'autres. Beaucoup ne l'ont pas fait. Ceux qui ont fait l'affaire sont ceux qui avaient eu la chance d'avoir la tête dans le bon sens, grâce à une solide éducation, et aussi par chance. On nait, ou on ne nait pas, avec la capacité de penser à plusieurs niveaux d'abstraction simultanément. Et si on nait avec, encore faut-il être entrainé à le faire. Certains lors de ma formation en étaient incapables. D'autres ont appris. Moi, j'avais la chance de déjà savoir, ce qui m'a donné une avance.

En d'autres termes, ces formations ne sont pas inutiles, mais seulement si le stagiaire a déjà les bases intellectuelles pour en profiter pleinement. Ces bases ne peuvent venir que de l'éducation nationale. Dont ce n'est pas forcément le métier d'enseigner le COBOL(ou la porcelaine d'art, ou que sais-je), de toutes façons. Mais son métier est de faire des têtes bien faites.
4  0 
Avatar de LeBressaud
Membre averti https://www.developpez.com
Le 16/03/2015 à 20:56
C'est comme l'école 42, va falloir attendre quelques années avant de savoir ce que ça vaut.

Perso je le tenterai pas, surtout que l'admission se fait à bac+2;autant faire un DUT Informatique en un an c'est gratuit et à peine plus long.
2  0 
Avatar de DJulien
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/03/2015 à 20:31
20 semaines == operationnel? Wow
1  0 
Avatar de Mc geek
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 16/03/2015 à 20:48
20 semaines * 55h ~ 1100 heures de boulot, je trouve ça pas mal, mais si ça semble court.
J'ajouterais que si je me souviens bien, 55 heures, c'est le rythme moyen d'une prépa en France.
1  0 
Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 17/03/2015 à 11:00
Citation Envoyé par Fanvan Voir le message
C'est curieux, cette redirection. La plupart des liens qui illustrent / sourcent les articles ne sont pas structurés de cette façon et pointent directement. Est-il légitime que je m'interroge ?
Légitime oui, je ne vois pas comment on pourrait avoir un lien illégitime pointant sur le domaine developpez. ^^

Les redirections internes sont faites pour les statistiques, je suppose que cette news est en fait demandé par le dit groupe et qu'il leur est intéressant d'obtenir le nombre de clic.
1  0 
Avatar de marc.collin
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/03/2015 à 18:00
problème en grande partie de la mentalité français qui si tu n'as pas un bac +5 ils ne te considèrent même pas... sans compté les salaires misérables qu'il propose

j'ai pu faire quelques années de travail à paris, avant de retourner au québec où la situation est bien meilleur... on prend pas un bac + 5 pour mettre du papier dans une imprimante
0  0 
Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/03/2015 à 20:41
Citation Envoyé par DJulien Voir le message
20 semaines == operationnel? Wow
Si ce sont des formations spécialisantes je ne vois pas ce que cela aurait de bizarre.
Après si leur but est d'apprendre 36 langages et méthodes de travail c'est autre chose...
1  1 
Avatar de pablodido
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 17/03/2015 à 7:58
actuellement c'est la tendance. Ceux qui étaient dans le milieu et qui viennent compléter leurs compétences par cette formation, je pense que cela vaut le coup mais pour le reste je n'y crois pas. Le pire de tous est la 3WA, on sent le business derrière. on a aussi d'autres.
0  0 
Avatar de OrcusZ
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 17/03/2015 à 8:46
Personnellement je pense pas que ce soit une bonne idée, les gens qui sortiront de ce cursus ne seront que des machines à "pisser du code" et n'auront pas de connaissance de leur environnement de travail ainsi que des enjeux.

Quand je vois déjà la différence entre moi en Master 1 et d'autres jeunes diplômer dans les boites ou je/j'ai travaillé, parfois il existe un faussé sur certaines connaissances qui me choques ( alors qu'il ont forcement plus d'expérience que moi ).

Enfin ce n'est que mon humble avis d'étudiant ^^
1  1