Google X Lab développe une peau synthétique
Pour tester son bracelet de détection du cancer

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Si quelqu’un vous demandait de parler d’un des projets de Google X Labs, vous aborderiez sans doute un sujet comme les Google Glass, la voiture sans chauffeur ou même le projet Loon. Mais il faut aussi se rappeler que Google X a amorcé également des projets visant directement le corps humain comme Genomics, qui ambitionne de sauvegarder les données relatives à votre génome, ou encore son projet de lentilles de contact intelligentes pour venir en aide aux diabétiques qui mesureraient la glycémie chaque seconde à partir des larmes humaines.

La division chargée des sciences de la vie est constituée d’une centaine de docteurs et scientifiques. Le quotidien Atlantic a pu jeter un coup d’œil dans le siège de cette division à Mountain View. La vidéo que vous allez voir explique également pourquoi cette équipe a dû créer une peau synthétique dans le cadre de l’un de ses projets de développement d’un bracelet électronique comme Fitbit qui aurait la particularité de détecter des cellules cancéreuses. Les bras synthétiques que vous verrez sur la vidéo ont servi de testeurs.

Il faudrait déjà comprendre comment le système fonctionne : tout d’abord vous devrez prendre un comprimé qui contient des nanoparticules qui circuleront dans votre corps à la recherche de ces cellules cancéreuses. Si elles en trouvent, elles se fixeront dessus et « s’allumeront » littéralement. Par la suite, le nouveau corps ainsi formé par la jonction entre la cellule et la nanoparticule va se frayer un chemin sous le bracelet puisqu’il est doté d’un aimant qui attire les nanoparticules.

Le but de l’équipe étant de s’assurer que le bouquet lumineux des cellules cancéreuses soit visible à travers la peau humaine, ils ont dû mettre sur pied ces bras. Ils sont recouverts d’une peau synthétique qui représente les différentes caractéristiques de la peau humaine (épaisseur, etc.) et les chercheurs étudient également comment se propage la lumière à travers différents types de peaux (probablement pour refléter aussi les nuances liées aux races). Le bracelet ne sera probablement pas sur le marché de sitôt, mais cette interview montre un peu comment les choses se passent dans l’antre de Google Labs X et particulièrement dans son département des sciences de la vie.


Source : The Atlantic


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de - https://www.developpez.com
le 30/01/2015 à 23:12
Je me demande bien quelles sont les contraintes pour ne pas utiliser une des "bonnes vieilles méthodes" au détriment de celle-ci.
Plus personnes ne donnent leurs corps à "la science" ?
Avatar de Aiekick Aiekick - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 31/01/2015 à 1:42
détecter les particules avec le bracelet semble la partie facile et l'article ce concentre juste sur ca.

Mais le plus important et d'ailleurs le plus obscur à mon sens c'est comment font t'ils pour que les fameuses particules ce fixent sur des cellules cancéreuse ???
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 02/02/2015 à 9:56
Citation Envoyé par cuicui78 Voir le message
Mais le plus important et d'ailleurs le plus obscur à mon sens c'est comment font t'ils pour que les fameuses particules ce fixent sur des cellules cancéreuse ???
On peut aussi se demander comment font ces nano-particules pour générer de la lumière et surtout, une lumière assez puissante pour être visible à travers la peau ? A partir de quelle source d'énergie ?

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web